En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

07.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 12 heures 6 min
pépites > Religion
Off
En privé, Macron trouve "irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser" sur l'islam
il y a 13 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre Audio : "La cage dorée" de Camilla Lackberg, Les livres s'écoutent aussi

il y a 14 heures 31 min
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 16 heures 18 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 18 heures 18 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 19 heures 5 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 19 heures 26 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 19 heures 40 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 20 heures 10 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 20 heures 23 min
light > Insolite
L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument
il y a 13 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'aube des idoles" de Pierre Bentata : Voici décortiquées quelques croyances d’aujourd’hui, souvent prêtes à l’emploi, parfois radicales…

il y a 14 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Cinéma : Fahim : Avec cette histoire vraie, Pef quitte la comédie pour le drame sociétal

il y a 14 heures 35 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 17 heures 8 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 18 heures 46 min
décryptage > Religion
Tribune

L'hydre islamiste ne sera pas combattue efficacement sans combattre aussi l'auto-censure des débats publics

il y a 19 heures 11 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 19 heures 31 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 19 heures 57 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 20 heures 17 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 1 jour 10 heures
Turquie

"L’AKP, le parti au pouvoir, se veut représentatif de la nation"

Publié le 13 juin 2011
Le parti au pouvoir turc, l'AKP de Recep Tayyip Erdogan, vient de remporter les élections législatives pour la troisième fois d'affilée, avec près de 50 % des suffrages. Il n'obtient toutefois pas la majorité des deux tiers (367 sièges sur 550), comme espéré. Pourquoi cette popularité ? La formation est devenu ultra-conservatrice pour répondre à un besoin de la société en ce sens, explique Hamit Bozarslan, directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS).
Hamit Bozarslan est directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales. Il est l'auteur, notamment, de l'Histoire de la Turquie contemporaine, (Paris, La Découverte, 2007).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hamit Bozarslan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hamit Bozarslan est directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales. Il est l'auteur, notamment, de l'Histoire de la Turquie contemporaine, (Paris, La Découverte, 2007).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le parti au pouvoir turc, l'AKP de Recep Tayyip Erdogan, vient de remporter les élections législatives pour la troisième fois d'affilée, avec près de 50 % des suffrages. Il n'obtient toutefois pas la majorité des deux tiers (367 sièges sur 550), comme espéré. Pourquoi cette popularité ? La formation est devenu ultra-conservatrice pour répondre à un besoin de la société en ce sens, explique Hamit Bozarslan, directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS).

Atlantico : Pourquoi l’AKP, le Parti de la justice et du développement, est-il si populaire et comment expliquer sa longévité au pouvoir – depuis 2002 ?

Hamit Bozarslan : En premier lieu, l’ancien système turc basé sur le kémalisme, l’ultranationalisme, une doctrine laïcisante agressive a fait son temps. Aujourd’hui, le nationalisme existe encore mais la société est très conservatrice et il serait difficile de lui imposer un modèle kémaliste. Or, de nombreux partis n’ont pas réussi à s’adapter aux changements.

Deuxièmement, il y a une fragmentation importante au sein de la classe politique, usée, et il n’y a eu aucune proposition de modèle alternatif à l’AKP.

Troisième raison : l’AKP apporte une réponse adéquate à la demande conservatrice de la société : un ordre moral règne, l’économie fonctionne, et les quartiers sont plus ou moins contrôlés.

Comment définir l’AKP ?

Le parti est conservateur, on ne peut plus le définir comme un parti islamiste. Toutefois, ce conservatisme n’omet pas d’inclure une large référence aux valeurs religieuses. Il y a un usage puritain de l’Islam qu’on ne confond pas avec l’islamisme d’ancien style.

On observe un risque de dérives autoritaires depuis quelques années. Plus l’ancienne élite se marginalise, plus l’armée se marginalise, plus l’AKP se considère comme représentatif de l’Etat, de la nation. Et à partir de là,  la possibilité de dérives existe…

L’AKP est-il influencé par le parti chrétien-démocrate, la CDU allemande ?

On pouvait le dire voilà quelques années. En 2002, le modèle du parti turc était la CDU allemande, les théories de Konrad Adenauer, plutôt que celles des partis islamistes. Et les tendances autoritaires sont naturellement infiniment plus fortes qu’en Allemagne, dans les années 70…

Qui vote aujourd’hui pour l’AKP ?

