En direct
Best of
Best of du 22 au 28 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

02.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

03.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

04.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

05.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

06.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

07.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Social
Violence
Incendies déclenchés à Paris lors d'affrontement entre manifestants et force de l'ordre
il y a 1 heure 36 min
pépites > International
Coronavirus
La Chine ouvre des camps spéciaux pour le coronavirus: des personnes en train de se balader dans les rues de l'Hubei sont enfermées pour être "rééduquées"
il y a 3 heures 11 min
light > Société
Violences sexuelles
Samantha Geimer hausse le ton contre un nouvel emballement médiatique autour de l' "affaire Polanski"
il y a 6 heures 21 min
décryptage > Politique
Municipales

Parisiens, c’est officiel, Hidalgo vous donne 5 ans d’âge mental !

il y a 7 heures 56 min
décryptage > Economie
Mauvais pari ?

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

il y a 8 heures 20 min
décryptage > Santé
Directives et recommandations sanitaires

Mesures contre la propagation du Coronavirus : derrières les déclarations publiques, la pagaille sur le terrain ?

il y a 9 heures 9 min
décryptage > Société
Pandémie

Coronavirus : quand la nature se remet à nous faire peur

il y a 10 heures 37 min
pépites > Environnement
Justice
La société Lubrizol a été mise en examen pour "atteinte grave" à la santé et à l’environnement suite à l'incendie de son site de Rouen
il y a 20 heures 2 min
light > Culture
Grande famille du cinéma français ?
45e cérémonie des César : Brigitte Bardot publie un message de soutien à Roman Polanski qui "sauve le cinéma de sa médiocrité"
il y a 21 heures 17 min
light > Economie
Nominations
Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy vont entrer au conseil de surveillance de Lagardère
il y a 22 heures 44 min
pépites > Consommation
Consommation
Les steaks hachés bio de supermarché épinglés par 60 millions de consommateurs
il y a 2 heures 22 min
pépite vidéo > International
Immigration
Après la mort de 33 de ses soldats en Syrie, la Turquie décide de ne plus bloquer les migrants à sa frontière
il y a 4 heures 38 min
décryptage > International
Tribune

L’espace maritime marocain et la question du Sahara Occidental

il y a 7 heures 36 min
décryptage > Politique
L'infini et la bêtise

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

il y a 8 heures 4 min
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
Comment poser la question du séparatisme islamiste en France ?
il y a 8 heures 31 min
décryptage > Politique
Dérision et ricanements à tous les étages

Ce gisement de voix sur lequel pourraient miser les candidats osant résister à l’intimidation par “l’humour” médiatique

il y a 9 heures 35 min
décryptage > Santé
Crise de l'hôpital français

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

il y a 11 heures 3 min
pépites > Justice
Centre hospitalier de Mont-de-Marsan
Claude Sinké, l’auteur présumé des coups de feu à la mosquée de Bayonne, est mort
il y a 20 heures 36 min
pépites > Santé
Nouveau bilan
38 cas de coronavirus ont été identifiés en France dont 12 liés au patient infecté dans l’Oise
il y a 22 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Russie et la France, de Pierre Le Grand à Lénine" de Hélène Carrère d’Encausse, de l’Académie française : une mine d’informations sur le passé… avec une trop brève réflexion sur l’avenir !

il y a 1 jour 1 heure
© REUTERS/Philippe Wojazer
© REUTERS/Philippe Wojazer
Effets contraires

Pourquoi la réforme pénale de Christiane Taubira va générer des procédures inéquitables pour les détenus

Publié le 09 juin 2014
Le texte de la réforme pénale, qui a été votée le jeudi 5 juin, doit être officiellement adopté ce mardi 10 juin par l'Assemblée nationale.
Martine Herzog-Evans est professeur de droit de l’exécution des peines et de criminologie à l’Université de Reims, présidente de la Confédération francophone de la probation et membre de la Société européenne de criminologie. Elle est l’auteur de plus...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Martine Herzog-Evans
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Martine Herzog-Evans est professeur de droit de l’exécution des peines et de criminologie à l’Université de Reims, présidente de la Confédération francophone de la probation et membre de la Société européenne de criminologie. Elle est l’auteur de plus...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le texte de la réforme pénale, qui a été votée le jeudi 5 juin, doit être officiellement adopté ce mardi 10 juin par l'Assemblée nationale.

