En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 7 heures 41 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 8 heures 50 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 9 heures 48 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 12 heures 21 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 13 heures 28 sec
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 14 heures 10 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 14 heures 29 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 14 heures 48 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 14 heures 55 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 15 heures 14 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 8 heures 30 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 9 heures 29 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 10 heures 9 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 12 heures 32 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 13 heures 47 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 14 heures 21 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 14 heures 37 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 14 heures 49 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 15 heures 5 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 15 heures 25 min
Octets synaptiques

Plan cerveau : un désastre européen à 1 milliard d'euros ?

Publié le 14 août 2014
Un collectif de scientifique a publié lundi 7 juillet une lettre ouverte adressée à la Commission européenne dans laquelle ils dénoncent les options scientifiques prises en compte, et la gestion du budget du "Plan cerveau". Désigné par Bruxelles comme projet phare, son objectif est de créer un cerveau humain informatique. Pourtant, de nombreux scientifiques s'indignent de ce projet coûteux dont les ambitions sont inatteignables.
André Nieoullon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
André Nieoullon est Professeur de Neurosciences à l'Université d'Aix-Marseille, membre de la Society for Neurosciences US et membre de la Société française des Neurosciences dont il a été le Président. 
Voir la bio
Thomas Hannagan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Hannagan est un chercheur en sciences cognitives. Il analyse notamment les mécanismes d'apprentissage du langage au niveau du cerveau. C'est un spécialiste sur les aspects théoriques de la lecture et du calcul dans le cerveau. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un collectif de scientifique a publié lundi 7 juillet une lettre ouverte adressée à la Commission européenne dans laquelle ils dénoncent les options scientifiques prises en compte, et la gestion du budget du "Plan cerveau". Désigné par Bruxelles comme projet phare, son objectif est de créer un cerveau humain informatique. Pourtant, de nombreux scientifiques s'indignent de ce projet coûteux dont les ambitions sont inatteignables.

Atlantico : Alors que les scientifiques ont encore du mal à modéliser le fonctionnement neuronal d'un ver (300 neurones), n'est-il pas déraisonnable de s'engager sur un projet d'une telle envergure ? Sur quelle base les experts ont-ils pu décider de choisir cette étude plutôt qu'une autre ?

André Nieoullon :  Il s'agit d'un projet de neurosciences cognitives, qui vise à faire de la modélisation et à reproduire grâce à des ordinateurs extraordinairement puissants le fonctionnement du cerveau humain. C'est extrêmement ambitieux, et il est difficile d'imaginer que les équipes y arriveront d'ici à 10 ans. On peut par contre imaginer en toute vraisemblance qu'on aura réussi à créer des modules, qui seront mimés d'après certaines parties ou fonctions du cerveau, ce qui restera bien sûr très partiel. Cela étant, l'avantage sera également que toutes les connaissances du cerveau humain y seront intégrées, c'est à dire l'organisation et le fonctionnement cérébral, et dans ce contexte, on pourrait ensuite améliorer notre connaissance de ce fonctionnement.
 
Mes collègues ont émis des réserves quant à ce projet car nous sommes dans une période où les fonds destinés à la recherche se rétrécissent comme peau de chagrin, et que l'on pourrait trouver d'autres priorités, dans des programmes plus réalistes.

 

Il faut considérer que le cortex cérébral humain est composé de modules juxtaposés, et il y en a des milliards, et surtout qu'ils fonctionnent en réseau. Réussir à gérer et à établir le même fonctionnement entre tous ces modules cérébraux informatisés s'apparente un rêve plus qu'à une ambition.

Je crois aussi qu'il y a des scientifiques qui n'ont pas digéré de ne pas être invité à participer au projet. Il n'y a guère que 6 équipes françaises qui y prennent part.

Thomas Hannagan : La lettre des signataires met surtout en garde contre la manière dont le projet est actuellement mené, et lance un appel au changement dans l'encadrement et dans la transparence des travaux scientifiques. Mais elle ne remet pas directement en cause le bien-fondé, parmi d'autres approches, du Human Brain Project (HBP) en tant qu'effort centralisé de modélisation du cerveau humain.

