En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 3 heures 14 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 4 heures 13 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 9 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 10 heures 22 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 11 heures 44 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 12 heures 52 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 13 heures 18 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 13 heures 58 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 14 heures 29 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 15 heures 5 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 3 heures 26 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 7 heures 29 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 9 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 10 heures 43 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 12 heures 41 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 13 heures 5 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 13 heures 37 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 14 heures 8 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 14 heures 45 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 15 heures 15 min
Le nouveau Premier ministre Najib Mikati, dont le gouvernement est dominé par le Hezbollah.
Le nouveau Premier ministre Najib Mikati, dont le gouvernement est dominé par le Hezbollah.
Liban

Le Hezbollah, responsable du meurtre de Rafiq Hariri ?

Publié le 04 juillet 2011
Le Tribunal spécial pour le Liban qui enquête sur l'assassinat de l'ancien Premier ministre Rafiq Hariri a remis un premier acte d'accusation. Quatre mandats d'arrêt ont été délivrés contre des membres du Hezbollah. Pour Joseph Bahout, chercheur à Sciences-Po, cette décision va "mettre le feu à une poudrière libanaise déjà sous tension".
Joseph Bahout
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Joseph Bahout est doctorant à Science-Po Paris. Joseph Bahout a été professeur à l’Université Saint-Joseph (USJ) à Beyrouth, et chercheur au Centre d’Etudes et de Recherches sur le Moyen-Orient-Contemporain (CERMOC) au Liban entre 1993 et 2005.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Tribunal spécial pour le Liban qui enquête sur l'assassinat de l'ancien Premier ministre Rafiq Hariri a remis un premier acte d'accusation. Quatre mandats d'arrêt ont été délivrés contre des membres du Hezbollah. Pour Joseph Bahout, chercheur à Sciences-Po, cette décision va "mettre le feu à une poudrière libanaise déjà sous tension".

Atlantico : Le Tribunal spécial pour le Liban (TSL), enquêtant sur l'assassinat de Rafiq Hariri a remis ce jeudi 30 juin un acte d'accusation scellé et des mandats d'arrêt au procureur à Beyrouth ? De quoi est-il question, et quelle est l’origine de ce Tribunal ?

Joseph Bahout : Il est acté depuis près de quatre ans par une résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies, votée à l’unanimité, qui faisait suite à une initiative sponsorisée par la France et les Etats-Unis. La résolution a donné lieu à la mise en place d’une commission d’enquête puis à la création de ce fameux Tribunal spécial pour le Liban (TSL), un objet assez bizarre puisqu’il mêle plusieurs droits et juridictions. Ce n’est pas un tribunal sous la direction de la Cour criminelle internationale, ni un tribunal libanais. Il s’agit d’un tribunal mixte pour statuer sur l’affaire de l’assassinat de l’ancien Premier ministre Rafiq Hariri et six ou sept autres attentats ou tentatives d’assassinat qui ont suivi.

La commission d’enquête travaille depuis des années et cela fait un an et demi que l’on dit souvent que l’acte d’accusation était imminent. Et là, le suspense est enfin clos. Pourquoi cela a-t-il traîné ? Pour des raisons techniques, des compléments d’enquête. Je ne pense pas qu’il s’agisse d’une raison politique. Mais je ne peux pas le prouver. Ce sont des procédures longues, compliquées. Souvent, la commission a été suspectée de politisation, son travail est très loin d’être transparent. On peut soupçonner des interférences. Il y a eu beaucoup de fuites, aussi. Quatre officiers supérieurs de la sécurité libanaise ont été mis en prison pendant plusieurs mois, ils auraient été incriminés dans cette affaire : aujourd’hui, on se rend compte qu’il n’en est rien… 

Le suspense, toutefois, ne se clôt que relativement. Contrairement à ce qui est dit dans le droit romain, le droit français, l’acte d’accusation ne clôt pas l’enquête, elle se poursuit même si le tribunal continue la mise en jugement des accusés. Il faut donc attendre d’autres actes d’accusation qui viendront…

Il va se jouer, à partir de maintenant, un poker. Des cartes vont s’abattre progressivement les unes après les autres. Pour l’instant, l’acte ne comporte que quatre noms de personnes qui appartiennent à la mouvance du Hezbollah. Y aura-t-il des gens proches du régime de Bachar Al-Assad ? On le saura plus tard.

