En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

05.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

06.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

07.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Libéralisation ?

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

il y a 36 min 20 sec
décryptage > Science
Etrange...

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

il y a 2 heures 33 min
décryptage > Politique
Info ou intox ?

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

il y a 2 heures 55 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 17 heures 38 min
pépites > Société
A toute vitesse ?
Rouen : l'usine Lubrizol pourrait reprendre partiellement son activité avant la fin de l'année
il y a 19 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : "La dernière bande" : Un texte exigeant mis à la portée de tous les cœurs par un immense comédien

il y a 19 heures 57 min
décryptage > Economie
Grande fierté

L’Italie n’a pas inventé les pâtes, mais a su préserver sa sauce bien mieux que la France. Connaissez-vous vraiment l’Italie ?

il y a 20 heures 14 min
pépites > Faits divers
Drame
Toulouse : un pont s’effondre, un mort et cinq blessés
il y a 21 heures 36 min
décryptage > Economie
"Impeachable" or not "impeachable" ?

Etats-Unis : pour les marchés financiers, Donald Trump n’est pas « impeachable »

il y a 22 heures 25 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Quand le parti conservateur britannique redevient un parti de droite

il y a 22 heures 40 min
décryptage > Economie
Tout ça pour ça

Vote du PLF 2020 : 3 mois de débats pour presque rien (de nouveau)

il y a 40 min 34 sec
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

il y a 2 heures 50 min
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 16 heures 56 min
light > Culture
Jackpot !
Gros succès pour le Joker qui dépasse le milliard de dollars de recette
il y a 18 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Civilizations" de Laurent Binet : Suite et fin des prix littéraires 2019 chroniqués ici : le Prix de l'Académie française, qu récompense ce conte philosophique où les Incas envahissent l’Europe

il y a 19 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sans la liberté" de François Sureau : La liberté a déjà disparu

il y a 20 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
Bougeotte
Edouard Philippe assure que sa volonté de transformer le pays reste "intacte"
il y a 21 heures 34 min
décryptage > Economie
Combat profond

Huile de palme : comment le gouvernement profond combat l’écologie

il y a 22 heures 18 min
décryptage > Economie
Choc

Ce choc de gestion de l’Etat sans lequel la crise ouverte par les Gilets jaunes ne se refermera pas

il y a 22 heures 32 min
pépites > Politique
Réformons !
Edouard Philippe : la "volonté de "transformer" la France reste intacte dans les rangs de l'exécutif
il y a 22 heures 46 min
© Reuters
Photo d'illustration // Les leviers de manettes de décollage de l'avion "US Air Force B-52".
© Reuters
Photo d'illustration // Les leviers de manettes de décollage de l'avion "US Air Force B-52".
Et ça continue !

Quand la France s’obstine à utiliser des leviers économiques qui ne fonctionnent pas : la preuve par 6

Publié le 08 août 2014
Créer le CICE (Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi) tout en augmentant les cotisations retraite ; favoriser par différentes mesures l'emploi des 30-45 ans, tout en affirmant la nécessité de faciliter l'insertion des moins de 30 ans et maintenir l'emploi des seniors, etc. Autant de comportements schizophrènes de la part du gouvernement qui nuisent gravement à l'économie française.
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Crevel est économiste, directeur du Cercle de l’Épargne et directeur associé de Lorello Ecodata, société d'études et de conseils en stratégies économiques.
Voir la bio
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Créer le CICE (Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi) tout en augmentant les cotisations retraite ; favoriser par différentes mesures l'emploi des 30-45 ans, tout en affirmant la nécessité de faciliter l'insertion des moins de 30 ans et maintenir l'emploi des seniors, etc. Autant de comportements schizophrènes de la part du gouvernement qui nuisent gravement à l'économie française.

1 – 84 % des embauches au 1er trimestre se sont faites en CDD, contre 70% en 2008

Philippe Crevel : Le marché du travail français est de plus en plus dual. Il y a ceux qui ont un emploi stable, que ce soit au titre de la fonction publique ou d’un contrat à durée indéterminée, et les autres qui sont employés en intérim ou en contrat à durée déterminée. Néanmoins, le CDI reste la norme. En 2012, près de 87 % des salariés sont employés en CDI. Ce taux tombe à 66 % pour les moins de 30 ans prouvant les difficultés d’insertion des jeunes. 2,8% des salariés sont en intérim et 10,3% en CDD. L’évolution s’effectue au niveau des flux. Aujourd’hui, la porte d’entrée du marché du travail passe de plus en plus par le CDD voire l’auto-entrepreneur.

