En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

03.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

06.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

07.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Evolution de l'épidémie

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

il y a 10 min 23 sec
décryptage > Politique
Assemblée nationale

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

il y a 55 min 43 sec
décryptage > Santé
Le bouclier du sommeil profond

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

il y a 1 heure 50 min
décryptage > Europe
Camp de Moria

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

il y a 2 heures 25 min
décryptage > Religion
Quand faut y aller, il y va très fort

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

il y a 2 heures 59 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Le Sénat veut empêcher les sociétés d’autoroutes d’augmenter les tarifs pour compenser l’effondrement des recettes liées au Covid-19

il y a 3 heures 10 min
pépites > Politique
Laïcité
Loi sur le séparatisme : pour Jean-Luc Mélenchon, "ce qui est visé, c'est l'islam"
il y a 17 heures 32 min
pépites > Politique
Lui aussi
2022 : Jean-Christophe Cambadélis est "vraiment" intéressé par la présidentielle
il y a 20 heures 49 min
pépite vidéo > France
Catastrophe
Inondations dans le Gard : deux personnes disparues et d'importants dégâts
il y a 22 heures 18 min
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 23 heures 32 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment choisir l'iPad qu'il vous faut parmi tous les modèles qui existent désormais ?
il y a 41 min 58 sec
pépite vidéo > Politique
Campagne électorale
Marine Le Pen "réfléchit" à quitter la présidence du Rassemblement national avant la présidentielle
il y a 1 heure 20 min
light > Politique
Etourdi
Pressé, le député Jean Lassalle se gare sur un passage à niveau et bloque un train
il y a 1 heure 55 min
décryptage > Justice
Horizons et moyens limités

Insécurité : pourquoi les ministères régaliens sont condamnés à l’esbroufe

il y a 2 heures 31 min
décryptage > Santé
Avec parcimonie

Pourquoi reprendre le sport trop vite n’est pas une bonne idée quand on a eu la Covid-19

il y a 3 heures 4 min
pépites > Politique
Tension
Pierre Person délégué général adjoint de La République en marche démissionne et invite Guerini à l'imiter
il y a 3 heures 36 min
pépite vidéo > Insolite
La tour infernale
Rennes : les habitants d'un immeuble dont le bardage émet un bruit de scie circulaire vivent un enfer
il y a 19 heures 51 min
décryptage > Religion
Tribune

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

il y a 22 heures 7 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Feu vert pour la construction de la mission de défense planétaire Hera ; La Nasa envisage une mission pour rechercher la vie dans les nuages de vénus en 2027
il y a 22 heures 35 min
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 23 heures 46 min
© Reuters
Pour le ministre de l'Education Nationale, le concept de notation induit des classements stigmatisant.
© Reuters
Pour le ministre de l'Education Nationale, le concept de notation induit des classements stigmatisant.
L'élève Ducobu, mouru ?

Pour Benoît Hamon, noter c’est stigmatiser : misère, misèreuh, c'est toujours sur les pauvres gens que la gauche s’acharne obstinément

Publié le 23 mai 2014
Aux yeux de Benoît Hamon, le système de notation à la française est stigmatisant pour les élèves. Pourtant, notre système n'est qu'un outil au service du professeur. Le principe de notes, souvent malmené, n'est pas mauvais : il n'est simplement pas mené à bout. Pour poursuivre le raisonnement jusqu'à son terme, l'élève qui connait plus de difficultés devrait également être plus aidé, à la mesure de ses lacunes.
Pierre Duriot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Duriot est enseignant du primaire. Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aux yeux de Benoît Hamon, le système de notation à la française est stigmatisant pour les élèves. Pourtant, notre système n'est qu'un outil au service du professeur. Le principe de notes, souvent malmené, n'est pas mauvais : il n'est simplement pas mené à bout. Pour poursuivre le raisonnement jusqu'à son terme, l'élève qui connait plus de difficultés devrait également être plus aidé, à la mesure de ses lacunes.

Atlantico : Dans sa circulaire de rentrée publiée le 22 mai, Benoit Hamon a expliqué vouloir "éviter que l'évaluation ne soit vécue par l'élève et sa famille comme un moyen de classement, de sanction, ou bien réduite à la seule notation". Pour le ministre de l'Education Nationale, le concept de notation induit des classements stigmatisant. Existe-t-il d'autres systèmes d'évaluation plus efficaces que les notes ? Sont-ils pour autant moins stigmatisant ?

