En direct
Best of
Best of du 5 au 11 janvier
En direct
© Reuters
Nicolas Sarkozy a été placé en garde à vue.
Casseroles
Garde à vue de Nicolas Sarkozy : mais où en est vraiment l'ancien président avec la justice ?
Publié le 01 juillet 2014
Un ancien chef de l’État placé en garde à vue. Du jamais vu dans l’histoire de la Vème République. C’est le sort qui a été fait à Nicolas Sarkozy sur décision de deux juges d’instruction parisiens.
Gilles Gaetner est journaliste d'investigation chez Atlantico. Il a été journaliste aux Echos, à la Vie française, au Point et de 1986 à 2009, rédacteur en chef adjoint à L'Express, chargé de l'investigation.Il est l'auteur de La...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Gaetner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Gaetner est journaliste d'investigation chez Atlantico. Il a été journaliste aux Echos, à la Vie française, au Point et de 1986 à 2009, rédacteur en chef adjoint à L'Express, chargé de l'investigation.Il est l'auteur de La...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un ancien chef de l’État placé en garde à vue. Du jamais vu dans l’histoire de la Vème République. C’est le sort qui a été fait à Nicolas Sarkozy sur décision de deux juges d’instruction parisiens.

On le pressentait avec la mise en garde à vue hier Me Thierry Herzog, l’avocat de Nicolas Sarkozy et des deux avocats généraux à la Cour de Cassation, Gilbert Azibert et Patrick Sassoust dans cette affaire d’écoutes téléphoniques. On le pressentait… sans trop y croire. Et pourtant, c’est arrivé ce matin : Nicolas Sarkozy, qui ne bénéficie plus de l’immunité présidentielle depuis mai 2012, a été placé en garde à vue dans les locaux de l’Office central de lutte contre la corruption qui dépend de la direction centrale de la Police judiciaire à Nanterre. Du jamais vu dans l’histoire de la Vème République : un ancien chef de l’Etat privé de plusieurs heures de liberté. Oui, l’ancien ministre de l’Intérieur contraint de s’expliquer dans les locaux de son ancienne Maison. François Mitterrand avait vu son nom cité dans  la célèbre affaire des écoutes téléphoniques qui mettait en cause la cellule élyséenne, Jacques Chirac avait été condamné dans le dossier des emplois fictifs de la mairie de Paris… Jamais l’humiliation n’avait été aussi terrible que celle infligé  à l’ancien président de la République. A l’issue de sa garde à vue, sera-t-il mis en examen pour trafic d’influence et violation du secret de l’instruction par les juges Patricia Simon et Claire Thépaut qui instruisent ce très sensible dossier depuis le 26 février 2014 ? Il est encore trop tôt pour le dire, même si les investigations laisseraient apparaître que, à l’occasion d’écoutes téléphoniques - parfaitement légales, même si elles ont été anormalement longues de 4 mois - l’avocat Thierry Herzog s’enquerrait auprès de l’avocat général Gilbert Azibert de l’état de la procédure sur l’affaire Bettencourt avant d’en informer Nicolas Sarkozy… Même si, en échange de ce supposé service, on semblait entendre le haut magistrat s’enquérir à son tour de son éventuelle promotion à Monaco.

Révélées au début de l’année 2014, ces écoutes avaient suscité la colère de l’ancien chef de l’Etat qui avait publié dans Le Figaro un article au vitriol, quelques jours avant les Européennes. Sarkozy y estimait que les principes sacrés de la République étaient "foulés aux pieds", tout en n’hésitant pas à comparer ces écoutes à "la Stasi, la police politique de l’ex-Allemagne de l'Est." Si d’aventure, hypothèse qui ne peut être  exclue, Nicolas Sarkozy était mis en examen, il se retrouverait dans une position difficile pour reprendre le combat politique, avec comme objectif l’élection présidentielle de 2017. Position d’autant plus difficile qu’au sein de l’UMP, deux autres ténors pointent leur nez pour 2017. A savoir Alain Juppé et François Fillon. Encore que l’on puisse en ajouter un troisième en la personne de Bruno Lemaire… et même un quatrième avec Xavier Bertrand. Pourtant, l’ancien chef de l'Etat aura une autre cartouche à jouer : celle de la victimisation. Ou plutôt celle de l’acharnement. Cette stratégie a été payante puisqu’elle lui a permis de se débarrasser du guêpier de l’affaire Bettencourt où il est était soupçonné d’avoir abusé de la faiblesse de Liliane Bettencourt, l’actionnaire principale de l’Oréal. Témoin, le non-lieu qu’avait dû lui décerner le juge bordelais Jean-Michel Gentil. 

