En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
Série marqueurs sociaux
Ces vêtements et ces marques qui trahissent votre origine sociale
Publié le 15 mai 2014
L’habit fait-il le moine ? A l’heure où "le pauvre" s’habille comme "le riche","le riche" comme "le pauvre", peut-on, encore, savoir à qui "on a affaire" sous le vêtement ou la marque ? Deuxième épisode de notre série sur les marqueurs sociaux.
Fréderic Godart est professeur à l'Insead où il enseigne la théorie des réseaux sociaux et la psychosociologie des organisations. Ses recherches se concentrent sur la mode et le luxe. Il est l’auteur de Sociologie de la mode (La Découverte 2010) et de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Godart
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fréderic Godart est professeur à l'Insead où il enseigne la théorie des réseaux sociaux et la psychosociologie des organisations. Ses recherches se concentrent sur la mode et le luxe. Il est l’auteur de Sociologie de la mode (La Découverte 2010) et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’habit fait-il le moine ? A l’heure où "le pauvre" s’habille comme "le riche","le riche" comme "le pauvre", peut-on, encore, savoir à qui "on a affaire" sous le vêtement ou la marque ? Deuxième épisode de notre série sur les marqueurs sociaux.

Atlantico : Peut-on, encore aujourd’hui, au premier regard, identifier l’origine sociale d’une personne à son habillement ?

Frédéric Godart : Aujourd'hui encore, le vêtement permet d'identifier l'origine sociale d'un individu même si les différences vestimentaires entre classes ou groupes sociaux sont moins frappantes que par le passé du fait de la massification de la mode et de la diffusion rapide des tendances. Ainsi, alors que la mode rapide et un éclectisme esthétique de plus en plus généralisé conduisent à des frontières sociales poreuses d'un point de vue stylistique (tout le monde porte des jeans associés à divers styles vestimentaires, de la veste de costume à celle de survêtement), les écarts de revenus génèrent toujours des différences visibles, par exemple dans le niveau de prix ou la qualité des vêtements portés (certains portent des jeans H&M, d'autres des jeans Diesel). Au-delà du vêtement cependant, l'identification sociale des individus est plus aisée à travers les comportements ou le langage qui sont issus de processus de socialisation plus durables. Le vêtement en Occident n'est plus le marqueur social principal qu'il a été ou est dans les sociétés traditionnelles ou au début de l'ère industrielle.

>>A lire également  :
Ces prénoms qui révèlent votre origine sociale
Ces choix de consommation courante qui signent votre appartenance à une classe sociale 

Les codes vestimentaires ont beaucoup changé… on se demande, même, s’ils ne se sont pas inversés, « le pauvre » s’habillant comme « le riche », "le riche" comme "le pauvre"…

Les codes vestimentaires sont devenus plus ambigus, si bien que certains ont pu dire qu'ils sont aujourd'hui plus que jamais « sous-codés »: la signification d'un vêtement dépend de plus en plus de son contexte. La célèbre collection Clochard de Galliano pour Dior en 2000 est un exemple parfait de la récupération d'un style issu de la misère sociale par le sommet de la pyramide de la mode... Le cliché du « bobo » (un riche ayant l'air d'un pauvre, pour faire court) cristallise (en France) une certaine angoisse collective liée à cette ambiguïté de plus en plus présente des frontières sociales.

Si on comprend que « le pauvre » veuille s’habiller comme « le riche », on comprend moins pourquoi "le riche" veut s’habiller comme "le pauvre"…

Il s'agit d'une dynamique de distinction. Les classes ou groupes sociaux les plus aisés doivent se distinguer des autres (surtout des classes moyennes) en adoptant des styles novateurs et inattendus. Un style négligé ou populaire est un moyen souvent utilisé (pas uniquement aujourd'hui) pour atteindre cet objectif. Dans un registre voisin, la vogue actuelle du normcore chez les hipsters est une illustration du mécanisme de distinction poussé à l'extrême: pour être différent, soyons le plus normal possible. Notons que, dans ce cas, la normalité est recherchée et que le normcore n'est normal qu'en surface: accessoires et associations iconoclastes permettent aux hipsters de se reconnaître entre eux.

