En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

02.

Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1

03.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

06.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

07.

La France des caïds : le bandit qui murmurait à l’oreille du RSI

01.

Un nouvel Abou Ghraïb ?

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
light > Media
Accident industriel
Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1
il y a 9 heures 37 min
pépites > France
Mais que fait la police ?
En moyenne, un maire ou un adjoint est agressé chaque jour en France
il y a 11 heures 4 min
pépite vidéo > International
Catastrophe écologique
Ile Maurice : des images aériennes montrent l'étendue de la marée noire qui menace
il y a 11 heures 36 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie au premier stade de l'évolution débusquée grâce à l'IA ; Voici ce qu'il se passe quand un trou noir ne « fonctionne » pas
il y a 14 heures 13 min
pépites > Santé
Au bal masqué ohé ohé
Covid-19 : deux tiers des Français favorables au port obligatoire du masque à l’extérieur
il y a 15 heures 32 sec
pépites > International
Onde de choc
Liban : le Premier ministre propose des élections anticipées pour apaiser la colère des habitants
il y a 16 heures 33 min
décryptage > Société
Disruption

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

il y a 17 heures 30 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : voyage au pays des narcobandits

il y a 17 heures 50 min
décryptage > Société
Agriculture

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

il y a 17 heures 50 min
décryptage > Société
Délinquants déconfinés

Gérald Pandelon : "Avec la crise sanitaire, le risque d’augmentation de la délinquance de droit commun est réel ; les gros voyous, en revanche, s’y sont préparés et ont des réserves"

il y a 17 heures 51 min
pépites > International
Drame
Niger : six touristes français et leurs deux guides tués par des hommes armés
il y a 9 heures 50 min
pépite vidéo > Environnement
Cassandre
Canicule : le bulletin météo de 2050 basé sur des prévisions climatiques est déjà devenu réalité
il y a 11 heures 20 min
pépite vidéo > Europe
Les "jeunes" à la plage
Belgique : émeutes sur des plages pour cause de "distanciation" non respectée
il y a 12 heures 13 min
pépites > International
Dernière dictature d'Europe
Belarus : journée d'élection présidentielle, sur fonds de fraudes et d'arrestations arbitraires
il y a 14 heures 30 min
pépites > Santé
Sortez couverts
Ile-de-France : les zones où le masque devient obligatoire à partir de ce lundi
il y a 15 heures 26 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : les émissions de carbone ont chuté en 2020... sans effet notable pour la planète. Les solutions sont ailleurs
il y a 16 heures 49 min
décryptage > Société
SOS liberté d’opinion en danger

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

il y a 17 heures 37 min
décryptage > International
Zone de tension

L'annexion du Cachemire déclenchera t-elle une nouvelle guerre indo-pakistanaise ?

il y a 17 heures 50 min
décryptage > France
Immortel Astérix

Voulez-vous savoir pourquoi le mot "Gaulois" a émigré en banlieue ?

il y a 17 heures 50 min
décryptage > Santé
Différences

Le Covid-19 allemand est-il quatre fois moins meurtrier que le français ?

il y a 17 heures 51 min
Octets synaptiques

Plan cerveau : un désastre européen à 1 milliard d'euros ?

Publié le 14 août 2014
Un collectif de scientifique a publié lundi 7 juillet une lettre ouverte adressée à la Commission européenne dans laquelle ils dénoncent les options scientifiques prises en compte, et la gestion du budget du "Plan cerveau". Désigné par Bruxelles comme projet phare, son objectif est de créer un cerveau humain informatique. Pourtant, de nombreux scientifiques s'indignent de ce projet coûteux dont les ambitions sont inatteignables.
André Nieoullon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
André Nieoullon est Professeur de Neurosciences à l'Université d'Aix-Marseille, membre de la Society for Neurosciences US et membre de la Société française des Neurosciences dont il a été le Président. 
Voir la bio
Thomas Hannagan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Hannagan est un chercheur en sciences cognitives. Il analyse notamment les mécanismes d'apprentissage du langage au niveau du cerveau. C'est un spécialiste sur les aspects théoriques de la lecture et du calcul dans le cerveau. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un collectif de scientifique a publié lundi 7 juillet une lettre ouverte adressée à la Commission européenne dans laquelle ils dénoncent les options scientifiques prises en compte, et la gestion du budget du "Plan cerveau". Désigné par Bruxelles comme projet phare, son objectif est de créer un cerveau humain informatique. Pourtant, de nombreux scientifiques s'indignent de ce projet coûteux dont les ambitions sont inatteignables.

Atlantico : Alors que les scientifiques ont encore du mal à modéliser le fonctionnement neuronal d'un ver (300 neurones), n'est-il pas déraisonnable de s'engager sur un projet d'une telle envergure ? Sur quelle base les experts ont-ils pu décider de choisir cette étude plutôt qu'une autre ?

André Nieoullon :  Il s'agit d'un projet de neurosciences cognitives, qui vise à faire de la modélisation et à reproduire grâce à des ordinateurs extraordinairement puissants le fonctionnement du cerveau humain. C'est extrêmement ambitieux, et il est difficile d'imaginer que les équipes y arriveront d'ici à 10 ans. On peut par contre imaginer en toute vraisemblance qu'on aura réussi à créer des modules, qui seront mimés d'après certaines parties ou fonctions du cerveau, ce qui restera bien sûr très partiel. Cela étant, l'avantage sera également que toutes les connaissances du cerveau humain y seront intégrées, c'est à dire l'organisation et le fonctionnement cérébral, et dans ce contexte, on pourrait ensuite améliorer notre connaissance de ce fonctionnement.
 
