En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

ça vient d'être publié
light > Culture
Une voix s'est tue
La cantatrice Mady Mesplé est décédée
il y a 2 heures 35 min
light > Science
Retour à l'envoyeur
Vol habité de SpaceX : Elon Musk répond à un tacle de l'agence spatiale russe, celle-ci réplique
il y a 3 heures 55 min
pépites > Société
Priorités
PMA pour toutes : des députés plaident l'urgence d'un retour du texte à l'Assemblée nationale
il y a 5 heures 10 min
light > Media
Accusé
Jean-Marc Morandini : un procès requis pour corruption de mineur
il y a 5 heures 47 min
pépite vidéo > Science
Starman
SpaceX : les meilleurs moments du lancement de la capsule habitée Crew Dragon
il y a 8 heures 6 min
décryptage > High-tech
Espionnage

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

il y a 8 heures 53 min
décryptage > Science
Nouvelle donne

Vol habité de SpaceX : le retour de la conquête spatiale ?

il y a 9 heures 34 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Planter des arbres n’est pas toujours bon pour la planète
il y a 10 heures 15 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

La mondialisation : un vecteur favorable pour les épidémies ?

il y a 10 heures 16 min
décryptage > Société
Drame

"Salle de traite", la pièce de théâtre sur le suicide d'un éleveur laitier

il y a 10 heures 17 min
pépite vidéo > International
Mort de George Floyd
Etats-Unis : deux voitures de police foncent sur la foule à New York
il y a 3 heures 20 min
pépites > France
Déconfinement extrême
Plusieurs milliers de clandestins ont défilé à Paris malgré l'interdiction de la préfecture
il y a 4 heures 30 min
pépites > Politique
Nomination
L'ancien ministre socialiste Pierre Moscovici va prendre la tête de Cour des comptes
il y a 5 heures 37 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX : revivez le lancement réussi du premier vol habité de Crew Dragon ; Proxima b est confirmée ! Il y a bien une exoterre dans la zone habitable de l’étoile la plus proche de nous
il y a 7 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le maître du « je »

il y a 8 heures 44 min
décryptage > France
État providence et modèle social français

1945 : l’héritage béni devenu largement toxique

il y a 9 heures 6 min
décryptage > International
Symptômes d’un nouveau conflit

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

il y a 9 heures 50 min
décryptage > Politique
Mains tendues

Macron/Collomb : le match du meilleur instinct pour 2022

il y a 10 heures 15 min
décryptage > Europe
Jésus reviens, ils sont devenus fous

La Pologne : un royaume où règne la droite la plus bête du monde

il y a 10 heures 17 min
décryptage > Economie
Crise

Les crédits aux PME sont insuffisants !

il y a 10 heures 17 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

La France est-elle encore germanophobe ?

Publié le 25 juillet 2014
Elles sont soeurs, nées de la même terre, l'empire de Charlernagne. Pourtant elles ne cessent de s'observer, de se méfier l'une de l'autre, de s'envier, de s'aimer, de se haïr. Elles ? La France et l'Allemagne, les deux nations phares de l'Europe. Extrait de "Petite histoire de la germanophobie", de Georges Valance, publié aux éditions Flammarion (1/2).
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Elles sont soeurs, nées de la même terre, l'empire de Charlernagne. Pourtant elles ne cessent de s'observer, de se méfier l'une de l'autre, de s'envier, de s'aimer, de se haïr. Elles ? La France et l'Allemagne, les deux nations phares de l'Europe. Extrait de "Petite histoire de la germanophobie", de Georges Valance, publié aux éditions Flammarion (1/2).

Le spectre des années noires

Contrairement à la Chine ou à l’Afrique noire par exemple, l’Occident ne prête guère attention aux prédictions des ancêtres. Elle a tendance à les considérer comme des ratiocinations de vieux sages, alors que certaines de leurs prédictions sont fondées sur une longue expérience et une réflexion approfondie sur l’Histoire. Ainsi l’avertissement de Konrad Adenauer à la fin de sa vie : « Dès que Berlin redeviendra capitale, cela réveillera la méfiance de l’étranger. »

De fait, la montée en puissance de la « république de Berlin » s’accompagna d’un courant germanophobe inédit en Europe depuis la guerre, courant provoqué par la crise de l’euro et sa gestion brutale par les Allemands. Ces derniers, persuadés qu’ils sont les élèves modèles de l’Europe, et trompés par les sourires avenants des hôteliers et restaurateurs de l’Europe du Sud, découvrent avec stupéfaction qu’ils demeurent les descendants des nazis aux yeux des autres. Tous ces efforts pour s’intégrer à l’Occident démocratique seraient donc vains ? Le choc est d’autant plus rude que les réactions les plus virulentes émanent de pays qui ont connu des régimes dictatoriaux, l’Espagne, le Portugal et la Grèce.

