En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

04.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

05.

Le chômage partiel est une réussite, les Français n’en ont guère conscience, sauf les râleurs et les voleurs. La fraude et les abus font tâche

06.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

07.

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

04.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

ça vient d'être publié
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Generation Slack : comment les outils de productivité pourraient nous aider à construire de nouvelles solidarités
il y a 8 min 10 sec
décryptage > Europe
Chancelière immuable

Angela Merkel, sainte patronne de l’Europe, vraiment ?

il y a 55 min 12 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Le chômage partiel est une réussite, les Français n’en ont guère conscience, sauf les râleurs et les voleurs. La fraude et les abus font tâche

il y a 1 heure 48 min
décryptage > Economie
Taux d'épargne

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

il y a 2 heures 14 min
pépite vidéo > International
Mort de George Floyd
Etats-Unis : deux voitures de police foncent sur la foule à New York
il y a 18 heures 9 min
pépites > France
Déconfinement extrême
Plusieurs milliers de clandestins ont défilé à Paris malgré l'interdiction de la préfecture
il y a 19 heures 18 min
pépites > Politique
Nomination
L'ancien ministre socialiste Pierre Moscovici va prendre la tête de Cour des comptes
il y a 20 heures 25 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX : revivez le lancement réussi du premier vol habité de Crew Dragon ; Proxima b est confirmée ! Il y a bien une exoterre dans la zone habitable de l’étoile la plus proche de nous
il y a 21 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le maître du « je »

il y a 23 heures 32 min
décryptage > France
État providence et modèle social français

1945 : l’héritage béni devenu largement toxique

il y a 23 heures 55 min
décryptage > Société
Impact du confinement

Sommes-nous tous dépressifs ?

il y a 28 min 9 sec
décryptage > High-tech
Promesse (ou caprice ?) de milliardaires

Dans les coulisses du plan de la Silicon Valley pour faire échouer l’élection de Donald Trump

il y a 1 heure 15 min
décryptage > International
George Floyd

Émeutes aux Etats-Unis : des émeutes sociales plus que raciales

il y a 1 heure 52 min
light > Culture
Une voix s'est tue
La cantatrice Mady Mesplé est décédée
il y a 17 heures 23 min
light > Science
Retour à l'envoyeur
Vol habité de SpaceX : Elon Musk répond à un tacle de l'agence spatiale russe, celle-ci réplique
il y a 18 heures 43 min
pépites > Société
Priorités
PMA pour toutes : des députés plaident l'urgence d'un retour du texte à l'Assemblée nationale
il y a 19 heures 58 min
light > Media
Accusé
Jean-Marc Morandini : un procès requis pour corruption de mineur
il y a 20 heures 35 min
pépite vidéo > Science
Starman
SpaceX : les meilleurs moments du lancement de la capsule habitée Crew Dragon
il y a 22 heures 54 min
décryptage > High-tech
Espionnage

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

il y a 23 heures 42 min
décryptage > Science
Nouvelle donne

Vol habité de SpaceX : le retour de la conquête spatiale ?

il y a 1 jour 23 min
© Reuters
78% des Français estiment que la justice sociale passe plus par l'accès à l'emploi que par une solidarité nationale à bout de souffle
© Reuters
78% des Français estiment que la justice sociale passe plus par l'accès à l'emploi que par une solidarité nationale à bout de souffle
Trop loin

Justice sociale : le modèle français à bout de souffle (et les Français l’ont maintenant bien compris)

Publié le 19 mai 2014
Les Français préfèrent un revenu gagné par le travail à un revenu d'assistance, désormais la justice sociale est synonyme de plein emploi plutôt que de prestations sociales.
Jacques Bichot est Professeur émérite d’économie de l’Université Jean Moulin (Lyon 3), et membre honoraire du Conseil économique et social.Ses derniers ouvrages parus sont : Le Labyrinthe aux éditions des Belles Lettres en 2015, Retraites : le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Charles Simon est économiste et entrepreneur. Chef économiste et directeur des affaires publiques et de la communication de Scor de 2010 à 2013, il a auparavent été successivement trader de produits dérivés, directeur des études du RPR, directeur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Bichot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Bichot est Professeur émérite d’économie de l’Université Jean Moulin (Lyon 3), et membre honoraire du Conseil économique et social.Ses derniers ouvrages parus sont : Le Labyrinthe aux éditions des Belles Lettres en 2015, Retraites : le...
Voir la bio
Jean-Charles Simon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Charles Simon est économiste et entrepreneur. Chef économiste et directeur des affaires publiques et de la communication de Scor de 2010 à 2013, il a auparavent été successivement trader de produits dérivés, directeur des études du RPR, directeur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Français préfèrent un revenu gagné par le travail à un revenu d'assistance, désormais la justice sociale est synonyme de plein emploi plutôt que de prestations sociales.

