En direct
Best of
Best Of
En direct
© Reuters
Entreprises en berne
Après Bouygues Telecom, le déluge ? Quand La France paie cash l’absence d’un tissu de PME pour amortir les déboires de ses champions nationaux
Publié le 13 mai 2014
La récente annonce d'un plan social conséquent chez Bouygues illustre les difficultés de plus en plus récurrentes des champions de l'économie française dans la mondialisation. Un fait qui doit beaucoup à l'insouciance de dirigeants qui ne s'étaient déjà pas inquiétés des difficultés des petites et moyennes entreprises. Aujourd'hui, ce sont les grandes qui trinquent et les deux phénomènes ne sont pas dissociés...
Alain Fabre est Conseil indépendant en Fusions & Acquisitions. Il est aussi expert économique auprès de la Fondation Robert Schuman, de l'Institut de l'Entreprise et du mouvement ETHIC. Il a récemment publié Allemagne : miracle de l'emploi ou désastre...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Fabre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Fabre est Conseil indépendant en Fusions & Acquisitions. Il est aussi expert économique auprès de la Fondation Robert Schuman, de l'Institut de l'Entreprise et du mouvement ETHIC. Il a récemment publié Allemagne : miracle de l'emploi ou désastre...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La récente annonce d'un plan social conséquent chez Bouygues illustre les difficultés de plus en plus récurrentes des champions de l'économie française dans la mondialisation. Un fait qui doit beaucoup à l'insouciance de dirigeants qui ne s'étaient déjà pas inquiétés des difficultés des petites et moyennes entreprises. Aujourd'hui, ce sont les grandes qui trinquent et les deux phénomènes ne sont pas dissociés...

Atlantico : PSA, Alstom... et maintenant Bouygues Telecom. Plusieurs grands noms de l'économie française semblent aujourd'hui en difficulté. Jusqu'à quel point nos "champions nationaux" forgés pour la plupart à la fin des années 60/70 se trouvent-ils dans une situation délicate aujourd'hui ?

Alain Fabre : Depuis les années 1960, la France a fait se succéder deux politiques "industrielles" de sens contraire. Dans un premier temps, notamment sous De Gaulle puis sous Pompidou, nous avons construit une politique industrielle de type colbertiste ordonnée autour de secteurs industriels et d’entreprises choisis par l’Etat dans une logique d’indépendance nationale. Le moteur de cette action était la commande publique. Cette logique a été reprise par la gauche de 1982 avec ses filières. Puis la gauche française à partir de la fin des années a abandonné le monde de la production – recentrage théorisé par Terra Nova – pour se complaire dans les illusions de la société post-industrielle. La droite française qui a été à l’origine des privatisations poursuivies par la gauche jospinienne a également succombé aux sirènes de la société post-industrielle. De nombreux patrons ont repris les théories des entreprises sans usines. D’autres groupes comme Bouygues ont une tradition de relation forte avec l’Etat et le marché des télécoms s’est organisé dans une logique d’oligopoles. La mondialisation qui se traduit par une accélération de son centre de gravité de l’Europe vers les marchés émergents met en évidence le sous dimensionnement de nos entreprises, leurs faiblesses industrielles et financières. Leur très haut niveau technologique est un facteur important de motivation des grands groupes internationaux pour en prendre le contrôle. Nous sommes clairement dans une phase d’accélération de la désindustrialisation de l’économie française. Le poids de l’industrie française dans notre économie est au niveau de la Grèce et inférieur à celui de l’Espagne.

Ces grandes entreprises ont été voulues comme le "fer de lance" de l'économie française dans la mondialisation. A-t-on trop négligé dans le même temps d'appuyer ces grosses structures par un réseau d'entreprises plus modestes mais aussi plus dynamiques ?

Vous avez raison d’évoquer ce problème. Les années 1960, où nous avons théorisé les grands champions nationaux, étaient celle des managers et des grands groupes. En France, notamment les PME étaient considérées sous l’angle de la sous-traitance et on les considérait comme un héritage des temps révolus et du capitalisme de papa. La mondialisation a ouvert une séquence qu’on peut qualifier de ricardienne – celles des avantages comparatifs dans l’échange international – et de schumpetérienne – celle de la destruction créatrice de l’innovation entrepreneuriale. Un pays comme l’Allemagne mais pensons aussi à l’Italie, à l’Espagne réussit moins par ses grands groupes que par ses PME. Ces entreprises se positionnent sur des niches sur lesquelles elles sont imbattables et déploient leurs produits à l’échelle mondiale ce qui met en jeu de façon très puissante la dynamique des économies d’échelle. Bref en ce début de XXIe siècle, les champions cachés sont plus performants que les champions nationaux qui relevaient en réalité d’une économie peu ouverte voire autarcique.

