En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron sera-t-il le Gorbatchev du “cercle de la raison” ?

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

04.

Quand le simulateur énergétique du MIT montre qu’il demeure possible de limiter à la hausse des températures à 1,1°C sans décroissance tout en se passant des énergies fossiles

05.

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

06.

Humanisme, rémunérations et régimes spéciaux : le cas Delevoye

07.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

03.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

04.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

05.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

06.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Déception
Réforme des retraites : Les syndicats très déçus par les annonces d'Edouard Philippe
il y a 8 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Film : "Docteur ?" : Un duo d'acteurs épatants pour une comédie de Noël, légère, mais pas seulement

il y a 11 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Livre : "Le ciel par-dessus le toit" de Natacha Appanah : Un roman familial, puissant et émouvant

il y a 11 heures 45 min
light > Insolite
Too bad!
Un artiste vend une banane scotchée au mur 12.000 dollars : un autre la décroche, la pèle et la mange
il y a 14 heures 1 min
pépite vidéo > Insolite
Goût de luxe
Un hôtel espagnol décore son hall d'entrée avec un sapin à 14 millions d'euros
il y a 14 heures 39 min
rendez-vous > Economie
Zone Franche
Retraites et consensus scientifique : peut-on vraiment prendre les retraito-sceptiques au sérieux ?
il y a 15 heures 51 min
décryptage > Europe
Surprises

Surprises à la carte : ce que la géographie de l’euroscepticisme nous apprend des racines du trouble politique qui ébranle l’Union

il y a 16 heures 18 min
décryptage > Terrorisme
Incompréhension

Condamnation à la baisse : ce que la justice française semble ne pas comprendre du tout du djihadisme

il y a 19 heures 39 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

il y a 20 heures 1 min
pépites > Religion
Solidarité et soutien
Attaque contre la mosquée de Bayonne : SOS Racisme lance un appel de soutien pour une marche solidaire ce dimanche 15 décembre
il y a 1 jour 3 heures
pépites > Politique
Bad news ?
Réforme des retraites : les points principaux du discours d'Edouard Philippe
il y a 9 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "La vie est belle" : Conte de Noël anti-morosité....

il y a 11 heures 40 min
décryptage > Politique
Droit du sol ?

Esther Benbassa vous devriez lire François-René de Chateaubriand !

il y a 12 heures 2 min
décryptage > Santé
Petites vérités

Petites vérités utiles à rétablir sur l’espérance de vie en France

il y a 14 heures 31 min
décryptage > Europe
La juste mesure

Royaume-Uni : la lutte anticorruption cherche la juste mesure

il y a 15 heures 50 min
décryptage > Politique
Petites vérités

Humanisme, rémunérations et régimes spéciaux : le cas Delevoye

il y a 15 heures 58 min
décryptage > Science
Découverte

Quand le simulateur énergétique du MIT montre qu’il demeure possible de limiter à la hausse des températures à 1,1°C sans décroissance tout en se passant des énergies fossiles

il y a 16 heures 59 min
décryptage > Economie
Génération 1975

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

il y a 19 heures 47 min
décryptage > Politique
To Reforme or not To Reform

Emmanuel Macron sera-t-il le Gorbatchev du “cercle de la raison” ?

il y a 20 heures 5 min
pépites > Politique
Sondages
Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani
il y a 1 jour 4 heures
© Reuters
Les parents d'élèves ont une main-mise grandissante sur l’école.
© Reuters
Les parents d'élèves ont une main-mise grandissante sur l’école.
Passe ton bac d'abord

Supprimer les notes et rendre le bac plus facile ? Derrière les polémiques, la main-mise grandissante des parents d'élèves sur l’école

Publié le 27 juin 2014
En pleine polémique sur les sujets du bac "trop difficiles", Benoit Hamon a relancé ce mardi le débat sur les systèmes de notation qui, selon lui ne seraient pas assez gratifiants.
Pierre Duriot est enseignant du primaire.Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Duriot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Duriot est enseignant du primaire.Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En pleine polémique sur les sujets du bac "trop difficiles", Benoit Hamon a relancé ce mardi le débat sur les systèmes de notation qui, selon lui ne seraient pas assez gratifiants.

Atlantico : En pleine polémique sur les sujets du bac "trop difficiles", Benoit Hamon a relancé ce mardi le débat sur les systèmes de notation qui, selon lui ne seraient pas assez gratifiants. Mais les notes d'aujourd'hui sont-elles si strictes que le laisse penser le ministre de l'Education nationale ?