Atlantico : 78% des Français se sentent plus proche de l'opinion selon laquelle l’Etat doit réduire le niveau des impôts et des taxes afin que les entreprises puissent se développer et embaucher plutôt que celle qui dit que l'Etat doit maintenir le niveau des impôts et des taxes de façon à lutter contre les inégalités et à pouvoir financer les services publics et la protection sociale, selon un sondage Ifop exclusif pour Atlantico. La  recherche de la justice sociale à la française est-elle allée trop loin ?

Jacques Bichot : Si cette réponse correspond vraiment à ce que pensent les Français, elle est encourageante : elle signifie qu'ils préfèrent un revenu gagné par le travail à un revenu d'assistance. Ils ont leur dignité : si l'on est apte à travailler, on doit vivre de son travail. La réponse est réaliste : pour que chacun puisse trouver du travail il faut que l'offre de travail soit suffisante, et comme l'offre de travail vient principalement des entreprises, il convient que celles-ci soient bien traitées. Personnellement je parlerai plutôt de liberté à laisser aux entreprises que de soutien à leur apporter, mais l'important est que les Français estiment que la justice sociale, c'est le plein emploi plutôt que les indemnités de chômage et le RSA, et donc des entreprises en bonne forme. Ils veulent une justice sociale compatible avec leur dignité, ce qui n'est pas le cas quand il y a trop de redistribution et pas assez de travail. 

Jean-Charles Simon : Les ambitions de notre système social sont d’abord peu compatibles avec l’époque et ses contraintes. Et les résultats sont si décevants que l’aspiration au changement ne peut qu’être forte. Au moins confusément, la plupart des citoyens sentent bien que l’exigence de droits très élevés dans l’emploi, qui a été longtemps le front principal du combat syndical et du « progrès social », n’est plus le cœur du sujet dans une société où près de 6 millions de personnes n’ont pas ou pas assez de travail. C’est bien sûr là que se trouve la nouvelle frontière de l’exclusion, et c’est donc la réduction du chômage et du sous-emploi qui doit primer sur tout, s’il y a matière à arbitrage. Depuis quelque temps, une vague d’enquêtes d’opinion semble le confirmer, la demande de mesure pour l'emploi et les entreprises serait plus forte et plus nette. Je dirais que c’est bien une autre forme de justice sociale qui est nécessaire et attendue : celle qui doit permettre au plus grand nombre d’accéder à l’emploi.

Lire aussi : Justice sociale : 78% des Français préfèrent réduire les taxes sur les entreprises pour créer de l’emploi plutôt que de financer par l’impôt notre modèle social

Parti du Conseil National de la Résistance au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l'Etat Providence français s'est défini comme un outil de protection des plus défavorisés face aux conjonctures économiques. Se sont ajoutées au fil des décennies différentes régulations spécifiques liés aux agendas politiques. En multipliant les particularismes et les régimes spéciaux, ce système de solidarité s'est-il finalement détourné de ces objectifs initiaux ?

Jacques Bichot : Il s'est effectivement détourné d'une partie des objectifs fixés aux assurances sociales en 1928 et 1930, puis à la sécurité sociale à la Libération, objectifs qui comportaient inséparablement les trois mots de la devise républicaine : liberté, égalité, fraternité. L'égalité a été bafouée par le privilège accordé aux bénéficiaires de régimes spéciaux, ceux qui ont bénéficié du "Toujours plus" et du "Plus encore" dénoncés avec talent par François de Closets en 1982 puis en 2006. La fraternité a été défigurée en devenant une solidarité abstraite basée sur des "droits à" qui ne laissent pas une place suffisante aux devoirs. Et la liberté a été écornée parce que l'obligation d'adhérer à la sécurité sociale aurait pu être combinée avec la liberté de choix de l'organisme de rattachement, au lieu de quoi a été mise en place une organisation bureaucratique ne s'adressant plus à des clients mais à des assujettis. 

