En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

04.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

05.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

06.

Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement

07.

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

01.

Les lions d'Afrique menacés de disparition

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

ça vient d'être publié
pépites > France
Attaque
Lyon : un prêtre orthodoxe blessé par balle ; l'assaillant en fuite
il y a 2 heures 40 min
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 6 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 8 heures 25 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 9 heures 26 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 10 heures 29 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 11 heures 20 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 11 heures 50 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 12 heures 16 sec
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 12 heures 2 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 12 heures 2 min
pépites > France
On en a gros
Reconfinement : des maires refusent la fermeture des commerces non-alimentaires
il y a 5 heures 7 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 6 heures 54 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 9 heures 5 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 9 heures 47 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 11 heures 13 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 11 heures 31 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 12 heures
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 12 heures 32 sec
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 12 heures 2 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 12 heures 4 min
© Reuters
Nicolas Sarkozy a été placé en garde à vue.
© Reuters
Nicolas Sarkozy a été placé en garde à vue.
Casseroles

Garde à vue de Nicolas Sarkozy : mais où en est vraiment l'ancien président avec la justice ?

Publié le 01 juillet 2014
Un ancien chef de l’État placé en garde à vue. Du jamais vu dans l’histoire de la Vème République. C’est le sort qui a été fait à Nicolas Sarkozy sur décision de deux juges d’instruction parisiens.
Gilles Gaetner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste à l’Express pendant 25 ans, après être passé par Les Echos et Le Point, Gilles Gaetner est un spécialiste des affaires politico-financières. Il a consacré un ouvrage remarqué au président de la République, Les 100 jours de Macron (Fauves ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un ancien chef de l’État placé en garde à vue. Du jamais vu dans l’histoire de la Vème République. C’est le sort qui a été fait à Nicolas Sarkozy sur décision de deux juges d’instruction parisiens.

On le pressentait avec la mise en garde à vue hier Me Thierry Herzog, l’avocat de Nicolas Sarkozy et des deux avocats généraux à la Cour de Cassation, Gilbert Azibert et Patrick Sassoust dans cette affaire d’écoutes téléphoniques. On le pressentait… sans trop y croire. Et pourtant, c’est arrivé ce matin : Nicolas Sarkozy, qui ne bénéficie plus de l’immunité présidentielle depuis mai 2012, a été placé en garde à vue dans les locaux de l’Office central de lutte contre la corruption qui dépend de la direction centrale de la Police judiciaire à Nanterre. Du jamais vu dans l’histoire de la Vème République : un ancien chef de l’Etat privé de plusieurs heures de liberté. Oui, l’ancien ministre de l’Intérieur contraint de s’expliquer dans les locaux de son ancienne Maison. François Mitterrand avait vu son nom cité dans  la célèbre affaire des écoutes téléphoniques qui mettait en cause la cellule élyséenne, Jacques Chirac avait été condamné dans le dossier des emplois fictifs de la mairie de Paris… Jamais l’humiliation n’avait été aussi terrible que celle infligé  à l’ancien président de la République. A l’issue de sa garde à vue, sera-t-il mis en examen pour trafic d’influence et violation du secret de l’instruction par les juges Patricia Simon et Claire Thépaut qui instruisent ce très sensible dossier depuis le 26 février 2014 ? Il est encore trop tôt pour le dire, même si les investigations laisseraient apparaître que, à l’occasion d’écoutes téléphoniques - parfaitement légales, même si elles ont été anormalement longues de 4 mois - l’avocat Thierry Herzog s’enquerrait auprès de l’avocat général Gilbert Azibert de l’état de la procédure sur l’affaire Bettencourt avant d’en informer Nicolas Sarkozy… Même si, en échange de ce supposé service, on semblait entendre le haut magistrat s’enquérir à son tour de son éventuelle promotion à Monaco.