 
Pierre Duriot : "Vécue comme", là est bien le problème. La note est un étalonnage par rapport à une norme et des attendus de la part d'un élève en fonction de son âge. Elle évalue un travail et non une personne et c'est bien toute la confusion qui règne autour de la perception de ce chiffre généralement compris entre zéro et vingt, également entre zéro et dix ou entre A et D, ce qui ne change pas grand chose. En pratique, dans une classe, avec ou sans note, chacun sait exactement là où il se trouve et quand l'enseignant lui-même se refuse à "classer" en fonction des notes, cela lui est le plus souvent reproché, par les élèves eux-mêmes, mais aussi par leurs parents.
 
Mais dans notre société sacralisant l'enfant et donc l'élève, cette note "est vécue" régulièrement comme une notation non plus du travail mais de la personne. Elle est souvent marchandée par l'élève, lequel marchande aussi souvent avec ses parents les modalités de vie à la maison, quel que soit d'ailleurs le niveau de classe. Et l'on entend souvent dire chez les élèves, le prof "ne m'aime pas", "m'a dans le nez", plutôt que "j'ai mal travaillé". Symptôme d'une époque moderne où les affects régissent les relations humaines sous la forme bien connue "j'aime/j'aime pas". Ainsi, des composantes humaines et affectives aboutissent au fait que ce qui devrait être la simple évaluation d'un travail à un instant T sur une copie est ressenti comme une atteinte à la personne, un déclassement, un désamour, quand la note ne flatte pas l'ego. Quand l'élève est dans cette disposition devenue fréquente, aucune note, aucune forme d'évaluation n'est vraiment possible. Il faut bien à un moment donné, dire qu'une dictée est bourrée de fautes quand elle est bourrée de fautes, même si cela ne fait pas plaisir et la recherche d'un autre système de notation s'apparente plus souvent à une tentative d'évitement du déplaisir qu'à l'évaluation sereine d'un travail. Nous avons des cas très concrets dans l'histoire récente, tel ce papier rose du permis de conduire, jadis délivré par l'inspecteur dès la fin du parcours mais depuis quelques années envoyé par courrier. Les manifestations de déplaisir en cas d'échec se traduisaient de plus en plus fréquemment par des agressions des inspecteurs du permis. On a alors différé la manifestation du déplaisir pour la reporter non plus sur le fonctionnaire, mais sur l'entourage du recalé à la réception de la mauvaise nouvelle. L'école ne peut procéder de la même manière avec ses notes et un système de notation, quel qu'il soit, sera mal perçu tant que l'échec au devoir sera vécu comme un échec intime de la personne. La solution facile consiste à créer une forme d'illusion en surnotant ou en ne notant pas, ce qui se pratique d'ailleurs régulièrement de manière totalement démagogique.
 

Comment, sans système de notation, rendre compte des difficultés des élèves ?

Ce n'est donc pas le système qui est en cause, mais la manière dont les élèves le vivent et leurs parents avec, mais également de la manière dont les professeurs peuvent l'asséner. Le système d'évaluation doit ou devrait permettre de cibler les points forts et les points faibles, afin de permettre à l'élève et au professeur de prendre en charge les items échoués pour les faire remonter. Quand en cas d'échec grave dans le primaire, un psychologue scolaire est amené à pratiquer un test complet avec un élève, celui-ci renseigne sur les éventuels troubles ou déficiences mais également sur les compétences échouées ou réussies. Les résultats complets, compartiment par compartiment, vont permettre de réorienter la pédagogie, contenus et méthodes. C'est là le vrai sens de l'évaluation. Si l'on reprend l'exemple de la dictée, l'évaluation peut mettre en exergue une faiblesse sur le participe passé et induire un travail sur cette thématique particulière... sauf si l'élève refuse de s'entendre signifier son échec sur le participe passé, ou si le professeur n'entame pas le travail de remédiation nécessaire.
 

Le ministère présentait en avril un nouveau système de notation de la dictée consistant à valoriser les bonnes réponses plutôt que de sanctionner. Le système de notation pourrait-il être utilisé de manière différente ? Un telle démarche rendrait-elle service aux élèves ?