Atlantico :  Les peines planchers instaurées par Nicolas Sarkozy pour lutter contre la récidive ont été supprimées par le nouveau texte, et la contrainte pénale (peine de probation) a été créée. Quel est votre regard de pénaliste et de criminologue sur ces deux mesures ?

Suppression des peines planchers

Martine Herzog-Evans : La suppression des peines planchers est une excellente décision, car elle ont en partie contribué à la surpopulation carcérale. Ce n’était pas une bonne mesure, car dans certaines situations individuelles des récidivistes sont d’un meilleur pronostic que des criminels primaires. On sait que globalement les récidivistes présentent plus de risques de récidiver, mais il faut aussi s’adapter à chaque cas particulier.

Instauration de la contrainte pénale

Sur le plan juridique la loi est très mal ficelée, et sur l’ensemble elle ressemble comme deux gouttes d’eau à des peines qui existent déjà. C’est d’autant plus inutile que la mesure annoncée est en apparence plus simple, mais en réalité beaucoup plus compliquée sur le plan juridique. Il m’a semblé lors de la commission des lois du Sénat de la semaine dernière que les élus étaient conscients de certaines absurdités, et qu’ils vont essayer de régler au moins cet aspect des choses.

Sur le plan criminologique, cette peine n’apporte rien par rapport à ce qui existe déjà. Madame Taubira a déclaré que le contrôle serait plus strict, et que cette peine était plus répressive que celle qui existe déjà, ce qui n’est pas faux.  Elle joue sur tous les tableaux : d’un côté elle se montre plus restrictive par rapport aux condamnés, et en même temps elle séduit la gauche en mettant en avant le fait qu’il ne s’agit pas d’incarcération.

Dans la pratique, la réalité du suivi est très faible. Le contrôle de consommation de l’alcool est pour ainsi dire inexistant, et  les entretiens avec les agents de probation sont rares. Ces entretiens consistent essentiellement dans de la vérification administrative, mais ne s’attaquent pas aux problèmes de fond que sont l’alcool, la maladie mentale, les problèmes de logement, etc. La faute revient aux manques de moyen, mais également à une absence de culture professionnelle.

C’est pourquoi ma contestation porte surtout sur la surabondance de lois. Nicolas Sarkozy en a fait beaucoup, Christiane Taubira en propose une qui est aussi inutile que les précédentes, et aucun ne règle les vrais problèmes, qui eux ne relèvent pas des lois mais de l’organisation institutionnelle : les services de probation, le recrutement, la formation, leur façon de travailler, la perception de leur travail… C’est un chantier institutionnel de fond qu’il fallait démarrer. A cela, la ministre répond qu’elle a créé des postes. Mais à titre de comparaison, en France nous avons autant d’agents de probation qu’à Londres. Elle répond également qu’elle a mis en place des commissions. Beaucoup de membres de ces dernières ne connaissaient rien au sujet – tactique bien connue –, les réunions ont été très rares et n’ont pas permis de fournir des rapports. Ce grand chantier aurait dû être lancé il y a déjà deux ans, au lieu de produire maintenant une loi qui ne sert à rien.

Cette réforme repose sur notre croyance caractérisée dans les pouvoirs de la loi. Tout le monde croit que, parce qu’on vient de créer une nouvelle peine, les magistrats vont arrêter de prononcer l’emprisonnement. On l’a déjà vu de nombreuses fois, et pas seulement en France, cela n’a aucune influence sur l’emprisonnement, car les magistrats, tous simplement, redistribuent le prononcé des autres peines existantes. La réforme ne changera rien à la réflexion fondamentale de tout magistrat : cela vaut-il emprisonnement ? Et si ce dernier n’est selon lui pas justifié, alors il réfléchit à une peine alternative. C’est ainsi que la justice fonctionne, et pas autrement. Si je prolonge mon raisonnement, cela veut dire que les peines alternatives actuelles seront moins prononcées, puisque la contrainte pénale sera apparue, mais cela ne diminuera pas le nombre d’incarcérations.

L’accélération des procédures de  libération garantit-elle un traitement équitable des personnes ? Pourquoi ?

On le voit dans la contrainte pénale et dans la libération sous contrainte, le débat contradictoire est supprimé à tous les niveaux. Le fait d’obliger un condamné à déposer une requête, de défendre son projet et de lui donner le droit d’être assisté d’un avocat, telle est la base d’une démocratie. Un procès équitable va dans le sens de la personne, mais donne aussi à la justice la chance de prendre une décision réfléchie en prenant en compte tous les paramètres. De nombreuses études criminologiques ont montré que c’est à cette condition que les condamnés, les victimes et la société dans son ensemble considèrent qu’ils ont affaire à une justice légitime. Dès lors qu’on ne donne pas les signes reflétant le caractère équitable des décisions, cela revient à dire à la population que celles-ci ne sont pas prises avec sérieux.