Aujourd’hui, l'ancien président risque d’affronter une nouvelle épreuve judiciaire. Jusqu’à présent il s’en est toujours sorti, alors que son nom était cité dans plusieurs procédures.  Regardez l’affaire Karachi. On lui promettait une mise en examen parce qu’il aurait donné son feu vert au versement de commissions dans une livraison d’armes au Pakistan… Or l’enquête a démontré que ministre du Budget en 1995, il s’était opposé au versement de commissions. Ce qui a été confirmé par un  haute fonctionnaire de Bercy au juge Renaud Van Ruymbeke. Résultat : Sarkozy n'a même pas été entendu, fusse comme témoin. Et ce sont Edouard Balladur et François Léotard qui se retrouvent devant la Cour de Justice de la république. Dans l’affaire de l’arbitrage Tapie-Crédit Lyonnais, son nom a été abondamment cité dans la presse. Pour l’heure, seule l’ancienne ministre de l’Economie Christine Lagarde a été entendue par la Cour de Justice de la République, indépendamment des autres acteurs de ce dossier comme notamment Bernard Tapie, son avocat Maurice Lantourne et l’arbitre Pierre Estoup, ancien premier président de la Cour d’appel de Versailles. L’audition de l’ancien chef de l’Etat ne semble pas à l’ordre du jour. Sur le présumé financement de la campagne présidentielle de mai 2007 par la Libye, certes quelques découvertes troublantes sont apparues - comme ce fameux document qui atteste du versement de 50 millions de dollars au candidat Sarkozy, à l’heure actuelle aucune trace de versement en liquide ou sur un compte dans un paradis fiscal n’a été mise au jour. Reste encore l’affaire des sondages de l’Elysée. A priori, les marchés passés avec les sondeurs et l’Elysée ne l’ont pas été dans une parfaite orthodoxie. Pour l’heure, ce serait plutôt l’ancienne directrice de cabinet de Nicolas Sarkozy, Emmanuelle Mignon - qui a signé les contrats - qui pourrait être entendue par les juges.

Quelle que soit son issue, le placement en garde à vue de l’ancien président de la République restera gravé dans notre histoire judiciaire. Certains y verront la preuve d’une indépendance de la justice ; d’autres y verront comme un goût de revanche face à un homme, qui lors d’une audience solennelle de la Cour de Cassation il y a quelques années, comparait les magistrats "à des petits pois".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
05.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
07.
Attentat de Strasbourg : la vérité émerge sur la cas de Mehdi Chekatt
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
03.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
04.
Marine Le Pen : vent en poupe mais… tigre de papier ?
05.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
06.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ISABLEUE
- 02/07/2014 - 11:53
De toute manière,
ces écoutes SONT ILLEGALES;

ISABLEUE
- 02/07/2014 - 11:47
Hé oui
on devrait écraser ces petits pois sur le Mur des Cons...
Anguerrand
- 02/07/2014 - 07:16
Des juges du mur des cons
Ce sont bien des juges du syndicat de la magistrature qui ont mis en garde à vue Sarkozy. Ces juges " apolitiques " ont soutenu Hollande et se sont félicités de son élection. Des écoutes téléphoniques qui durent durant près d'une année, c'est sans précédent ( peut être est il encore sous écoutes) , il faut pour cela 4 policiers qui se relaient en permanence, plus transcriptions et enfin que le tout soit analysé par les chefs de cabinet du président. C'est extrêmement coûteux et certains juges se plaignent que pour de grand criminels ils n'arrivent pas à obtenir 2 semaines d'écoute pour des questions budgétaire. Tous ces policiers seraient plus utiles à écouter de grands criminels , mais c'est bien la haine qui guide Hollande- Taubira, et cette magistrature que Sarkozy critiquait pour laxisme de la justice.