Même dans les pays qui n’ont pas connu d’invasion allemande, la référence à la dernière guerre est constante. « Angela Merkel, comme Hitler, a déclaré la guerre au reste du continent, cette fois pour s’assurer un espace vital économique 1 », écrit dans El País un professeur d’économie de l’université de Séville. À Valence, on brûle de grandes figurines de la chancelière déguisée en Viking, une hache à la main, et à Madrid on l’accueille en septembre 2012 par un « Non à une Europe allemande » ou « Merkel go home ». Même les Portugais, si calmes, ont manifesté par dizaines de milliers lors de la visite à Lisbonne de la chancelière en novembre 2012, s’écriant : « Une Allemagne européenne oui ! » ou encore : « Le Portugal n’est pas le pays de Merkel. »

Grèce et à Chypre, les réactions germanophobes sont à la mesure des sacrifices qu’imposent à la population les plans d’austérité décidés par l’Europe et le Fonds monétaire international, dont l’Allemagne est rendue seule responsable depuis la fin du couple « Merkozy » qui sauvegardait l’apparence d’une gestion européenne de la crise. La référence au nazisme est constante dans ces manifestations, et elle a atteint son paroxysme lors de la visite d’Angela Merkel à Athènes, le 9 octobre 2012. Drapeaux nazis et allemands étaient mêlés et brûlés ensemble dans les rues ; des affiches montraient Merkel affublée d’un casque à pointe, le visage barré d’une croix gammée ou posant en général nazi, entourée de trois collaborateurs dans le même uniforme ; des slogans fusaient, tel « Non au IVe Reich » ; des jeunes en uniformes SS paradaient le bras tendu dans une jeep… Ce jour-là, les Grecs n’ont pas hésité à exploiter tous les clichés pour humilier la chancelière et rappeler aux Allemands les années les plus sombres de leur histoire. Qui furent aussi les plus dures de l’histoire contemporaine grecque : la répression de la résistance grecque fut particulièrement sanglante pendant la Seconde Guerre mondiale, tandis que la famine provoquée par les troupes d’occupation fit un demi-million de victimes.

« L’affrontement démocratique »

La France n’a pas connu une telle vague germanophobe, même s’il lui arrive de céder à la tentation, ainsi lorsque des membres du gouvernement et des responsables du Parti socialiste « déclarent la guerre » à l’Allemagne, comme l’a titré le quotidien Libération au mois de mai 2013. Aujourd’hui en France, la germanophobie est plus une affaire d’élites – de gauche – qu’une préoccupation populaire.

Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif, a ouvert le feu à l’automne 2011 en comparant Angela Merkel au « chancelier de fer » : « Bismarck fit le choix politique de réunifier les principautés allemandes en cherchant à dominer les pays européens, particulièrement la France. Dans une similitude frappante, la chancelière Angela Merkel cherche à régler ses problèmes intérieurs en imposant l’ordre économique et financier des conservateurs allemands à tout le reste de l’Europe 1. » Sur le moment, beaucoup n’ont vu dans ces propos qu’une réponse politicienne à Jean-Luc Mélenchon qui a fait de l’antigermanisme une des antiennes de son discours. Mais ces reproches ont dépassé le cadre politique hexagonal lorsque, dans son intervention télévisée du 28 mars 2013, François Hollande s’est prononcé en faveur d’une « tension amicale » avec Angela Merkel. « Amicale » peut-être, mais le mot « tension » n’était-il pas rayé du lexique politique francoallemand depuis des décennies ? Depuis, tout se passe comme si les socialistes se sentaient libérés par la parole du président. Ou alors assiste-t-on à une opération concertée et secrète pour affaiblir la chancelière et l’obliger à atténuer la rigueur de ses positions à Bruxelles ? Le 26 avril 2013, dans une interview au Monde, le quatrième personnage de l’État, Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale, surenchérissait : « François Hollande appelle cela la “tension amicale”. Pour moi, c’est la tension tout court et, s’il le faut, la confrontation. »

Le Parti socialiste, qui a du mal à s’imposer comme parti gouvernant et dirigeant, a conforté les propos du président de l’Assemblée. Des fuites, publiées par Le Figaro dès le 27 avril 2013, ont révélé que pour sa prochaine convention sur l’Europe il préparait un texte très dur contre la politique d’austérité en Europe, un pamphlet contre la chancelière allemande en appelant à un « affrontement démocratique » : « Le projet communautaire est meurtri par une alliance de circonstance entre les accents thatchériens de l’actuel Premier ministre britannique et l’intransigeance égoïste de la chancelière Merkel. »

Celle-ci, déjà heurtée par les attaques et les caricatures fusant de toute l’Europe du Sud, n’apprécie guère les critiques venant de ses « amis » français. Cependant, la chancellerie de Berlin ne réagit pas officiellement aux piques françaises et s’en tient à sa ligne de conduite habituelle : on ne montre pas de désaccord avec la France en public. C’est le parti de la chancelière, la CDU, qui s’est chargé de répondre le 29 avril à travers un communiqué perfide du président du groupe d’amitié franco-allemand au Bundestag, Andreas Schockenhoff :

Les attaques infondées des responsables socialistes français de haut rang contre la chancelière sont inhabituelles et inappropriées pour la relation franco-allemande. Elles montrent avant tout le désespoir dans lequel se trouvent les socialistes français du fait que, un an après leur arrivée au pouvoir, ils n’ont aucune réponse convaincante aux problèmes financiers et économiques de leur pays.