Ce projet serait déraisonnable si les sommes engagées étaient de très loin supérieures à d'autres investissements importants de société, si les bénéfices attendus étaient modestes ou contestables, ou si ils étaient clairement impossibles à atteindre. Mais le budget du HBP, qui est de l'ordre du milliard d'euros, reste une fraction minuscule par exemple du budget du ministère des finances ou de la défense en France, les bénéfices attendus pour la compréhension de ce qui nous rend humain sont immenses et immédiats (contrairement à la modélisation du système nerveux d'autres organismes), et la loi de Moore, par laquelle la puissance des micro-processeurs double tous les dix-huit mois, rend l'objectif à portée de simulation - du moins à un certain niveau de détail.

En quoi le projet "Brain Initiative", propulsé par l'administration Obama quelques mois après l'annonce de son concurrent européen, est-il plus crédible ?

André Nieoullon : C'est la preuve de la capacité de recul des Américains, de leur pragmatisme et de leur réalisme. Le budget pour leur programme est trois fois plus important que le nôtre, et pourtant leurs objectifs sont beaucoup plus atteignables, puisqu'il se restreint à établir la cartographie des neurones fonctionnels du cerveau humain. Moins percutant, mais tout aussi important, et nous verrons leurs résultats sans doute bien avant ceux des européens.

Le projet européen est une émanation d'un projet conçu au demeurant à l'université de Lausanne, le Human Blue Project, beaucoup plus limité. Quand le projet est monté à Bruxelles, il est évident que l'ouverture à un financement important a donné suite à une ambition également accrue.

Thomas Hannagan : Je ne crois pas que l'initiative BRAIN soit plus crédible que HBR scientifiquement. Il s'agit de deux projets de modélisation du cerveau à grande échelle, mais qui opèrent à des niveaux de représentation un peu différents.

En quoi consiste le Human Brain Project ? Pourquoi est-ce un projet si important ?

Thomas Hannagan : Le HBP est un effort de recherche à moyen-long terme, financé par la Commission européenne pour 10 ans, de modélisation à grande échelle du cerveau humain. Centralisé par l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, il coordonne plus d'une centaine de partenaires de recherche publics et privés, et affiche un certain nombre d'objectifs qui relèvent de la neuroscience, des sciences médicales, et des technologies de l'information.

Une des motivations qui n'est pas toujours mise en avant pour le HBP, est que le cerveau humain est le plus polyvalent et le plus puissant outil d'apprentissage que nous connaissions. Il est sans comparaison dans le monde animal ou dans celui des machines, par la multitude des tâches qui sont à sa portée, et sa capacité à apprendre de nouvelles tâches sans compromettre les acquis. D'un point de vue seulement technologique, tenter de le simuler serait une priorité même si ce n'était pas notre propre cerveau, même si mieux le comprendre ne portait pas aussi la promesse de guérir un jour les pathologies cérébrales humaines, ou simplement de mieux nous comprendre nous-même.

André Nieoullon : L'ambition ultime serait de réussir à provoquer des dysfonctionnements artificiels dessus afin de mieux étudier les pathologies d'origines neurologiques, et de reproduire la capacité de raisonnement sur un programme informatique. Mais nous sommes déjà là à l'étape suivante.

Parler d'échec est un peu prématuré, d'autant que les meilleures équipes de recherche font partie des recherches, mais les résultats ne seront pas aussi prometteurs qu'on nous le présente actuellement. Son principal problème est qu'il trop théorique. Nous autres qui travaillons plus sur la pathologie, sur le terrain, avons comme ambition de trouver des maladies neurologiques et psychiatriques. Or il y a 27% de la population européenne qui souffre de pathologies neurologiques, représentant 35% des dépenses de santé, ce qui est considérable d'autant que ce chiffre augmente chaque jour du fait du vieillissement de la population. Et il existe des missions de recherche dont l'objet doit nous amener des réponses et des solutions plus rapidement, mais celles-ci sont moins considérées et bénéficient de moins de fonds.

En France, nous pouvons prétendre à la première communauté en Europe de chercheurs dans ce domaine, et il serait bien que la nation accompagne cette excellence par des efforts financiers.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ELLENEUQ
- 12/07/2014 - 16:14
Et la connerie inhérante à la race humaine qu'en fait-on ?
Avant de chercher à comprendre comment fonctionne ce que les humains appellent "cerveau", il vaudrait mieux détecter ce qui fait que la race humaine est un exemple de ce qui ne faut surtout pas reproduire en matière de vie dans l'univers.