En direct
Best of
Best of du 03 Novembre au 09 Novembre 2018
En direct
Paroles, paroles...
Discours politique : du slogan à la "petite phrase"
Publié le 22 août 2011
Avec la rentrée politique s'ouvre une année de campagne et de discours. Focus sur l'évolution de la parole politique.
Christian Delporte est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Versailles Saint-Quentin et directeur du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines. Il dirige également la revue Le Temps des médias.Son dernier livre est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Delporte
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Delporte est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Versailles Saint-Quentin et directeur du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines. Il dirige également la revue Le Temps des médias.Son dernier livre est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec la rentrée politique s'ouvre une année de campagne et de discours. Focus sur l'évolution de la parole politique.

Atlantico : Comment la parole politique a-t-elle évolué ces dernières années ?

Christian Delporte : La parole politique est maintenant très fermée par les formats courts. On voit des émissions de télévision de plus en plus courtes. Les hommes politiques y prononcent surtout des formules qui ont été concoctées par des communicants. Ces formules sont répétées à l’infini sur tous les plateaux télés et studios de radio. C’est la génération des "petites phrases"

On essaye de commettre le moins d’erreurs possibles. Plus que le discours lui-même, les circonstances dans lesquelles il est prononcé ont changé. Les hommes politiques fuient les formats longs car ils y contrôlent beaucoup moins leur discours. On rejette toute prise de risque, toute confrontation avec un adversaire. Les journalistes politiques sont boudés, pour laisser place aux animateurs, plus consensuels, moins coriaces dans l’interview.

 

Peut-on dire que le discours politique s’est popularisé ?

Oui, il s’est clairement simplifié. Les hommes politiques qui dominent aujourd’hui sont des hommes de répartie. Ce n’était pas le cas avant. Les politiques avaient du « souffle » et prononçaient des phrases complexes, bien ficelées. Avant on trouvait des slogans, maintenant c’est l’ère de la petite phrase. Le slogan mobilisait l’ensemble d’une communauté, la petite phrase est destinée à être reprise, à tourner en boucle dans les médias.

 

Comment expliquer cette simplification du discours politique ?

Cela s’explique en grand partie par la télévision. La télévision, c’est le média de la conversation et de la répartie. Au début des années 1980, les hommes politiques ont appauvri volontairement leur vocabulaire. L’un des premiers à avoir fait cela, c’est Laurent Fabius. Il avait un langage très élaboré qu’il a travaillé pour qu’il soit beaucoup plus perceptible par le grand public.

L’opinion publique pousse aussi à ce que les hommes politiques appauvrissent leur discours. Dans les enquêtes d’opinion les gens disent toujours « Ce qu’ils nous disent est trop complexe ». D’une certaine manière, les journalistes eux aussi sont responsable de cet état de fait. Ils attendent, sont à l’affut de cette petite phrase. A chaque fois, ça fait mouche.

 

L’opinion publique n’est-elle pas contradictoire quand elle réclame un président qui parle « vrai » mais aussi, dans le même temps, une « stature présidentielle » ?

Un homme politique c’est quelqu’un qui dit : « Je suis comme vous, mais un petit peu mieux ». Il doit y avoir cette alchimie assez complexe entre une vraie proximité et de la hauteur. La proximité permet de s’identifier mais l’on s’identifie toujours à quelqu’un qui est toujours un petit peu au-dessus de soi. L’éloquence traditionnelle était destinée à ses pairs, dans le cadre des assemblées. L’éloquence d’aujourd’hui est destinée au grand public. Il faut choquer le moins possible et être le plus accessible possible.

 

Le président de la République lui-même semble avoir évolué dans ce domaine. En quoi cela se traduit-il aujourd’hui ?

Nicolas Sarkozy a évolué dans sa manière de communiquer. Il parle de manière de plus en plus populaire. Il y a quelque chose de très caractéristique dans sa manière de s’exprimer. Il a une forte tendance à effacer la négation dans son discours. Il ne dit pas « je ne trouve pas », il dit « je trouve pas ». Il emploie également des mots que l’on peut retrouver dans un parler plus populaire. Une fois, il a déclaré : « J’ai trimé toute ma vie ». On imagine mal le général De Gaulle utiliser une telle expression.