C’est maintenant une réalité politique et judiciaire, et plus qu’une spéculation : il y a un soupçon fort, une accusation vis-à-vis de membres importants dans la hiérarchie, dans le commandement du Hezbollah. C’est une petite bombe qui mettra le feu à une poudrière libanaise qui chauffe depuis un moment.

Le nouveau Premier ministre Najib Mikati, dont le gouvernement est dominé par le Hezbollah et ses alliés, devait annoncer le programme de politique générale de son cabinet…

L’acte d’accusation aura un impact. Ce qui est amusant, c’était la course entre la déclaration ministérielle en cours d’achèvement et l’imminence de l’acte d’accusation. Le fait que celui-ci ait précédé la déclaration ministérielle rend les choses plus faciles : le Premier ministre pourra user au Conseil des ministres d’une formule assez vague sur l’acte d’accusation pour désamorcer la pression, la tension qui va dominer sur la scène politique. Ce sera du type : « Le Liban maintient ses engagements au niveau international et nous cherchons à assurer la stabilité de sa société », un « ni-ni » pour gagner du temps.

Le problème, c’est de savoir si la justice internationale, la communauté internationale, et les ayant droits libanais, autrement dit le camp du « 14 mars » de Saad Hariri, vont vouloir aller plus loin dans la réclamation des incriminés - ce qui est illusoire. Politiquement, cela signifierait que l’on actionne la justice libanaise : lancer des mandats d’arrêt, créer des tensions sur le terrain.

Les autorités libanaises peuvent au contraire aussi dire : « Les accusés, on ne peut pas les chercher ». Si tel est le cas, le Conseil de sécurité voudra-t-il, sous forme de pression, sanctionner le Liban ?

Et, en deuxième lieu, comment va réagir le Hezbollah ? Va-t-il dire, comme il l’a fait jusque maintenant : « Nous ne sommes pas concernés par cette affaire, c’est un tribunal fantoche, on ne croit pas un mot de ce qui est dit dans le rapport. » ? Ou alors : « C’est un complot visant à nous étrangler. ».

Le pays est totalement déchiré depuis cinq, six ans, la situation ne tient qu’à un fil. La situation politique risque encore de s’aggraver, l’acte d’accusation n’arrangeant pas les choses, c’est une source de tension supplémentaire. Cela risque de compliquer les plans syriens et libanais. Les partis peuvent peut-être calmer le jeu… On verra.

Le tribunal va commencer à fonctionner en octobre, il peut juger par contumace les prévenus si on ne les a pas attrapés. Si on découvre que se cache derrière les 4 personnes des systèmes comme l’Iran, cela peut devenir très grave

Qu’en est-il du refuge de Saad Hariri en France ?

On en a trop dit sur cette affaire. Il est un peu fatigué et il a un peu peur car cela tangue dans la région en ce moment. Il n’y a pas de risque sérieux sur sa vie mais c’est un avis personnel.

Beaucoup de gens ont certes des raisons de lui en vouloir : d’abord, ceux qui ont tué son père, on ne sait pas qui c’est ; ensuite, ses ennemis politiques, ainsi qu’une partie de l’appareil syrien qui pense peut-être qu’il a poignardé la Syrie dans le dos en soutenant la révolte populaire du moment. Mais tout le monde est menacé. Ce n’est peut-être que des vacances prolongés.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
slavkov
- 03/07/2011 - 19:25
mal au coeur pour le liban
... ces terroristes du hamas - une bande des fanatiques qu'il faudrait nettoyer du liban et ceux qui les soutient chez nous également ...