En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

02.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

05.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > France
Professeur décapité

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

il y a 3 min 10 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Apple, LVMH et Airbus restent les trois entreprises préférées des jeunes diplômés qui s’inquiètent cependant des risques sur l’emploi

il y a 7 min 46 sec
pépites > Terrorisme
Sécurité
Seine-Saint-Denis : le ministre de l'Intérieur a annoncé lundi soir la fermeture prochaine de la mosquée de Pantin
il y a 22 min 15 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 13 heures 52 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 14 heures 58 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 16 heures 23 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 18 heures 56 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 19 heures 45 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 20 heures 6 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 20 heures 59 min
décryptage > France
Ecœurant

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

il y a 5 min 34 sec
décryptage > Education
Dévoiement

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

il y a 12 min 56 sec
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 13 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 14 heures 8 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 15 heures 48 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 16 heures 55 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 19 heures 33 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 19 heures 53 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 20 heures 34 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 21 heures 43 min
Philippe Herlin : "Ce qu’il faut sauver à tout prix c’est l’économie européenne, le système financier et l’épargne des ménages. La monnaie n’est qu’un moyen".
Philippe Herlin : "Ce qu’il faut sauver à tout prix c’est l’économie européenne, le système financier et l’épargne des ménages. La monnaie n’est qu’un moyen".
Euro vision

Ce n'est pas l'euro qu'il faut sauver à tout prix, mais l'économie européenne

Publié le 14 juillet 2011
Pour éviter un krach de la zone euro, l'économiste Philippe Herlin a un plan qui s'écarte à la fois de l'europhilie béate et d'un retour définitif aux monnaies nationales.
Philippe Herlin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Herlin est chercheur en finance, chargé de cours au CNAM.Il est l'auteur de L'or, un placement d'avenir (Eyrolles, 2012), de Repenser l'économie (Eyrolles, 2012) et de France, la faillite ? : Après la perte du AAA (Eyrolles 2012) et de La...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour éviter un krach de la zone euro, l'économiste Philippe Herlin a un plan qui s'écarte à la fois de l'europhilie béate et d'un retour définitif aux monnaies nationales.

Réuni en début de semaine, l’Eurogroupe n’a pas été capable de se mettre d’accord sur le second plan d’aide à la Grèce, les décisions sont reportées dans les jours qui viennent. Mais le temps presse : l’Irlande et le Portugal s’avèrent tout aussi insolvables que la Grèce, tandis que l’Espagne et l’Italie montrent des signes croissants de fragilité. La zone euro fait face à un risque de tsunami (krach + panique) qui provoquerait des dégâts considérables sur son économie. Il est urgent d’agir, et à la hauteur des événements, plutôt que de se focaliser sur la Grèce qui n’est qu’un symptôme.

Ni euro à tout prix, ni retour aux monnaies nationales

Que faire ? D’un côté on trouve ceux qui veulent « sauver l’euro à tout prix ». Une position stupide, ce qu’il faut sauver à tout prix c’est l’économie européenne, le système financier et l’épargne des ménages. La monnaie n’est qu’un moyen, elle doit inspirer confiance, être stable, non manipulée par les autorités politiques, de façon à faciliter, sans les influencer, les décisions des différents agents économiques (investissement, épargne, consommation).

En face d’autres veulent abattre l’euro et revenir aux monnaies nationales en nous promettant ainsi de régler d’un coup tous les problèmes. Mensonges : la France connaissait des problèmes de croissance, de chômage, de déficits commerciaux et budgétaires déjà bien avant la mise en place de l’euro ! Par ailleurs, la forte imbrication des économies européennes ne rend pas du tout incongru une monnaie supranationale qui facilite les échanges et élimine le risque de change. Enfin on ne peut pas se plaindre de l’hégémonie du dollar et rester chacun chez soi.

Et ne parlons pas des solutions baroques comme un euro fort (de l’Europe du Nord) et un euro faible (l’Europe méditerranéenne), car ce dernier ne serait absolument pas viable (la France et la Grèce dans le même bateau !). Ou de la création d’Eurobonds qui endetterait encore plus l’Europe sans rien régler sur le fond.

Une monnaie commune plutôt qu’une monnaie unique

Pour notre part nous proposons de revenir à la proposition des Anglais lors de la mise en place de l’euro : faire une monnaie commune plutôt qu’une monnaie unique. Une monnaie unique est un projet technocratique, faisons confiance au pragmatisme anglais !

La Grèce, le Portugal et l’Irlande reviendraient à leurs monnaies nationales pour retrouver des marges de manœuvre, tandis que leur dette – toujours libellée en euros – serait restructurée, c’est de toute façon inévitable. Mais ces pays pourraient retrouver ainsi le chemin de la croissance plutôt que de s’enferrer dans des logiques déflationnistes. Les entreprises et les banques de ces pays continueraient bien sûr d’utiliser l’euro pour leurs échanges avec l’Europe (de même que les commerçants des zones touristiques).

S’ils payent leurs courses de tous les jours en monnaie nationale, les particuliers pourraient placer une partie de leur épargne dans des produits libellés en euro. On aboutirait ainsi à l’idée très libérale de « concurrence des monnaies » : si leur État gère mal sa monnaie et qu’elle se dévalue trop, les particuliers transfèrent leur épargne vers des produits en euros accentuant ainsi sa perte de valeur et obligeant le gouvernement à plus rigueur. Un très sain mécanisme de rappel.

L’euro n’est pas la cause de nos maux, mais plutôt un révélateur

L’Allemagne resterait bien sûr intégralement dans l’euro, ainsi que la France. L’euro n’est pas la cause de nos maux, qui sont plus anciens, seulement un révélateur, essentiellement de notre manque de compétitivité et du poids trop important des prélèvements obligatoires. Un retour au franc apporterait un répit de courte durée, rien de plus.

L’Espagne et peut être l’Italie pourraient revenir à leurs monnaies nationales sans avoir besoin de restructurer leur dette publique, le retour de la croissance leur permettant de faire face à leurs engagements.

De cette façon la contagion de la crise serait stoppée net, l’euro retrouverait la pleine confiance des Européens et des investisseurs, et l’on pourrait enfin parler des sujets économiques importants : compétitivité, innovation, place de la France et de l’Europe dans la mondialisation.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
pixie
- 17/07/2011 - 03:44
l'EURO
J'avais déjà soumis une idée garder l'EURO pour l'EUROPE et garder nos francs pour le pays et pour tous les pays idem
ou à la place du franc de l'écu
andy222
- 16/07/2011 - 21:39
Monnaies globale et locale
Une solution à plusieurs monnaies, une globale (l'euro) et des locales (une dans chaque pays de la zone euro) me paraît bonne. Il est inéluctable que la Grèce aille _pour ses activités intérieures_ vers une autre monnaie que l'euro, puisqu'elle en a de moins en moins. Et une monnaie (qu'elle soit locale ou globale) n'est rien de plus qu'un vaste système de signes pour organiser des échanges.
luc.b
- 15/07/2011 - 13:50
3 milliards d'euros dépensés en Côte d'Ivoire
L’opération Licorne depuis 2002 + 400 millions d’euros d’aide + 1 milliard d'euros de dette annulés = plus de 3 milliards d’euros.