En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

03.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > High-tech
Jeu de vilains
Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes
il y a 15 heures 9 min
light > Société
Transports
Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels
il y a 15 heures 42 min
pépites > France
Chaos
Gilets jaunes : en raison des violences, la préfecture a décidé d'interdire la manifestation prévue cet après-midi
il y a 16 heures 46 min
pépites > Environnement
Volte-face
Huile de palme : l'Assemblée vote finalement pour la suppression de l'avantage fiscal
il y a 17 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

La Fabrique des salauds : Un livre-choc, un roman-fleuve aussi dérangeant qu’indispensable sur l’histoire allemande du XXe siècle

il y a 18 heures 27 min
décryptage > France
Censure

Alerte météo sur la liberté d’expression

il y a 21 heures 12 min
décryptage > Société
Polémique

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

il y a 21 heures 36 min
décryptage > France
Crise de foi (en l’avenir)

Vague à l’âme démocratique : 30 ans après la chute du mur de Berlin, la France et l’Europe de l’Ouest en plein désenchantement

il y a 21 heures 59 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Quand l'échange avec autri stimule notre cerveau : les atouts de l'intelligence collective décryptés

il y a 22 heures 22 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les principaux outils et les solutions médicales de demain pour lutter efficacement contre les maladies cardio-vasculaires

il y a 22 heures 25 min
Pas bien
Un tiers des Français avoue avoir déjà fraudé son assurance
il y a 15 heures 25 min
pépites > France
Enquête
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : deux hommes mis en examen
il y a 16 heures 9 min
pépites > France
Prudence
Pluies et inondations : des départements du sud-ouest en vigilance orange
il y a 17 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Orbital, tome 8 : contacts" : Orbital, une série qui tourne rond

il y a 18 heures 24 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 20 heures 33 min
décryptage > International
A l'écart

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

il y a 21 heures 29 min
décryptage > France
Soif de populisme

Mais que révèlent les attentes paradoxales des Français vis-à-vis des Gilets jaunes ?

il y a 21 heures 48 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement
il y a 22 heures 6 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le jour où Howard Carter et Lord Carnarvon ont découvert les trésors cachés et les vestiges du tombeau de Toutankhamon

il y a 22 heures 25 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Un virage libéral sauvera-t-il la France d'Emmanuel Macron ?

il y a 22 heures 26 min
© Reuters
La peur des médicaments
© Reuters
La peur des médicaments
On va tous mourir !

Comment la psychose sur les (rares) effets secondaires des médicaments et vaccins génère des conséquences toxiques bien tangibles, elles

Publié le 21 août 2014
La clarithromycine, un antibiotique souvent prescrit pour traiter les angines ou les bronchites, serait susceptible d’augmenter le risque de décès par arrêt cardiaque, d’après une équipe de chercheur danois. Ces derniers ont eux-mêmes précisé que ce risque était extrêmement faible, mais trop tard, le mal est fait : la peur panique peut commencer.
Guy-André Pelouze est chirurgien à Perpignan.Passionné par les avancées extraordinaires de sa spécialité depuis un demi siècle, il est resté très attentif aux conditions d'exercice et à l'évolution du système qui conditionnent la qualité des soins.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bataille est directeur d'études à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et directeur du Centre d'analyse et d'intervention sociologiques (CADIS, EHESS-CNRS). Il est également membre du Centre d’éthique clinique de l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guy-André Pelouze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guy-André Pelouze est chirurgien à Perpignan.Passionné par les avancées extraordinaires de sa spécialité depuis un demi siècle, il est resté très attentif aux conditions d'exercice et à l'évolution du système qui conditionnent la qualité des soins.
Voir la bio
Philippe Bataille
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Bataille est directeur d'études à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et directeur du Centre d'analyse et d'intervention sociologiques (CADIS, EHESS-CNRS). Il est également membre du Centre d’éthique clinique de l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La clarithromycine, un antibiotique souvent prescrit pour traiter les angines ou les bronchites, serait susceptible d’augmenter le risque de décès par arrêt cardiaque, d’après une équipe de chercheur danois. Ces derniers ont eux-mêmes précisé que ce risque était extrêmement faible, mais trop tard, le mal est fait : la peur panique peut commencer.

Atlantico : Après les scandales Médiator et la pilule Diane 35, constate-t-on en France une réticence grandissante des patients à prendre des médicaments et/ou à se faire vacciner ?

Guy-André Pelouze : Il y a un fossé entre ce qu'on pourrait appeler une réticence et les chiffres de consommation des médicaments en France. La consommation de médicaments en France reste extraordinairement élevée relativement à nos voisins européens par exemple. S'il y a réticence, je pense qu'il s'agit d'un épiphénomène. Par exemple, sur plus d'une centaine de mes patients qui prennent une statine seuls deux ont décidé d'arrêter de leur propre initiative. Généralement, ce genre de réticence touche des personnes sensibles aux rumeurs mais qui ne peuvent pas juger du bénéfice du traitement. Car la prise de médicament peut se résumer à une équation bénéfice/risque. Prendre un médicament revient donc à prendre un risque calculé : j'en attends un bénéfice supérieur au risque. Si le bénéfice est supérieur au risque et que le diagnostic est le bon, il vaut mieux prendre le médicament, à condition de suivre scrupuleusement les doses, la durée du traitement et les autres recommandations . Si le bénéfice est égal au risque, mieux vaut dans ce cas, ne pas prendre le médicament. Et si le bénéfice est inférieur au risque, il ne faut surtout pas prendre le médicament en question. 