Quel est aujourd'hui le coût de ce choix stratégique des "grands champions" pour notre industrie ?

Le résultat est dramatique. L’économie française est en voie d’effondrement sous le poids de prélèvements qui accaparent 18% de la valeur ajoutée contre 12% en Allemagne ou 14% en Italie. Les entreprises françaises disparaissent au rythme de 64000 par an. Elles ne peuvent ni investir ni innover avec des taux de marge de 28% contre 40% en Allemagne et en Italie. Le chômage explose malgré toutes les mesures destinées à la masquer que ce soit des subventions oud es embauches dans la fonction publique. Aujourd’hui le problème est que l’offre productive n’est pas capable de répondre à la demande.

Ce lent et progressif déclin de notre industrie est-il amené à se poursuivre sur les dernières années ? Dans quelles proportions ?

En la matière rien n’est irréversible comme le montre l’Espagne qui avait succombé aux sirènes des bulles financières et immobilières. L’effort doit porter sur la baisse du coût du travail qui est régi par l’Etat en France. Il faut rompre avec les 35 heures et le SMIC en donnant aux partenaires sociaux la liberté de le fixer de façon conventionnelle. Il faut sortir des délices et du soupçon de l’économie administrée pour faire de la confiance aux entreprises ce qui englobe leurs salariés, le levier de la croissance par le travail productif. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Charlotte Casiraghi & Dimitri se marient (enfin) Charlotte Gainsbourg (enfin) heureuse; Justin Bieber & Hailey Baldwin n'ont pas consommé leur mariage; David Hallyday & Laura Smet ne se quittent plus, les princes William & Harry ne se kiffent plus
02.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
03.
Au tableau : Christophe Castaner mal à l’aise après une question d’un élève
04.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
05.
Auto-positionnement politique des Français : le sondage qui montre l’ampleur de la crise existentielle vécue par la droite
06.
Eglises profanées en France : mais pourquoi le pape se tait-il ?
07.
La classification des comportements qui vous permettra de mieux comprendre votre entourage
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
03.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
04.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
05.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
06.
Bercy découvre que les entreprises françaises sont menacées par « des casseurs » venus de la finance anglo-saxonne
01.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
02.
Auto-positionnement politique des Français : le sondage qui montre l’ampleur de la crise existentielle vécue par la droite
03.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
04.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
05.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
06.
Pour Marlène Schiappa, il y a "une convergence idéologique" entre "la Manif pour tous et les terroristes islamistes"
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Tan
- 13/05/2014 - 09:30
Délocalisation des PME
Un article très intéressant sur la délocalisation des PME dans le Trégor.
http://www.letelegramme.fr/economie/delocalisation-ils-ont-choisi-l-angleterre-13-05-2014-10163788.php
Qui explique beaucoup de chose.
Verges
- 13/05/2014 - 08:51
Le chantage
Le chantage de Bouygues est scandaleux, comme souvent la politique du Medef. Nous avons ces grands patrons qui menacent en permanence pour obtenir toujours plus d'argent public, mais surtout pour compenser leur manque d'intelligence et de valeur humaine. Avec tous les marchés publics que Bouygues a gagné avec le copain Sarkozy, il devrait mettre un point d'honneur a reclassé dans son énorme groupe ses salariés. Mais c'est désormais la règle et la mentalité des dirigeants actuels, c'est à dire sans foi ni loi. Cette race d'homme sans aucune valeur humaine a toujours existé, mais il y en a de plus en plus. Il y a quelques années, quand la Société Générale pratiquait allègrement le plan social, il y avait Michel Pébereau de la BNP, qui lui pratiquait le reclassement humain, sans jamais de plan social. Et à comparer les 2 banques aujourd'hui, c'est la plus inhumaine qui est à la traine et avec des casseroles. Comme quoi, la sale mentalité, c'est souvent une question d'homme. Et avec une presse qui appartient à ce patronna, ils ont de belles années de médiocrité et de chantage devant eux.
antoine s
- 13/05/2014 - 08:46
Bon baisser les charges d'accord
...donc vous supprimez la secu ou vous supprimez les retraites? C'est tellement facile de creuser les deficits en supprimant les charges et les impots... Yaka focon, comment vous annoncez ca aux millions de retraites?