En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

La réaction de la femme de Griveaux

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

07.

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

04.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 6 min 35 sec
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 16 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 19 heures 56 min
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 21 heures 42 min
décryptage > Consommation
Evènement

Salon de l'agriculture 2020 : à la découverte de cette agriculture qui "vous tend les bras"

il y a 23 heures 11 sec
décryptage > Education
Machine aveugle

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

il y a 23 heures 46 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’Algérie d’Abdelaziz Bouteflika à l’heure du Printemps arabe

il y a 23 heures 54 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le choc démographique : trop d’humains, pas assez de ressources

il y a 23 heures 55 min
décryptage > Economie
Economie à l'arrêt

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

il y a 1 jour 19 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.
il y a 1 jour 28 min
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 15 heures 55 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 17 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 20 heures 8 min
décryptage > France
Image d'Epinal

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

il y a 22 heures 7 min
décryptage > Environnement
Absurdité

Nucléaire : au-delà de Fessenheim, un gâchis français

il y a 23 heures 31 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Les distorsions de concurrence qui sont préjudiciables aux agriculteurs français

il y a 23 heures 54 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les intellectuels américains et la crise de la civilisation

il y a 23 heures 54 min
décryptage > Société
Bataille à mener

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

il y a 1 jour 9 min
décryptage > Atlantico business
Dialogue

La « Food révolution » pourrait rapprocher le monde agricole et les écologistes...Encore faudrait-il qu’ils le veuillent

il y a 1 jour 23 min
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 1 jour 9 heures
© Reuters/ Herman Wall/US National Archives
Opération Overlord 6 juin 1944
© Reuters/ Herman Wall/US National Archives
Opération Overlord 6 juin 1944
L'Histoire en vrai

D-Day, 70 ans de mythes ? Tout ce qu'on oublie souvent de dire sur la réalité du débarquement

Publié le 07 juin 2014
Entre les exagérations d'Hollywood et le chauvinisme résistant, le Jour J comporte son lot d'approximations historiques. L'occasion d'en corriger quelques-unes en ce jour de célébrations mémorielles.
Jean-Luc Leleu est historien. Il est l'auteur de La Waffen-SS : Soldats politiques en guerre (Perrin).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Leleu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Luc Leleu est historien. Il est l'auteur de La Waffen-SS : Soldats politiques en guerre (Perrin).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Entre les exagérations d'Hollywood et le chauvinisme résistant, le Jour J comporte son lot d'approximations historiques. L'occasion d'en corriger quelques-unes en ce jour de célébrations mémorielles.

Le débarquement du 6 juin est souvent présenté des deux côtés de l'Atlantique comme un élément fondateur de la victoire des démocraties occidentales sur le nazisme. Une opération d'autant plus éclatante qu'elle aurait été le fruit d'une déterminante coopération des forces alliées et de la "French Resistance". Deux interprétations des faits, parmi d'autres, que l'on peut pourtant être amené à modérer au regard de ce que l'Histoire nous apprend réellement de cette bataille haussée au rang de mythe mémoriel.

L'opération Overlord n'a pas eu de rôle décisif dans la défaite du IIIe Reich alors que les 8/10e de l'appareil de guerre allemand se trouvait occupé à l'Est

Jean-Luc Leleu : Dire qu'un événement militaire a été décisif revient stricto sensu à signifier qu'il a permis de manière déterminante de faire basculer la victoire dans l'un ou l'autre camp. Or on ne peut s'empêcher de constater que si le débarquement du 6 juin avait tourné à l'échec au lieu d'aboutir à la victoire que l'on sait, la défaite déjà prévisible de l'Allemagne nazie n'en aurait probablement pas été moins inéluctable. Dès la fin 1941, l’incapacité de l’Allemagne à vaincre l’URSS comme l’entrée en guerre des Etats-Unis conduisaient le Reich dans une situation stratégique très difficile. L'événement du 6 juin n'en a pas moins été évidemment décisif sur un tout autre plan, à savoir celui de l'anticipation de l'après-guerre. La vraie portée de l'offensive de Normandie concernera ainsi l'établissement des rapports de force de la future Guerre Froide.

Le débarquement anglo-américain était en réalité ardemment souhaité par Staline qui en obtint la promesse par Churchill et Roosevelt lors de la rencontre de Téhéran le 1er décembre 1943

Il est très clair que Staline n'a cessé de réclamer depuis 1941 une intervention qui serait à même de limiter le potentiel de guerre allemand à l'Est. En dépit d'un renversement progressif des rapports de forces en faveur de Moscou, les troupes soviétiques devront ainsi supporter pendant longtemps l'essentiel de l'effort de guerre allié, au prix de sacrifices considérables. L'ouverture réelle d'un second front arrive en fait relativement tard dans le conflit, les différents débarquements alliés en Afrique du Nord, en Sicile puis en Italie n'ayant jusqu'ici constitué que des opérations mineures en comparaison de l'intensité des combats qui avaient lieu sur le front russe.

