En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
Les mots pour le dire
Mais au fait, c'est quoi la Bourse ?
Publié le 22 août 2011
Le terme "bourse" renvoie à plusieurs définitions possibles, dont il n'est pas toujours évident de discerner les fonctions et les acteurs. Petite définition synthétique pour s'y retrouver.
Jean-François Lemettre est professeur émérite à l'université Paris 11, où il a enseigné la finance de marché, la gestion des risques et l'analyse économique des stratégies d'entreprises.Il est l'auteur de Des bourses aux entreprises de marché (L...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-François Lemettre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-François Lemettre est professeur émérite à l'université Paris 11, où il a enseigné la finance de marché, la gestion des risques et l'analyse économique des stratégies d'entreprises.Il est l'auteur de Des bourses aux entreprises de marché (L...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le terme "bourse" renvoie à plusieurs définitions possibles, dont il n'est pas toujours évident de discerner les fonctions et les acteurs. Petite définition synthétique pour s'y retrouver.

Il faut partir de caractérisations courantes même si elles sont approximatives, celles de quelques dictionnaires qui se retrouvent ou se différencient en énumérant des constituants des bourses. La référence aux marchés financiers permet de les remettre en ordre.

Les éléments constitutifs

Un dictionnaire généraliste donne quatre sens pour le mot bourse :

- La réunion périodique de personnes qui s’assemblent soit pour conclure des opérations sur des valeurs mobilières ou des marchandises, soit pour constater leurs cours ;

- Le lieu où ces personnes se réunissent ;

- Le temps où se déroule cette réunion ;

- L’ensemble des opérations traitées à la bourse (les opérations de bourse).

Toute organisation de transactions sur des actifs en un lieu et un temps donnés pourrait donc recevoir cette qualification. Le marché aux légumes du dimanche matin ne la reçoit pourtant pas. Une telle définition est trop large au regard de ce qu’on entend habituellement et qui inclut l’existence de règles ordonnant les transactions entre l’ordre donné par les acheteurs et vendeurs de l’actif, la négociation proprement dite et l’exécution des transactions conclues. « Une bourse est un marché officiel et réglementé par opposition aux marchés libres ».

On reviendra sur le caractère officiel de la règlementation mais le principe est posé : la bourse est un marché réglementé. La pratique a également consacré les bourses de valeurs comme des marchés secondaires c'est-à-dire que s’y échangent des titres déjà émis : c’est un marché de l’occasion. Enfin la bourse est aussi l’organisme, l’entité juridique qui organise le marché, choisit ses orientations et en assure la gestion au quotidien.

Une bourse est un marché

Une bourse est un marché secondaire réglementé de marchandises, de titres financiers et de contrats standardisés.

En écrivant que la bourse est un marché on introduit les éléments suivants :

- Le marché est un lieu : les participants savent où les transactions nouées par ce marché peuvent être conclues, qu’il s’agisse d’un lieu géographique, d’un site internet ou par extension des bureaux d’un réseau d’intermédiaires qui reçoivent et transmettent les ordres d’achat ou de vente.

- La finalité du marché est de permettre les transactions et de faciliter leur dénouement. C’est par ce rôle de facilitation qu’il attire les acteurs. La bourse est un marché organisé :

- Les transactions ont une certaine régularité, à des périodes préétablies et connues d’un nombre suffisant de participants potentiels. Il dispose de moyens matériels et techniques propres et de services permanents accompagnant les transactions.

- Ce marché est une forme institutionnelle. Les participants doivent respecter un certain nombre de dispositions légales ou réglementaires publiques, de règles privées, écrites ou non, d’usages pour permettre son fonctionnement ou simplement pour y être admis. Enfin la bourse est un marché réglementé.

- Les procédures sont validées par l’autorité publique : accès au marché, à la cotation, organisation des transactions, information sur les titres, enregistrement des transactions, contrôle des opérations et régulation du marché.

- Il est doté d’une chambre de compensation qui garantit la bonne exécution des négociations abouties.

Les bourses de titres financiers

Elles font appel au moins à trois constituants de base.

Les acteurs

Ce sont en premier lieu les émetteurs de titres : actions et obligations primaires, titres adossés à d’autre titres ou créances (dérivés), etc.

Ce sont ensuite les donneurs d’ordres d’achat et de vente, les investisseurs de toutes sortes, détenteurs de portefeuilles ou spéculateurs au jour le jour.

Quand les transactions ne mettent en présence que vendeurs et acheteurs, le marché est non-intermédié. La plupart des marchés financiers sont intermédiés. Le rôle de ces intermédiaires est de faciliter les transactions et leur dénouement par un échange. Les bourses organisent les prestations de services de diverses sortes d’acteurs agissant par exemple :

- Soit comme courtiers – les brokers – qui mettent en relation des émetteurs d’ordres d’achat ou de vente.

