En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

04.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

05.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

06.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
décryptage > Media
WikiLeaks

Julian Assange : l’héritage malgré les défauts

il y a 8 min 47 sec
décryptage > Politique
Laïcité à géométrie variable

Le parti communiste de Montpellier pris en flagrant délit de sexisme orientaliste ?

il y a 59 min 39 sec
décryptage > Politique
Elections municipales

Priorités… ou pas : ce que la bataille sur la propreté et la sécurité à Paris révèle de la nature profonde des candidats

il y a 2 heures 42 min
décryptage > Société
Triste réalité

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

il y a 3 heures 25 min
décryptage > France
Génération Ouin Ouin ?

Fracture sociale française : toutes les fragilités ne se valent pas

il y a 4 heures 57 sec
light > Culture
Généreux donateurs
Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause
il y a 14 heures 46 min
light > Culture
"Lucky 7"
Justin Bieber a détrôné le record d'Elvis Presley sur le marché musical américain avec son septième album numéro un des charts
il y a 18 heures 53 sec
pépites > Santé
Multiplication de cas
Selon l'OMS, le monde doit se préparer à une "éventuelle pandémie"
il y a 19 heures 14 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture fonce sur la foule lors d'un carnaval de la ville de Volkmarsen
il y a 20 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

il y a 21 heures 54 min
décryptage > Europe
Le point de vue de Dov Zerah

L'Europe post-Brexit

il y a 38 min 53 sec
décryptage > Société
Mais quel scandale…

Savez-vous ce qu'est "l'appropriation culturelle"? La poursuite de la colonisation par des moyens sournois et apparemment inoffensifs !

il y a 2 heures 10 min
décryptage > Environnement
Oscillation Arctique

Nous vivons un des hivers les moins froids jamais enregistrés et la cause nous vient droit du... Pôle Nord

il y a 2 heures 56 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Coronavirus : un risque de pandémie provoque une panique boursière, menace l’économie mondiale de blocage et fragilise le régime chinois

il y a 3 heures 46 min
décryptage > Santé
Inquiétudes

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

il y a 4 heures 14 min
light > France
Liberté religieuse
Asia Bibi va être reçue par Emmanuel Macron vendredi 28 février dans le cadre de sa demande d'asile
il y a 15 heures 42 min
light > Justice
Conséquences judiciaires de la vague #MeToo
Harvey Weinstein a été reconnu coupable à New York d'agression sexuelle et de viol
il y a 18 heures 42 min
light > Media
Disparition d'une grande figure des médias
Mort d'Hervé Bourges à l'âge de 86 ans
il y a 19 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Mégère apprivoisée" de William Shakespeare : féministe ou pas, telle est la question !

il y a 21 heures 45 min
pépites > Justice
Renvoi
Grève des avocats : le procès de François Fillon et de son épouse Penelope est renvoyé au mercredi 26 février
il y a 22 heures 11 min
© Reuters
L'espagne est un pays où les eurosceptiques sont ultra-minoritaires.
© Reuters
L'espagne est un pays où les eurosceptiques sont ultra-minoritaires.
Et chez vous, comment ça va ?

Tour d'Europe des campagnes pour les Européennes : direction l'Espagne

Publié le 12 mai 2014
Huitième étape de notre tour d'Europe des campagnes pour les élections européennes : l'Espagne, où droite comme gauche adhèrent pleinement à l'idée européenne. Symbole de modernité, cette dernière rend ultraminoritaires les partis eurosceptiques.
Juan Pedro Quiñonero est journaliste. Il est correspondant en France du journal conservateur espagnol ABC.Auteur d'une vingtaine de livres.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Juan Pedro Quiñonero
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Juan Pedro Quiñonero est journaliste. Il est correspondant en France du journal conservateur espagnol ABC.Auteur d'une vingtaine de livres.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Huitième étape de notre tour d'Europe des campagnes pour les élections européennes : l'Espagne, où droite comme gauche adhèrent pleinement à l'idée européenne. Symbole de modernité, cette dernière rend ultraminoritaires les partis eurosceptiques.

Atlantico : A l'approche des élections européennes, quels sont les principaux thèmes qui occupent les débats en Espagne ? Par quels partis sont-ils portés, et sont-ils focalisés sur l'Europe en elle-même, ou bien les préoccupations d'ordre national prévalent-elles ?