Jean-Charles Simon : Là aussi, les réalités se sont imposées au fil du temps, montrant les failles d’un mécanisme conçu à l’époque du baby-boom, d’une économie de reconstruction et du plein emploi. Aux dispositifs purement assurantiels basés sur des cotisations proportionnelles aux salaires, il a fallu ajouter au fur et à mesure des mécanismes de solidarité de plus en plus développés. Pour ceux qui, justement, ne sont pas ou pas assez couverts, car ils ne cotisent plus au travers de salaires qu’ils n’ont plus. Mais à la crise du financement des systèmes d’assurance sociale résultant d’abord du vieillissement et de dispositions trop généreuses viennent donc se superposer de nouveaux dispositifs à financer. L’équation globale est sans solution. Le problème n’est pas tant lié aux mécanismes de solidarité, qu’on imagine difficilement ne pas exister dans un pays développé, mais plutôt à cet empilement et à l’inadaptation de dispositifs assurantiels très développés et qui se voulaient universels. Mais dont l’architecture se révèle totalement inadaptée à un pays vieillissant à la croissance potentielle limitée.

Toujours selon le sondage Ifop-Atlantico, ce n'est plus aux partis de gauche que les Français font confiance pour assurer la justice sociale. Comment l'expliquer ?

Jacques Bichot : C'est compréhensible : la gauche française est dirigée par une oligarchie suffisante, voire méprisante, peu raffinée mais au moins aussi distante des Français que l'oligarchie de droite. De plus, les Français ont compris que pour gouverner, il ne suffit pas de faire de belles promesses et d'accuser les puissances d'argent de sabotage quand on s'aperçoit que ces promesses ne sont pas tenues. Les citoyens savent que pour gouverner utilement il faut de la compétence, de la créativité et de la suite dans les idées ; or il n'y en a guère, pas plus à gauche qu'à droite.   

Jean-Charles Simon : La gauche est sûrement plus que d’autres mise en cause au sujet des ratés du système. Qui sont d’ailleurs très anxiogènes : tous ceux qui ont moins de 50 ans ont déjà dû entendre qu’il n’y aurait personne pour payer leur retraite. Et dans un autre registre, le sentiment qu’il va y avoir de plus en plus de déremboursements ou de restes à charge en assurance maladie est très répandu. Ce n’est pas le fruit du hasard, mais bien de l’accumulation de réformes insuffisantes, qui se prétendent toutes les dernières mais ne sont que des « patchs » aux effets limités et temporaires. Tout cela sur fond de chômage élevé et persistant ne peut pas faire briller les tenants de la « justice sociale ». Ce qui est étonnant de la part de la gauche, c’est son entêtement à défendre l’existant et à s’opposer à un basculement vers un modèle beaucoup plus soutenable qui serait recentré sur les mécanismes de solidarité. Alors qu’elle aurait dû incarner ce choix, en le revendiquant au titre de son souci de redistribution.

En quoi l'Etat-Providence tel qu'il se définit aujourd'hui peut-il se retourner contre ceux qu'il est censé défendre ?

Jacques Bichot : L'État providence inventé durant la première moitié du XXe siècle, à une époque où les échanges internationaux étaient beaucoup plus restreints, et où la domination économique occidentale était absolue, ne peut pas fonctionner correctement alors que la Chine est en train de prendre la place des États-Unis comme première économie de la planète et que la mondialisation est réalisée. Nos États providence sont devenus obsolètes. Ils contribuent à couper la population en trois parties, la première composée de personnes adaptées à la mondialisation, la seconde rassemblant des personnes protégées par un statut professionnel financé grâce à une fiscalité très lourde, et la troisième formée de ce que l'on appelle parfois les outsiders, parce qu'ils ne sont ni dans le circuit mondial, ni dans le circuit étatique.

Le problème est que la mondialisation accentue énormément les inégalités, parce qu'elle signifie que les gagnants sont relativement peu nombreux et raflent une mise colossale. Personne, aujourd'hui, ne sait gérer ce problème. En faisant du commerce international une sorte de divinité, nos dirigeants s'interdisent d'explorer des solutions intelligentes, comme celle que proposait Maurice Lauré il y a déjà un quart de siècle, car il voyait très bien venir les difficultés actuelles. Cet homme qui a inventé un impôt intelligent, la TVA, aurait pu rendre encore bien plus de services si le microcosme, pour parler comme Raymond Barre, l'avait écouté quand il proposait un moyen de domestiquer la mondialisation. Maintenant nous avons la mondialisation sauvage, qui suscite des fantasmes de fermeture des frontières, et l'État providence archaïque, qui génère des rêves égoïstes d'assurances strictement privées – et bien sûr ce sont les faibles qui subissent les conséquences du manque de perspicacité de nos dirigeants.       

