En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

05.

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

06.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

07.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

05.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 48 min 20 sec
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 1 heure 28 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 1 heure 55 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 2 heures 7 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 2 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 10 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Où vont les vents sauvages ?" de Nick Hunt : un voyage qui marie intelligemment nature et culture… belle approche des lieux mais médiocre jugement sur les habitants

il y a 10 heures 57 min
light > Culture
Star du doublage et comédien inoubliable
L'acteur Roger Carel est mort à l'âge de 93 ans
il y a 18 heures 24 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le cocorico trahit le coq gaulois et quand le pilote démêle ses fuseaux : c’est l’actualité des montres
il y a 21 heures 5 min
light > Science
Moby Dick
Protéger les baleines d'un risque de collision en écoutant leurs chants
il y a 23 heures 27 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 1 heure 7 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 1 heure 45 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 2 heures 3 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 2 heures 7 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 2 heures 8 min
décryptage > Culture
Iegor Gran

"Les services compétents" de Iegor Gran : Tartuffe au pays des Soviets, une histoire vraie et un excellent récit romanesque

il y a 10 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La légende de Bruno et Adèle" de Amir Gutfreund : un auteur de choix pour s'initier à la littérature israélienne contemporaine

il y a 11 heures 16 min
pépites > Justice
Affaire des "écoutes"
Parquet national financier : Eric Dupond-Moretti cible trois magistrats et demande une enquête administrative
il y a 18 heures 51 min
décryptage > Politique
Nominations

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

il y a 23 heures 15 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan
il y a 23 heures 29 min
© Reuters
© Reuters
Le buzz du biz

Éducation (dé)connectée : pendant que les autres innovent, la France continue de s'enfoncer dans l’archaïsme

Publié le 05 juin 2014
Alors que les débats outre-Atlantique se tiennent autour de l'enseignement du code html aux jeunes générations ou des nouvelles universités dématérialisées (MOOCs), la France s'inquiète de la prolifération... des tablettes dans les amphis des universités ! Décryptage comme chaque semaine dans la rubrique du buzz du biz.
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que les débats outre-Atlantique se tiennent autour de l'enseignement du code html aux jeunes générations ou des nouvelles universités dématérialisées (MOOCs), la France s'inquiète de la prolifération... des tablettes dans les amphis des universités ! Décryptage comme chaque semaine dans la rubrique du buzz du biz.

Qui suit un peu, même de loin, la presse internationale et s’intéresse, un peu, même de loin, aux questions d’éducation sait que la France se complait en la matière dans une préhistoire d’un archaïsme aberrant. Alors que le monde innove, que Google propose de nouveaux outils éducatifs, que les méthodes d’éducation fleurissent dans un esprit d’émulation et de concurrence, la France, elle se fige dans des débats stériles consistant à savoir si tous les écoliers de France doivent quitter les cours à 15h45 plutôt qu’à 16h30…

L’actualité de la semaine l’illustre à nouveau. Outre-Atlantique, en ce début juin, le blog de la revue américaine Harvard Business Review s’interroge sur l’avenir des écoles de commerce à l’heure des MOOCs, ces nouvelles universités totalement dématérialisées auxquelles seule Cuba résiste. Elle commente ainsi une étude réalisée par des chercheurs du MIT et de la University of Pennsylvania. Dans le même temps, le Financial Times reprenait un sujet structurant les débats sur l’éducation aujourd’hui, relatif à la nécessité d’apprendre aux jeunes enfants à "coder".

En France, l’administration est très, très loin de tout cela…

Car pendant que les pays anglo-saxon s’interrogent, Le Monde faisait état, pour sa part, d’une angoisse terrifiante qui "hante" les universités. Alors que dans les pays étrangers l’innovation fuse et les établissements supérieurs sont engagés dans une compétition internationale faite d’innovation et de performance, nos vieilles dames de Savoir s’inquiètent, elles … de la multiplication des ordinateurs et tablettes dans les amphis ! Certaines ont même recours à des mesures de dissuasion, voire d’interdiction…

Bien sûr, derrière ce sentiment d’effroi, il se pose une vraie question sur les méthodes d’apprentissage : peut-on aussi bien apprendre à l’écrit que sur ordinateur ? Le New York Times a d’ailleurs publié une intéressante enquête sur le sujet. Les chercheurs semblent convaincus que l’écriture manuscrite facilite l’assimilation de l’information. Paul Bloom, de l’Université de Yale, explique à juste titre que "quand on écrit à la main, l’acte même d’inscrire sur le papier vous oblige à vous concentrer sur ce qui est important".