À Paris, même s’il n’est pas totalement étranger à l’opération, l’exécutif est contraint de corriger ces excès, sauf à prendre le risque d’une rupture avec l’Allemagne – ce qui serait un fort mauvais signal pour les milieux financiers internationaux et provoquerait a minima une hausse des taux d’intérêt de la dette française. François Hollande rappelait le 16 mai 2013 : « J’ai parlé de tension amicale avec l’Allemagne : il faut garder l’amitié, sinon ça casse. » Jean-Marc Ayrault, ancien professeur d’allemand, germanophile convaincu et médiateur idéal des crises entre les deux pays, a demandé que soient expurgés les passages les plus violents du texte du Parti socialiste et multiplié les propos apaisants avec ses ministres, dont Pierre Moscovici, qui a déclaré : « L’idée qu’il faudrait une confrontation avec l’Allemagne est fausse et totalement contre-productive.

La France n’a pas non plus abondé dans l’humilité ni la repentance. Si le climat s’est autant dégradé avec l’Allemagne et si des bouffées de germanophobie n’ont pu être évitées, la responsabilité en revient aussi à Angela Merkel et à sa manière arrogante de gérer la crise de la dette et de l’euro. Si elle peut imposer sa vision des choses, c’est que seul Berlin a vraiment les moyens financiers de venir au secours des États en faillite. Mais son ton paternaliste irrite, de même que sa personnalité de donneuse de leçons :

Avec son côté fille de pasteur luthérien, précise l’intellectuel Jean-Louis Bourlanges, ancien député européen, elle rappelle que les hommes sont sur terre pour souffrir. Si les Grecs doivent payer cher les taux d’intérêt de leur dette et se priver pour cela, c’est qu’ils ont péché. L’excès de moralisme dans les relations internationales est toujours dangereux. Il a failli cette fois emporter l’euro et l’Europe.

Les Allemands accusent souvent les Français d’inconséquence : « Si nous faisons de la Realpolitik, vous nous le reprochez ; si au contraire nous sommes pacifistes, vous nous le reprochez aussi. » Le point de vue est compréhensible, mais ce qui inquiète les Européens, c’est la tendance de l’Allemagne à imposer un modèle de gestion économique, le sien, qui serait l’unique voie possible. Certains Allemands en sont conscients, dont le sociologue Ulrich Beck, qui y voit là une nouvelle forme de nationalisme : « Dans le monde politique, les médias et l’opinion publique, une nouvelle fierté nationale, qui se construit autour de ses propres performances, se déploie », écrit Ulrich Beck dans un livre décapant, intitulé Non à l’Europe allemande. « On pourrait résumer cette nouvelle identité dans la formule : nous ne sommes pas les maîtres de l’Europe mais nous en sommes les mentors. Ce nationalisme du “nous-sommes-redevenus-importants-etsavons- de-quoi-il-retourne” est enraciné dans ce qu’on peut appeler “l’universalisme allemand”. »

Extrait de "Petite histoire de la germanophobie", de Georges Valance, publié aux éditions Flammarion. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

04.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 26/07/2014 - 07:17
Jalousie
Voilà ce qui caractérise le français moyen, il est jaloux de l'argent de son voisin ( mais pas de du sien) . La France pays le plus feignant du monde, une productivité importante mais un temps de travail réel le plus faible dans toute sa vie. Tous les pays autour de nous redémarrent sauf nous, il serait temps de se poser certaines questions ; 35 heures, 5/6 semaines de congés, des profs qui travaillent un jour sur 3 dans l'année,...et surtout des dépenses d'état/ collectivités exorbitantes auxquelles on ne veut pas toucher,.
Benvoyons
- 25/07/2014 - 11:12
La France n'est pas germanophobe elle est seulement contre
la réussite. Toute la Culture Française, l’Éducation Nationale,ne sont que dans la recherche du nivellement par le bas.C'est la culture de la faute des autres.C'est la culture d'une élite Fonctionnaire Française qui cherche à faire croire que se ne sont pas eux qui sont la cause de leurs maux , mais les autres. Un jour l'Allemagne, un jour UK, un jour les USA, un jour les riches, un jour la Finance, un jour certains métiers,alors que l’État en a fait l'organisation et les prix, un jour l'Europe,etc.....Les seules choses qui trouvent grâce dans cette élites Fonctionnaire et bien eux, eux, toujours eux et les mirages orientaux.
Mais il ne faut pas se tromper l’Élite FN MLP est encore pire dans la démagogie des faux coupables.