- Soit comme négociants – les dealers qui sont des sortes de traders – qui achètent et vendent pour leur propre compte (ou celui de l’établissement financier qui les emploie) auprès de leurs clients ou du marché.

Les marchés peuvent être ouverts : tout candidat à l’achat et à la vente participe alors directement à l’enchère. L’accès aux marchés financiers organisés – donc aux bourses – est au contraire réservé à des acteurs agréés – les membres du marché – agissant comme intermédiaires.

Les titres échangés

Les titres échangés sur les marchés financiers représentent une grande variété. On peut les regrouper en trois grandes catégories qui renvoient grosso modo aux trois catégories de marchés :

- Les titres de dette et les monnaies qui s’échangent en général dans le cadre de marchés entre intermédiaires financiers (marchés « interbancaires », marché des changes).

- Les valeurs mobilières – actions, obligations (titres de dette négociables) qui s’échangent de gré à gré ou dans le cadre de bourses de valeurs.

- Les titres de couverture de risque (contrats à terme, swaps et options) qui s’échangent selon les cas de gré à gré ou sur des marchés boursiers.

Les titres échangés à la bourse sont standardisés alors que les marchés de gré à gré traitent également d’actifs singuliers. Les actions ou les obligations, les options ou contrats à terme d’une même ligne de cotation sont tous semblables. Pour que des actifs singuliers deviennent négociables en bourse ils doivent être regroupés dans des titres standardisés (on dit « titrisés »).

Les règles régissant la bourse : la microstructure

Elles combinent des règles fondées sur les usages et les habitudes et celles qui font l’objet de règlements. Elles visent plusieurs buts :

- Définir les modalités des transactions : dates et durées, lieux, procédures et forme des offres d’achat et de vente, méthode de sélection des propositions qui réalisent les transactions...

- Mettre en place des procédures conduisant à la fixation de prix des titres échangés.

- Assurer la sécurité des transactions et de la bonne exécution des engagements pris par les uns et les autres. La possibilité existe d’autant plus que le marché est plus organisé et fermé. Le marché peut alors s’engager à se substituer à un acteur défaillant par la compensation.

- Rendre les marchés « liquides », c’est-à-dire tels que la probabilité qu’une offre d’achat ou de vente trouve une contrepartie soit très élevée. Les gestionnaires du marché peuvent avoir à assurer eux-mêmes la « contrepartie » de l’offre si les preneurs sont insuffisants.

Dans le cas des bourses ces règles font l’objet d’une approbation, puis leur respect d’un contrôle, par le gouvernement ou une autorité constituée sous son égide. C’est en ce sens que la bourse est un marché réglementé.

_________

Extrait de Des bourses aux entreprises de marché de Jean-François Lemettre (L'Harmattan)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi les Français épargnent-ils une part non négligeable du pouvoir d’achat gagné ces derniers mois ?
02.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
03.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
04.
Automobile : des centaines de milliers de moteurs Renault suspectés de malfaçon
05.
Petits scénarios alternatifs pour la fin du quinquennat Macron
06.
Forte hausse des cleantechs. Bulle financière ou investissement d’or et déjà productif ?
07.
LR : le difficile avenir de la droite française
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
03.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
04.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
05.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
06.
Mais que ferait l’UE face à une répétition de la grande crise 2008 ? Le sujet étrangement absent de la campagne des Européennes
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
04.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
05.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
06.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
LeditGaga
- 23/08/2011 - 11:22
Attention
Attention, je tiens à signaler que "LeditGaga-", c'est-à-dire mon pseudo assorti d'un tiret, n'est pas moi. Donc, quand vous voyez deux tirets derrière mon pseudo, il s'agit de 92tdc ou γοητεία, qui sont un seul et même individu, au demeurant ! Merci d'en prendre note, et merci à Atlantico de supprimer cet avatar importun !
93DTC
- 22/08/2011 - 17:03
@leditgaga
leditgaga est une truffe de bloc identitaire
NOVY12
- 22/08/2011 - 16:26
@laurentso Vous manquez d'infos
alors évitez d'être négatif à mon égard !
Il n'y a plus d'introduction depuis une dizaine d'années mais la bourse ça n'est pas que ça !
Sur le marché primaire, les épargnants souscrivent en Bourse à, des augmentations de capital (actions) ou des émissions obligataires (titres d'emprunts). Ils financent alors directement l'activité économique, et c'est l'entreprise qui perçoit les capitaux..