En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

03.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

06.

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

07.

Covid-19 Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 1 heure 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 2 heures 36 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 4 heures 48 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 4 heures 58 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 5 heures 16 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 5 heures 50 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 6 heures 31 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 6 heures 55 min
light > Santé
Santé
Covid-19 Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris
il y a 7 heures 31 min
décryptage > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

il y a 7 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 2 heures 9 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 4 heures 31 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 4 heures 54 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 5 heures 5 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 5 heures 39 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 6 heures 24 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 6 heures 33 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 7 heures 2 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

il y a 7 heures 32 min
pépites > Media
Unis
Appel d'une centaine de médias, pour la liberté d'expression
il y a 8 heures 51 sec
Roland Garros

Tennis féminin : l'image des joueuses prime sur leur jeu

Publié le 28 mai 2011
Le tournoi de Roland Garros l'occasion idéale d'aborder les rapports entre le tennis masculin et le tennis féminin, sa dialectique et ses imaginaires... Et force est de constater que le jeu des joueuse s'apprécie aussi en fonction de leur image.
Emilie Coutant
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emilie Coutant est sociologue, consultante en mode, médias, tendances, risques et addictions.Docteur de l’Université Paris V, elle a soutenu une thèse intitulée “Le mâle du siècle : mutation et renaissance des masculinités. Archétypes, stéréotypes, et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le tournoi de Roland Garros l'occasion idéale d'aborder les rapports entre le tennis masculin et le tennis féminin, sa dialectique et ses imaginaires... Et force est de constater que le jeu des joueuse s'apprécie aussi en fonction de leur image.

Le célèbre tournoi de Roland Garros a démarré. Aux aficionados de la raquette et de la terre battue, la simple évocation de cette grande messe annuelle du tennis français produit la même émotion qu’aux passionnés de cyclisme à la veille du Tour de France. Pour les non-aficionados ou les moins passionnés aussi... Bien que faisant partie de la deuxième catégorie, je dois reconnaître que ce rendez-vous hautement médiatique nous fournit une bien belle matière de réflexion s’agissant du jeu des genres, de la construction des identités sexuées, et de l’esthétique symbolique des corps en mouvements dans ce sport à forte charge onirique et érotique.       

Discipline très bourgeoise, presque noble, le tennis fait partie de ces sports où l’on doit faire preuve à la fois d’agilité, de souplesse et d’aisance dans le mouvement, que de performance, de robustesse et de technicité. Il fait partie de ces domaines où l’art de la mise en scène importe autant que la force. A la fois lieu d’affrontement et d’échange, le tennis apparaît animé en profondeur par une dialectique de la douceur et de la force, subtil mélange de mouvements gracieux et aériens et de gestes techniques, précis et puissants. Le tennis semble se caractériser par cette dimension double,  quasi androgyne, à travers laquelle le sublime de la symbolique ascensionnelle (dans le service par exemple) se conjugue pleinement avec la vigueur quasi bestiale (des rebonds et des revers). Dans cette perspective, l’imaginaire du tennis semble dynamisé par le schème de la duplicité, cette dialectique des genres, cette image de la complémentarité et son pendant unisexe. Sport catégorisé pourtant comme masculin car davantage pratiqué et suivi par les hommes, et nécessitant un effort physique important, le tennis s’est ouvert aux femmes de façon très progressive depuis plus d’un siècle. Dès ses débuts, le tennis féminin et ses championnes, à l’instar de l’historique Suzanne Lenglen, hissée aux rangs de héros national dans les années 1920, ont participé à libérer les femmes du contrôle des corps tout en contribuant à imposer un idéal féminin athlétique quelque peu androgyne.

Le diktat de la jupette

Si à cette époque, hommes et femmes jouaient respectivement en pantalon/chemise et robe longue, ils ont peu à peu délaissé ces tenues strictes et son lot d’accessoires contraignants (tels que les portes jarretelles !) pour adopter des shorts, pour les premiers, et des robes de plus en plus courtes pour les secondes. En privilégiant le confort et le mouvement, tout en conservant élégance et coquetterie, le tennis (notamment féminin) s’est développé en faisant siennes ces considérations esthétiques et corporelles. Si l’on peut souligner l’aspect positif de la libération physique du corps en mouvement par l’adoption de nouveaux textiles et le dénudement de certaines parties du corps, on regrettera que ce dévoilement progressif se soit accompagné d’une forte coercition de l’apparence du corps. Souvent comparées à leurs homologues masculins en ce qui concerne leurs performances, les joueuses de tennis font néanmoins partie de ces sportives qui, comme dans toutes les disciplines fortement médiatisées, ne sont pas prises pour ce qu’elles sont, des pratiquantes d’un sport, mais sont majoritairement décrites sous un angle d’objectivation sexuelle où l’on met en évidence leurs caractéristiques physiques ou vestimentaires. Parmi elles, il suffit d’évoquer les exemples d’Anna Kournikova, de Maria Sherapova ou d’Ana Ivanovic qui, en dépit d’un palmarès mince, sont très médiatisées. Qu’il s’agisse des commentaires ou des photographies qui illustrent le tournoi, la femme est rapportée voire soumise à ce qui se voit d’elle, aux normes de beauté plastique, dans une sorte d’érotisation esthétique permanente de son enveloppe corporelle. Aussi élégant et coquet soit-il, le tennis féminin se résume souvent dans les médias à quelques jupettes bien soulevées, à quelques cris incongrus bien mesurés, voire à quelque « Top 10 des joueuses de tennis les plus sexy » (sic !). La joueuse se doit d’être féminine, attrayante et.... hétérosexuelle : malheur à celles qui ne portent pas la jupette et aux lesbiennes décidément trop masculines !

Ces dimensions esthétiques, frivoles et érotiques entourant les joueuses, qui paraissent tout à fait réductrices voire machistes, illustrent pourtant fort bien la duplicité qui caractérise l’imaginaire du tennis en ce moment de transformation sociétale que nous connaissons : si l’objectif premier et rationnel du tennis est bien de parvenir à la performance au moyen d’un geste technique précis, la mise en spectacle de ces gestes, de ces efforts, de ces tournois s’accompagnent nécessairement de grâce, d’esthétique, de beauté et de mise en valeur des virtuoses du corps. A coté d’une Vénus Williams, très féminine et décrite comme « bling bling », on a aussi une Serena très musclée et virile ; toutes deux repoussent les limites du genre et semblent réinventer une corporéité androgyne qui participe de cette Erotique du tennis dont parle Franck Evrard (Ed. Hermann, 2011), à la fois étrange et fascinante,profondément archaïque et désormais hybride.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
LAgrandetraversée
- 28/05/2011 - 18:04
dont acte
dont acte
LeditGaga
- 28/05/2011 - 17:30
@grandetraversée
"Quels que soient l'âge et le sexe" serait plus précis et, partant, plus compréhensible ! Je donne des cours d'alphabétisation dans ma commune et, si vous n'êtes pas trop loin, vous y serez accueillie chaleureusement ! Ah bien sûr, les cours sont gratuits !
LAgrandetraversée
- 28/05/2011 - 16:37
à deux sous
quelque soit l'âge et le sexe