Sarkozy a fait exploser tous les codes. Il a imprimé à tout le monde cette manière de s’exprimer directement. On cherche toujours à imiter le plus gros communicateur. On parlait comme De Gaulle quand il était président, maintenant on parle comme Sarkozy.

Le discours ne fait toutefois pas tout. Pour qu’il ait un impact il faut d’abord que la personne retienne l’attention. Nicolas Sarkozy s'exprimait de la même façon qu'aujourd'hui dans les années 1990. Mais on a commencé véritablement à l’écouter qu'au début des années 2000, quand il est devenu présidentiable. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
"Les filles bien n'avalent pas" ! C'est le titre d'un des livres de Marlène Schiappa…
02.
L'Italie prépare une bombe capable de faire exploser l'Europe et de lui faire perdre sa souveraineté politique
03.
Pourquoi les nouveaux iPhones vous coûteront le double du prix que vous pensez payer si vous en changez
04.
L'initiateur de #sansmoile17... est salarié de LREM
05.
Bruxelles : si l’Italie veut vivre son aventure populiste, ce sera sans l’Union européenne
06.
33 000 morts dues aux bactéries résistantes aux antibiotiques : faut-il limiter drastiquement les prescriptions ?
07.
Les gilets jaunes ou le deuil de la démocratie représentative : SOS corps intermédiaires disparus
01.
"Les filles bien n'avalent pas" ! C'est le titre d'un des livres de Marlène Schiappa…
02.
L'Italie prépare une bombe capable de faire exploser l'Europe et de lui faire perdre sa souveraineté politique
03.
Pourquoi les nouveaux iPhones vous coûteront le double du prix que vous pensez payer si vous en changez
04.
L'initiateur de #sansmoile17... est salarié de LREM
05.
Bruxelles : si l’Italie veut vivre son aventure populiste, ce sera sans l’Union européenne
06.
33 000 morts dues aux bactéries résistantes aux antibiotiques : faut-il limiter drastiquement les prescriptions ?
07.
Les gilets jaunes ou le deuil de la démocratie représentative : SOS corps intermédiaires disparus
01.
Radicalisation en prison : pourquoi l'Etat reste-t-il le "premier recruteur de Daech" ?
02.
"Les secrets du vin" : à déguster sans modération
03.
Semaine d'itinérance mémorielle : bien maigre retour sur investissement pour Emmanuel Macron
04.
Le retour d’une Marine Le Pen gonflée à bloc ?
05.
Brexit : et si Theresa May était un génie méconnu
06.
Les étranges liens d'un député LREM avec l'Azerbaïdjan
01.
Edouard Philippe : "On ne va pas annuler les hausses de carburant"
02.
Extension de la PMA : faux sujet de bioéthique mais vraie question de filiation
03.
Michelle Obama bientôt de passage en France à l'occasion de la sortie de ses mémoires
04.
Si vous pensiez que vos décisions de vote sont parfaitement rationnelles, cet article risque de vous ébouriffer
05.
Brexit : et si Theresa May était un génie méconnu
06.
Quand Christine Lagarde s’inquiète de l’aveuglement des élites, de la montée des populismes ET de la baisse de la croissance mondiale… : mais qui est responsable de quoi ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Le gorille
- 24/08/2011 - 06:32
La concision
Merci, Christian Delporte, de votre analyse.
Malheureusement, je ne la trouve pas gratifiante.
Que le Président soit concis, ce serait une très bonne chose,
mais simplificateur ! Ne l'est pas qui veut.
Pourtant, l'histoire en a retenu plusieurs, de ces phrases qui, en trois mots, ont résumé toute une actualité, pourtant si chargée !
LeditGaga
- 23/08/2011 - 11:19
Attention
Attention, je tiens à signaler que "LeditGaga-", c'est-à-dire mon pseudo assorti d'un tiret, n'est pas moi. Donc, quand vous voyez deux tirets derrière mon pseudo, il s'agit de 92tdc ou γοητεία, qui sont un seul et même individu, au demeurant ! Merci d'en prendre note, et merci à Atlantico de supprimer cet avatar importun !
Aie
- 22/08/2011 - 23:20
c'est sur qu'en restant vieille France rien ne va bouger
.