En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex

04.

Macron en appelle à l’ONU. Et contre qui ? Contre Darmanin et Castex !

05.

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

06.

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

07.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Les casseurs de sortie
Loi "sécurité globale" : 50.000 manifestants en France, des violences à Paris
il y a 6 heures 54 min
pépite vidéo > France
Vestiges
Sahara : des déchets français radioactifs enfouis sous le sable ?
il y a 14 heures 18 sec
pépites > Société
Contrôles au faciès
Après des propos d'Emmanuel Macron, des syndicats de police appellent à l'arrêt des contrôles d'identité
il y a 14 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Art Nouveau" : un architecte visionnaire à Budapest juste avant les heures sombres de la guerre de 1914. Un roman dense, bien écrit mais un peu décevant

il y a 14 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le métier de mourir", Prix Renaudot des Lycéens 2020 : le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 14 heures 55 min
pépites > International
Désengagement
Somalie : la "majorité" des troupes américaines vont se retirer, annonce le Pentagone
il y a 15 heures 27 min
pépites > Société
Droit à l'enfant
L'Assemblée nationale assouplit les conditions d'adoption
il y a 16 heures 30 min
décryptage > Media
L’innocence plus forte que la sagesse ?

Le magazine Time choisit son "enfant de l’année" mais réalise-t-il vraiment ce qu’il fait ?

il y a 17 heures 46 min
décryptage > Politique
Rien de nouveau

Emmanuel Macron chez Brut : le message, c’est le médium

il y a 18 heures 8 min
décryptage > High-tech
Deux poids, deux mesures

Des documents internes montrent que Facebook souhaite modérer les discours de haine contre les Noirs de manière plus agressive que les commentaires anti-blancs : gestion fine d'une réalité complexe ou délire d'apprentis-sorciers woke ?

il y a 18 heures 24 min
pépites > Justice
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : le suspect extradé de Norvège mis en examen et écroué
il y a 12 heures 57 min
pépite vidéo > International
My heart will go on
Une entreprise américaine veut proposer des visites touristiques sous-marines du "Titanic"
il y a 14 heures 11 min
pépites > Politique
Elections
Régionales : la candidature de Jean-Michel Blanquer en Ile-de-France se précise
il y a 14 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Retour à Martha’s Vineyard" : Trois vieux amis tentent de retrouver la magie du passé. Un beau récit romanesque et nostalgique

il y a 14 heures 52 min
light > Media
Sujet sensible
Royaume-Uni : Netflix accusé de "troller la famille royale" en promouvant un documentaire "mensonger" sur le mariage de Diana et Charles
il y a 15 heures 7 min
pépites > Europe
No deal
Brexit : "les conditions d'un accord ne sont pas réunies", notent les négociateurs
il y a 15 heures 49 min
décryptage > Science
La vérité est ailleurs

40 ans après son départ vers les profondeurs de l'espace, Voyager continue de découvrir des phénomènes inconnus

il y a 17 heures 35 min
décryptage > Santé
Pénurie

L'étrange fiasco de la stratégie gouvernementale sur la grippe

il y a 17 heures 59 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Consommation, Black Friday : adieu le bio, local ou circuit court, 3 Français sur 4 vont regarder d’abord le prix

il y a 18 heures 18 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Rihanna a un nouveau lover rappeur cogneur; Pas con(finé)s : Patrick Bruel & Ary Abittan sont allés à un dîner clandestin, George Clooney a un coiffeur du même genre dans sa vie; Elie Semoun est sûr qu’il n’y a rien entre François Hollande et son ex
il y a 18 heures 31 min
© Reuters
© Reuters
Série marqueurs sociaux

Ces vêtements et ces marques qui trahissent votre origine sociale

Publié le 15 mai 2014
L’habit fait-il le moine ? A l’heure où "le pauvre" s’habille comme "le riche","le riche" comme "le pauvre", peut-on, encore, savoir à qui "on a affaire" sous le vêtement ou la marque ? Deuxième épisode de notre série sur les marqueurs sociaux.
Frédéric Godart
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fréderic Godart est professeur à l'Insead où il enseigne la théorie des réseaux sociaux et la psychosociologie des organisations. Ses recherches se concentrent sur la mode et le luxe. Il est l’auteur de Sociologie de la mode (La Découverte 2010) et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’habit fait-il le moine ? A l’heure où "le pauvre" s’habille comme "le riche","le riche" comme "le pauvre", peut-on, encore, savoir à qui "on a affaire" sous le vêtement ou la marque ? Deuxième épisode de notre série sur les marqueurs sociaux.

Atlantico : Peut-on, encore aujourd’hui, au premier regard, identifier l’origine sociale d’une personne à son habillement ?

Frédéric Godart : Aujourd'hui encore, le vêtement permet d'identifier l'origine sociale d'un individu même si les différences vestimentaires entre classes ou groupes sociaux sont moins frappantes que par le passé du fait de la massification de la mode et de la diffusion rapide des tendances. Ainsi, alors que la mode rapide et un éclectisme esthétique de plus en plus généralisé conduisent à des frontières sociales poreuses d'un point de vue stylistique (tout le monde porte des jeans associés à divers styles vestimentaires, de la veste de costume à celle de survêtement), les écarts de revenus génèrent toujours des différences visibles, par exemple dans le niveau de prix ou la qualité des vêtements portés (certains portent des jeans H&M, d'autres des jeans Diesel). Au-delà du vêtement cependant, l'identification sociale des individus est plus aisée à travers les comportements ou le langage qui sont issus de processus de socialisation plus durables. Le vêtement en Occident n'est plus le marqueur social principal qu'il a été ou est dans les sociétés traditionnelles ou au début de l'ère industrielle.

