En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Capture / Youtube
Tartufferies....

Mariages forcés : le film (à vomir) qui oublie un petit détail

Publié le 06 juin 2014
Eh oui il parait que ça se passe en France ! Avec la bénédiction des curés et l’assentiment des maires.
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eh oui il parait que ça se passe en France ! Avec la bénédiction des curés et l’assentiment des maires.

La petite fille est charmante. Sa mère, incarnée par Julie Gayet, rentre à la maison avec une jolie robe blanche de mariée : "tu veux l’essayer ?". La petite fille croyant à un jeu dit oui. Le père arrive : "comme tu es belle !". "Tu veux qu’on te maquille ?" . Ravie la gamine acquiesce.

Puis ils montent dans un voiture. "On va où ?" . "C’est une surprise !" répondent les parents. La scène suivante se déroule dans une église où une assistance BCBG, bourgeoise, très bourgeoise, s’extasie sur la beauté de la petite mariée. Ensuite c’est la mairie où la petite fille, qui ne comprend toujours rien, est unie à un vieux monsieur qui l’emporte chez lui pour la consommer.

Le film s’appelle "14 millions de cris". Il y a en effet de par le monde, 14 millions de jeunes filles qui sont mariées de force. En France le chiffre est estimé à 70 000. Mais manifestement ni la réalisatrice, Lisa Azuelos, ni l’ex compagne de François Hollande n’ont eu le temps de consulter la liste des pays où cette pratique est considérée comme licite avec l’accord des autorités politiques et religieuses locales.

Sur Youtube le film a été visionné plus de 600 000 fois. On ignore si dans ce nombre on doit compter les nombreux cinéphiles saoudiens, iraniens, irakiens et afghans... Ce qu’on retient c’est que ça se passe chez nous. Car chez nous on est libre et on peut tout se permettre. Tout autre décors exotique avec un édifice religieux qui ne serait pas une église eut en effet soulevé d'immenses protestations et des émeutes incontrôlables.

Mais quand c’est ici ça passe comme une lettre à la poste. L’Eglise catholique ainsi stigmatisée n’a pas protesté. Et les maires montrés du doigt n’ont pas moufté. Le Conseil français du culte musulman non plus : il n’avait certes aucune raison de crier.  A supposer que Madame Azuelos veuille un jour réaliser un film contre la peine de mort ( ce qui serait louable ) l’action ne se déroulera pas en Chine, où il y a le plus d’exécutions, mais en France où elle montrera la guillotine... Et si il lui prenait l’envie ( peu vraisemblable) de dénoncer la lapidation l’action se passerait évidemment dans la Creuse où des paysans tueraient à coups de pierre une demoiselle adultère... Douce France.

Le film qui prétend dénoncer les horreurs faites aux petites files n’est assorti d’aucun commentaire, d’aucune explication. C’est pourquoi il parait utile de réparer cette omission. Le parlement irakien vient de voter une loi autorisant le mariage des filles dès l'âge de 9 ans. Le parlement iranien, plus raffiné, l’avait précédé avec une loi permettant aux pères d’épouser des filles (mineures) issues d’une précédente union de leurs épouses. Voila.

Voir le film :

 

A lire du même auteur : Le gauchisme, maladie sénile du communisme, Benoît Rayski, (Atlantico éditions), 2013. Vous pouvez acheter ce livre sur Atlantico Editions.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tubixray
- 14/06/2014 - 08:37
Ecoeurant à double titre
D'une part parce que ce film dénonce à juste titre les mariages forcés de jeunes filles et d'autre part du fait de l'inadéquation des acteurs et du culte présentés....
Picquigny
- 12/06/2014 - 14:08
Inconscience, stupidité ou machiavélisme
L’écart entre la réalité de la culture musulmane concernant le mariage des mineurs et ce qui est montré dans ce film sur des pratiques fantasmées dans la culture chrétienne est tellement évident qu’on ne peut que s’interroger sur les buts poursuivis par les initiateurs de ce projet dès lors qu’on considère que ces derniers ne sont pas complètement idiots - ce qui reste d’ailleurs à prouver.
En fait, ce film peut être vu comme une provocation à l’intolérance envers l’islam car les citoyens les moins politisés ne peuvent être qu’indignés par cette présentation inadmissible.
De plus, Julie Gayet, archétype de la bobo de gauche, ne laisse aucun doute sur l’idéologie supposée des réalisateurs. Ce film discrédite donc davantage - si c’est encore possible - les socialistes et renforce à contrario la montée des partis de la droite forte ou extrême qui font de la lutte contre l’islam un point important de leurs discours.
Des penseurs anticonformistes, comme Alain Soral, soutiennent que certains cherchent à instiller les germes d’une guerre civile entre les français "historiques" et les musulmans.
D’évidence, l’existence d’un sens caché recelé par ce film mérite d’être questionnée.

gerint
- 12/06/2014 - 00:05
Ce film est une horreur, un mensonge absolu
Faute de vouloir rejeter l'accusation sur les vrais responsables, on voit la société française commettre ce crime de pédophilie avec le concours des autorités religieuses. Franchement Julie Gayet qui avait chez moi suscité une image de rejet pour ce qu'on sait en rajoute une couche de dégoût cette fois très épaisse..