Jean-Charles Simon : Le système joue contre les plus faibles à au moins deux titres. D’abord, ses difficultés financières conduisent à réduire la voilure mais sans changer ses principes. Il reste donc universel, mais affaibli. Or, si je reprends l’exemple des déremboursements de médicaments, qui touchent tout le monde à l’identique, ce sont d’abord leurs consommateurs au plus faible pouvoir d’achat qui en sont les premiers affectés. Idem si on gèle la revalorisation des pensions. Mais surtout, le système social crée un effet puissant insiders / outsiders, en premier lieu du fait d’un chômage élevé. En effet, pour financer ce système basé pour l'essentiel sur les cotisations sociales, il faut un niveau de prélèvements très important, que l’on retrouve dans ce gouffre entre coût du travail et salaire net. Un tel écart pèse sur l’emploi et les salaires, et devient en lui-même facteur d’exclusion.

Si la générosité de notre système de protection est difficilement contestable, la France est loin d'être le paradis de la mobilité sociale, le réflexe de "caste" jouant encore largement. Notre notion de l'égalité n'est-elle pas d'une certaine manière schizophrène ?

Jacques Bichot : Oui, les "castes" jouent un rôle important en France et dans le monde entier. L'idéal chrétien d'une société où il n'y a plus "ni Grec ni Juif, ni esclave ni homme libre, ni homme ni femme", selon la formule de l'épitre aux Galates, est loin d'être réalisé ! Ayons quand même un brin d'optimisme : Narenda Modi, le vainqueur des élections indiennes, est issu d'une caste inférieure. Une alouette ne fait pas le printemps, certes, mais dans le contexte qui est le nôtre, pour ne pas succomber à la sinistrose nous devrions attacher plus d'attention au vol des quelques alouettes que nous apercevons. 

Jean-Charles Simon : Oui, et le meilleur exemple en est peut-être le système éducatif. Au nom de l’égalité et du refus de la marchandisation de l’éducation, tout le système public mais aussi le privé sous contrat sont gratuits ou quasi-gratuits. On prétend ainsi avoir un système égalitaire alors qu’il y a peu de points communs entre les meilleurs établissements des grandes métropoles et ceux des périphéries… hormis la gratuité. Et ça concerne aussi le supérieur, pourtant d’autant plus « consommé » par les milieux les plus aisés. Les mêmes qui, à New York ou à Londres, devraient supporter des dépenses d’éducation faramineuses ! Il faut se souvenir du tollé provoqué en son temps par SciencesPo, qui avait relevé fortement ses frais de scolarité tout en développant considérablement sa politique de bourses. Un choix pourtant plus « solidaire » que la prétention au « tout gratuit », qui n’assure que la massification sans sélection, et qui profite d’abord à ceux qui ne payent pas le coût des services proposés alors qu’ils en ont les moyens.

Alors que le Royaume-Uni assume un modèle social inégalitaire dont les bénéfices doivent profiter à la société dans son ensemble et que la Suède s'est au contraire donnée les moyens de l'égalité concrète, la France se trouve dans un entre deux : une égalité de principe et une passion pour la distinction. Sommes-nous encore malades de nos privilèges ? Les effets contreproductifs du système en sont-ils finalement la conséquence ?

Jacques Bichot : Je ne suis pas certain que la France puisse, comme les pays nordiques, être dirigée par des personnes qui ressemblent à monsieur ou madame Toulemonde. Visiblement, le "président normal", ça ne marche pas. La distinction qui n'est pas la ségrégation, mais la manifestation d'un savoir-être de grande qualité, d'un véritable raffinement, est appréciée dans notre pays. Joachim du Bellay voyait la France "mère des arts, des armes et des lois" ; près de cinq siècles plus tard nous gardons cet attachement à une élite culturelle et intellectuelle, chevaleresque et juriste. Le cri d'effroi lancé en 1991 par le Conseil d'État contre une loi qui bavarde, qui manque de cette suprême élégance qu'est la simplicité – une maxime de Léonard de Vinci, l'ami de François 1er – est un cri du cœur, qui fut d'ailleurs poussé à nouveau par le même Conseil en 2006.

Oui, la passion pour la distinction conçue comme élégance, prestance, raffinement, excellence, est une passion française. Nous ne voulons pas des classes sociales hermétiques, héréditaires mais nous voudrions des dirigeants qui aient "de la classe". De l'Ancien régime la France a répudié le statut héréditaire, mais non pas l'idéal de noblesse. Et c'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles elle est sociale : la défense de ce que l'on appelait jadis "la veuve et l'orphelin" fait partie de l'essence même de la noblesse. La France est attachée aux assurances sociales parce qu'elle y voit l'un des signes de sa propre noblesse, non pas de Cour, mais de cœur.   

