En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

04.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

05.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

06.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 6 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 7 heures 32 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 9 heures 12 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 10 heures 18 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 12 heures 56 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 13 heures 16 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 13 heures 57 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 15 heures 7 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 15 heures 40 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 16 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 7 heures 15 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 8 heures 22 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 9 heures 46 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 12 heures 20 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 13 heures 9 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 13 heures 30 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 14 heures 22 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 15 heures 21 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 16 heures 4 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 16 heures 41 min
© Reuters
Addicts aux activités à haut risque
© Reuters
Addicts aux activités à haut risque
Génération trompe-la-mort

Obsédés par le principe de précaution mais addicts aux activités à haut risque : c’est quoi notre problème ?

Publié le 14 août 2014
Que ce soit en montagne ou sous les mers, les accidents mortels se multiplient en cet été 2014. Un phénomène rendu paradoxal par le culte que voue notre société moderne au principe du "tout sécurité".
Stéphane Hugon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Hugon est docteur en sociologie, chercheur au CeaQ, responsable du Groupe de Recherche sur la Technologie et le Quotidien, chargé de cours à l'université Paris V.
Voir la bio
Guillaume routier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Routier est sociologue du sport et maître de conférences à l'Université de Lyon 1. Ses travaux portent, pour l’essentiel, sur les dynamiques (tant individuelles que collectives) entraînant des individus dans des engagements sportifs...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Que ce soit en montagne ou sous les mers, les accidents mortels se multiplient en cet été 2014. Un phénomène rendu paradoxal par le culte que voue notre société moderne au principe du "tout sécurité".

Atlantico : Les corps de six alpinistes, dont un guide expérimenté, ont été retrouvés ce mercredi 13 août dans le Massif du Mont Blanc. Malgré sa bonne préparation, cette expédition vient nous rappeler que le milieu montagneux est particulièrement hostile. En mer également, les noyades causées par des descentes trop profondes sont de plus en plus nombreuses. Pourquoi, alors que notre quotidien est constamment régi par le principe de précaution, sommes-nous tentés de nous exposer au danger ?

Guillaume Routier : Nous recherchons une "déroutinisation" de notre existence. Cette recherche passe, pour certains, par une confrontation au danger. Nous vivons dans une société du "tout sécurité", où tout est policé et fait pour que l'on se confronte le moins possible au danger, ou en tout cas pour que les conséquences de l'exposition à ce danger n'aient justement pas de conséquences.

Face à cette vie sans piment, on constate deux attitudes : certains satisferont ce besoin de mouvement dans des activités encadrées comme le canyoning par exemple, quand d'autres iront se confronter au danger d'une manière beaucoup plus directe et autonome en termes de gestion des conditions de sécurité.

Sont surtout concernés des hommes de moins de 30 ans. Des études ont montré qu'il s'agissait surtout d'hommes blancs plutôt que de populations noires ou asiatiques, et qu'ils avaient des niveaux de revenus moyens, voire élevés. Les sports concernés sont très outillés, comme le base jump, le parachutisme ou l’alpinisme, et les études tendent à montrer que les classes sociales les plus élevées sont attirées par la maîtrise d'un matériel.

L'anthropologue et sociologue David Le Breton a mis en avant le besoin de se confronter à la mort pour savoir qui on est. Ceci dit, ce n'est pas une fin en soi pour ceux qui recherchent des sensations fortes, mais plus un moyen de jouir d'une liberté. Voir ces pratiquants ainsi exposer leur liberté, cela peut déranger au niveau collectif.

Stéphane Hugon : Le mythe du risque zéro s'est construit peu à peu dans notre monde occidental. On n'avait jamais connu un niveau de visibilité comme celui qu'on a aujourd'hui. Plus une société – ses élites, pour être plus précis – tente de restreindre l'ensemble des situations à risque, plus elle génère chez les citoyens des sentiments de frustration et des envies de transgression. Sous couvert de se protéger, on a cassé la dynamique de l'esprit d'aventure et d'entreprise, et on a ouvert la voie à la recherche d'exposition au risque. Claude Lévi-Strauss remarquait dans les sociétés traditionnelles et modernes le phénomène qu'il nommait 'l'ordalie" : une société qui n'est plus exposée directement à la mort génère chez ses concitoyens des principes volontaires d'exposition au risque.

