En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

07.

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

ça vient d'être publié
pépites > International
Dictature
Ouïghours : Xi Jinping a donné l'ordre d'être "sans pitié"
il y a 9 heures 39 min
light > Culture
Discrimination
L'actrice Mo'Nique accuse Netflix de la sous-payer car elle est une femme noire
il y a 10 heures 27 min
pépite vidéo > Culture
Pour les fans de la famille royale
The Crown : la saison 3 est disponible sur Netflix
il y a 11 heures 13 min
pépites > France
Noyau dur
Acte 53 des Gilets jaunes : 28.000 manifestants selon la police, 40.000 selon les organisateurs
il y a 12 heures 40 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Inde veut aller explorer Vénus en 2023 ; Mars : les fluctuations de l’oxygène décontenancent la Nasa
il y a 12 heures 59 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que la technologie pourrait apporter pour contenir les incendies géants
il y a 16 heures 23 min
décryptage > France
Un an déjà

Acte 53 des Gilets jaunes : statu quo en attendant décembre

il y a 17 heures 2 min
décryptage > International
Moderne... mais féroce

En Arabie Saoudite, « réforme » rime avec « répression »

il y a 17 heures 25 min
décryptage > France
Agriculture

Revenus désastreux des agriculteurs : et si les banques étaient juridiquement en partie responsables ?

il y a 17 heures 26 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment la momie de Ramsès II a bénéficié d'une "seconde jeunesse" grâce à une exposition organisée à Paris en 1976

il y a 17 heures 27 min
pépites > Europe
Désastre
Venise : un milliard d'euros de dégâts ; une troisième montée des eaux attendue
il y a 10 heures 3 min
pépites > Santé
Drame
Deux tiers des Français ont déjà renoncé à se faire soigner
il y a 10 heures 50 min
pépite vidéo > France
Casseurs
Acte 53 des Gilets jaunes : d'importants dégâts sur la place d'Italie à Paris
il y a 12 heures 5 min
pépites > Politique
Baisse
Popularité : Emmanuel Macron perd un point en novembre
il y a 12 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

SOS Europe en détresse ?

il y a 16 heures 5 min
décryptage > Santé
Danger

Les super bactéries font encore plus de morts qu’on le croyait

il y a 16 heures 51 min
décryptage > Politique
Sectarisme à tous les étages

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

il y a 17 heures 8 min
décryptage > Economie
Un but bien défini

La politique économique de Trump, une politique parfaitement prévisible

il y a 17 heures 25 min
décryptage > International
Automne chinois

Hong Kong ou l’illustration que la Révolution de velours tchèque ne serait plus possible 30 ans après ?

il y a 17 heures 27 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

il y a 17 heures 28 min
© Reuters
© Reuters
Une affaire de compatibilité

Sarkozy, Juppé, Fillon : portrait robot de qui aime qui chez les sympathisants de droite

Publié le 13 juin 2014
Alors qu'un congrès de l'UMP doit désigner son nouveau président en octobre 2014, Sarkozy et Juppé occupent la tête dans les études d'opinion auprès des sympathisants de droite, avec Fillon qui vient en troisième position. Si les deux premiers disposent d'une base de soutiens clairement identifiée sur le pan sociologique et géographique, ce dernier a brouillé les cartes chez son électorat traditionnel.
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors qu'un congrès de l'UMP doit désigner son nouveau président en octobre 2014, Sarkozy et Juppé occupent la tête dans les études d'opinion auprès des sympathisants de droite, avec Fillon qui vient en troisième position. Si les deux premiers disposent d'une base de soutiens clairement identifiée sur le pan sociologique et géographique, ce dernier a brouillé les cartes chez son électorat traditionnel.

Atlantico : D’après un récent sondage Ifop pour Valeurs Actuelles, les sympathisants de l’UMP sont 28 % à vouloir que Nicolas Sarkozy soit élu à la présidence de l’UMP, 26 % se prononçant pour Alain Juppé, et 11 % pour François Fillon. Quel est le profil de ces "supporters" ?

Nicolas Sarkozy

Jérôme Fourquet : Toutes les enquêtes récentes concernant Nicolas Sarkozy permettent de constater que dans l’électorat de droite sa domination est la plus forte dans ce qu’on pourrait appeler la "droite d’en bas", c’est-à-dire les catégories modestes et moyennes, les générations les moins âgées, et plutôt la France de province que celle des grandes villes et de la région parisienne. On peut l’expliquer par le fait que ces catégories-là de l’électorat de droite ont été les plus sensibles au discours de Nicolas Sarkozy ces dernières années, et notamment au cours de la dernière campagne présidentielle avec une ligne droitière, décomplexée.