Jean-Charles Simon : Plus que l’Ancien régime, j’ai le sentiment que ce sont les « acquis » des moments « sacrés » de notre histoire qui sont difficiles à remettre en cause. C’est vrai de l'héritage révolutionnaire et du Premier Empire, par exemple pour les grandes écoles créées à l’époque, dont les effectifs encore très limités aujourd’hui créent un îlot d’élitisme comme il y en a peu ailleurs, à l’heure de l’enseignement supérieur pour le plus grand nombre. C’est aussi le cas des grandes structures de l’appareil administratif et de l’organisation territoriale. Le même rapport prévaut avec les débuts de la IIIe République. Plus proche de nous, ce qui est lié au Conseil national de la Résistance est peut-être encore plus tabou. Souvenons-nous des réactions à une tribune de Denis Kessler à ce sujet. Pourtant, tout l’enjeu est là, et il n’a bien sûr rien à voir avec une quelconque remise en cause du rôle ou de l’histoire de la Résistance. Il s’agit juste de reconnaître que le monde de 2014 n’est plus du tout celui de 1945, et de s’adapter en conséquence. Rien de très exceptionnel dans beaucoup de cultures, mais un travail en profondeur dans un pays qui a une approche très commémorative de son passé

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Alerte à l’épargne des ménages... mais certainement pas à l’euthanasie des épargnants

04.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

05.

Le chômage partiel est une réussite, les Français n’en ont guère conscience, sauf les râleurs et les voleurs. La fraude et les abus font tâche

06.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

07.

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

04.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

05.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

06.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
L'émigré
- 20/05/2014 - 10:47
oublier l'ideologie et entrer dans l'ère du pragmatisme
Nous sommes en phase Vangog. S'ils pouvaient laisser tomber leurs manuels rouges et/ou leur pseudo doctrine conservatrice étatiste. La seule voie est le pragmatisme et la défense de l'intérêt de la population, sur la base de l'observation de ce qui fonctionne en France ou ailleurs, de la simplicité, de l'efficacité, de la bilatéralité dans les relations avec les autres pays. Bref ouvrir ses yeux et ses oreilles, et sortir de ces vieux modèles dépassés, re-packagés par des agences de communication. Pour cela, il faut commencer par résoudre le premier conflit d'intérêt français et le plus grave à l'origine du conformisme de la pensée et de la déconnexion de nos élites au réel: la sur-représentativité des fonctionnaires dans le personnel politique Français. Il faut absolument interdire tout accès à un mandat public sans avoir renoncé au préalable à son statut de fonctionnaire. C'est le sujet! Bien devant les petits problèmes de ministre devenus entrepreneurs ou avocat, qui pour le coup, ont plutôt le mérite de les raccrocher au réel!!!
vangog
- 19/05/2014 - 22:45
@L'emigré Entièrement d'accord avec vous!
Nous ne sommes plus au stade ou les Français sont clivés entre la société de l'assistanat et des loisirs forcés bénie par la gauche et la pseudo-société responsabilisante de la droite archaïque.
Le temps de ce choix est déjà loin derrière nous, sans grand intérêt, excepté celui d'avoir éclaté la vieille politique bipolaire, qui n'intéresse plus que les médias et les statisticiens...
La France n'a maintenant plus d'autre choix que de s'adapter au monde multipolaire qui l'entoure, ou poursuivre son déclin, de plus en plus rapidement, de plus en plus irrémédiablement...
L'émigré
- 19/05/2014 - 12:06
Un système syndical communiste qui a tué l'ouvrier
Il ne faut pas être fin analyste politique pour comprendre l'arnaque syndicale socialo-communiste. ex: comment la France qui est l'un des pays côtiers les plus grands au monde, terminal géographique naturel de toute l'Europe, qui reste, sauf erreur, en agrégé la première économie mondiale, n'a pas un seul port marchand dans le top 50 mondial. Tout simplement car les syndicats de dockers ont tué ce business et l'excès de règlementation fiscale et sociale l'ont achevé. Les ports de Singapour, Dubaï, de Corée et de Chine se discutent la pole position mondiale aujourd'hui en volume de containers. Certes, leur développement est le fait d'états stratèges le plus souvent non démocratiques, qui se contentent d'accompagner les entrepreneurs en leur fournissant le maximum de services afin de les aider au développement et ce sans aucune contrainte fiscale, sociale et syndicales. Résultat le business s'est déplacé. La question n'est donc à ce jour pas de juger si c'est bien ou mal, la question est de savoir si en France, l'élite politique va tenir compte du réel ou pas, pour redonner du travail à la population qui l'a élue. Bonne chance!