Dans les faits on constate même un rejet de ce sérieux, car le but recherché par la contrainte pénale et d’accélérer la sortie des condamnés en évitant de leur donner une voix. Ne nous trompons pas, je ne suis pas contre les formes de libération anticipée, mais il faut le faire dans des conditions décentes. Il faut s’assurer que la personne a un point de chute, une couverture maladie, un revenu minimum, etc. mais l’accélération empêche de s’en préoccuper. Les procédures actuelles permettent de prononcer entre six et douze décisions par audience, c’est-à-dire sur une demi-journée.  La nouvelle procédure permettra de traiter 80 à 100 dossiers, comme pour les permissions de sortir. Qui connaît le fonctionnement de ces commissions sait que les condamnés peuvent venir, mais ne sont jamais entendus, car on ne peut pas faire venir 80 à 100 détenus, à moins de prendre quatre jours.

Au cours d’une Commission d’application des peines  (CAP), le juge d’application des peines  est instrumentalisé par l’établissement pénitentiaire car il est entouré de personnel, ses informations sont exclusivement de nature pénitentiaire, et à aucun moment il n’aura les informations essentielles sur le projet du détenu, l’état de son addiction… En moins de cinq minutes par dossier, c’est impossible. Comme disent les Américains, c'est de la "Mac Justice" : on sait que ce n’est pas bon, mais c’est rapide.

Les condamnés sortiront dans des conditions indigentes. Les agents de probations prépareront la sortie de prison sur le plan juridique, mais pas matériel : logement, couverture sociale, emploi... Logiquement, ils récidivent, ne se soumettent pas aux obligations qu’on leur impose, et retournent à la case prison. On veut libérer des places de prisons comme on libère des lits d’hôpitaux.

Et qu’en est-il de la prise en compte des victimes ?

A l’heure actuelle elles ne peuvent pas être présentes lors de ces commissions, mais elles peuvent envoyer un avis écrit, et dans certains cas l’avocat peut être présent. Avec la procédure accélérée, ce ne sera plus possible. Lorsque les décisions sont prises en notre absence, on peut clairement parler de justice secrète.

Lorsqu’une nouvelle affaire Pornic se produira, et que l’on s’intéressera à la façon dont les juges ont pris leur décision, qu'on verra qu’ils ont eu à peine cinq minutes pour statuer sur un dossier, comment voulez-vous qu’ils disent à la population qu’ils ont fait de leur mieux ?  Bien au contraire, le législateur aura fait en sorte qu’ils ne puissent pas faire de leur mieux.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

02.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

03.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

04.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

05.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

06.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

07.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pourquoi-pas31
- 10/06/2014 - 00:15
La justice,
Saint Louis la rendait sous un chêne. Saint Louis est mort, le chêne est mort, il ne nous reste que les glands ! Et dans quel état !
evy
- 09/06/2014 - 18:25
Et que va-telle faire !
Un gamin de 12 ans qui met le feu et qui tue, quel sera la peine ? Peut-être des félicitations pour ne pas le traumatiser..
lexxis
- 09/06/2014 - 14:12
UNE LONGUE ABERRATION...
Si on consacrait aux victimes ne serait-ce que le dixième de l'attention que l'on porte assidûment aux délinquants et criminels, notre droit pénal ferait assurément de grands progrès. La preuve: les réformes qui se suivent toutes et à cadence rapprochée, chacune prenant argument de l'inefficacité de la précédente.

En attendant, on peut toujours librement et de manière parfaitement irresponsable relâcher en France un récidiviste avéré pour s'apercevoir quelques jours plus tard et une nouvelle victime après que son suivi judiciaire avait été inexistant ou qu'il aurait dû être prochainement convoqué, mais que finalement cela n'avait pas été fait. Entretemps, un assassinat atroce mais qui comme les précédents ne fera jamais réfléchir ceux pour qui seuls comptent les droits et la réinsertion prétendue du délinquant.

De toute manière que reste-t-il à attendre d'un pays où un grand syndicat de magistrats peut librement et jusqu'à présent sans sanction épingler sur le mur des cons la photo du père d'une jeune femme assassinée?