En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

03.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

04.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

05.

Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"

06.

Coup de gueule de François Cluzet contre les acteurs et humoristes qui participent au "climat anxiogène actuel"

07.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 16 sec
décryptage > Education
Education nationale

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

il y a 11 min 25 sec
light > Terrorisme
Biopic
Le réalisateur Clint Eastwood sera convoqué au procès de l'attentat du Thalys
il y a 10 heures 39 min
pépites > France
Hommage national
Discours d’Emmanuel Macron à la Sorbonne : "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"
il y a 12 heures 6 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 16 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 18 heures 47 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 20 heures 23 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 21 heures 22 sec
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 21 heures 17 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 21 heures 51 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 4 min 17 sec
pépites > Justice
Terrorisme
Sept personnes mises en examen après l'assassinat de Samuel Paty
il y a 56 min 15 sec
pépite vidéo > France
Hommage national
Retrouvez l’hommage d’Emmanuel Macron à Samuel Paty
il y a 11 heures 23 min
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 15 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 18 heures 25 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 20 heures 1 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 20 heures 50 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 21 heures 12 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 21 heures 28 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 21 heures 59 min
Turquie

"L’AKP, le parti au pouvoir, se veut représentatif de la nation"

Publié le 13 juin 2011
Le parti au pouvoir turc, l'AKP de Recep Tayyip Erdogan, vient de remporter les élections législatives pour la troisième fois d'affilée, avec près de 50 % des suffrages. Il n'obtient toutefois pas la majorité des deux tiers (367 sièges sur 550), comme espéré. Pourquoi cette popularité ? La formation est devenu ultra-conservatrice pour répondre à un besoin de la société en ce sens, explique Hamit Bozarslan, directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS).
Hamit Bozarslan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hamit Bozarslan est directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales. Il est l'auteur, notamment, de l'Histoire de la Turquie contemporaine, (Paris, La Découverte, 2007).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le parti au pouvoir turc, l'AKP de Recep Tayyip Erdogan, vient de remporter les élections législatives pour la troisième fois d'affilée, avec près de 50 % des suffrages. Il n'obtient toutefois pas la majorité des deux tiers (367 sièges sur 550), comme espéré. Pourquoi cette popularité ? La formation est devenu ultra-conservatrice pour répondre à un besoin de la société en ce sens, explique Hamit Bozarslan, directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS).

Atlantico : Pourquoi l’AKP, le Parti de la justice et du développement, est-il si populaire et comment expliquer sa longévité au pouvoir – depuis 2002 ?

Hamit Bozarslan : En premier lieu, l’ancien système turc basé sur le kémalisme, l’ultranationalisme, une doctrine laïcisante agressive a fait son temps. Aujourd’hui, le nationalisme existe encore mais la société est très conservatrice et il serait difficile de lui imposer un modèle kémaliste. Or, de nombreux partis n’ont pas réussi à s’adapter aux changements.

Deuxièmement, il y a une fragmentation importante au sein de la classe politique, usée, et il n’y a eu aucune proposition de modèle alternatif à l’AKP.

Troisième raison : l’AKP apporte une réponse adéquate à la demande conservatrice de la société : un ordre moral règne, l’économie fonctionne, et les quartiers sont plus ou moins contrôlés.

Comment définir l’AKP ?

Le parti est conservateur, on ne peut plus le définir comme un parti islamiste. Toutefois, ce conservatisme n’omet pas d’inclure une large référence aux valeurs religieuses. Il y a un usage puritain de l’Islam qu’on ne confond pas avec l’islamisme d’ancien style.

On observe un risque de dérives autoritaires depuis quelques années. Plus l’ancienne élite se marginalise, plus l’armée se marginalise, plus l’AKP se considère comme représentatif de l’Etat, de la nation. Et à partir de là,  la possibilité de dérives existe…

L’AKP est-il influencé par le parti chrétien-démocrate, la CDU allemande ?

On pouvait le dire voilà quelques années. En 2002, le modèle du parti turc était la CDU allemande, les théories de Konrad Adenauer, plutôt que celles des partis islamistes. Et les tendances autoritaires sont naturellement infiniment plus fortes qu’en Allemagne, dans les années 70…

Qui vote aujourd’hui pour l’AKP ?

Les classes moyennes ainsi que la bourgeoisie provinciale, un groupe qui s’est développé ces dix dernières années, qui s’est enrichi, qu’on ne peut plus inclure dans la classe moyenne, soutiennent l’AKP. Et les classes populaires, aussi, car ce parti répond favorablement à ses besoins d’ordre et de croissance économique même si les inégalités se sont accrues en Turquie.

Quelles sont les relations entre l’AKP et les autres partis ?

Elles ne sont pas très bonnes.

Le MHP, le Parti d’action nationaliste, représente une frange ultra-nationaliste, qui a mené une campagne très agressive.

Quant au CHP, le Parti républicain du peuple, (qui se présente comme laïc et social-démocrate), les choses pourraient être différentes même si quelques militants ont été impliqués dans des complots contre l’AKP, des tentatives de coup d’Etat. Le parti, en revanche, a évolué sur la question kurde et est entré dans une phase de transition. Personne ne sait où cela va aller…

Mais le rapport de force veut tout dire : nous avons d’un côté 50 % et de l’autre, 40 % pour l’opposition.

Ou en est la question kurde ?

C’est la question N°1 dans le pays : le tabou officiel de l’Etat s’est brisé quand l’AKP a fait un petit pas vers une ouverture en 2009. Mais depuis, le parti est devenu timoré sur ce point. Quand on regarde la poussée du vote kurde, avec dans certaine région, un score des indépendants à 80 % , on voit que la question kurde reste importante.

L’enjeu des élections législatives, c’était de savoir si l’AKP allait égaler son score d’il y a quatre ans : il l’a dépassé de trois points. Et savoir, aussi, si les  députés kurdes, qui ne peuvent pas se présenter comme un parti, allaient se maintenir à l’Assemblée, sachant qu’il faut, au moins, 10 % des voix. Ils étaient 22 en 2007, ils sont à 36 sièges aujourd’hui.

Quels sont les enjeux du mandat à venir ?

Pour le mandat à venir, c’est difficile à dire, on pourra assister à une période d’inertie. L’AKP ne dispose pas assez de députés pour changer la constitution. Y aura-t-il une coalition entre les différents partis pour mettre à l’ordre du jour cette éventuelle nouvelle constitution ?

Tous les acteurs en Turquie se trouvent dans une situation de vide idéologique : que faire de l’Etat ? Que faire du kémalisme ? Comment résoudre la question kurde ? Comment définir le nationalisme ? Comment réagir aux instabilités du Moyen-Orient ? Ce sera quatre ans de tâtonnement, d’incertitude chez tous les partis.

Et depuis quatre ans, on ne discute plus d’intégration à l'Europe : le sujet est totalement absent des débats politiques.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
quesako
- 14/06/2011 - 00:28
Turquie en Europe :l' AKP devient la référence
Les populations émigrées du XXième siècle ont du mal à se reconnaître dans nos partis. Avec la Turquie l'AKP pourrait très bien s'imposer parmi ces populations. J'espère que les nombreux partisans de la Turquie en ont bien peser les conséquences
mbo22
- 13/06/2011 - 19:39
@ martel en tête: pour cette fois nous sommes d'accord
La Turquie n'a pas vocation à intégrer l'Europe de part sa position géographique, de part sa culture et surtout de part sa religion majoritaire qui, même si nous ne sommes plus aux guerres de religions, a une forte volonté hégémonique. Ce pays n'offre pas encore une liberté individuelle telle que nous connaissons en Europe. Il doit rester un lien entre Occident et Orient, entre chrétienté et islam
martel en tête
- 13/06/2011 - 16:45
Respectons les besoins des Turcs : non à l'adhésion à l'Europe
Puisqu'il représente si bien la société, l'AKP, pas islamiste mais qui inclut "une large référence aux valeurs religieuses" et est très éloigné d'un "laïcisme agressif" (très fort ça!), nous révèle que cette société est profondément attachée à l'islam, ses valeurs et sa conception de l'individu, de la famille et de la société. La Turquie n'a donc pas vocation à intégrer l'Europe christiano-laïque