Alain Juppé

A l’inverse, les catégories plus "CSP+", parisiennes et âgées sont tentées par une ligne moins droitière, plus modérée, et se retrouvent bien derrière l’hypothèse d’une candidature Juppé pour la présidentielle ou la tête du parti. C’est une droite traditionnelle, certes conservatrice, mais modérée, et qui se retrouve autant dans le parcours que les propos de Juppé, qui sont en retenue, modérés, et qui appellent à travailler avec le centre (Bayrou, par exemple). Son tempérament moins énergique et vibrionnant que Nicolas Sarkozy n’est pas pour rien dans l’estime que ces catégories lui portent, notamment les seniors. Et même si Sarkozy n’est plus un jeune en politique, Juppé bénéficie d’un parcours plus long, qui a marqué les seniors de droite. Cette information n’est pas anecdotique, et peut jouer un rôle dans la mesure où les seniors sont la tranche d’âge qui se mobilise le plus lors d’élections, et qui compose une part importante de l’électorat de droite aujourd’hui.

Assez classiquement, et à la différence de Sarkozy et Fillon, Juppé, bénéficie d’un fort ancrage dans l’électorat de droite du grand sud-ouest. Le maire de Bordeaux y bénéficie d’une réelle avance, ce qui se vérifie moins dans les autres régions. Néanmoins la région Aquitaine n’est pas réputée comme étant un gros réservoir de voix de droite et d’adhérents à l’UMP.

François Fillon

On ne constate pas d’aspérités dans la nature des soutiens de François Fillon, à tous les niveaux. Cela montre que sa ligne n’est pas clairement identifiée. Autant on peut avoir une analyse idéologique des soutiens de Sarkozy et Juppé, ligne droitière contre ligne modérée, autant Fillon ne donne pas de positionnement clair. Par conséquent ses soutiens ne sont pas clairement profilés. Cela n’aurait pas été le cas si on avait regardé les sondages il y a un an, au début de l’été 2013 : c’était lui qui faisait figure de principal challenger de Sarkozy, loin devant Juppé. C’était lui le tenant de la ligne modérée ou recentrée, en rupture avec la ligne sarkozyste. Mais sa sortie de novembre 2013 contre le bilan de Sarkozy a été très mal perçue par l’électorat de droite. Ce dernier y a vu du mauvais esprit, une posture politicienne, et de l’incohérence puisqu’il était tout de même comptable de ce bilan. Il a aussi déclaré que certains élus socialistes pouvaient être plus sectaires que des élus du FN, ce qui n’a pas forcément choqué tous les électeurs de droite, mais sa base modérée ne s’est pas retrouvée dans ce propos, et s'est redirigée vers Juppé. Ces deux sorties ont atténué son avantage de départ, qui était sa stature d’homme d’Etat. Le fait qu’il ait pendant toute sa carrière défendu une ligne de front contre tout accord avec le FN, a rendu incompréhensible sa volte-face. Depuis lors, son image est brouillée, la nature de ses soutiens a changé, ce qui explique qu’on ne trouve pas de spécificités fortes chez ses soutiens aujourd’hui. La plupart de sa base CSP+ et retraités est partie chez Juppé.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

06.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

07.

Ce discret courant souterrain qui fragilise puissamment nos démocraties

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

06.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Septentrionale
- 09/06/2014 - 00:10
Le meilleur pour 2017sera Bruno Lemaire
Pour sa classe, sa réflexion attentive, sa maîtrise tranquille, ses compétences et sa connaissance du Pouvoir, ses propos et ses propositions en accord avec ses actes ( ex: démissionnaire de son statut de fonctionnaire suite à son élection ). Avec un programme pour une France européenne du XXI ème siècle et des bases étayées sur la sortie du système socialo-communiste archaïque injuste malhonn^te, sectaire d'un état pléthorique devenu parasite ( élus fonctionnaires, régime spéciaux...) . Pour que la Société Française rackettée, maltraitée sorte de l'asphyxie et retrouve une respiration saine en étant respectée et responsabilisée . Ses ennemis seront ses pairs accrochés à leurs privilèges et au clientélisme assujettissant d'un état mafieux.
quesako
- 08/06/2014 - 12:11
Ce qui veut dire que Sarkozy est le meilleur contre le FN ?
Et c'est tout le problème de la droite. Ce qui se traduit aussi par : qui peut le mieux assurer la présence de la droite au 2ème tour ?
Là encore qui sera au 2ème tour ? Mais pour que la droite soit au 2ème tour il ne faut pas de candidature UDI au 1er tour ! Alors est ce toujours Sarkozy : j'en doute !