Si la part des CDI dans l'emploi reste, en effet, stable entre 2000 et 2012, les embauches en CDD et en intérim explosent. Entre le 1er trimestre 2000 et le 4ème trimestre 2012, les déclarations uniques d'embauche en CDD ont augmenté de 76,2% quand celles en CDI ne progressaient que de 3,8%. Les missions d'intérim ont  augmenté de 14,3%,. En 2012, plus de neuf embauches sur dix se sont faites en CDD (49,5%) ou en intérim (42,3%). La part des CDD de moins d'un mois dans les embauches est  passée de 24,1% à 39,1% de début 2000 à fin 2012, selon une étude du Ministère du Travail.

Cette situation vaut surtout pour ceux qui sont à la recherche d’un emploi. Seulement 30 % des sortants de Pôle Emploi ont récupéré un emploi en CDI, 25 % un contrat de 6 mois ou plus et 7 % sont à leur compte. Les contrats aidés, qui sont  majoritairement de 6 mois ou plus, représentent 9 % des emplois occupés à la sortie.  Le premier trimestre 2014 confirme cette tendance.

L’absence de perspectives de croissance et les rigidités du marché du travail incitent les entreprises à recourir à des formes précaires pour la création d’emploi. Les employeurs souhaitent limiter au maximum les risques et utilisent les CDD comme période allongée d’essai. Ce type de contrat, comme l’intérim, permet de contourner les règles contraignantes des licenciements économiques. Cette précarisation rampante du monde du travail pénalise les jeunes et ceux qui ont été auparavant licenciés..  

 

2 – Le rendement de la "surtaxe Sarkozy" s’est écroulé de 17% en 2013 (impôt additionnel sur les revenus dépassant les 250 000€, mis en place en 2011)

Philippe Crevel : La contribution exceptionnelle sur les hauts revenus a été instituée par Nicolas Sarkozy. En 2012, pour sa première année d’application, elle avait rapporté 630 millions d’euros, soit  58 % de plus que les prévisions. En 2013, en revanche, la " surtaxe Sarkozy "  n’a rapporté que 522 millions d’euros, en baisse de 17 % selon le rapport de la commission des Finances de l’Assemblée nationale. Cette taxe additionnelle de 3 % sur les revenus dépassant les 250 000 euros et de 4 % au-delà de 500 000 euros a été payé par 29 748 contribuables en 2013 , soit 65 de plus qu’en 2012. La diminution s’explique par une  diminution de 2,7 milliards d’euros de la base taxable qui s’élève à 27,5 milliards d’euros. La baisse des revenus des capitaux mobiliers et des plus-values mobilières ont joué en défaveur de la taxe.

La taxe étant très concentrée sur un nombre réduit de contribuables, ces derniers ont sans nul doute optimisé fiscalement leur situation en réduisant leur assiette fiscale en jouant sur les mécanismes de déduction fiscale. En recourant à des montages juridiques, ils ont pu loger une partie de leurs revenus dans des personnes morales tierces. Ils ont pu également réduire leurs revenus en privilégiant le réinvestissement.

3 – L’ISF atteindra en 2014 5,3 milliards d’euros

Philippe Crevel : L’ISF est un impôt symbole. Son rendement, son coût de gestion ne comptent pas. En 2013, l’ISF a rapporté une goutte d’eau mais il y a des gouttes qui ressemblent à des bœufs. En effet, l’ISF s’est élevé à 4,33 milliards d’euros. En ce qui concerne  l’impôt déclaré spontanément, le montant n’est que de 3,63 milliards d’euros. Les contrôles fiscaux et les mesures de rectification ont accru les recettes de 700 millions d’euros. Pour mémoire, l’ensemble des prélèvements ont atteint, en 2013, plus de 944 milliards d’euros.

