En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
ça vient d'être publié
light > Sport
Vive émotion
Coronavirus : mort de Pape Diouf, l'ancien président de l'OM, à l'âge de 68 ans
il y a 1 heure 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Terra Incognita : une histoire de l’ignorance" de Alain Corbin : récit des incroyables erreurs sur les secrets de notre planète bleue, stimulant !

il y a 4 heures 58 min
light > Media
Pédagogie et mobilisation
Edouard Philippe va participer à une émission spéciale sur le coronavirus dans la soirée du jeudi 2 avril sur TF1 et LCI
il y a 6 heures 27 min
pépites > Politique
Suivi de la crise du Covid-19
Mission d’information parlementaire : Edouard Philippe sera auditionné mercredi
il y a 8 heures 5 min
pépites > France
Alimentation
25% des marchés alimentaires vont pouvoir rouvrir en France
il y a 9 heures 24 min
pépites > Politique
"Souveraineté nationale et européenne"
Coronavirus : Emmanuel Macron annonce la production de millions de masques et promet une "indépendance pleine et entière" de la France
il y a 11 heures 4 min
pépite vidéo > Politique
Combattre le virus
Hongrie : Viktor Orbán obtient les pleins pouvoirs pour lutter plus efficacement contre le Covid-19
il y a 12 heures 19 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

il y a 14 heures 24 min
décryptage > Politique
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

il y a 14 heures 52 min
décryptage > Politique
Rupture douloureuse

Petit historique des catastrophes politiques vécues par la droite à chaque fois qu’elle a divorcé du libéralisme

il y a 15 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un long moment de silence" de Paul Colize : les destins croisés d’un homme d’aujourd’hui qui enquête sur la mort mystérieuse de son père, lors de l’attentat du Caire en 1954

il y a 4 heures 35 min
light > Insolite
Pouvoir de l'amitié
Aventoft : l'amitié ne connaît pas de frontières pour Inga Rasmussen et Karsten Tüchsen Hansen, malgré le confinement
il y a 5 heures 28 min
pépites > Justice
Charlie Hebdo et Hyper Cacher
Le procès des attentats de janvier 2015 va se dérouler du 2 septembre au 10 novembre 2020
il y a 7 heures 32 min
pépites > Economie
ISF ?
Gérald Darmanin lance "un appel à la solidarité nationale" pour aider les entreprises
il y a 8 heures 28 min
light > Media
Disparition
Mort du journaliste Pierre Bénichou à l'âge de 82 ans
il y a 10 heures 30 min
décryptage > Santé
Résultats prometteurs

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

il y a 12 heures 2 min
décryptage > Politique
Cohésion

Covid-19 : unité nationale où es-tu ?

il y a 13 heures 55 min
décryptage > France
Ils sont nombreux à être malades

Coronavirus : 26% des Français pensent qu’il s’agit d’un complot !

il y a 14 heures 37 min
décryptage > Economie
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

il y a 15 heures 8 min
décryptage > Santé
Plan d'action

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

il y a 15 heures 54 min
© Reuters
Google organise une opération de relations publiques en Sicile.
© Reuters
Google organise une opération de relations publiques en Sicile.
Dans le secret

Google camp pour les grands de ce monde : mais que peut-il bien s’y passer ?

Publié le 08 août 2014
Quand Google prévoit une opération de relations publiques, il ne le fait pas en petit. Le Google camp se déroulera cette année en Sicile, et n'accueillera que des personnalités influentes comme des entrepreneurs, des célébrités ainsi que des PDG. Au menu : farniente, débats et networking.
Fabrice Epelboin est enseignant à Sciences Po et cofondateur de Yogosha, une startup à la croisée de la sécurité informatique et de l'économie collaborative.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabrice Epelboin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabrice Epelboin est enseignant à Sciences Po et cofondateur de Yogosha, une startup à la croisée de la sécurité informatique et de l'économie collaborative.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quand Google prévoit une opération de relations publiques, il ne le fait pas en petit. Le Google camp se déroulera cette année en Sicile, et n'accueillera que des personnalités influentes comme des entrepreneurs, des célébrités ainsi que des PDG. Au menu : farniente, débats et networking.

Atlantico : Google accueille pour la première fois cette semaine en Sicile de nombreuses personnalités hors normes telles que des PDG, des entrepreneurs et autres célébrités ainsi que leur famille. Au programme : farniente et débats sur le monde. Qu'apportera ce séminaire à la stratégie de Google ?

Fabrice Epelboin : Selon les talents de Google, cette conférence leur apportera une adhésion ou une bienveillance de la part de nombreuses personnalités influentes issues de la finance, de la politique et des médias. C’est une espèce de Bildenberg matiné de club de vacances hyper élitiste, une grosse opération de relations publique, visant ceux qui contrôlent l’essentiel des destinées du monde, et Google affiche ainsi à ce petit monde qu’il en fait parti et qu’il est un acteur qui compte.

Parmi les personnes invitées, on compte de nombreuses personnalités telles qu'Eva Longoria ou Lloyd C. Blenkfein, le PDG de Goldman Sachs. Selon vous, comment Google a-t-il choisi ses invités ? Que peuvent-ils apporter à la célèbre entreprise ?

