En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
Primaires PS
Le charme discret du Parti radical de gauche
Publié le 28 août 2011
Si Jean-Michel Baylet, le président du PRG, ne decolle pas dans les sondages sur la primaire PS, son programme est plutôt populaire auprès des sympathisants de gauche. C'est en tout cas ce que montre une récente étude de l'institut OpnionWay.
Julien Goarant est directeur d'études à l'institut OpinionWay. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Goarant
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Goarant est directeur d'études à l'institut OpinionWay. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si Jean-Michel Baylet, le président du PRG, ne decolle pas dans les sondages sur la primaire PS, son programme est plutôt populaire auprès des sympathisants de gauche. C'est en tout cas ce que montre une récente étude de l'institut OpnionWay.

ATLANTICO : D'après vos chiffres, près de 11 % des sympathisants de gauche disent qu’ils pourraient « probablement » ou « certainement » voter pour Jean-Michel Baylet. Que signifie ce score ?

Julien Goarant : Il ne s'agit pas forcément d'une adhésion, mais de l'hypothèse de pouvoir, éventuellement, voter pour lui. C'est le signe d'un intérêt, à la fois sur le fait que le PRG participe à ces primaires citoyennes qui ont été conçues pour être ouvertes assez largement à gauche, et que les idées du PRG dépassent sans doute la personnalité de Jean-Michel Baylet - qui manque peut-être un peu de notoriété aujourd'hui.

On est parti du programme du PRG tel qu'il est proposé aujourd'hui. On voit que l'adhésion à ce programme, à gauche, est très large. Il y a une pertinence à la participation du PRG qui est parfaitement validée par ses options idéologiques. Il y a de ce point de vue là une vraie cohérence entre la participation et le corpus idéologique.

Il y a quand même des choses qui se distinguent et qui marquent la spécificité du Parti Radical de Gauche aujourd'hui, et qui viennent enrichir les primaires citoyennes. Ce sont des éléments que l'on retrouve essentiellement sur une approche plus fédéraliste de l'Europe, avec un gouvernement économique européen, ou sur des questions de participation citoyenne, comme l'idée du vote obligatoire, qui les distingue un petit peu. De même, sur l'économie, le PRG préfère exonérer de charges les entreprises qui recrutent des jeunes plutôt que de créer 300 000 emplois jeunes : c'est quelque chose qui rallie un peu moins largement les sympathisants de gauche.

 

Est-ce que le PRG est plus ou moins à gauche que le PS ?

Des propositions du PRG peuvent être consensuelles pour différentes parties de la gauche. Sur la question des moeurs, par exemple sur la question de l'adoption par des couples homosexuels, il y a une proposition assez forte du PRG qui est souvent plus libéral que le PS. Seuls 67% des sympathisants de gauche soutiennent cette idée. Il y a un vrai enrichissement du PRG par rapport aux plateformes qui peuvent être présentées aux primaires socialistes. Sur la laïcité, également, le PRG ne cache pas son goût pour une laïcité réelle, au sens où il souhaiterait notamment que sur la question des subventions aux écoles confessionnelles, on règle définitivement la question. Ce qui reviendrait à couper toute subvention de l'Etat à l'enseignement privé.

 

Votre étude montre aussi que de nombreux électeurs de partis nettement plus à gauche que le PS  - et beaucoup plus hostiles au principe de l’élection présidentielle – s’apprêtent à voter aux primaires. N’est-ce pas un peu contradictoire ?

On est dans une logique de primaires citoyennes, qui ont été présentées ouvertes. A ce moment-là, on peut penser qu'effectivement d'autres personnes qui ont des valeurs de gauche aient envie d'influencer et de construire un Parti socialiste qui se rapproche d'eux. Premièrement ces sympathisants n'appartiennent pas à la gauche radicale  ou à l'extrême gauche, ou même au PS : ils sont "sympathisants de", ce qui veut dire qu'ils ont pu soutenir d'autres partis auparavant. Ils peuvent trouver le PS trop à gauche ou trop social-démocrate : par conséquent, orienter et créer une candidature socialiste à la présidentielle - c'est à dire au troisième tour des primaires - qui leur permette de s'y rallier au deuxième tour de l'élection présidentielle.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Gilets jaunes : les états-majors des grandes entreprises imaginent trois scénarios de sortie de crise possibles
03.
Alain Finkelkraut étrille Marlène Schiappa après ses propos sur la Manif pour tous
04.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
05.
L’affaire Benalla, ou la preuve qu’Emmanuel Macron est lui-même son pire ennemi politique
06.
Pour la mairie de Paris, la capitale serait salle à cause du réchauffement climatique
07.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
01.
Adieu, Di-Antalvic
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
03.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
04.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
05.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
06.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
01.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
02.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
03.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
04.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
05.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
06.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Rhytton
- 29/08/2011 - 02:06
PRG, danger?
Il doit exister un pacte républicain entre les cultes et la Nation. D'un côté l'État subventionne, de l'autre il contrôle les programmes des institutions privées et les coordonne.
paddy01
- 28/08/2011 - 19:49
Vous avez dit "charme secret du PRG"
Je ne vois aucun charme à un parti qui accueuille Bernard TAPIE en son sein, et souhaite en faire son "représentant" aux Présidentielles de 2012.
C. Sauvage
- 28/08/2011 - 17:26
Analyse intéressante mais
Analyse intéressante mais pourriez-vous m'indiquer pour qui a été réalisé ce sondage? Et faire figurer les options légales concernant ce sondages (nombre de personnes interrogées, méthode employée, etc). Merci