Les patients ne peuvent évidemment pas faire cette équation bénéfices/risques tout seuls. Il faut pour cela discuter avec son médecin, c'est pourquoi on ne doit pas prendre un médicament sans avoir eu une explication de la part de son soignant. Je ne comprends pas pourquoi il est demandé à un chirurgien d'expliquer les risques et bénéfices aux patients alors que pour une prescription de médicaments, on ne demande jamais aux patients s'il a été informé des bénéfices et des risques. Un médicament peut être aussi dangereux qu'un bistouri !

Le contexte actuel est assez favorable à la diffusion de la suspicion généralisée. Et nombreuses sont les personnes qui décèdent des suites d'un usage non contrôlé des médicaments mais nous ne savons pas exactement combien. L'accès libre à ces informations est un des piliers d'une société de confiance et contribue à dégonfler les rumeurs. Il se joue par exemple en ce moment une grande confrontation en Europe à propos de l'accès libre (open data) des essais cliniques des médicaments.

Philippe Bataille : Même si les volumes restent colossaux, on constate effectivement un ralentissement de la consommation de médicaments en France. Cette tendance se retrouve également en ce qui concerne les hospitalisations. Cette transformation est globale et ne touche pas que la France. Elle est le signe d'une évolution du rapport au corps mais pas tant d'un engouement pour les médecines et les méthodes alternatives en vogue dans les années 1960, il n'y a pas de rupture. La tendance est plutôt à la prise de conscience qu'il faut prendre soin de son corps et que l'on peut dans une certaine mesure la maitriser. Les patients ont désormais une vraie lecture de sa consommation médicamenteuse. Par ailleurs, l'argument économique a fait son chemin. On a de moins en moins d'argent

La façon de se soigner ou plutôt la réticence à prendre certains médicaments n'est pas irrationnelle.

Et les différents scandales qui ont marqué le monde médical ont fait prendre conscience aux citoyens qu'on ne peut pas aller les yeux fermés dans les bras de la médecine

Cette suspicion est-elle justifiée au regard de la sûreté des médicaments ?

Guy-André Pelouze : L'affaire du Médiator est plutôt une affaire qui concerne le régulateur. C'est la faillite du régulateur qui avait tous les éléments pour prendre une décision fondée et qui ne l'a pas fait à cause de la connivence et des conflits d'intérêts.

Le médicament est-il toxique ? Tout médicament à forte dose est toxique mais le médicament lorsque l'on respecte la posologie et que le traitement est adapté n'est pas toxique. L'autorisation de mise sur le marché n'est donnée que si le médicament est sûr. On retrouve cette problématique pour l'alimentation.  Le problème réside dans la façon dont on utilise les médicaments. Deux exemples de ce type de phénomène sont significatifs. Premièrement les psychotropes : il n'est pas nécessaire de prendre des médicaments pour dormir ni parce qu'on se sent abattu, fatigué ou déprimé. Seules des occasions extraordinaires comme un deuil, la certitude d'une grave dépression, justifient l'usage de psychotropes.  Et ce type de diagnostics ne peut être fait en trois minutes. Si je peux donner un conseil aux usagers de ces médicaments, c'est de ne jamais dépasser la durée préconisée dans le prospectus et de les éviter à tout prix après 75 ans. Deuxièmement, nous sommes de gros consommateurs d'antibiotiques, dans la majorité des cas pour des maladies qui n'en nécessitent pas. Prendre un médicament qui n'aura pas de bénéfices, n'aura pas d'effets neutres. Car les effets non désirés seront malgré tout subis. Les antibiotiques ne peuvent être utiles que dans les infections graves causées par des bactéries. Contrairement à une croyance répandue prendre des antibiotiques ne diminue pas la durée d'un coup de froid ou d'une grippe...

Au moment où l'agence nationale de sécurité routière révèle les chiffres de tués sur la route au mort près, nous ne sommes toujours pas capables de savoir combien de personnes meurent en raison d'un mauvais usage du médicament. On estime entre 8 000 et 12 000 le nombre de personnes qui meurent de médicaments en France. C'est considérable. Et ce, alors même que le médicament n'a jamais été aussi sûr. Pourquoi ? Nous avons mis en place des systèmes sophistiqués avant et après la mise sur le marché. Ces systèmes de surveillance sont mondialisés et si un problème est signalé en Inde, nous le serons quasiment instantanément. Nous n'avons jamais eu autant de méthodes à notre disposition pour apprécier les bénéfices et les risques d'un médicament. Ces morts dus au médicament sont des morts pour une large part évitables par une meilleure prescription (impliquant médecins, pharmaciens et infirmiers), une meilleure surveillance et aussi par la volonté bien comprise entre patient et soignant que le traitement d'un symptome ou d'une maladie n'est pas automatiquement un médicament.

