En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

03.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

04.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

05.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

06.

Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique

07.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

01.

Libé aime le style Juppé au Caire

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

04.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

05.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Coronavirus : Il y en a certains (et c’est déjà beaucoup trop) qui croient que c’est le Mossad !

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Covid-19

Dramatique pénurie de matériel de protection, appel à tous les Français

il y a 48 min 49 sec
décryptage > Politique
Colères jupitériennes

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

il y a 1 heure 14 min
décryptage > France
Société

L'administration française, si souvent indifférente à la protection des citoyens

il y a 1 heure 28 min
décryptage > Politique
Coronavirus

Alain Madelin : "Les citoyens ont raison d’exprimer leur défiance pour contraindre les autorités à l’action"

il y a 1 heure 53 min
décryptage > Santé
Mythe et réalité

Crise sanitaire : non le secteur public n’a pas été abandonné ces dernières années. La preuve par les chiffres

il y a 2 heures 25 min
décryptage > Politique
Politique

Covid-19 : Face au feu de la critique, Philippe ajuste le tir, Macron ne change rien

il y a 2 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le bon sens" de Michel Bernard : un récit imprégné de la vie de Jeanne d’Arc

il y a 8 heures 23 min
pépite vidéo > Santé
Pédagogie et mobilisation du gouvernement
Coronavirus : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 14 heures 47 min
décryptage > Société
Egoïsme ?

Pourquoi il est si compliqué d’accepter les règles du confinement même quand on en a compris l’intérêt

il y a 1 jour 33 min
pépites > Politique
Solidarité européenne
Coronavirus : Emmanuel Macron défend la stratégie de la France face à l’épidémie
il y a 19 heures 48 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Adrien Loir : une vie à l’ombre de Pasteur

il y a 1 heure 7 min
décryptage > Culture
Atalntico - Litterati

Le chercheur d’art

il y a 1 heure 20 min
décryptage > International
Moyen-Orient

Crise du coronavirus ou pas, la guerre par proxy entre l’Iran et les Etats-Unis continue en Iraq

il y a 1 heure 37 min
décryptage > Politique
Coronavirus

Julien Aubert : « En 1914, l’Union sacrée n’empêchait pas la classe politique de s’opposer sur la manière de mener la guerre »

il y a 2 heures 9 min
pépites > France
Covid-19
Coronavirus : décès de l'ancien ministre Patrick Devedjian
il y a 2 heures 31 min
Régal pour les papilles
Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement
il y a 8 heures 38 sec
pépite vidéo > Science
"Star mondiale" de la microbiologie
Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique
il y a 13 heures 40 min
pépites > Santé
"Le combat ne fait que commencer"
Retrouvez les principales annonces d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran sur le Covid-19
il y a 16 heures 40 min
pépites > Société
Ravages des "fake news"
Plus d'un quart des Français considèrent que le Covid-19 a été fabriqué dans un laboratoire
il y a 19 heures 7 min
pépite vidéo > Religion
Solidarité avec les malades
Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"
il y a 21 heures 6 min
© DR
Un théoricien de l'évolution estime que la propension des humains à s'accoupler avec des personnes semblables pourraient finir par créer une divergence entre les humains "robustes et intelligents" et les autres
© DR
Un théoricien de l'évolution estime que la propension des humains à s'accoupler avec des personnes semblables pourraient finir par créer une divergence entre les humains "robustes et intelligents" et les autres
Surhommes

Vers deux espèces humaines ? Le point sur les nouvelles théories de l’évolution

Publié le 04 juillet 2014
Un théoricien de l'évolution estime que la propension des humains à s'accoupler avec des personnes semblables pourraient finir par créer une divergence entre les humains "robustes et intelligents" et les autres. Pour d'autres, le brassage des populations prendra le dessus sur ces prédictions.
Le Dr Alain Froment est responsable des Collections d'Anthropologie au Musée de l'Homme (Muséum national d'histoire naturelle) à Paris. Il est l'auteur d'Anatomie impertinente, Le corps humain et l'évolution, paru chez Odile...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Froment
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Dr Alain Froment est responsable des Collections d'Anthropologie au Musée de l'Homme (Muséum national d'histoire naturelle) à Paris. Il est l'auteur d'Anatomie impertinente, Le corps humain et l'évolution, paru chez Odile...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un théoricien de l'évolution estime que la propension des humains à s'accoupler avec des personnes semblables pourraient finir par créer une divergence entre les humains "robustes et intelligents" et les autres. Pour d'autres, le brassage des populations prendra le dessus sur ces prédictions.