Pierre Duriot : Il y a aurait beaucoup à dire, mais pour faire court, on peut rétorquer que la note en elle même n'est pas le problème, un 05/20, un ou deux points rouges ou un D sur une échelle de A à D, comme il l'est envisagé, auront toujours le même effet sur l'enfant : peu gratifiant. Le problème vient de la confusion dans la perception de la note, sensée noter un travail, mais qui dans l'esprit d'enfants ou de jeunes gens souvent autocentrés, sonne comme une notation de leur personne intime, donc comme un désamour, une stigmatisation : "le prof m'a dans le nez". Il faut pourtant, d'une manière ou d'une autre dire et montrer à l'élève qu'il s'est trompé faute de quoi, on créée l'illusion permanente.

A quand remonte le début de la dévalorisation des notes ? Quel rôle les parents d'élèves ont-ils joué dans ce phénomène ?

On constate cette peur permanente du "traumatisme", de la part de parents, que nous expérimentons dès la maternelle où déjà, on met des points rouges. "Le petit est rentré contrarié (traumatisé) de l'école, à cause du point rouge, il ne veut plus y aller"... il est entré dans les mœurs, d'une certaine manière, à la fois de concevoir l'école comme un endroit où l'enfant doit absolument être contrarié le moins possible, ne pas se fatiguer (base de la réforme des rythmes scolaires), avec des parents, pas tous heureusement, veillant contre les profs, à ce que l'enfant ne soit pas contrarié ou trop fatigué par le travail. D'où l'insistance parfois de ces derniers pour que la note ne soit pas trop brutale, ce sont eux qui gèrent la contrariété de l'élève le soir à la maison. Mais également, toujours dans cette manière biaisée que nous avons de percevoir la note, certains parents peuvent avoir l'impression d'être notés eux-mêmes dans leur valeur parentale. On entend souvent cela en primaire et de très bonne foi "Il a de très mauvaises notes à l'école, je suis une mauvaise mère". Encore une fois, la note s'adresse au travail rendu.

Comment le sens qu'on donne aux notes a-t-il dans le même temps évolué ? Peut-on parler d'une dérive de l'évaluation du travail et des connaissances à l'évaluation des individus ? Avec quelles effets pervers ?

C’est à la charge des profs d'expliciter une éventuelle mauvaise note et surtout de la faire suivre du travail nécessaire pour qu'elle remonte, ceci à condition que l'enfant soit désireux de la faire remonter. Il faut pourtant arriver à concevoir qu'aucun apprentissage ne se fait sans effort, sans échec et sans contrariété. Vouloir affirmer le contraire tient du marchandage d'illusion. De manière générale, ce n'est pas la note qui est "stigmatisante", mais bien la manière dont elle est perçue.

L'affect a-t-il pris trop de place à l'école (on aime son prof plus qu'on ne respecte son travail ; on lui fait un cadeau personnel en fin d'année etc.) ? En quoi les parents y sont-ils une fois de plus pour quelque chose ?

Il nous faut, nous adultes, au cours de ces discussions, entrevoir le côté schizophrénique du système que l'on propose à nos jeunes dans l'enfance, qui vise à leur éviter le manque de gratification, à l'école ou à la maison, pour les jeter en pâture, sitôt la majorité, à une société dont le moins que l'on puisse dire est qu'elle n'est pas gratifiante pour grand monde. On gagnerait à éduquer à la gestion des émotions et des affects, ce que l'on fait peu et qui pourtant reste une aptitude majeure pour cheminer avec succès dans le monde du travail.

En quoi l'institution a-t-elle laissé faire ? Comment expliquer qu'on conserve un bac avec un niveau d'exigence aussi bas ?