Y a-t-il toujours eu cette tendance à copier, à s’habiller comme l’autre ?

L'imitation est, avec la distinction, l'un de deux mécanismes fondamentaux de la mode. L'imitation permet aux individus de se sentir intégrés et remplit une fonction importante de validation sociale.

Existe-t-il encore un code vestimentaire qui désigne les classes populaires/moyennes/supérieures ?

Dans une certaine mesure oui, mais ces différences vestimentaires doivent être comprises dans un ensemble qui inclut les comportements, le langage, les valeurs... le vêtement n'est plus suffisant en lui-même, il est devenu très ambigu, même s'il est toujours sociologiquement lisible, ne serait-ce que parce qu'il traduit des différences de revenu et de capital. Les différences sont les plus visibles dans les situations formelles : les classes supérieures maîtriseront mieux les codes complexes des contextes professionnels (quel type d'accessoire avec quel type de costume). Dans les cadres informels, ce sont les marques et les logos qui feront souvent la différence. Si toutes les classes mélangent plusieurs niveaux de produits, certaines marques (Chanel, Hermès, Omega...) ne sont réellement accessibles qu'aux plus riches. Par ailleurs notons que pour qualifier l'appartenance à une classe sociale à travers le vêtement, il faut aussi prendre en compte les différences géographiques, politiques, religieuses...

 

Est-ce que le code vestimentaire ne se réduit pas, aujourd’hui, à la marque ?

Les marques sont un élément essentiel du vêtement aujourd'hui car elles valident les différences statutaires à style égal. En d'autres termes, Forever 21 ou Zara peuvent s'inspirer des styles de Chanel ou Dior, il n'en reste pas moins qu'un regard avisé fera la différence (par exemple une qualité supérieure des matériaux et des finitions indiquera une marque plus prestigieuse).

Les marques ont-elles toujours eu l’importance qu’elles ont aujourd’hui ? Et, si non, depuis quand et pourquoi les marques ont-elles une telle importance ?

Non, l'importance des marques est relativement récente, on peut tracer leur émergence dans les années 1960qui voient aussi l'arrivée de la production et consommation de masse et de la publicité moderne. Cependant, dans la mode, la griffe a une importance qui remonte au 19ème siècle (on peut parler de proto-marque comme par exemple avec Charles Frederick Worth, l'Anglais qui a fondé la haute couture parisienne au milieu du 19ème siècle).

Y a-t-il des marques typiques, qui disent l’appartenance aux classes populaires/moyennes/supérieures ?

Plus que des marqueurs de classe sociale, les marques dénotent des groupes sociaux ou des sous-cultures. Par exemple, Polo Ralph Lauren sera prisé des jeunes preppy de la côte Est américaine, qu'ils soient réellement riches ou non. En France, une marque comme Vicomte A. s'est récemment positionnée sur un créneau similaire. On peut aussi mentionner le cas de Lacoste.

Est-ce que la nouvelle distinction entre les riches et les pauvres ne tient pas, justement, dans l’affichage, ou pas, de la marque ? Est-ce que ce n’est pas à l’absence de marque que l’on reconnaît le vrai riche?

Il ne faut pas confondre le logo et la marque. Il n'y a plus que très peu de production vestimentaire en dehors des grandes marques, même si elle existe. Disons que mettre les logos en avant peut être considéré comme une faute de goût dans certains cas et dans certains milieux, et donc les marques les plus humbles (si l'on peut dire) seront privilégiées. Mais l'absence de logo visible ne signifie pas que les vêtements ne seront pas identifiés... être capable d'identifier des vêtements sans logo est même une compétence sociale particulièrement utile.

 

 

Propos recueillis par Barbara Lambert

 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
02.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
03.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
04.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
05.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
06.
Semaine de canicule : ces erreurs qui vous feront encore plus ressentir la chaleur alors que vous cherchiez l’inverse
07.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
02.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
03.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
04.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
05.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
06.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ravidelacreche
- 13/05/2014 - 10:09
sous le vêtement ou la marque ?
Pour les slips "bandalaise" quelqu'un a t il une analyse ?