En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

03.

Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

06.

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

07.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
pépites > International
Violence de la catastrophe
Les explosions du port de Beyrouth ont formé un cratère de 43 mètres de profondeur
il y a 25 min 24 sec
light > Media
Loi sur la sécurité nationale
Hong Kong : la figure prodémocratique Jimmy Lai a été arrêtée, ses journaux perquisitionnés
il y a 2 heures 59 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

L'État, sauveur du jour, tueur du lendemain. Mr Darmanin est-ce l’image que vous voulez donner de votre mandat ?

il y a 4 heures 17 min
pépite vidéo > International
Liban
De nouveaux incidents à Beyrouth lors de manifestations, trois ministres ont démissionné
il y a 5 heures 27 min
décryptage > Economie
Baisse des prix

Le Covid-19 est déflationniste

il y a 7 heures 22 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez
il y a 8 heures 5 min
décryptage > High-tech
Fake news

Vidéos trafiquées : les deepfakes deviennent de plus en plus faciles à produire et de plus en plus crédibles

il y a 8 heures 33 min
décryptage > Economie
Classement

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

il y a 8 heures 54 min
light > Media
Accident industriel
Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1
il y a 1 jour 6 min
pépites > France
Mais que fait la police ?
En moyenne, un maire ou un adjoint est agressé chaque jour en France
il y a 1 jour 1 heure
pépites > Santé
Pouvoir d'achat
Covid-19 : le prix des masques devrait fortement baisser à la rentrée
il y a 48 min 23 sec
pépites > Politique
Bras de fer démocratique
Biélorussie : la candidate d'opposition Svetlana Tikhanovskaïa demande à Alexandre Loukachenko de céder le pouvoir
il y a 3 heures 54 min
pépites > Terrorisme
Investigations
Attaque au Niger : le parquet antiterroriste français ouvre une enquête pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 4 heures 58 min
décryptage > Santé
Anticipation

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

il y a 7 heures 8 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Traité d’antidiplomatie

il y a 7 heures 44 min
décryptage > International
Retour vers le passé

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

il y a 8 heures 27 min
décryptage > France
La ruée vers l'Ouest

Quel impact des canicules sur l’immobilier ?

il y a 8 heures 42 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Cléopâtre

il y a 9 heures 9 min
pépites > International
Drame
Niger : six touristes français et leurs deux guides tués par des hommes armés
il y a 1 jour 19 min
pépite vidéo > Environnement
Cassandre
Canicule : le bulletin météo de 2050 basé sur des prévisions climatiques est déjà devenu réalité
il y a 1 jour 1 heure
Rapport de causes à effets

Comment la peur grandissante de l’ennemi intérieur agit sur le lien social

Publié le 06 juin 2014
La peur du terrorisme existe bel et bien dans certaines couches de la population française. Un fait qui crée des fractures entre les différentes communautés françaises mais aussi au sein même de ces dernières.
Haoues Seniguer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Haoues Seniguer est docteur en science politique. Maître de conférences en science politique à Sciences Po Lyon Chercheur au laboratoire Triangle, UMR 5206, Lyon     http://triangle.ens-lyon.fr/spip.php?article5383
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La peur du terrorisme existe bel et bien dans certaines couches de la population française. Un fait qui crée des fractures entre les différentes communautés françaises mais aussi au sein même de ces dernières.

Atlantico : Dans un récent sondage IFOP pour Atlantico, les Français sont 73% à considérer que la menace terroriste est "plutôt élevée" (57%) et "très élevée" (16%). 76% estiment élevée la menace d’actes terroristes en France commis par des djihadistes isolés vivant sur notre territoire. Peut-on dire que ces chiffres révèlent finalement, au-delà du risque concret d'un attentat, le développement d'une mentalité de "l'ennemi intérieur" en France ?

Haoues Seniguer : Vous savez combien il faut être prudent quant aux sondages, qui, souvent, induisent des réponses, ou tendent quelquefois à arracher une opinion à quelqu’un qui n’en a pas forcément une, compte tenu de son inconnaissance, de sa méconnaissance ou de son désintérêt relatif pour la question posée, à l’instant où elle est posée. Ceci étant, on ne peut pas dire qu’une certaine peur ou crainte du "terrorisme" n’existe absolument pas dans des couches de la population française. En effet, la viralité du Net, la focale médiatique et les effets de loupe développent, nolens volens, le sentiment, à tort ou à raison, d’un danger "terroriste" imminent, surtout avec ce qui s’est récemment passé dans un musée juif de Bruxelles. Pour autant, il me semble inopportun de parler de "développement d’une mentalité de "l’ennemi intérieur" en France", d’autant plus que l’expression elle-même, notamment utilisée par Manuel Valls en octobre 2012, alors qu’il était ministre de l’Intérieur, donne un caractère massif à un phénomène qui, objectivement, reste marginal dans notre pays.