Atlantico : La question est éternelle : pourquoi sommes-nous sexuellement attirés par certaines personnes et non par d’autres ; comment expliquer le sentiment amoureux ? Darwin a mis en avant la lutte pour la survie, mais pourquoi les êtres humains font-ils cette sélection entre eux ?

Alain Froment : Darwin a montré que la sélection sexuelle, par choix délibéré d’un partenaire sur son apparence physique pouvait être plus intense que la sélection naturelle. L’attirance sexuelle, dans l’espèce humaine, est régie en grande partie par des codes culturels (de corpulence ou de pilosité par exemple) qui varient beaucoup trop vite d’une époque à l’autre pour avoir la moindre conséquence génétique à long terme. Une tendance plus profonde est ce qu’on appelle l’homogamie phénotypique : le fait de choisir comme conjoint quelqu’un qui vous ressemble (physiquement ou culturellement) ce qui peut potentiellement créer des sous-ensembles à l’intérieur d’une même population, comme on le voyait autrefois avec l’aristocratie et son « sang bleu », ou avec les castes : le code social vous interdit d’aller épouser quelqu’un d’un autre groupe.

A terme une petite divergence génétique peut s’instaurer mais le niveau de brassage est tel dans l’espèce humaine que ces phénomènes restent marginaux.

Nos sociétés modernes n’étant plus soumises aux mêmes règles de la survie qu’aux siècles précédents, les lois de l’évolution ont-elles changé, ou notre héritage millénaire est-il toujours aussi présent ?

La sélection génétique a pour mécanisme la transmission de ses propres gènes à la génération suivante. Si vous vivez assez longtemps pour vous reproduire, et si vous avez plus d’enfants survivants que vos congénères, quelque soit la cause de cet excédent (comme une plus grande richesse permettant de nourrir une plus grande famille ou de mieux soigner ses enfants) vos gènes se répandront davantage, sans qu’ils soient pour autant avantageux du point de vue de la sélection. Le fait que la médecine assure une meilleure survie à tous ne change pas grand chose à ce principe, dans la mesure où l’on sait que chacun d’entre nous est porteur de plusieurs mutations délétères mais qui ne se révèlent que si votre partenaire en est aussi porteur ; seule l’endogamie, c’est-à-dire le fait de se marier entre soi, augmente le risque de voir ces mutations se concentrer. Au contraire, épouser quelqu’un de lointain du point de vue génétique, suscite ce qu’on appelle l’hétérosis ou vigueur des hybrides : une plus grande diversité de gènes, qui garantit la possibilité de faire face à davantage de contraintes de sélection. L’avenir est donc au métissage, d’autant que celui-ci, loin de rendre les individus semblables, augmente les combinaisons (comme avoir les cheveux crépus et blonds, ou la peau noire et les yeux verts), il suffit d’aller au Brésil pour s’en rendre compte.

Quelles sont les théories sur l’évolution humaine les plus récemment dégagées par la communauté scientifique ? Peut-on en lister quelques-unes ?

Le cadre théorique de la sélection darwinienne reste le seul valable. A l’intérieur de ce cadre, de nombreuses hypothèses sont imaginées pour expliquer l’hominisation. Celle-ci se caractérisant par la bipédie, il y a une quinzaine d’explications prétendant l’expliquer. Une des dernières en date est celle du singe coureur : nos ancêtres auraient gagné un avantage sur les autres homininés en étant plus mobiles, en régulant mieux leur température par le mécanisme de la transpiration sur une peau qui a perdu son pelage dense.