De plus en plus de femmes optent pour une contraception dite naturelle. Quel rôle le scandale des pilules de troisième et de quatrième générations a-t-il pu jouer dans cette méfiance ?

Guy-André Pelouze : La pilule n'est pas un médicament, c'est une hormone qui vise à interrompre le processus d'ovulation. Nous ne sommes pas face à une maladie mais comme pour les médicaments, nous sommes dans une équation bénéfices/risques. Avec dans ce cas précis, des risques cancérigènes, des problèmes cardiovasculaires. Chaque femme doit faire très précisément cette équation. Dans mon expérience clinique, j'ai pu constater de graves complications de l'association tabac/pilule et personnellement je trouve très grave que ce genre de prescriptions ne soient pas évitées. Et comme toujours en France, il a fallu attendre une crise pour que l'on puisse parler du problème. 

Néanmoins, la réticence aux médicaments est une mauvaise réponse, c'est une réponse émotionnelle. Il faut pouvoir discuter des prescriptions de manière rationnelle. Car le médicament n'est pas un bonbon, c'est une molécule qui produit des effets sur le corps. La prise de médicament engage la responsabilité du prescripteur mais également celle du patient. Particulièrement dans le cas de l'automédication. Cette pratique n'est pas intrinsèquement mauvaise mais il faut simplement élever le niveau d'éducation des gens afin qu'ils puissent mesurer si le risque qu'il prennent en vaut la peine.

La réticence à se faire vacciner ou à faire vacciner ses enfants est-elle davantage justifiée ?

Guy-André Pelouze : Le vaccin présente une autre problématique. Le vaccin est une prévention. On ne traite pas, on prévient. On va donner des informations au système immunitaire pour qu'en cas d'agression, il puisse répondre de manière forte et définitive. Le système immunitaire peut cependant réagir de manière inappropriée pour des raisons liées à la façon dont cette information est transmise ou pour des raisons de terrain. Quand un médicament guérit un patient d'une infection, il s'en souvient. En revanche, si un vaccin a permis d'empêcher une maladie on ne le sait pas. Simplement, on s'en rend compte en faisant des statistiques que l'incidence de la maladie diminue. Les vaccins sont attaqués de toutes parts et il est évident que vacciner tout le monde contre tout est la mauvaise solution. Mais savoir qui bénéficie vraiment du vaccin, c'est beaucoup plus compliqué. Là aussi, en dehors des vaccinations obligatoires, il faut personnaliser les conseils car les individus ont des profils de risque différents.

Philippe Bataille : Les épidémies aujourd'hui et les menaces sont globales et non plus uniquement hexagonales. On le voit bien avec Ebola. La réponse pour les Français semble donc être davantage dans une approche critique et individuelle de la santé plutôt que dans une approche collective. Le vaccin répond davantage à l'imaginaire national et cette dimension est dépassée au regard de la menace qui plane.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

03.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 21/08/2014 - 18:02
Cerisier Paracétamol
Le Paracétamol (Efferalgan, Doliprane) est un médicament très sûr, avec très peu d'effet secondaires. Le problème est que, comme tout le monde en a chez soi, il est fréquemment utilisé pour des tentatives de suicide. En fait, il est rarement mortel, mais il peut vous détruire complètement le foie. Faire une ''tentative de suicide'' au Paracétamol n'est pas une bonne idée, et si vous voulez vraiment mourir, prenez autre chose !!
Ganesha
- 21/08/2014 - 17:55
Ciprofloxacine
J'étais malade et j'ai pris un antibiotique appelé ''Ciprofloxacine'' : j'ai guéri. Mais dans les semaines qui ont suivi j'ai eu une ''rupture bilatérale des tendons d'Achille''. C'est cité dans la notice comme étant un ''effet secondaire possible'' de ce médicament : je ne le savais évidemment pas. J'ai fini par guérir d'un côté, mais de l'autre, pour le reste de ma vie, je marche désormais avec le pied ''complètement de travers''. Récemment, cet antibiotique m'a de nouveau été proposé comme ''simple couverture, par précaution''. J'ai raconté mon histoire au médecin et il n'a pas insisté. J'ignore combien nous sommes à avoir vécu cet ''accident''. Suffisamment pour qu'on le retire du marché, ou bien est-il tellement utile qu'il faut accepter ''un peu de casse'' ?
Cerisier
- 21/08/2014 - 15:00
100 morts par an aux USA par surdose de paracétamol !
Vous pouvez vérifier sur wikipedia.
Votre article est bienvenu pour montrer la stupidité et la sélectivité des psychoses médicales ou alimentaires.