Ce phénomène ne se constate pas seulement chez les jeunes mais également chez les quadras. D'ailleurs ce sont surtout les personnes les plus protégées dans leur quotidien qui recherchent la proximité de la mort pour retrouver le frisson qui donne du sens à leur vie.

On est arrivé à saturation du mythe du progrès, qui a toujours été une sorte de conquête sur l'aléatoire. On en arrive à contourner ce mythe car on éprouve le sentiment que le jeu n'en vaut plus la chandelle. Aujourd'hui l'énergie de l'aventure n'est plus injectée dans l'idée de l'entreprise et de la construction, mais détournée vers le ludique et l'expérimental.

En juillet un alpiniste allemand est décédé dans les Alpes, dans le couloir du Goûter, réputé extrêmement dangereux. A la même période et dans ce même défilé, un Américain s'est engagé avec ses deux enfants de 9 et 11 ans, voulant battre le record de l'alpiniste le plus jeune à avoir gravi le Mont Blanc, mais a été forcé de reculer par un début d'avalanche. Comment expliquer cette recrudescence de comportements à risque, qui pour certains semblent totalement échapper au bon sens ?

Guillaume Routier : Lorsqu'un père met ainsi en danger la vie de ses enfants, le bon sens fait cruellement défaut. Outre la recherche du record, c'est-à-dire le plaisir d'associer son nom à un chiffre, il est difficile de comprendre une telle inconscience.

Plus globalement, le risque est maîtrisé en permanence dans notre société. Paradoxalement, donc, ce risque est rejeté, mais il séduit en même temps. L'engagement corporel est une forme d'exacerbation de notre expression sociale du rapport à la fois sécuritaire et libertaire au corps. Les deux aspects sont exaltés en permanence, ce qui gènère un tiraillement.

Autant en montagne qu'au sommet de buildings, ou en sautant dans les airs, de plus en plus de personnes mettent en scène leurs exploits sportifs en diffusant photos et vidéos sur Youtube et les réseaux sociaux. Comment expliquer que tant de personnes cherchent à faire savoir qu'elles s'exposent à la possibilité de perdre la vie ?

Guillaume Routier : L'être humain est nombriliste, il a besoin de reconnaissance et d'estime de soi. Dans un monde où tout passe par la représentation et la mise en scène de soi, le fait de s'exposer ainsi dans des situations périlleuses témoigne d'une course au "toujours plus". On ne veut plus seulement montrer qu'on a les plus belles vacances, on veut montrer de quoi on est capable. On arrive alors sur un terrain très dangereux, car à la différence des professionnels des sports extrêmes, des jeunes gens se mettent en danger d'une manière presque inconsciente. Je ne mettrais donc pas sur le même plan les jeunes Russes qui escaladent des buildings et les sportifs aguerris qui pratiquent le base jump ou l'alpinisme.

Cette exposition au risque au travers de pratiques sportives extrêmes est-elle nouvelle ? Qu'est-ce qui a changé par rapport aux anciennes générations ?

Stéphane Hugon : Ce sont les générations qui n'ont pas connu de guerre, et qui n'ont pas vu la mort en face, qui sont enclines à se mettre en danger. En Israël, pays constamment en guerre, la fascination pour le risque, dont le but est en quelque sorte de retrouver le droit de vivre, n'existe pas, ou très peu. Les sociétés pacifiées et très marquées par le progrès recréent des épreuves pour réinjecter de la gravité et, d'une certaine manière, de l'absurdité, pour resserrer les liens de la société. Les sports de l'extrême s'intègrent pleinement dans cette dynamique. Les Russes qui escaladent des buildings, par exemple, n'ont pas connu la guerre et ont accès aujourd'hui à une relative opulence. Ils se recréent des situations de risque, comme pour retrouver le sens de la vie. Sur le fond, ce qui prime, c'est l'ennui.