Juan Pedro Quinonero : Les deux grands candidats espagnols, c’est-à-dire le Parti Populaire (PP) et le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) jouent surtout la carte de la défense des intérêts nationaux en Europe. Le PP, qui est au pouvoir, se présente comme celui qui défend le mieux une Espagne forte face à ses voisins ; son but est de rester, en termes de résultats, le premier parti espagnol. Le scrutin européen jouerait simplement la fonction de confirmation de la légitimité du gouvernement. Le PSOE, lui, vante une Europe qui s’opposerait à l’austérité. Il s’efforce par ce biais de sortir de l’ornière, mais sans succès garanti.

Des nuances existent au niveau des régions. En Catalogne, une grande partie de l’électorat se préoccupe de la compatibilité entre la construction européenne et le projet défendu par les indépendantistes catalans. Au Pays Basque, les nationalistes jouent également la carte de la constitution en un pays qui soit davantage représenté au niveau européen.

Mais de façon générale, les grands thèmes européens ne sont pas présents dans la campagne actuelle.

Quelles sont les forces en présence, et à quels résultats s'attend-on ?

Le paysage politique espagnol est fortement marqué par une logique gauche-droite, entre PSOE et PP. Tous deux sont au coude à coude, avec des prévisions autour de 32 % pour chacun, avec un très léger avantage pour le PP.

Au centre, l'Union pour la démocratie et le progrès (UPyD) et le Parti de la citoyenneté ne comptent pas pour grand-chose. A gauche du PSOE, on trouve un "potpourri" comparable au mouvement mélenchoniste en France, qui rassemble des écologistes, des membres de l'extrême gauche, des communistes… Ils jouent la partition de l’Europe des travailleurs contre l’Europe du capital. Mais ça ne vas pas très loin.

A quel niveau de mobilisation des Espagnols s'attend-on ?

Tout le monde craint une abstention massive. Le premier parti espagnol, de fait, devait être l’abstention. D’après un récent sondage, près de 25 % des Espagnols disent qu’ils comptent s’abstenir de voter, et environ 20% ne se prononcent. Sachant qu’en 2009, l’abstention a atteint un taux de 46 %...

Qu'en est-il des partis dits eurosceptiques ? Pourraient-ils, comme cela devrait-être le cas en France, effectuer une percée ?

Les eurosceptiques se trouvent dans une position d’extrême minorité. Vous en trouverez quelques-uns à l’extrême gauche, mais rien de comparable à ce qu’on trouve en France. Les socialistes ne sont pas d’un européisme béat pour autant, néanmoins l’Espagne a reçu beaucoup d’argent de l’Union européenne ces dernières décennies. Les Espagnols sont donc conscients qu’il est extrêmement important pour eux de faire corps avec les autres Européens. Être européen, pour un Espagnol, c’est faire preuve de modernité. Et d’autre part, tout le monde partage l’avis que sans l’UE, l’Espagne se trouverait dans une situation catastrophique.

Au sein des partis, certains membres – à gauche notamment – voient l’austérité d’un bien mauvais œil, mais l’opinion étant en faveur de l’Europe, ils doivent suivre. Les classes populaires, comme les CSP+, sont acquis à l’idée européenne. Être contre l’Europe en Espagne, c’est faire preuve d’un profond archaïsme.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

02.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

03.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

04.

Mort de Kirk Douglas : son fils Michael Douglas sera privé d’héritage… pour la bonne cause

05.

Yassine Belattar trouve que Jean Messiha a "une tête de chameau". Et SOS racisme applaudit !

06.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

07.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 13/05/2014 - 02:03
Abstention
L'Espagne est pour moi, un mystère : la situation économique, et notamment le taux de chômage, y sont catastrophiques, mais la population ne semble pas attendre que la politique leur apporte une solution.
Ils se contentent d'un petit jeu gauche-droite''pèpère'' et traditionnel...
En attendant la Révolution ?
jerem
- 13/05/2014 - 00:24
tu nous etonnnes charles !
"Être contre l’Europe en Espagne, c’est faire preuve d’un profond archaïsme."

c'est sur l'espagne etait depuis 1986 un bénéficiaire net au budget européen , on comprend l'interet a porter a l'europe .. la bonne fille bonne payeuse...

En 2012 bénéfice net au seul budget (en dehors des aides liées a la crise de l'euro) : 4 milliards

entre 2007 et 2012 : cheque européen 19 miliards

entre 2000 et 2012 l'espagne s'est flanqué d'un vbénéfice net a encaisser cumulé de 67 milliards quand sur la meme période la france en a été pour ses finances en net des suventions (dont la pac) de 49 milliards (50 milliards ... moins un)

pierre325
- 12/05/2014 - 10:55
ça va briller l'abstentionisme en tout cas.
A chaque pays globalement le désintérêt de l'Europe est profond. Encore un peux et les populiste vont être ceux qui veulent de l'Europe:).