En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Pierre Gattaz (Medef).
Proposition immodérée

Choc de modération salariale : Pierre Gattaz a-t-il raison de réclamer des efforts des salariés ?

Publié le 12 mai 2014
Attaqué sur sa rémunération variable en hausse de 29%, alors qu'il prône la modération salariale pour une durée de deux à trois ans dans le but de restaurer la compétitivité française Pierre Gattaz s'est exprimé ce dimanche 11 mai dans le JDD. Le patron du Medef n'en démord pas, selon lui "les hausses de salaire ne doivent pas s’éloigner de 1%".
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Attaqué sur sa rémunération variable en hausse de 29%, alors qu'il prône la modération salariale pour une durée de deux à trois ans dans le but de restaurer la compétitivité française Pierre Gattaz s'est exprimé ce dimanche 11 mai dans le JDD. Le patron du Medef n'en démord pas, selon lui "les hausses de salaire ne doivent pas s’éloigner de 1%".

Il y a bien une logique dans le raisonnement de Pierre Gattaz. Les salaires ont continué de progresser en France, sur un rythme légèrement supérieur à l’inflation depuis l’entrée en crise. (Pour une augmentation réelle de 0,2% en 2011, 0,5% en 2010, et 1,2% en 2009). En 2012, pas d’augmentation en termes réels mais une progression de 2,2% tout de même. Pierre Gattaz peut donc effectivement pointer le fait que les salaires en France ont continué de progresser, malgré la crise. Le parallèle évident est que les marges des entreprises ont baissé. Cette progression des salaires empêche d’embaucher plus, ou d’ajuster le coût de la masse salariale autrement que par le licenciement. Par contre, on ne peut pas oublier que le calcul des salaires se fait pour les personnes… qui ont un emploi, et que le chômage n’est donc pas pris en compte dans le calcul de la progression du salaire moyen. 

Lors de la présentation de ses perspectives pour 2014, et 2015, l’OFCE indiquait que l’économie française était en surcapacité de 190 000 salariés. C’est-à-dire que le faible niveau de production actuel en France "justifierait" de licencier autant de personnes sans que cela ne vienne impacter les capacités des entreprises. Cette situation est corroborée par les statistiques de production présentées par l’INSEE qui indiquent que la France est actuellement à 80% de ses capacités, alors qu’en temps normal, ce taux est plus proche de 86%. Cela indique clairement que la masse salariale en France est trop importante par rapport à la demande effective et qu’un ajustement est véritablement nécessaire.

Cela étant, cette logique à la baisse ne vaut que si on accepte le fait que l’Europe est plongée dans une logique d’austérité et ce, de façon irrémédiable. Si cette politique ne peut être renversée et que la demande en Europe reste atone, la demande de Pierre Gattaz se réalisera. Et il sera sans doute moins douloureux de passer par la voie de la modération salariale que par la voie de licenciements supplémentaires pour ajuster les coûts.

Mais on pourrait également considérer que l’immobilisme monétaire européen est coupable, car c’est bien la BCE qui contracte la demande en Europe pour contraindre à un tel ajustement par le bas. La question qui se pose est ici la seule question qui vaille en Europe. Doit-on ajuster l’économie européenne au faible niveau de la demande, en licenciant, en baissant les salaires etc… c’est-à-dire une logique de déflation, ou alors doit-on demander à la BCE de relancer la demande par la voie monétaire pour permettre d'utiliser l'ensemble des capacités de production. La réponse devrait être évidente car une logique de déflation est une promesse de crise quasi perpétuelle. En effet, sans augmentations des salaires, pas de croissance de la consommation, ce qui provoquera un nouveau besoin d’ajustement. Une course infinie vers le bas.

La seule raison de ne pas accabler Pierre Gattaz sur cette question est qu’il est clair qu’un ajustement doit avoir lieu, dans un sens ou dans l’autre. Et que pour le moment l’exécutif français n’a pas bougé le petit doigt pour stopper la logique d'austérité monétaire en Europe. Des promesses seulement. Et les entreprises ont besoin d’agir.

Cet article a initialement été publié le 30 avril

Pour lire le Hors-Série Atlantico, c'est ici : "France, encéphalogramme plat : Chronique d'une débâcle économique et politique"

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

06.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

05.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

06.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
mx
- 13/05/2014 - 01:04
Quand un pays
Est inondé d'aides sociale qui ne permettent plus a quelqu'un qui travail de vivre normalement, il faut être culotté de demander des efforts aux salariés, il faut toujours se demander a qui profite le crime et dans quel poche finissent ses aides, réponse en majorité dans les poches des propriétaires.
Contestataire
- 12/05/2014 - 19:41
CONTESTATION
MR GATTAZ,
Il est impératif que les Médias de tous bords portent à votre connaissance les remarques, commentaires, désaccords et autres que les internautes font sur l'actualité et en l'occurence sur cet article.
Nous vous lisons, vous devez nous lire, me lire ...
Malmené pendant plus de trente cinq années dans le monde du travail (marchands d’intérim, patrons ripoux véreux, contrats offshore, salaires tirés vers le bas, abus de droit de tous genres, incompétences des Directions etc.) jai perdu 45% de mon pouvoir d’achat.
Où est le vrai monde du travail ?
La reconnaissance des compétences, l’esprit d’entreprise, le partage du savoir, le juste partage des richesses, les bonnes réformes du travail … pistes à travailler.
Par contre je conteste ouvertement le racket salarial incessant et les 29% de hausse de votre rémunération que vous devriez verser aux retraités.
Signé : Contestataire
antoine s
- 12/05/2014 - 16:26
La baisse des charges va
augmenter les profits donc augmenter les parts variables des salaires importants. Donc les 50 milliards, c'est de la redistribution vers les parts variables... Merci Hollande