>>A lire également  :
Ces prénoms qui révèlent votre origine sociale
Ces choix de consommation courante qui signent votre appartenance à une classe sociale 

Les codes vestimentaires ont beaucoup changé… on se demande, même, s’ils ne se sont pas inversés, « le pauvre » s’habillant comme « le riche », "le riche" comme "le pauvre"…

Les codes vestimentaires sont devenus plus ambigus, si bien que certains ont pu dire qu'ils sont aujourd'hui plus que jamais « sous-codés »: la signification d'un vêtement dépend de plus en plus de son contexte. La célèbre collection Clochard de Galliano pour Dior en 2000 est un exemple parfait de la récupération d'un style issu de la misère sociale par le sommet de la pyramide de la mode... Le cliché du « bobo » (un riche ayant l'air d'un pauvre, pour faire court) cristallise (en France) une certaine angoisse collective liée à cette ambiguïté de plus en plus présente des frontières sociales.

Si on comprend que « le pauvre » veuille s’habiller comme « le riche », on comprend moins pourquoi "le riche" veut s’habiller comme "le pauvre"…

Il s'agit d'une dynamique de distinction. Les classes ou groupes sociaux les plus aisés doivent se distinguer des autres (surtout des classes moyennes) en adoptant des styles novateurs et inattendus. Un style négligé ou populaire est un moyen souvent utilisé (pas uniquement aujourd'hui) pour atteindre cet objectif. Dans un registre voisin, la vogue actuelle du normcore chez les hipsters est une illustration du mécanisme de distinction poussé à l'extrême: pour être différent, soyons le plus normal possible. Notons que, dans ce cas, la normalité est recherchée et que le normcore n'est normal qu'en surface: accessoires et associations iconoclastes permettent aux hipsters de se reconnaître entre eux.

Y a-t-il toujours eu cette tendance à copier, à s’habiller comme l’autre ?

L'imitation est, avec la distinction, l'un de deux mécanismes fondamentaux de la mode. L'imitation permet aux individus de se sentir intégrés et remplit une fonction importante de validation sociale.

Existe-t-il encore un code vestimentaire qui désigne les classes populaires/moyennes/supérieures ?

Dans une certaine mesure oui, mais ces différences vestimentaires doivent être comprises dans un ensemble qui inclut les comportements, le langage, les valeurs... le vêtement n'est plus suffisant en lui-même, il est devenu très ambigu, même s'il est toujours sociologiquement lisible, ne serait-ce que parce qu'il traduit des différences de revenu et de capital. Les différences sont les plus visibles dans les situations formelles : les classes supérieures maîtriseront mieux les codes complexes des contextes professionnels (quel type d'accessoire avec quel type de costume). Dans les cadres informels, ce sont les marques et les logos qui feront souvent la différence. Si toutes les classes mélangent plusieurs niveaux de produits, certaines marques (Chanel, Hermès, Omega...) ne sont réellement accessibles qu'aux plus riches. Par ailleurs notons que pour qualifier l'appartenance à une classe sociale à travers le vêtement, il faut aussi prendre en compte les différences géographiques, politiques, religieuses...

 

Est-ce que le code vestimentaire ne se réduit pas, aujourd’hui, à la marque ?

Les marques sont un élément essentiel du vêtement aujourd'hui car elles valident les différences statutaires à style égal. En d'autres termes, Forever 21 ou Zara peuvent s'inspirer des styles de Chanel ou Dior, il n'en reste pas moins qu'un regard avisé fera la différence (par exemple une qualité supérieure des matériaux et des finitions indiquera une marque plus prestigieuse).

Les marques ont-elles toujours eu l’importance qu’elles ont aujourd’hui ? Et, si non, depuis quand et pourquoi les marques ont-elles une telle importance ?

Non, l'importance des marques est relativement récente, on peut tracer leur émergence dans les années 1960qui voient aussi l'arrivée de la production et consommation de masse et de la publicité moderne. Cependant, dans la mode, la griffe a une importance qui remonte au 19ème siècle (on peut parler de proto-marque comme par exemple avec Charles Frederick Worth, l'Anglais qui a fondé la haute couture parisienne au milieu du 19ème siècle).

Y a-t-il des marques typiques, qui disent l’appartenance aux classes populaires/moyennes/supérieures ?

Plus que des marqueurs de classe sociale, les marques dénotent des groupes sociaux ou des sous-cultures. Par exemple, Polo Ralph Lauren sera prisé des jeunes preppy de la côte Est américaine, qu'ils soient réellement riches ou non. En France, une marque comme Vicomte A. s'est récemment positionnée sur un créneau similaire. On peut aussi mentionner le cas de Lacoste.

Est-ce que la nouvelle distinction entre les riches et les pauvres ne tient pas, justement, dans l’affichage, ou pas, de la marque ? Est-ce que ce n’est pas à l’absence de marque que l’on reconnaît le vrai riche?

Il ne faut pas confondre le logo et la marque. Il n'y a plus que très peu de production vestimentaire en dehors des grandes marques, même si elle existe. Disons que mettre les logos en avant peut être considéré comme une faute de goût dans certains cas et dans certains milieux, et donc les marques les plus humbles (si l'on peut dire) seront privilégiées. Mais l'absence de logo visible ne signifie pas que les vêtements ne seront pas identifiés... être capable d'identifier des vêtements sans logo est même une compétence sociale particulièrement utile.

 

 

Propos recueillis par Barbara Lambert

 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ravidelacreche
- 13/05/2014 - 10:09
sous le vêtement ou la marque ?
Pour les slips "bandalaise" quelqu'un a t il une analyse ?