>>>A lire également sur atlantico : 76% des Français estiment élevée la menace d’actes terroristes commis par des djihadistes isolés vivant sur notre territoire

Quelles conséquences cette mentalité finit par avoir sur le lien social et le vivre-ensemble français ? Constate-t-on une aggravation concrète sur les dernières années ?
 

Je ne parlerai peut-être pas de "mentalité", qui recèle une charge essentialiste, mais de perception, qui est beaucoup plus de l’ordre du conjoncturel. Cette perception, qu’elle soit fondée ou non, peut, en effet, avoir des conséquences sociales : le délitement du vivre-ensemble. Cela, subséquemment, peut favoriser la méfiance, la défiance mutuelle et le repli communautaire. Le délitement du lien social ou du dialogue peut s’observer par exemple, même s’il demeure circonscrit ou circonstanciel, entre juifs et musulmans ou entre responsables de la communauté juive et responsables de la communauté musulmane. Les assassinats dans le musée juif a effectivement ravivé une tension entre communautés religieuses, mais, à mon sens, le fil du dialogue n’est pas pour autant définitivement rompu.

Si l'on constate, ne serait-ce que dans l'espace public, une aggravation des rapports inter-communautaires en France, ne peut-on pas aussi affirmer que cette très clivante question du terrorisme en vient à créer des fractures au sein même des différentes communautés de la République ? 

D’abord, il convient de rappeler quelques évidences qui ne le sont peut-être pas pour tous : le champ islamique français est en crise. Il souffre chroniquement d’une crise de leadership, car les musulmans sont tout simplement divers. Je crois qu’il faut définitivement accepter l’idée qu’il existe des courants hétérogènes, chacun d’entre eux cherchant à exercer sa propre hégémonie ou à jouer sa propre partition au sein dudit champ, qui est un véritable enjeu de luttes symboliques et matérielles. Le phénomène d’islamophobie, ou de discriminations anti-musulmanes, ajouté aux querelles intra-communautaires permanentes, créé une espèce de brouillage, de désorientation et de victimisation chez les musulmans de ce pays. Nombre d’entre eux, notamment les plus politisés, estiment être traités distinctement des autres communautés, en particulier la communauté juive, et, de ce fait, refusent quasi systématiquement (il existe bien sûr des exceptions) de dénoncer immédiatement l’antisémitisme des leurs même quand celui-ci est avéré, prenant d’ailleurs le risque d’apparaître complaisants ; de l’autre, craignant de nourrir l’amalgame "islam= terrorisme (djihadisme)", ils préfèrent alors se taire ou crier à la manipulation des médias et des politiques. Ils estiment qu’il n’est pas nécessaire de se justifier, que c’est même inutile et contre-productif, car cela ferait le jeu d’un "ennemi" à l’identité floue. Toujours est-il que chacun des acteurs, militants comme observateurs, responsables religieux comme fidèles, s’exprimant au sujet d’une question aussi épineuse et complexe qu’est la violence politique au nom de la religion, devrait s’astreindre à bien choisir ses mots et à identifier avec clarté et rigueur le phénomène et ses causes potentielles.

Quelles sont les communautés françaises qui sont le plus visées par l'émergence de cette suspicion toujours plus généralisée ?

"L’émergence de cette suspicion" comme vous le dites, a bien entendu des dégâts collatéraux sur l’ensemble des communautés ou individus qui en sont issus, particulièrement sur les déclassés sociaux et notamment, ces dernières années à tout le moins, sur les musulmans ostensiblement pratiquants. 

Le Premier ministre Manuel Valls a pourtant réaffirmé le 3 juin dernier que la menace terroriste était "sans doute [...] la plus importante" actuellement. Un tel discours, accompagné d'une politique engagée en la matière, peut-il produire des résultats concrets ou risque t-il au contraire d'aggraver la situation ?

La question que vous posez est normative. En tant qu’observateur, je peux simplement dire que la communication publique ou politique, si elle ne s’attache pas à une certaine rigueur sémantique, peut produire des effets négatifs sur des populations. Ces dernières peuvent s’estimer, à tort ou à raison, stigmatisées ou montrées du doigt en raison des relents culturalistes et essentialistes des discours publics. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Frangipanier123Tours
- 06/06/2014 - 10:50
Et si Atlantico ...
... posait la même (excellente) question à un sociologue moins "borné", moins subjectif, en un mot moins musulman ou de culture musulmane ???!!! Car personnellement, compte tenu de l'orientation de cette interview bidon, je l'aurais mieux comprise dans "Libé" ou "Le Monde" que sur "Atlantico" ...