Révélées au début de l’année 2014, ces écoutes avaient suscité la colère de l’ancien chef de l’Etat qui avait publié dans Le Figaro un article au vitriol, quelques jours avant les Européennes. Sarkozy y estimait que les principes sacrés de la République étaient "foulés aux pieds", tout en n’hésitant pas à comparer ces écoutes à "la Stasi, la police politique de l’ex-Allemagne de l'Est." Si d’aventure, hypothèse qui ne peut être  exclue, Nicolas Sarkozy était mis en examen, il se retrouverait dans une position difficile pour reprendre le combat politique, avec comme objectif l’élection présidentielle de 2017. Position d’autant plus difficile qu’au sein de l’UMP, deux autres ténors pointent leur nez pour 2017. A savoir Alain Juppé et François Fillon. Encore que l’on puisse en ajouter un troisième en la personne de Bruno Lemaire… et même un quatrième avec Xavier Bertrand. Pourtant, l’ancien chef de l'Etat aura une autre cartouche à jouer : celle de la victimisation. Ou plutôt celle de l’acharnement. Cette stratégie a été payante puisqu’elle lui a permis de se débarrasser du guêpier de l’affaire Bettencourt où il est était soupçonné d’avoir abusé de la faiblesse de Liliane Bettencourt, l’actionnaire principale de l’Oréal. Témoin, le non-lieu qu’avait dû lui décerner le juge bordelais Jean-Michel Gentil. 

Aujourd’hui, l'ancien président risque d’affronter une nouvelle épreuve judiciaire. Jusqu’à présent il s’en est toujours sorti, alors que son nom était cité dans plusieurs procédures.  Regardez l’affaire Karachi. On lui promettait une mise en examen parce qu’il aurait donné son feu vert au versement de commissions dans une livraison d’armes au Pakistan… Or l’enquête a démontré que ministre du Budget en 1995, il s’était opposé au versement de commissions. Ce qui a été confirmé par un  haute fonctionnaire de Bercy au juge Renaud Van Ruymbeke. Résultat : Sarkozy n'a même pas été entendu, fusse comme témoin. Et ce sont Edouard Balladur et François Léotard qui se retrouvent devant la Cour de Justice de la république. Dans l’affaire de l’arbitrage Tapie-Crédit Lyonnais, son nom a été abondamment cité dans la presse. Pour l’heure, seule l’ancienne ministre de l’Economie Christine Lagarde a été entendue par la Cour de Justice de la République, indépendamment des autres acteurs de ce dossier comme notamment Bernard Tapie, son avocat Maurice Lantourne et l’arbitre Pierre Estoup, ancien premier président de la Cour d’appel de Versailles. L’audition de l’ancien chef de l’Etat ne semble pas à l’ordre du jour. Sur le présumé financement de la campagne présidentielle de mai 2007 par la Libye, certes quelques découvertes troublantes sont apparues - comme ce fameux document qui atteste du versement de 50 millions de dollars au candidat Sarkozy, à l’heure actuelle aucune trace de versement en liquide ou sur un compte dans un paradis fiscal n’a été mise au jour. Reste encore l’affaire des sondages de l’Elysée. A priori, les marchés passés avec les sondeurs et l’Elysée ne l’ont pas été dans une parfaite orthodoxie. Pour l’heure, ce serait plutôt l’ancienne directrice de cabinet de Nicolas Sarkozy, Emmanuelle Mignon - qui a signé les contrats - qui pourrait être entendue par les juges.

Quelle que soit son issue, le placement en garde à vue de l’ancien président de la République restera gravé dans notre histoire judiciaire. Certains y verront la preuve d’une indépendance de la justice ; d’autres y verront comme un goût de revanche face à un homme, qui lors d’une audience solennelle de la Cour de Cassation il y a quelques années, comparait les magistrats "à des petits pois".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ISABLEUE
- 02/07/2014 - 11:53
De toute manière,
ces écoutes SONT ILLEGALES;

ISABLEUE
- 02/07/2014 - 11:47
Hé oui
on devrait écraser ces petits pois sur le Mur des Cons...
Anguerrand
- 02/07/2014 - 07:16
Des juges du mur des cons
Ce sont bien des juges du syndicat de la magistrature qui ont mis en garde à vue Sarkozy. Ces juges " apolitiques " ont soutenu Hollande et se sont félicités de son élection. Des écoutes téléphoniques qui durent durant près d'une année, c'est sans précédent ( peut être est il encore sous écoutes) , il faut pour cela 4 policiers qui se relaient en permanence, plus transcriptions et enfin que le tout soit analysé par les chefs de cabinet du président. C'est extrêmement coûteux et certains juges se plaignent que pour de grand criminels ils n'arrivent pas à obtenir 2 semaines d'écoute pour des questions budgétaire. Tous ces policiers seraient plus utiles à écouter de grands criminels , mais c'est bien la haine qui guide Hollande- Taubira, et cette magistrature que Sarkozy critiquait pour laxisme de la justice.