En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Castaner et la vie privée d'Olivier Faure

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Chasse aux ex-LR "trop conservateurs" : le pari politique risqué des LREM à Paris

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Etat de santé
L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"
il y a 9 min 57 sec
pépites > Santé
Virus en sommeil
Une femme japonaise contracte le coronavirus une seconde fois après avoir été guérie
il y a 3 heures 11 min
pépite vidéo > Politique
Double langage ?
Didier Guillaume arrache le micro d'un journaliste après une question sur l'abattoir Sobeval
il y a 4 heures 8 min
décryptage > Société
Réaction politique

Injustice intergénérationnelle : les dangers d'une génération extorquée

il y a 5 heures 3 min
décryptage > Politique
A mort !

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

il y a 5 heures 53 min
décryptage > Politique
Tri sélectif

Chasse aux ex-LR "trop conservateurs" : le pari politique risqué des LREM à Paris

il y a 6 heures 46 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

il y a 7 heures 26 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’ultragauche tentée par le terrorisme ?; L’équipe Villani en plein doute; LREM : Stanislas Guerini veut refonder le parti; GPA : le gouvernement ne veut pas (maintenant) de la jurisprudence de la Cour de Cassation
il y a 8 heures 5 min
pépites > Justice
Enquête
Attaque à la préfecture de police de Paris : une recherche internet faite par Mickaël Harpon accrédite l'hypothèse terroriste
il y a 21 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La mort n'est pas une solution, Asia Bibi condamnée à la pendaison pour blasphème" d'Anne-Isabelle Tollet : un récit poignant

il y a 1 jour 41 min
pépites > Justice
"Pendaison" et Ancien Régime
L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon
il y a 2 heures 15 min
pépites > Santé
Coronavirus
Emmanuel Macron à la Pitié-Salpêtrière : "On a devant nous une épidémie" qu'il va falloir "affronter au mieux"
il y a 3 heures 44 min
décryptage > Politique
Réforme(s)

Edouard Philippe, patron de Licence IV, Bruno Le Maire, gérant d’auto-école

il y a 4 heures 44 min
décryptage > Politique
Passage en force

Recours au 49-3 : cet ultime baril de poudre qu'Emmanuel Macron roule dans la fabrique d'allumettes

il y a 5 heures 35 min
décryptage > Défense
Graal du XXIeme siècle ?

Défense : le retard technologique de la France s’accumule

il y a 6 heures 11 min
décryptage > Politique
Casse-tête

Retraites : 49.3, retrait ou "bidouille", quel chemin de sortie de crise serait le moins dommageable pour Macron ?

il y a 7 heures 3 min
décryptage > Economie
Conclusions hâtives

Le Coronavirus, occasion forcée de se "débarrasser" de la mondialisation ? Petits contre-arguments pour ne pas jeter le bébé (de notre prospérité) avec l’eau du virus

il y a 7 heures 46 min
pépites > Europe
Alliés européens
Emmanuel Macron et onze ministres sont attendus à Naples ce jeudi dans le cadre du 35e sommet franco-italien
il y a 21 heures 11 sec
pépites > Politique
Aubaine ?
Anne Hidalgo ferait passer pour des HLM des logements loués aux classes moyennes
il y a 21 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dark Waters" de Todd Haynes : un homme seul contre une toute puissante industrie chimique...

il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

La dette publique : un mal français ?