Guillaume Routier : Je ne suis pas certain que ce soit si nouveau que cela. Nous avons aujourd'hui beaucoup plus de moyens de connaître les risques sportifs, industriels ou sanitaires ; par conséquent on a l'impression que tout est dangereux, et donc on cherche collectivement à s'en protéger. Mais comme je le disais, paradoxalement on ressent le besoin de sortir de ce système, car c'est ce qui permet de se sentir vivant. La confrontation au danger encadrée sera vue avec bienveillance, mais lorsqu'elle se fait de façon autonome et assumée comme telle, elle est socialement dépréciée. En effet dans ce dernier cas le choix est en fait de se mettre en danger de manière réelle, et donc libre. Il faut voir derrière cela la revendication de la liberté de disposer de son corps, jusqu'à la mort s'il le faut. Mais ne tombons pas dans la caricature : il suffit de discuter avec des sportifs de l'extrême pour s'apercevoir qu'ils sont sains d'esprit et s'imposent des règles de sécurité drastiques.

Quels aspects de notre vie quotidienne génèrent une exaspération et une soif de danger chez les citoyens ?

Stéphane Hugon : C'est sous couvert de la protection de l'individu que les interdictions se font. Alcool, vitesse tabac : la législation est basée sur des considérations rationnelles, mais le concitoyen a parfois l'impression de ne plus s'appartenir. Il veut pouvoir se mettre en danger. Le débat s'était posé sur la ceinture de sécurité : le risque m'appartient-il ? Il a été considéré que lorsque la personne s'expose à un risque, c'est la collectivité elle-même qui est responsable de sa vie, et doit donc la sauver malgré elle. Globalement, la société considère qu'elle doit protéger l'individu contre lui-même. Les réactions peuvent être violentes, et à ce sujet le cas russe est flagrant : les accidents de voiture sont très nombreux, et les comportements transgressifs sont généralisés.

Ceux qui sont bien embêtés par le culte de la sécurité, ce sont les élus : au moindre problème dans les écoles ou sur la voie publique, c'est leur responsabilité qui est mise en jeu. Tout est judiciarisé ; on considère qu'il doit toujours y avoir une personne pour répondre des événements. Ce qui veut dire que l'on n'accepte plus la fatalité, comme cela pouvait être le cas par le passé.

A propos de responsabilité, sait-on qui est à l'origine de cette tyrannie de la sécurité ?

Stéphane Hugon : Il est difficile de donner un responsable ; disons que c'est le harcèlement du bien, on est ennuyé par ce qui nous sauve la vie. Tout l'enjeu est de trouver l'équilibre entre la logique normative et l'envie de vivre pleinement. Ce ne sont pas tant les lois qui posent problème que l'oubli du bon sens, et le fait de faire passe ce dernier par la loi. Et tout faisant l'objet d'une législation, les citoyens cherchent systématiquement un responsable à leurs problèmes.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 16/08/2014 - 08:53
Euh ! oui, mais...
Les intervenants ont certainement raison... Sauf que, une éducation reste utile, par exemple, "prendre la mer, pas les risques"... Sans être "dépendant" de la sécurité à tout prix, on peut vérifier le plein d'essence, ou l'existence d'un moyen radio, ou avoir une petite notion de la météo à venir, sans oublier de donner ses intententions à un familier... Bref les "têtes en l'air", ou tout simplement sans jugeote, éviteraient alors des inquiétudes aux proches, des recherches avec des moyens onéreux... Cibler l'article sur des sports à adrénaline pour porte-monnaies suffisamment étoffés, c'est avoir une vue partielle sur le comportement humain. Mais bon... un jeune homme qui se fracasse le crâne (se tue ou ou est très, très atteint) sur sa planche à roulettes, dans une rue en pente à minuit, sans éclairage autre que la lune, pas spécialement argenté, vous le classez où ?
lexxis
- 15/08/2014 - 07:37
ON NE PEUT PAS TOUT AVOIR!
Autre effet pervers du principe de précaution poussé à l'extrême et généralisé au-delà de la raison: la perte ou le recul de la notion de responsabilité individuelle et de la réflexion individuelle qui va avec. A force d'être collectives, les défenses désertent le champ de l'individu de plus en plus désemparé lorsqu'il est confronté à une situation de risque non répertoriée. Mais on ne peut pas tout avoir!
zouk
- 14/08/2014 - 14:07
Principe de précaution et risques individuels inconsidérés
A force de multiplier les "préventions de tous risques dans la société, les gens s'ennuient et cherchent l'adrénaline des risques personnels.
Allez donc voir si les habitants de Gaza ou les yézidis vont jouer à la roulette russe....