L’interrogation légitime sur les meilleures méthodes de transmission semble cependant s’abimer, dans la logique administrative française, dans une logique de contrainte et d’absolu. Dans un pays où l’on conçoit si mal la diversité, y compris des méthodes d’enseignement, la logique binaire d’interdiction ou d’obligation triomphe sur la liberté et la responsabilité.Tout cela, car l’administration ne sait pas penser la pluralité.

Récemment, des "informaticiens de haut vol" se sont présentés à l’Elysée forts d’une pétition de 500 signatures d’universitaires, réclamant que le codage soit intégré aux enseignements. Rien n’indique que l’administration sera rapide à prendre une décision, et encore moins à la mettre en œuvre. Rien ne laisse croire, non plus, que le recours à l’application centralisée soit la plus efficace (comme ce fut le cas avec le MOOC français). A tel point que la ministre en charge du numérique, Axelle Lemaire, a laissé entendre qu’il serait préférable de contourner l’Education nationale, expliquant que "l’enseignement du code en primaire peut passer par le périscolaire".

Et elle a raison ! Quand il n’y a plus d’espoir du côté du monstre étatique, c’est bien dans la société civile que l’on peut trouver les énergies nécessaires au renouvellement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Léocadie
- 06/06/2014 - 06:51
Tablettes à l'université mais pas au collège ni au lycée !
D'accord pour les tablettes à l'université mais pas au collège ni au lycée. Il faut d'abord que les élèves apprennent à lire et à écrire correctement. D'abord les fondamentaux puis les tablettes à l'université quand on a acquis une bonne maîtrise de la langue. Etant professeur de collège, je sais que l'ordinateur nuit gravement à l'apprentissage de la langue car il oriente l'attention des élèves vers tout autre chose et favorise la déconcentration. Manier la langue, ça passe d'abord par la main. L'élève doit pouvoir se concentrer sur son texte sans être sollicité de toutes parts par l'ordinateur. Avec internet, le copier-coller immédiat remplace la réflexion de longue haleine qui permet à elle seule d'apprendre à écrire.
PS : je sais que les chefs d'entreprise qui me lisent et qui reçoivent des lettres de motivation de jeunes gens remplies de fautes d'orthographe ET de syntaxe me comprendront.
vangog
- 06/06/2014 - 00:35
Non, le périscolaire est une vaste
escroquerie intellectuelle de nos gauchistes archaïques qui veulent encore substituer leur orgueil maladif à la spontanéité pour un enfant du choix de ses sports, hobbies, activités artistiques ou de l'abstention...
C'est à l'école et à elle seule que revient le rôle de préparer les enfants au monde multipolaire qui les attend et de les aiguiller vers les métiers qui recherchent des candidats, informatique en tête!
Mais l'EN française est un monstre irréformable, créé par les Frankenstein gauchistes qui se sont succédés au ministère!
Cette EN est incapable de modifier ses enseignements, ses structures, sa manière ultra-binaire de penser...
Voilà pourquoi elle se défausse sur d'autres, moins aptes, moins présents qu'elle, de son incapacité à assumer une rééle préparation de l'enfant au monde qui l'attend.
Cela ne rentre pas dans ses vieux schémas intangibles...inutile d'insister!
Anguerrand
- 05/06/2014 - 18:19
Issu d'un milieu enseignant
je peux affirmer que ces personnes sont convaincues d'une supériorité intellectuelle, ils sont passés de la table d'écolier à l'estrade sans rien connaître de la vie active et de l'économie. Ils sont en général enseignant de génération en génération et sont donc de plus en plus déconnectés des réalités mais considèrent que leur rôle n'est pas de transmettre le savoir mais d'endoctriner les générations des leur plus jeune age. Ils ne travaillent que 144 jours auxquels il faut retirer les grèves, les 23 jours de " maladie" ( moyenne nationale) les jours du maire, les jour de glandouille appelées sortie éducatives aux zoos, Puy du fou, etc, et ne se soucient plus depuis longtemps d'apprendre à lire, écrire, etc à leurs élèves. Ils sont en vacances aux mêmes dates que leurs propres enfants et râlent tout le temps.