Publié le 08 juin 2014
Depuis la crise de 2007, les contours d’un nouveau monde se dessinent peu à peu, les rapports de force de l’économie mondiale tendent à se rééquilibrer. Mais, malgré tout, les mêmes interrogations et zones d’ombre subsistent : pourquoi en est-on arrivé là, pourquoi ne tire-t-on pas les leçons du passé, une telle crise peut-elle se reproduire, comment expliquer les failles de la finance mondiale, et surtout quand et comment espérer la sortie de crise ? Le livre "L'après crise en 60 leçons" de Sandrine Voizot donne quelques éléments de réponse.
Sandrine Voizo est diplômée de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris. Elle est analyste financier indépendant depuis 1997. Présidente de la commission banque-assurance de la Société française des analystes financiers (SFAF), membre du comité...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sandrine Voizot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sandrine Voizo est diplômée de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris. Elle est analyste financier indépendant depuis 1997. Présidente de la commission banque-assurance de la Société française des analystes financiers (SFAF), membre du comité...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis la crise de 2007, les contours d’un nouveau monde se dessinent peu à peu, les rapports de force de l’économie mondiale tendent à se rééquilibrer. Mais, malgré tout, les mêmes interrogations et zones d’ombre subsistent : pourquoi en est-on arrivé là, pourquoi ne tire-t-on pas les leçons du passé, une telle crise peut-elle se reproduire, comment expliquer les failles de la finance mondiale, et surtout quand et comment espérer la sortie de crise ? Le livre "L'après crise en 60 leçons" de Sandrine Voizot donne quelques éléments de réponse.

Paradoxe hexagonal : alors que les ménages ont plutôt moins recours au crédit que leurs homologues européens, la dette de l’État ne cesse, quant à elle, de battre des records, en particulier cette année. Perspectives.

L’Etat dépensier compulsif  ?

Un État peut-il vivre à crédit ? La réponse est oui. Un ménage français peut-il souscrire chaque année des emprunts pour financer ses dépenses courantes ? La réponse est non. Il a de fortes chances de trouver porte close auprès de sa banque et d’être classé immédiatement dans les clients douteux. Tel n’est pas le cas de l’État qui peut emprunter à sa guise et à guichet ouvert sans jamais rencontrer de sanctions de la part de ses prêteurs. À l’inverse, les ménages – tout comme les entreprises privées – sont assujettis à des règles strictes afin de ne pas dépasser leurs capacités d’emprunt. S’ils dépassent ce seuil, ils sont alors contraints de subir une procédure de surendettement pour apurer leurs dettes. Pire, un individu majeur incapable de gérer son budget est placé sous tutelle financière par le juge. Or, pas de contraintes comparables pour les États : s’ils ne parviennent pas à rembourser leur dette et que leur viabilité économique est menacée, le FMI se porte à leur secours. L’État en difficulté risque alors tout au plus de se voir imposer une politique d’ajustement structurel, terme pudique pour désigner une politique budgétaire rigoureuse et des réformes de structures afin de restaurer l’équilibre des finances publiques.

Qu'entend-on par dette publique ?

La dette publique en France désigne la dette des administrations publiques françaises : l’ensemble des engagements financiers, sous forme d’emprunts, pris par l’État – comme les obligations du Trésor –, les collectivités territoriales et les organismes publics français (entreprises publiques, organismes de sécurité sociale). Ici encore, le mode de calcul est plus favorable à l’État qu’au secteur privé. Il n’inclut pas les factures impayées et autres créances de ces administrations. Autre dérogation par rapport à la comptabilité privée : la dette publique n’intègre pas les engagements hors bilan comme les engagements sociaux, essentiellement les retraites non financées des fonctionnaires. Le rapport Pébereau de 2005 avait ainsi appliqué au calcul de la dette publique les méthodes comptables des entreprises du secteur privé. Résultat explosif : il faudrait ajouter au total actuel 900 milliards d’euros !

Un dérapage depuis trente ans

La dette évolue en fonction du déficit budgétaire : quand ce dernier augmente, la dette progresse également pour en financer les dépenses. Or, depuis 1979 – dernier budget français voté en excédent –, celle-ci ne cesse de flamber. En 1981, elle atteignait 22 % du PIB, puis plus de 30 % au milieu des années 80. Pourtant, à partir de 1992, les critères de Maastricht limitent ce pourcentage à 60 % du PIB. Sans effet : la France ne cesse de dépasser ce plafond à partir des années 90. Fin 2008, la dette publique française atteignait 68 % du PIB et a encore franchi en 2009 un nouveau record à 77 % du PIB. La charge de la dette – soit le paiement des seuls intérêts – a ponctionné cette année-là l’équivalent de 2,5% du PIB. En 2009, la France a aussi battu son record d’emprunts en émettant 145 milliards d’euros à moyen et long terme (contre 128 milliards l’année précédente). En 2013, au total, les émissions se sont élevées à 191,8 milliards d’euros. À l’inverse, l’Allemagne vient d’inscrire une limitation de son déficit budgétaire à 0,35 % du PIB dans sa Constitution d’ici à 2016.La crise aggrave-t-elle la dette ?