Dans la mesure où cette conférence était censée rester discrète, on peut éliminer la volonté de faire des retombées presse à travers la présence de people. A partir de là, tout est possible. Eva Longoria, qui partage sa vie avec un magnat des médias sud-américains, pourrait succomber pour Loyd Blankfein, allez savoir. Quoi qu’il en soit, tout ce petit monde portera sur Google un regard différent suite à cet évènement, et Google a impérieusement besoin de faire évoluer très vite sa stratégie de lobbying.

La marque Google est en pleine mutation. Le “don’t be Evil” a fait son temps, et qui peut désormais y croire après l’investissement de Google dans Boston Robotics, qui fabrique des robots pour l’armée américaine ? La présence du patron de Goldman Sach, la banque que l’on retrouve derrière la plupart des catastrophes financières de ces dernières années, et à qui l’on doit la transformation de la Grèce en quart-monde, n’est pas compatible avec la doctrine “don’t be Evil”. On est définitivement passé à autre chose.

Comme de nombreuses multinationales avant elle, Google, après avoir atteint une taille critique, transforme sa stratégie d’influence afin de ne plus avoir besoin de se reposer sur ses utilisateurs et sur le public en général, qui commence à entrevoir derrière le coté cool de la firme de Montain View, un géant qui porte des projets particulièrement inquiétants pour le monde, telle la robotisation de la guerre, l’intelligence artificielle dont un nombre croissant d’experts alertent l’opinion public sur ses dangers, ou bien encore la philosophie du transhumanisme, qui pose la question de l’arrivée prochaine d’une humanité où existeront des sur-hommes, transformés par la technologie et cherchant à accéder à l’immortalité. Car oui, tout ceci ne relève plus de la science fiction mais des programmes de R&D de Google.

Le jour où ces programmes feront l’objet d’un débat public, Google aura besoin d’alliés puissants. Car ce n’est pas la population, qui n’aura pas accès à ces privilèges, qui défendra les intérêts de Google, mais bien cette élite qu’il réunit dans des conférences huppées, et qui, elle, pourra bénéficier des progrès sur lesquels travaille Google.

Hormis les vacances offertes, quel est l'intérêt pour les personnalités présentes ?

Le networking apparait comme une opportunité évidente, ainsi que leur sentiment de tisser des liens intimes avec cet élite issue de la Silicon Valley, qui jusqu’ici ne partage pas grand chose (en dehors d’Ashton Kutcher) avec Hollywood, et à peine plus avec Wall Street, tout du moins d’un point de vue culturel et en termes de valeurs.

Au delà de ça, ces personnalités sont aussi des êtres humains. Le transhumanisme s’adressera, dans un premier temps tout du moins, à des gens très fortunés, et ceux d’entre eux qui seraient convaincus par la direction prise par Google pourraient être ses premiers clients, et du coup, d’ardents défenseurs des intérêts de Google.

De nombreux médias ont cherché à en savoir plus sur ce séminaire mais Google a systématiquement refusé. Comment expliquer cette frilosité à en parler ?

De la même façon qu’il est impossible pour les médias de couvrir des évènements comme les réunions du club de Bildenberg ou du dîner du Siècle. Ces évènements font tout pour rester discrets. Ce ne sont pas des occasions de communiquer quoi que ce soit avec l’extérieur. Comme pour Davos, c’est un entre soit.

Les médias sont par ailleurs dans une situation de conflit d’intérêt évidente : harceler Eva Longoria sur sa présence à cette conférence, c’est risquer d’être blacklisté lors de son prochain blockbuster - pire, de recevoir un coup de fil rageur du propriétaire du média.

Ce type de pratique est-elle courante ?

Hélas oui, c’est d’une banalité absolue, et pas qu’avec une petite élite comme le fait Google. Rassembler des influenceurs en leur offrant des vacances gratuites sous prétexte d’une conférence tout en conviant les conjoints et les enfants, c’est très classique. Un très grand nombre de multinationales font cela, aussi bien dans le secteur du BTP que dans la pharmacie ou dans bien d’autres domaines. Vous ne vous êtes jamais demandé pourquoi il y avait tant de congrès de médecine dans des lieux paradisiaques en été ? A intervalle régulier, les médias les plus courageux dénoncent - comme l’a fait Elise Lucet il y a peu avec l’industrie du tabac - la proximité dans leurs loisirs entre des personnalités influentes et des politiques et de grandes multinationales. C’est une forme de corruption, ni plus ni moins, et qui est également pratiquée par des Etats. Zine Ben Ali disposait ainsi d’une officine, l’ATCE, dont le rôle était de fournir des vacances à des centaines de journalistes français afin de “travailler son image”, et de nombreux pays pratiquent le même genre de lobbying. A voir les retombées presse en France des premiers temps de la révolution tunisienne, cette stratégie est extrêmement efficace.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
quesako
- 08/08/2014 - 21:05
Ce qui est positif chez Google est la diversité des acteurs !
Il me semble qu'ils ont même embauché une personne qui travaillait sur le transporter de M. Spock ! Il doit y avoir des brainstormings très intéressants. Google ne nous empêche pas de rester éveillé !