Les classes moyennes ainsi que la bourgeoisie provinciale, un groupe qui s’est développé ces dix dernières années, qui s’est enrichi, qu’on ne peut plus inclure dans la classe moyenne, soutiennent l’AKP. Et les classes populaires, aussi, car ce parti répond favorablement à ses besoins d’ordre et de croissance économique même si les inégalités se sont accrues en Turquie.

Quelles sont les relations entre l’AKP et les autres partis ?

Elles ne sont pas très bonnes.

Le MHP, le Parti d’action nationaliste, représente une frange ultra-nationaliste, qui a mené une campagne très agressive.

Quant au CHP, le Parti républicain du peuple, (qui se présente comme laïc et social-démocrate), les choses pourraient être différentes même si quelques militants ont été impliqués dans des complots contre l’AKP, des tentatives de coup d’Etat. Le parti, en revanche, a évolué sur la question kurde et est entré dans une phase de transition. Personne ne sait où cela va aller…

Mais le rapport de force veut tout dire : nous avons d’un côté 50 % et de l’autre, 40 % pour l’opposition.

Ou en est la question kurde ?

C’est la question N°1 dans le pays : le tabou officiel de l’Etat s’est brisé quand l’AKP a fait un petit pas vers une ouverture en 2009. Mais depuis, le parti est devenu timoré sur ce point. Quand on regarde la poussée du vote kurde, avec dans certaine région, un score des indépendants à 80 % , on voit que la question kurde reste importante.

L’enjeu des élections législatives, c’était de savoir si l’AKP allait égaler son score d’il y a quatre ans : il l’a dépassé de trois points. Et savoir, aussi, si les  députés kurdes, qui ne peuvent pas se présenter comme un parti, allaient se maintenir à l’Assemblée, sachant qu’il faut, au moins, 10 % des voix. Ils étaient 22 en 2007, ils sont à 36 sièges aujourd’hui.

Quels sont les enjeux du mandat à venir ?

Pour le mandat à venir, c’est difficile à dire, on pourra assister à une période d’inertie. L’AKP ne dispose pas assez de députés pour changer la constitution. Y aura-t-il une coalition entre les différents partis pour mettre à l’ordre du jour cette éventuelle nouvelle constitution ?

Tous les acteurs en Turquie se trouvent dans une situation de vide idéologique : que faire de l’Etat ? Que faire du kémalisme ? Comment résoudre la question kurde ? Comment définir le nationalisme ? Comment réagir aux instabilités du Moyen-Orient ? Ce sera quatre ans de tâtonnement, d’incertitude chez tous les partis.

Et depuis quatre ans, on ne discute plus d’intégration à l'Europe : le sujet est totalement absent des débats politiques.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

07.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
quesako
- 14/06/2011 - 00:28
Turquie en Europe :l' AKP devient la référence
Les populations émigrées du XXième siècle ont du mal à se reconnaître dans nos partis. Avec la Turquie l'AKP pourrait très bien s'imposer parmi ces populations. J'espère que les nombreux partisans de la Turquie en ont bien peser les conséquences
mbo22
- 13/06/2011 - 19:39
@ martel en tête: pour cette fois nous sommes d'accord
La Turquie n'a pas vocation à intégrer l'Europe de part sa position géographique, de part sa culture et surtout de part sa religion majoritaire qui, même si nous ne sommes plus aux guerres de religions, a une forte volonté hégémonique. Ce pays n'offre pas encore une liberté individuelle telle que nous connaissons en Europe. Il doit rester un lien entre Occident et Orient, entre chrétienté et islam
martel en tête
- 13/06/2011 - 16:45
Respectons les besoins des Turcs : non à l'adhésion à l'Europe
Puisqu'il représente si bien la société, l'AKP, pas islamiste mais qui inclut "une large référence aux valeurs religieuses" et est très éloigné d'un "laïcisme agressif" (très fort ça!), nous révèle que cette société est profondément attachée à l'islam, ses valeurs et sa conception de l'individu, de la famille et de la société. La Turquie n'a donc pas vocation à intégrer l'Europe christiano-laïque