Dans l'affaire du bac S jugé trop difficile, le ministère a expliqué que le sujet relevait bien du programme, ce qui est parfaitement exact. A celui qui a décrété une année, qu'il fallait 80 % de bacheliers, on pourrait expliquer qu'une décision politique n'a jamais amélioré magiquement l'intelligence des élèves, la qualité de l'enseignement et la mise au travail de tout le système : la qualité ne se décrète pas, ni dans l'éducation ni nulle part d'ailleurs. Alors il faut gérer, à la fois les objectifs assignés et les egos des élèves et de leurs parents et ce n'est pas la première année que les correcteurs ont des consignes de bienveillance, ce n'est un secret pour personne. Mais les élèves eux-mêmes, sont convaincus, pensent, disent haut et fort, que le niveau d'exigence n'est pas bas ! Alors que le constat très simple de leur niveau global en orthographe, par exemple, dit bien le contraire. En fait, tout le monde y tient à ce bac, même moribond et tout le monde s'est adapté au cynisme ambiant. Les très bons élèves visent dorénavant les mentions "bien" et "très bien", les autres savent pertinemment que le bac "sec" ne vaut rien et leurs parents aussi. Les écoles post-bac exigent souvent de voir le dossier scolaire, du moins les notes de terminale, les embaucheurs n'accordent guère de valeur au bac qui n'est plus suffisant pour trouver un travail. Il faut voir dans l'affaire du bac S, dans les manifestations qui pointent à chaque velléité de suppression de cet examen, une forme de toute puissance à l'oeuvre de la part des élèves et de leurs parents. Les premiers car leur parole a été sacralisée et qu'ils sont les seuls à pouvoir faire tomber un ministre en descendant dans la rue (Devaquet ou De-Villepin), les seconds parce qu'il soutiennent leurs enfants, au besoin contre les institutions. Le système global d'éducation et d'enseignement nécessite l'alliance éducative des adultes, faute de quoi c'est l'enfant qui manœuvre tout le monde. En fait l'approche du travail, des études, les rapports entre adultes et enfants, se sont profondément modifiés en quelques décennies, et c'est à cet état de fait que l'école et la société tout entières se sont adaptés lentement mais sûrement. Encore une fois, il faut surtout s'étonner du décalage entre les régimes que l'on propose aux jeunes avant la majorité et après la majorité. Derrière la démagogie, le monde du travail essuie les plâtres en se raidissant devant l'embauche de jeunes gens perçus comme désinvoltes et peu aptes à l'effort, j'avais été surpris par l'ampleur du phénomène lors de l'écriture de mon dernier essai.

Que perdrait-on néanmoins à se passer de la valeur symbolique d'un tel rite de passage ?

La dimension symbolique du bac est puissante, elle fait partie de l'histoire de la nation, était synonyme d'excellence à une époque où moins de dix pour cent d'une classe d'âge l'obtenait. Le bac reste un passage obligé pour accéder aux grandes écoles, aux facultés et encore plus depuis une désaffection quasi-organisée des métiers manuels, lesquels pourraient pourtant séduire de nombreux écoliers avec des formations pratiques de qualité, mais hélas trop souvent vécues comme une sortie peu honorable du système scolaire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron sera-t-il le Gorbatchev du “cercle de la raison” ?

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

04.

Quand le simulateur énergétique du MIT montre qu’il demeure possible de limiter à la hausse des températures à 1,1°C sans décroissance tout en se passant des énergies fossiles

05.

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

06.

Humanisme, rémunérations et régimes spéciaux : le cas Delevoye

07.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

03.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

04.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

05.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

06.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 26/06/2014 - 08:24
Hamon: 2 sur 20, point rouge!
...et tant pis si les parents du petit Hamon devront gérer la "contrariété" du petit, ce soir!
Ses parents pourront le rassurer en lui disant qu'il est au dessus de la moyenne gauchiste...
MEPHISTO
- 25/06/2014 - 18:48
Erosion accélérée du système éducatif
Pourquoi pas , tant qu ' on y est , un sujet du baccalauréat rédigé entièrement en " langage SMS " décidement avec les socialistes et l ' inutile B.HAMON , on est entré dans la dérision , avec en toile de fond " l 'oïsiveté des élèves et des professeurs " ce qui ne sera pas pour déplaîre aux représentants de la FSU ( partisans du moindre effort , puisqu ' ils sont régulièrement en grève chaque année ) qui militent depuis des années pour " la facilité et le confort des enseignants " dans l 'unique du bon déroulement de leurs carrières professionnelles , faisant fi de la mission de base : le bien-être et le développement de l 'élève , de l 'étudiant . pour ma part , j ' ai appris avec des professeurs consciencieux , à lire , écrire , parler et compter par des exercices répétés , par la méthode syllabique illustrée , la grammaticale , dictées , rédactions ect...ect... dont la notation de ces devoirs imposés avait pour but de faire progresser l ' enfant
Benvoyons
- 25/06/2014 - 14:51
Putain ! pourquoi il est encore toléré qu'il y ait des mentions
dans les résultats du Bac.