Une théorie intéressante s’attache à distinguer ce qu’on appelle les traits d’histoire de vie (durée de vie, chronologie de maturation etc.) ; par exemple le fait que seules les humaines aient une ménopause a généré la théorie de la grand-mère : à quoi en effet peut servir une femelle qui ne se reproduit plus ? A pouvoir garder les enfants, et à les instruire, pendant que les parents sont à la chasse et à la cueillette. Une réflexion assez féconde tourne autour de l’auto-domestication : notre espèce se domestique elle-même en s’imposant de plus en plus de contraintes, et un des grands défis du futur est de savoir comment nous allons nous adapter aux changements (climat, pollution etc.) que nous générons nous-mêmes.

D’ici 100.000 ans l’espèce humaine pourrait se diviser en deux catégories, selon le théoricien de l’évolution Oliver Curry, de la London School of Economics (voir ici). Les humains devenant de plus en plus sélectifs, les plus beaux et les mieux constitués se reproduiraient uniquement avec leurs semblables, tandis que les autres constitueraient une « sous-classe » génétique. Cette possibilité est-elle pertinente ? Pourquoi ?

Ça n’est pas la première fois que des psychologues évolutionnistes nous sortent des théories extravagantes. Curry est parti du principe de l’homogamie phénotypique. En réalité cette division existe déjà un peu : les humains des pays pauvres, ou des classes sociales pauvres, vivent moins longtemps, sont plus petits et sont davantage malades. Ils maîtrisent moins bien les outils modernes de communication et se trouvent de facto en position de main d’œuvre servile par rapport aux privilégiés qui les emploient.

De même, si par ingéniérie génétique on augmente la capacité physique ou mentale de certains individus, ceux-ci seront en position dominante et les humains normaux ne pourront plus faire jeu égal avec eux. Il importe que l’éthique sociale prévienne ces dérives. Mais globalement, dans l’espèce humaine, il y a une telle curiosité envers l’autre, un tel brassage de gènes, et qui va en augmentant à mesure que la circulation des gens est plus facile (regardez les mariages par internet), que seule une dictature insupportable pourrait faire naître les catégories évoquées par Curry.

Comment envisage-t-on l’évolution humaine pour les siècles et les millénaires à venir ? A-t-on des moyens de se projeter ?

On ne peut pas prédire l’évolution technologique, qui s’auto-accélère en capitalisant des découvertes de plus en plus nombreuses et devient vertigineuse. Mais si l’évolution biologique suit son cours dans notre espèce sans interférence avec la biotechnologie, il n’y a aucun changement radical à attendre. Les hommes d’il y a cinquante mille ans étant semblables à nous, il n’y a pas de raison que dans cinquante mille ans l’aspect extérieur soit très modifiée. On sait par contre que nous continuons à évoluer génétiquement, plusieurs de nos gènes, notamment ceux de la couleur de la peau ou du métabolisme alimentaire se sont modifiés en quelques millénaires.

Il est fréquent de lire, en fonction d’une conception naïve de l’évolution, que ce qui ne sert pas va disparaître tandis que ce qui sert beaucoup va s’hypertrophier. On perdrait notre cinquième orteil, qui apparemment ne nous est pas très utile ; en réalité le schéma d’une patte a cinq doigts est profondément ancré dans notre histoire génétique, on le partage avec la plupart des vertébrés terrestres (il suffit de regarder une patte de lézard) et on n’est pas près d’en changer. Pour le cerveau, s’il devait augmenter, il nécessiterait un remaniement du bassin et de l’ensemble du corps, et cela ne peut résulter que d’un très lent processus, plus proche du million d’années que d’après-demain !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

03.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

04.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

05.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

06.

Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique

07.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

01.

Libé aime le style Juppé au Caire

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

04.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

05.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Coronavirus : Il y en a certains (et c’est déjà beaucoup trop) qui croient que c’est le Mossad !

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 30/06/2014 - 00:57
Erreur de base: personne ne s'accouple
avec quelqu'un qui lui ressemble!
C'est méconnaître totalement la nature humaine que de penser cela. Les êtres humains sont attirés et séduits par la différence, et l'amour est d'autant plus fort ( et, donc, l'opportunité d'enfanter) que la différence est grande. S'accoupler avec ses semblables est une perversion de la nature humaine et débouche sur peu d'enfantements, comme il est souhaitable (sauf pour les gauchistes qui vénèrent la perversité et l'uniformité...)