Overlord représente certes une opération de guerre majeure, mais son statut de "plus grande opération militaire du XXe siècle" est ambigu

L'objectivité des critères étant toujours difficile à établir, il est souvent préférable de se méfier des superlatifs en ce qui concerne l'Histoire. Ce constat n'est déjà pas tout à fait exact si l'on retient le nombre d'hommes débarqués sur les plages puisque le nombre d'hommes débarqués à terre était plus important en Sicile, et le débarquement de Provence (opération Dragoon débutée le 15 août 1944, NDLR) ne se situerait du reste pas loin derrière. Ce "titre" reviendrait néanmoins à l'opération Market Garden en Hollande (septembre 1944) si l'on retient le nombre de troupes aéroportées. 

Le rôle de la résistance française dans les opérations militaires du 6 juin a été enjolivé dans l'après-guerre

Une grande partie du public assimile le débarquement de Normandie à l'image qu'en a produite Hollywood, tout particulièrement avec le classique "Le jour le plus long" sorti en 1962. La participation française au débarquement a été particulièrement valorisée dans le film, au regard du livre éponyme de Cornelius Ryan. Cette exagération historique peut en réalité s'expliquer pour des raisons commerciales, puisque le film sera projeté en avant-première à Paris et fera l'objet d'une intense campagne de promotion. Cette super-production a par ailleurs été dépendante de la contribution de différentes forces militaires (dont celles de la France) capables de prêter matériels et figurants pour la réalisation. 

Au final, on trouve là une illustration très concrète de la confusion entre  l’histoire et la mémoire, le souvenir du 6 juin étant d’abord devenu pour beaucoup celui d'un film.

Le succès du débarquement sera déterminant dans l'établissement de la puissance militaire américaine

Overlord est sur le plan de l'organisation et de la logistique une opération brillante quant on sait qu'elle engage des milliers de navires et plusieurs centaines de milliers d'hommes en intégrant les marins et les aviateurs). Ce succès est toutefois le fruit d'échecs passés, les débarquements de Dieppe (1942) et de Sicile (1943) ayant connu plusieurs difficultés. Il n'en reste pas moins que l'organisation du débarquement du 6 juin, et plus encore celle des jours de combats qui ont suivi dans le bocage normand se fera avec relativement peu d'accrocs au regard des volumes engagés. Cette efficacité de l'armée anglo-américaine de 1944 est d'autant plus étonnante quand on la compare à la petite armée de métier qui opérait en 1941, l'écart s'expliquant entre-temps par le développement d'un potentiel militaro-industriel démesuré. Dans les dernières années de la seconde Guerre Mondiale, les armées anglo-americano-canadiennes sont ainsi les seules à être entièrement motorisées, contrairement à l'armée russe qui ne le restera que partiellement et l'armée allemande qui ne le sera jamais vraiment

Propos recueillis par Théophile Sourdille

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

La réaction de la femme de Griveaux

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

07.

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

04.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 07/06/2014 - 13:09
Franchement c'est revisiter les poils du cul de l'Histoire
Je pense que les militaires sont plus à même de juger cela.
Affirmer que Staline n'avait pas besoin de ce débarquement pour gagner la guerre et puis après dire que Staline était très demandeur d'un débarquement !!! semble contredire les dires de l'Historien.
Qui d'ailleurs passe sous silence tous les convois de navires vers l'URSS pour alimenter la machine de guerre de Staline.Convois de l’Angleterre et les USA qui sans cela l'uRSS ne pouvait suivre les besoins nécessaires pour gagner la guerre. Il est vrai que pour Staline l'Homme de l'URSS mort n'avait aucune importance et les autres non plus d'ailleurs.
Vouloir revisiter l'Histoire pour vendre sa soupe d'histoire peut être!
langue de pivert
- 06/06/2014 - 19:22
Oui mai non ! ☺
Bien sûr ! Mais il faudrait compléter en expliquant que des nations extra-européennes, USA, Canada, Australie et bien d'autres sont venues (pour la deuxième fois en 31 ans !) ramener la paix dans ce continent qui a déclenché 2 guerres mondiales tout seul ! L' URSS n'a fait que libérer son propre territoire de l'invasion de son ancien allié ! Staline n'a jamais eu le projet de libérer l'Europe : les pays sus-nommés si ! Ça va sans dire mais ça va mieux en le disant !