L’ISF est acquitté par des contribuables ne pouvant pas délocaliser leur patrimoine ou ne le voulant pour des raisons patriotiques. Il s’agit avant tout d’un impôt foncier. L’optimisation fiscale permet d’en réduire le poids pour les contribuables les plus fortunés. C’est un impôt économique car il incite les contribuables à réduire leur assiette fiscale en France ou à effectuer des choix avec comme seul objectif la réduction de leur impôt. L’ISF est tout sauf un impôt neutre économiquement. Avec un taux marginal d’imposition de 1,5 %,  applicable sur un capital et après paiement de l’impôt sur le revenu, ainsi que des prélèvements sociaux, l’ISF est potentiellement destructeur de capital. Certes, certains experts affirment qu’un tel taux oblige les contribuables à maximiser le rendement du capital, ce qui est plutôt positif pour l’économie. Mais pour un propriétaire immobilier, les marges de manœuvre sont étroites pour améliorer le rendement de ses biens surtout s’ils constituent sa résidence principale. Taxer les revenus, les plus-values et les successions constituent des choix politiques mais à condition de rester raisonnable, peuvent se justifier d'un point de vue social et économique. Il en est tout autre avec une taxation annuelle du capital. Il faudrait sans nul doute supprimer l’ISF et le remplacer par une taxe spéciale sur les grandes successions. L’autre voie serait d’instituer une taxe générale sur le capital à faible taux. L’inconvénient de cette dernière solution est de ne pas marquer du fer rouge les soit disant grandes fortunes. Or, en France, la fiscalité a un peu remplacer la guillotine…

 

4 - CICE : Les coûts horaires de la main d’œuvre au premier trimestre 2014 ont augmenté de 1,2% (source Eurostat)

Philippe Crevel : Plusieurs facteurs contribuent à l’augmentation des coûts salariaux. Le relèvement des cotisations sociales constituent un des facteurs importants. En 2012 comme en 2014, les cotisations retraite ont été relevées. Par ailleurs, de nombreux salariés sont couverts par des accords collectifs comportant des mécanismes de relèvement automatique de salaires. Ces augmentations peuvent s’assimiler à celles en vigueur dans la fonction publique et qui prennent le nom de "Glissement, Vieillesse et Technicité". Par ailleurs, certaines entreprises ont instauré des augmentations pluri-anuelles des salaires visant à prendre en compte sans trop le dire l’inflation.

L’augmentation des salaires n’est pas en soi condamnable à la réserve près qu’elle doit être la traduction de gains de productivité. Or, actuellement, les entreprises françaises génèrent peu de gains de productivité. La faiblesse du taux de marge les empêche d’investir et la faiblesse de la demande interne ne concourt pas à l’introduction de nouveaux processus de production. Un cercle vicieux s’est instauré. L’augmentation continue des coûts salariaux empêche la restauration du taux de marge. Les pouvoirs publics sont assez schizophrènes en la matière : d’un côté, ils décident la création du CICE, l’instauration de nouvelles exonérations de charges sociales, mais de l’autre augmentent les cotisations retraite, voire créent une nouvelle cotisation afin de financer les comptes de pénibilité.

5 – Hausse des licenciements des seniors par anticipation, avant la barre des 50 ans

Philippe Crevel : Au mois de juin 2014, 788 000 demandeurs d’emploi (catégorie A) ont plus de 50 ans contre 780 800 au mois de mai et 743 800 au mois de décembre 2013. En deux ans, le chômage des seniors s’est accru de 181 000, soit une hausse de 29 %.; en six mois, la hausse est de 6 %.

Les entreprises françaises, pour réduire leurs coûts, licencient les seniors. La France possède un des plus faibles taux d’emploi pour les 55 – 65 ans. Or, plus les pouvoirs publics, plus les partenaires sociaux adoptent des règles pour dissuader les licenciements des plus de 50 ans, plus les entreprises licencient leurs salariés avant la barre symbolique. Il y a quelques années, la période de tous les dangers était entre 50 et 55 ans ; désormais elle commence avant 50 ans. C’est la conséquence de la réglementation et des accords collectifs qui tendent à protéger les salariés de plus de 50 ans. Ces mesures ont deux conséquences : le chômage des plus de 50 ans se caractérise par un accroissement de sa durée, 478 jours contre 269 en moyenne, et par la difficulté de retrouver un CDI. La deuxième conséquence est de déplacer la zone de fragilité en deçà de 50 ans. De ce fait, le taux de chômage des 45 à 49 ans progresse plus vite que la moyenne depuis la crise. Il était de 5 % en 2007, il dépasse désormais 8 %.  Pour 37 % des demandeurs d’emploi âgés de 45 à 49 ans, la durée de chômage dépasse deux ans. Seuls les plus de 50 ans ont un taux supérieur. La vie active est en train de se concentrer sur les 30 – 45 ans ; or les pouvoirs publics indiquent, sans que cela soit suivi d’effet, qu’il faut faciliter l’insertion des moins de 30 ans et maintenir les seniors en activité. Les dispositifs " emploi d’avenir " et les contrats de génération sont des cautères sur une béquille de bois.

