En direct
Best of
Best Of
En direct
© Reuters
Si cet article vous plaît, il vous fera bailler (ou peut-être pleurer)
Le sens du partage
Avertissement : si cet article vous plaît, il vous fera bailler (ou peut-être pleurer)
Publié le 17 août 2014
Oui, le bâillement et le rire sont communicatifs entre les hommes. Pourtant, certains autres facteurs rentrent en ligne de compte, comme les affinités et la proximité sociale entre les individus. C'est le résultat d'une étude menée par des chercheurs italiens, et qui concluent que cet aspect contagieux est en réalité une des plus spectaculaires manifestation d'empathie.
Thomas Hannagan est un chercheur en sciences cognitives. Il analyse notamment les mécanismes d'apprentissage du langage au niveau du cerveau. C'est un spécialiste sur les aspects théoriques de la lecture et du calcul dans le cerveau. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Hannagan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Hannagan est un chercheur en sciences cognitives. Il analyse notamment les mécanismes d'apprentissage du langage au niveau du cerveau. C'est un spécialiste sur les aspects théoriques de la lecture et du calcul dans le cerveau. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Oui, le bâillement et le rire sont communicatifs entre les hommes. Pourtant, certains autres facteurs rentrent en ligne de compte, comme les affinités et la proximité sociale entre les individus. C'est le résultat d'une étude menée par des chercheurs italiens, et qui concluent que cet aspect contagieux est en réalité une des plus spectaculaires manifestation d'empathie.

Atlantico : D'après les chercheurs des universités de Pise, Parme et Rome, les baillements communicatifs sont un signe d'empathie et un comportement de socialisation vis-à-vis de son interlocuteur. Quels sont les mécanismes cérébraux mis en avant dans cette étude qui expliquent ce phénomène ?

Thomas Hannagan : L'étude, publiée dans le journal accès libre PeerJ (voir ici), est entièrement basée sur l'observation comportementale, sans imagerie cérébrale. Si les auteurs restent donc discrets sur les mécanismes cérébraux qui sous-tendent leurs résultats, le système des "neurones miroirs" est évoqué. Ces neurones, distribués dans plusieurs régions du cerveau, s'activent lorsqu'un individu exécute une action ou qu'il voit cette même action exécutée par quelqu'un d'autre. Des études neuroscientifiques publiées en 2012 et 2013 montrent effectivement que chez l'homme, les neurones miroirs sont liés au phénomène de bâillements contagieux. 

D'autres comportements peuvent aussi prendre largement un caractère "collectif" sans raison apparente comme la peur, le stress, ou le rire. Pourquoi notre cerveau et nos émotions nous échappent-elles aussi dans ce genre de situation ?

Les phénomènes de contagion émotionnelle sont parmi les plus spectaculaires manifestation d'empathie. Mais l'empathie est une notion complexe, en laquelle les chercheurs voient un aspect automatique (empathie "affective") et un aspect plus conscient, qui demande une capacité de mise en perspective de soi vis-à-vis d'autrui (empathie "cognitive"). La partie automatique serait ainsi à l'oeuvre dans la contagion émotionnelle: il s'agit d'un comportement largement irrépressible, plutôt ancien du point de vue de l'évolution, puisqu'il se retrouve non seulement chez les primates proches de nous comme le bonobo, mais aussi, dans le cas des bâillements, chez d'autres mammifères comme le chien (voir ici).  

Peut-il y avoir un profil type de personne qui arrive à susciter, plus qu'une autre, un comportement incontrôlé communicatif ? Y a-t-il également des personnes qui y seraient plus sensibles ?

Je n'ai pas connaissance de travaux scientifiques sur ce sujet. Mais l'un des points importants de l'étude est que les phénomènes de contagion cognitive, qu'ils concernent les bâillements ou de manière générale, les émotions, sont plus forts chez les membres d'une même famille ou chez les sujets proches socialement. Les individus qui possèdent ou cultivent un comportement très social pourraient donc être d'avantage sujets à ce type de contagions que les autres.

L'étude italienne montre que les singes bonobos, assez proches de l'homme, sont aussi sujet aux bâillements collectifs mais sans le caractère empathique ou amical. Les hommes sont-ils les seuls à pouvoir cérébralement manifester ce type de sentiments ?

Non. En fait, l'étude montre qu'à l'intérieur des deux espèces, donc chez les bonobos comme chez les hommes, les bâillements sont toujours plus communicatifs entre individus liés par le sang ou socialement proches. Mais c'est à travers les espèces que l'étude révèle une empathie supérieure des humains. En effet, lorsque humains et bonobos sont appariés (unis ndlr) par affinités, on observe que les humains sont plus affectés par les bâillements des bonobos qui leurs sont chers, que ces derniers par ceux des humains. Même si notre espèce est souvent présentée comme étant la plus empathique, c'est donc seulement envers nos proches que nous autres humains démontrons plus d'empathie que les bonobos, nos voisins dans l'arbre de l'évolution. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Mont Everest : la fonte des glaces fait apparaître de nombreux corps d'alpinistes
03.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
04.
Fumer du cannabis à forte concentration de THC augmenterait les risques de développer une grave maladie mentale
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
07.
Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni... Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
06.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires