En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

04.

Confinement : petits trucs et astuces pour préserver la rapidité de votre accès Internet par temps de surcharge

05.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

06.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

07.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

06.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

06.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

ça vient d'être publié
pépites > Santé
"Le combat ne fait que commencer"
Retrouvez les principales annonces d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran sur le Covid-19
il y a 1 heure 17 min
pépites > Société
Ravages des "fake news"
Plus d'un quart des Français considèrent que le Covid-19 a été fabriqué dans un laboratoire
il y a 3 heures 45 min
pépite vidéo > Religion
Solidarité avec les malades
Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"
il y a 5 heures 44 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Traquer et terrasser le fléau : la lutte acharnée de Pasteur et d’Adrien Loir contre le mal rouge des porcs dans le Vaucluse

il y a 7 heures 50 min
décryptage > Economie
Choix cornéliens

Covid-19 : des morts plutôt que la crise ?

il y a 8 heures 16 min
décryptage > Economie
En toute sécurité

Comment les grandes entreprises ont parfois changé de locaux pour se cacher dans des bureaux "secrets"

il y a 8 heures 47 min
décryptage > Finance
Nerf de la guerre

Crise de trésorerie généralisée : tensions (évitables) sur le secteur bancaire

il y a 9 heures 30 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad
il y a 10 heures 34 min
light > Culture
Fin du confinement ?
Olivier Py reste optimiste pour la prochaine édition du Festival d’Avignon en juillet 2020
il y a 21 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La fin de l'amour" d'Eva Illouz : quand Tinder, grand centre commercial de rencontres, détrône la cour amoureuse

il y a 23 heures 3 min
décryptage > Société
Egoïsme ?

Pourquoi il est si compliqué d’accepter les règles du confinement même quand on en a compris l’intérêt

il y a 9 heures 10 min
pépites > Politique
Solidarité européenne
Coronavirus : Emmanuel Macron défend la stratégie de la France face à l’épidémie
il y a 4 heures 25 min
pépites > Santé
Soulager les soignants et les travailleurs
Covid-19 : la France s’engage à commander un milliard de masques auprès de la Chine
il y a 6 heures 20 min
décryptage > Société
Tentation

Coronavirus : la dérive totalitaire ?

il y a 8 heures 2 min
décryptage > Défense
Terrorisme

Afrique : malgré le coronavirus, la guerre continue

il y a 8 heures 36 min
décryptage > Santé
Exemple chinois

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

il y a 9 heures 5 min
décryptage > Science
Hécatombe

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

il y a 9 heures 48 min
décryptage > Santé
Nembro

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

il y a 10 heures 49 min
pépites > International
ONG
SOS Chrétiens d'Orient : libération de trois otages français en Irak
il y a 22 heures 30 min
pépite vidéo > France
Victimes françaises
Covid-19 : "les visages d’une tragédie"
il y a 1 jour 1 heure
Turquie

"L’AKP, le parti au pouvoir, se veut représentatif de la nation"

Publié le 13 juin 2011
Le parti au pouvoir turc, l'AKP de Recep Tayyip Erdogan, vient de remporter les élections législatives pour la troisième fois d'affilée, avec près de 50 % des suffrages. Il n'obtient toutefois pas la majorité des deux tiers (367 sièges sur 550), comme espéré. Pourquoi cette popularité ? La formation est devenu ultra-conservatrice pour répondre à un besoin de la société en ce sens, explique Hamit Bozarslan, directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS).
Hamit Bozarslan est directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales. Il est l'auteur, notamment, de l'Histoire de la Turquie contemporaine, (Paris, La Découverte, 2007).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hamit Bozarslan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hamit Bozarslan est directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales. Il est l'auteur, notamment, de l'Histoire de la Turquie contemporaine, (Paris, La Découverte, 2007).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le parti au pouvoir turc, l'AKP de Recep Tayyip Erdogan, vient de remporter les élections législatives pour la troisième fois d'affilée, avec près de 50 % des suffrages. Il n'obtient toutefois pas la majorité des deux tiers (367 sièges sur 550), comme espéré. Pourquoi cette popularité ? La formation est devenu ultra-conservatrice pour répondre à un besoin de la société en ce sens, explique Hamit Bozarslan, directeur d'études à l'Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS).

Atlantico : Pourquoi l’AKP, le Parti de la justice et du développement, est-il si populaire et comment expliquer sa longévité au pouvoir – depuis 2002 ?

Hamit Bozarslan : En premier lieu, l’ancien système turc basé sur le kémalisme, l’ultranationalisme, une doctrine laïcisante agressive a fait son temps. Aujourd’hui, le nationalisme existe encore mais la société est très conservatrice et il serait difficile de lui imposer un modèle kémaliste. Or, de nombreux partis n’ont pas réussi à s’adapter aux changements.

Deuxièmement, il y a une fragmentation importante au sein de la classe politique, usée, et il n’y a eu aucune proposition de modèle alternatif à l’AKP.

Troisième raison : l’AKP apporte une réponse adéquate à la demande conservatrice de la société : un ordre moral règne, l’économie fonctionne, et les quartiers sont plus ou moins contrôlés.

Comment définir l’AKP ?

Le parti est conservateur, on ne peut plus le définir comme un parti islamiste. Toutefois, ce conservatisme n’omet pas d’inclure une large référence aux valeurs religieuses. Il y a un usage puritain de l’Islam qu’on ne confond pas avec l’islamisme d’ancien style.

On observe un risque de dérives autoritaires depuis quelques années. Plus l’ancienne élite se marginalise, plus l’armée se marginalise, plus l’AKP se considère comme représentatif de l’Etat, de la nation. Et à partir de là,  la possibilité de dérives existe…

L’AKP est-il influencé par le parti chrétien-démocrate, la CDU allemande ?

On pouvait le dire voilà quelques années. En 2002, le modèle du parti turc était la CDU allemande, les théories de Konrad Adenauer, plutôt que celles des partis islamistes. Et les tendances autoritaires sont naturellement infiniment plus fortes qu’en Allemagne, dans les années 70…

Qui vote aujourd’hui pour l’AKP ?

Les classes moyennes ainsi que la bourgeoisie provinciale, un groupe qui s’est développé ces dix dernières années, qui s’est enrichi, qu’on ne peut plus inclure dans la classe moyenne, soutiennent l’AKP. Et les classes populaires, aussi, car ce parti répond favorablement à ses besoins d’ordre et de croissance économique même si les inégalités se sont accrues en Turquie.

Quelles sont les relations entre l’AKP et les autres partis ?

Elles ne sont pas très bonnes.

Le MHP, le Parti d’action nationaliste, représente une frange ultra-nationaliste, qui a mené une campagne très agressive.

Quant au CHP, le Parti républicain du peuple, (qui se présente comme laïc et social-démocrate), les choses pourraient être différentes même si quelques militants ont été impliqués dans des complots contre l’AKP, des tentatives de coup d’Etat. Le parti, en revanche, a évolué sur la question kurde et est entré dans une phase de transition. Personne ne sait où cela va aller…

Mais le rapport de force veut tout dire : nous avons d’un côté 50 % et de l’autre, 40 % pour l’opposition.

Ou en est la question kurde ?

C’est la question N°1 dans le pays : le tabou officiel de l’Etat s’est brisé quand l’AKP a fait un petit pas vers une ouverture en 2009. Mais depuis, le parti est devenu timoré sur ce point. Quand on regarde la poussée du vote kurde, avec dans certaine région, un score des indépendants à 80 % , on voit que la question kurde reste importante.

L’enjeu des élections législatives, c’était de savoir si l’AKP allait égaler son score d’il y a quatre ans : il l’a dépassé de trois points. Et savoir, aussi, si les  députés kurdes, qui ne peuvent pas se présenter comme un parti, allaient se maintenir à l’Assemblée, sachant qu’il faut, au moins, 10 % des voix. Ils étaient 22 en 2007, ils sont à 36 sièges aujourd’hui.

Quels sont les enjeux du mandat à venir ?

Pour le mandat à venir, c’est difficile à dire, on pourra assister à une période d’inertie. L’AKP ne dispose pas assez de députés pour changer la constitution. Y aura-t-il une coalition entre les différents partis pour mettre à l’ordre du jour cette éventuelle nouvelle constitution ?

Tous les acteurs en Turquie se trouvent dans une situation de vide idéologique : que faire de l’Etat ? Que faire du kémalisme ? Comment résoudre la question kurde ? Comment définir le nationalisme ? Comment réagir aux instabilités du Moyen-Orient ? Ce sera quatre ans de tâtonnement, d’incertitude chez tous les partis.

Et depuis quatre ans, on ne discute plus d’intégration à l'Europe : le sujet est totalement absent des débats politiques.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

03.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

04.

Confinement : petits trucs et astuces pour préserver la rapidité de votre accès Internet par temps de surcharge

05.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

06.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

07.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

06.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

06.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
quesako
- 14/06/2011 - 00:28
Turquie en Europe :l' AKP devient la référence
Les populations émigrées du XXième siècle ont du mal à se reconnaître dans nos partis. Avec la Turquie l'AKP pourrait très bien s'imposer parmi ces populations. J'espère que les nombreux partisans de la Turquie en ont bien peser les conséquences
mbo22
- 13/06/2011 - 19:39
@ martel en tête: pour cette fois nous sommes d'accord
La Turquie n'a pas vocation à intégrer l'Europe de part sa position géographique, de part sa culture et surtout de part sa religion majoritaire qui, même si nous ne sommes plus aux guerres de religions, a une forte volonté hégémonique. Ce pays n'offre pas encore une liberté individuelle telle que nous connaissons en Europe. Il doit rester un lien entre Occident et Orient, entre chrétienté et islam
martel en tête
- 13/06/2011 - 16:45
Respectons les besoins des Turcs : non à l'adhésion à l'Europe
Puisqu'il représente si bien la société, l'AKP, pas islamiste mais qui inclut "une large référence aux valeurs religieuses" et est très éloigné d'un "laïcisme agressif" (très fort ça!), nous révèle que cette société est profondément attachée à l'islam, ses valeurs et sa conception de l'individu, de la famille et de la société. La Turquie n'a donc pas vocation à intégrer l'Europe christiano-laïque