En période de conjoncture économique favorable, la dette publique tend à diminuer, sans action du gouvernement, grâce à de meilleures rentrées fiscales. À l’opposé, dans un contexte de crise, la dette progresse sous l’effet de la contraction des recettes et de la montée des dépenses publiques. La crise actuelle marque de ce point de vue un tournant inédit : les plans de relance et les injections de liquidité aux banques propulsent les dettes publiques à des niveaux records. À l’échelle mondiale, les États ont émis un niveau record en 2009 : 3 000 milliards d’euros, soit le double des émissions de 2008. Ce chiffre reste élevé depuis lors.

Qui paiera l'addition ?

Pas de miracle : la flambée de la dette se traduit inéluctablement par de nouvelles hausses d’impôt pour le contribuable. Ces hausses seront d’autant plus importantes en France que l’absence de réformes structurelles ne permet pas encore de réduire la dépense publique. Pour la première fois depuis l’après-guerre, la génération des baby-boomers ne léguera à la génération suivante que des dettes… Autre incidence de ce déséquilibre des finances publiques : une montée de l’inflation à moyen terme. Enfin, l’ampleur des politiques publiques actuelles entretient une bulle des marchés obligataires susceptible d’éclater à long terme en cas de hausse des taux directeurs.

Extrait de "L'après-crise en 60 leçons" de Sandrine Voizot, publié aux édtions Michalon. Pour acheter ce livre, cliquez ici

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Castaner et la vie privée d'Olivier Faure

06.

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

07.

Chasse aux ex-LR "trop conservateurs" : le pari politique risqué des LREM à Paris

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

06.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 08/06/2014 - 16:15
Non seulement la dette ne va pas baisser, mais elle va augmenter
de façon exponentielle!
Ce n'est pas moi qui le dit, mais les previsionnistes:
http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013/09/16/20002-20130916ARTFIG00312-la-dette-francaise-va-exploser-tous-les-records-en-2014.php
La dette Française ( à laquelle il fait rajouter 900 milliards de hors-bilan...) va grimper à 95,1% du PIB, soit un point de plus que les prévisions de Bercy, benoîtement envoyées à Bruxelles en gage de comptes sincères et de bonne gestion...des menteurs et des tricheurs, la France ne manque pas!
Pire! Les gauchistes n'ont pas encore compris que l'explosion irréversible de la dette est totalement corrélée à celle du chômage, l'une entraînant l'autre et vice et versa...
La baisse des taux d'intérêt des irresponsables de la BCE est un nouvel encouragement au vice des collectivités territoriales et du gouvernement, qui n'en sont plus à cela prêt...
Sans une politique de réorganisation totale et d'harmonisation de la fonction publique telle que le préconise le FN, aucune baisse de la dette ne sera possible!
"Nous sommes arrivés à l'instant de la crise", et cette crise est celle de la social-démagogie...
Anguerrand
- 08/06/2014 - 13:02
4% d'économies et c'est l'équilibre financier
N'importe quel foyer pourrait le réaliser si nécessaires, l'état s'il en avait le courage devrait baisser l'ensemble de ses dépenses de 4% y compris les fonctionnaires ce qui les mettraient à un niveau encore supérieur au privé. Malheureusement en socialie on ne sait qu'augmenter les impôts et les dépenses ( +23 milliards l'an passé). Le budget serait enfin en équilibre et l'on pourrait commencer à parler du remboursement de la dette, et quel magnifique signal pour l'économie et donc les créations d'emplois.