On peut retourner un système de notation dans tous les sens, une faute restera une faute et vouloir en atténuer la perception débouche fréquemment sur l'illusion. D'ailleurs, les élèves des petites classes ont développé une dialectique bien à eux : "Alors c'est presque juste ?", les entend-on quémander des trémolos dans la voix. Mais tout cela est très paradoxal chez les parents donc chez les électeurs. Quoiqu'ils en disent, ils tiennent aux notes et ils tiennent par exemple au baccalauréat sous sa forme actuelle, même s'il pourrait être avantageusement remplacé par le contrôle continu au lieu du barnum pédagogique et médiatique que l'on connaît. La note sur 20, le bac, sont des repères initiatiques, symboliques, qui parlent aux parents qui les ont eux-mêmes vécus dans un temps ancien qui était forcément le bon temps, puisque l'on sait maintenant que le cerveau magnifie les bons souvenirs, voire les fabrique et relègue les mauvais dans nos oubliettes neuronales. Le système de notation ne doit pas être changé mais suivi. Suivi d'un travail de remédiation, d'exercices de stimulation, d'une vraie pédagogie, non pas de la réussite, mais du traitement de l'erreur en vue de son dépassement. Cela est long, difficile, nécessite une vraie connaissance des rouages de l'apprentissage et de la pédagogie. Pour cela il faut se sortir des affects liés à la note, sortir du dogme de la sacro-sainte "pédagogie de la réussite" ou "mise en situation de réussite" qui crée de l'illusion et nivelle vers le bas. A-t-on déjà vu une personne sensée, même douée, tout réussir du premier coup et apprendre un métier ou un sport sans jamais le moindre échec ? La progression ne résulte jamais d'une série de réussites artificiellement organisée, mais toujours du traitement rationnel de l'erreur.
 

La majorité des nations du monde basent leurs principes éducatifs sur des systèmes de notations. Quels sont ceux qui marchent mieux que le système français, et comment s'en inspirer ?

On peut évidemment se pencher sur les classements européens dans lesquels la France fait désormais pâle figure. Le modèle nordique reprend les items expliqués à la réponse précédente. Vivre l'erreur comme un indicateur, rebondir sur les faiblesses mises en exergue par l'évaluation, travailler sur la "réparation" de l'erreur dont on tire des enseignements et des réorientations. Plus que le système de notation, c'est l'exploitation qui en est faite qui est en cause. Soit qu'il soit jeté en pâture au public, désignant de fait les bons et les mauvais élèves aux yeux de tous. Nous avions la traditionnelle "remise des prix", jusqu'au début des années soixante-dix. Soit que l'erreur ne soit pas traitée, pas suivie d'effet, laissée en seule digestion à l'élève et à ses parents, auquel cas l'erreur devient l'élève lui-même avec les dégâts que l'on sait. Le meilleur système est celui dans lequel parents, élèves et enseignants prennent conscience, sans affects, ensemble, des lacunes et travaillent ensemble à les combler, chacun dans leurs missions respectives auprès de l'enfant.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 25/05/2014 - 01:52
Tout petit, il a du être traumatisé par de mauvaises
notes infligées par de vilains anti-sociaux non convertis au gauchisme, Hamon le fielleux...
Alors, comme tout bon gauchiste qui se respecte et qui a conquis tous les pouvoirs, il se venge!
Léocadie
- 23/05/2014 - 21:06
Destruction de l'école publique
Les notes apprennent à l'enfant-roi l'humilité et lui montrent que dans la vie, il faut travailler pour réussir.
La gauche est en train d'anéantir l'école publique en tirant le niveau vers le bas. Désormais les enfants de milieu défavorisé ne peuvent plus accéder à des études supérieures. L'école ne leur fournit plus les moyens de réussir car l'instruction qu'on devrait leur donner est remplacée par le vide. Les élèves qui ne bénéficient pas de l'aide de leurs parents sont voués à l'échec. Pourquoi ? Parce que l'école primaire ne transmet pas les fondamentaux aux élèves. Cette école primaire est parasitée par les dogmes de la pédagogie moderne de gauche qui entraînent un échec scolaire massif.
Adieu Albert Camus. Etre pauvre maintenant, c'est être condamné à l'ignorance. L'éducation nationale ne permet plus de s'extraire de sa condition.
Un professeur de collège atterré.
Grwfsywash
- 23/05/2014 - 14:45
Hamon se trompe de lutte des classes.
L'idéologue-ministre se trompe de lutte des classes.
Il fut ébloui par Gramsci et en perdit la vue.
Dans ce Muppet Show gouvernemental, il la grenouille de bénitier de l'orthodoxie de gauche.