Mes collègues ont émis des réserves quant à ce projet car nous sommes dans une période où les fonds destinés à la recherche se rétrécissent comme peau de chagrin, et que l'on pourrait trouver d'autres priorités, dans des programmes plus réalistes.

 

Il faut considérer que le cortex cérébral humain est composé de modules juxtaposés, et il y en a des milliards, et surtout qu'ils fonctionnent en réseau. Réussir à gérer et à établir le même fonctionnement entre tous ces modules cérébraux informatisés s'apparente un rêve plus qu'à une ambition.

Je crois aussi qu'il y a des scientifiques qui n'ont pas digéré de ne pas être invité à participer au projet. Il n'y a guère que 6 équipes françaises qui y prennent part.

Thomas Hannagan : La lettre des signataires met surtout en garde contre la manière dont le projet est actuellement mené, et lance un appel au changement dans l'encadrement et dans la transparence des travaux scientifiques. Mais elle ne remet pas directement en cause le bien-fondé, parmi d'autres approches, du Human Brain Project (HBP) en tant qu'effort centralisé de modélisation du cerveau humain.

Ce projet serait déraisonnable si les sommes engagées étaient de très loin supérieures à d'autres investissements importants de société, si les bénéfices attendus étaient modestes ou contestables, ou si ils étaient clairement impossibles à atteindre. Mais le budget du HBP, qui est de l'ordre du milliard d'euros, reste une fraction minuscule par exemple du budget du ministère des finances ou de la défense en France, les bénéfices attendus pour la compréhension de ce qui nous rend humain sont immenses et immédiats (contrairement à la modélisation du système nerveux d'autres organismes), et la loi de Moore, par laquelle la puissance des micro-processeurs double tous les dix-huit mois, rend l'objectif à portée de simulation - du moins à un certain niveau de détail.

En quoi le projet "Brain Initiative", propulsé par l'administration Obama quelques mois après l'annonce de son concurrent européen, est-il plus crédible ?

André Nieoullon : C'est la preuve de la capacité de recul des Américains, de leur pragmatisme et de leur réalisme. Le budget pour leur programme est trois fois plus important que le nôtre, et pourtant leurs objectifs sont beaucoup plus atteignables, puisqu'il se restreint à établir la cartographie des neurones fonctionnels du cerveau humain. Moins percutant, mais tout aussi important, et nous verrons leurs résultats sans doute bien avant ceux des européens.

Le projet européen est une émanation d'un projet conçu au demeurant à l'université de Lausanne, le Human Blue Project, beaucoup plus limité. Quand le projet est monté à Bruxelles, il est évident que l'ouverture à un financement important a donné suite à une ambition également accrue.

Thomas Hannagan : Je ne crois pas que l'initiative BRAIN soit plus crédible que HBR scientifiquement. Il s'agit de deux projets de modélisation du cerveau à grande échelle, mais qui opèrent à des niveaux de représentation un peu différents.

En quoi consiste le Human Brain Project ? Pourquoi est-ce un projet si important ?

Thomas Hannagan : Le HBP est un effort de recherche à moyen-long terme, financé par la Commission européenne pour 10 ans, de modélisation à grande échelle du cerveau humain. Centralisé par l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, il coordonne plus d'une centaine de partenaires de recherche publics et privés, et affiche un certain nombre d'objectifs qui relèvent de la neuroscience, des sciences médicales, et des technologies de l'information.

Une des motivations qui n'est pas toujours mise en avant pour le HBP, est que le cerveau humain est le plus polyvalent et le plus puissant outil d'apprentissage que nous connaissions. Il est sans comparaison dans le monde animal ou dans celui des machines, par la multitude des tâches qui sont à sa portée, et sa capacité à apprendre de nouvelles tâches sans compromettre les acquis. D'un point de vue seulement technologique, tenter de le simuler serait une priorité même si ce n'était pas notre propre cerveau, même si mieux le comprendre ne portait pas aussi la promesse de guérir un jour les pathologies cérébrales humaines, ou simplement de mieux nous comprendre nous-même.

André Nieoullon : L'ambition ultime serait de réussir à provoquer des dysfonctionnements artificiels dessus afin de mieux étudier les pathologies d'origines neurologiques, et de reproduire la capacité de raisonnement sur un programme informatique. Mais nous sommes déjà là à l'étape suivante.

Parler d'échec est un peu prématuré, d'autant que les meilleures équipes de recherche font partie des recherches, mais les résultats ne seront pas aussi prometteurs qu'on nous le présente actuellement. Son principal problème est qu'il trop théorique. Nous autres qui travaillons plus sur la pathologie, sur le terrain, avons comme ambition de trouver des maladies neurologiques et psychiatriques. Or il y a 27% de la population européenne qui souffre de pathologies neurologiques, représentant 35% des dépenses de santé, ce qui est considérable d'autant que ce chiffre augmente chaque jour du fait du vieillissement de la population. Et il existe des missions de recherche dont l'objet doit nous amener des réponses et des solutions plus rapidement, mais celles-ci sont moins considérées et bénéficient de moins de fonds.

En France, nous pouvons prétendre à la première communauté en Europe de chercheurs dans ce domaine, et il serait bien que la nation accompagne cette excellence par des efforts financiers.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ELLENEUQ
- 12/07/2014 - 16:14
Et la connerie inhérante à la race humaine qu'en fait-on ?
Avant de chercher à comprendre comment fonctionne ce que les humains appellent "cerveau", il vaudrait mieux détecter ce qui fait que la race humaine est un exemple de ce qui ne faut surtout pas reproduire en matière de vie dans l'univers.