6 - La répétition des mauvaises statistiques PMI pour la France 

Nicolas Goetzmann : Les indicateurs PMI sont des photographies fiables de l’activité économique du pays. Ils traduisent une stagnation depuis le début de l’année et un enlisement plus prononcé au cours des deux derniers mois. Le cadre général européen est meilleur mais il est également plutôt orienté à la baisse. Cette situation est parfaitement en adéquation avec la stratégie européenne actuelle. Les politiques d’austérité ont pour objectif " d’améliorer " la compétitivité des Etats européens afin de les rendre plus performants à l’exportation. Alors que l’Allemagne ou les Pays-Bas sont des économies totalement dédiées à l’export (51% du PIB pour l’Allemagne, 88% pour les Pays-Bas), l’économie française n’en dépend qu’à hauteur de 27% (même l’Espagne ou l’Italie sont plus tournés vers l’exportation que la France). La voilure est ainsi bien plus faible pour s’en sortir de cette façon. Et étant donné que les marchés intérieurs français et européens sont compressés à l’excès, il est normal que le pays en souffre. Il suffit de rajouter à cela une fiscalité aussi instable que confiscatoire, une réduction programmée des dépenses publiques entraînant des effets récessifs, et un manque de vision générale de l’exécutif pour définitivement achever tout espoir de reprise.

Le récent affaissement européen est la conséquence de cette stratégie tournée vers l’export. Une telle politique entraîne une forte dépendance à l’état économique des pays émergents, des Etats-Unis etc…Et l’état global de l’économie est plutôt décevant, notamment dans les pays émergents. Il suffirait d’ailleurs d’un ralentissement général pour prendre l’Europe à revers. Elle serait alors prise en tenaille un contexte global morose et un marché intérieur qui est délibérément écrasé par les politiques d’austérité. Et c’est ce qui me semble irresponsable. L’Europe est un marché intérieur géant, et c’est sur ce marché qu’il faut s’appuyer pour une reprise.

 

Pour lire le Hors-Série Atlantico, c'est ici : " France encéphalogramme plat : Chronique d'une débâcle économique et politique"

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

05.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

06.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

07.

+60% de créations d’entreprises : quand le Financial Times loue les vertus des mesures économiques d’Emmanuel Macron

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
john mac lane
- 04/08/2014 - 16:58
Quelle réduction des dépenses publiques???
Les dépenses auraient diminué?
Il y aurait moins de fonctionnaires?
La "réduction programmée", un peu comme la courbe de chômage qui s'inverse....
Anguerrand
- 04/08/2014 - 15:35
Le CICE, les " pactes" de tous poils, le
C'est l'Arlesienne des mois que l'on en parle mais pas le début d'une exécution. Quand Hollande n'a rien à dire( pléonasme ) il tente de s'en sortir avec ces promesses. De toute façon la France n'a pas le premier € pour réaliser ses promesse, alors mon vieux parle toujours plus personne ne t'ecoute mon povre Flanby.
vangog
- 04/08/2014 - 12:25
Le "Marché intérieur géant", c'etait
la réalité Européenne avant qu'elle ne soit pervertie par les socio-démagogues des années 80.
Le marché unique fonctionnait bien, et de mieux en mieux, avant!
Car les pays composant l'Europe conservaient leur souveraineté, les fameux "leviers"monétaires et budgétaires dont vous parlez. Aujourd'hui, ces "leviers" ont été transférés à une Europe mal conçue, dominée par les technocrates et les socio-démagogues, qui veut de la croissance économique, mais impose la décroissance verte des ecolo-régressifs, qui veut de l'harmonisation normative, mais aggrave les conséquences des dumpings fiscaux et sociaux par ses élargissements intempestifs, qui veut s'appuyer sur des valeurs Européennes, mais n'a pas créé les instruments de regroupement autour de ces valeurs, armée, frontières, gouvernance commune, lutte contre l'immigration et l'islamisme.
La France est l'enfant malade de l'Europe car cette Europe est une mère schizophrène,qui pratique, un jour, l'inverse de ce qu'elle désirait la veille. Dernier symbole de cette schizophrénie: Bâle III et son obligation de fonds propres en plus d'un fonds de garantie et de sauvetage alimenté par les banques...de quoi assécher les crédits, très vite!