En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie

04.

Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"

05.

Harry & Laeticia Hallyday ont le blues sous le soleil de LA, Vanessa Paradis l’a pour Johnny D.; Laura Smet enceinte; Stéphane Plaza ne sait pas faire sa toilette seul; Zahia milliardaire (vraiment ?); Olivier Sarkozy & Mary-Kate Olsen : sanglant divorce

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

07.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
light > Culture
Goût de la lecture
Les ventes de livres sont en forte hausse depuis la levée du confinement
il y a 1 heure 14 min
pépites > Santé
"Etude foireuse" ?
Covid-19 : l'OMS décide de suspendre temporairement les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine
il y a 4 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Killign Eve" de Phoebe Waller-Bridge (saison 1), Emerald Fennell (saison 2) et Suzanne Heathcote (saison3) : la série qui tue !

il y a 5 heures 26 min
pépites > Santé
Réforme
Plan Ségur de la santé : Edouard Philippe promet des changements rapides et annonce une hausse des salaires "significative"
il y a 6 heures 3 min
pépites > Justice
Colère des syndicats
Déclarations de Camélia Jordana : Christophe Castaner ne saisira pas la justice
il y a 7 heures 59 min
pépites > Santé
Bilan de la crise
François Hollande reconnaît une "part de responsabilité dans la situation de l’hôpital"
il y a 9 heures 17 min
décryptage > International
Vague épidémique

Le Brésil, nouvel épicentre du Covid-19 ?

il y a 11 heures 23 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie
il y a 11 heures 54 min
décryptage > Politique
Encore des mots, toujours des mots…

Les mots-clés du macronisme post-covid décrivent-ils sa réalité ?

il y a 12 heures 35 min
décryptage > Santé
Pandémie

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

il y a 13 heures 24 min
pépites > France
"Route Nationale 7"
Nicolas Dupont-Aignan réclame la gratuité des autoroutes pour cet été
il y a 1 heure 29 min
pépites > Economie
Soutien aux salariés
Coronavirus : les entreprises vont assumer 15% du coût du chômage partiel dès le 1er juin
il y a 4 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 5 heures 40 min
Vigilance
La Californie fait face à une importante vague de chaleur
il y a 7 heures 8 min
pépites > Justice
Moteurs truqués
Dieselgate : la justice condamne Volkswagen à rembourser partiellement un client
il y a 8 heures 38 min
pépite vidéo > Insolite
La grande évasion
Saturne, "l'alligator d'Hitler", est mort au zoo de Moscou à l'âge de 84 ans
il y a 9 heures 56 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La réindustrialisation de l’Europe suite au COvid-19. Sera-t-elle centrée sur l’Allemagne ou également répartie entre les nations d’Europe ?

il y a 11 heures 40 min
décryptage > France
Ils sont des dizaines de milliers à l’écouter

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

il y a 12 heures 9 min
décryptage > High-tech
Zoom

Voilà à quoi nous expose l’extension du domaine du virtuel pendant la pandémie

il y a 12 heures 56 min
décryptage > Politique
Prolétaires de Tourcoing, unissez-vous

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

il y a 13 heures 48 min
Et chez vous, comment ça va ?

Tour d’Europe des campagnes pour les Européennes : direction la Roumanie

Publié le 11 mai 2014
Septième étape de notre tour d'Europe des campagnes pour les élections européennes : la Roumanie, dont la population est largement favorable à l'UE, mais se considère tout de même reléguée au rang de citoyens de seconde zone.
Cristina Stanculescu est assistante de cours à l'Université libre de Bruxelles et chercheuse en sciences politique au CEVIPOL. Elle a pris part au projet «Fabriques del’Europe» durant la durée de son stage à Notre Europe, concourant notamment à la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cristina Stanculescu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cristina Stanculescu est assistante de cours à l'Université libre de Bruxelles et chercheuse en sciences politique au CEVIPOL. Elle a pris part au projet «Fabriques del’Europe» durant la durée de son stage à Notre Europe, concourant notamment à la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Septième étape de notre tour d'Europe des campagnes pour les élections européennes : la Roumanie, dont la population est largement favorable à l'UE, mais se considère tout de même reléguée au rang de citoyens de seconde zone.

Atlantico : A l'approche des élections européennes, quels sont les principaux thèmes qui occupent les débats en Roumanie ? Par quels partis sont-ils portés, et sont-ils focalisés sur l'Europe en elle-même, ou bien les préoccupations d'ordre national prévalent-elles ?

Cristina Stanculescu : En Roumanie, à deux semaines du scrutin européen, la campagne électorale ne fait pas "la une" des médias. Elle se déroule dans l’ombre des jeux politiques nationaux, manifestement plus centrés sur les élections présidentielles de cet automne et sur la classique rivalité entre le Premier-Ministre et le Président en fonction. Par conséquent, le scrutin du 25 mai est surtout perçu par les partis politiques roumains, ainsi que par une large partie des analystes politiques, comme un test pour les forces en présence.

Si les partis politiques ne mobilisent pas en priorité les thématiques européennes dans le cadre du débat électoral national en cours, ce type de sujet est néanmoins abordé dans leurs programmes électoraux et dans les discours de campagne des candidats au scrutin. Nous pouvons constater que le rapport entre les partis politiques est régi par un consensus autour de l’importance de l’adhésion de la Roumanie à l’espace Schengen (définie même comme "priorité nationale"), ainsi que par la perspective d’une future entrée dans la zone euro. Les partis politiques et leurs candidats promettent également de défendre les intérêts de l’agriculture roumaine au niveau européen, mais aussi de chercher des voies d’amélioration du taux d’absorption des fonds structurels. La liberté de circuler et de travailler des citoyens roumains au sein de l’Union européenne est une autre préoccupation commune des partis politiques, leurs positions s’accordant autour du fait que les Roumains devraient pouvoir profiter pleinement de cette dimension de la construction européenne. Pour ce qui est des questions de politique étrangère, les partis accordent une attention particulière à la Moldavie, qu’ils souhaitent voir se rapprocher de l’Union à une plus grande vitesse, notamment dans le contexte des évènements en Ukraine.    

Quelles sont les forces en présence, et à quels résultats s'attend-on ?

Les élections européennes du 25 mai seront importantes pour justement identifier certaines des forces présentes, surtout à droite de l’échiquier  politique. Tout d’abord, pour les libéraux, le scrutin est un test de leur force car ils ont quitté en février l’alliance avec les sociaux-démocrates et implicitement le gouvernement. Ensuite il s’agit d’un test aussi pour le Parti "le Mouvement Populaire", pour "la Force civique" ou pour "la Nouvelle République" car il s’agit d’acteurs relativement neufs de la scène politique, dont l’objectif est de passer le seuil électoral. Le scrutin européen est également un test pour le Parti démocrate-libéral, dont le soutien électoral a été fortement affaibli par les années passées au gouvernement (jusqu’en 2012), mais aussi par les départs de nombreuses personnalités politiques de premier plan que le parti a connus depuis. La position des sociaux-démocrates est la plus confortable : si enjeu il existe, c’est celui de savoir quel pourcentage exact des voix des électeurs ils vont obtenir, les sondages variant entre 35% et 42%. Par conséquent, sur les 32 Membres du Parlement européen envoyés par la Roumanie, les plus nombreux seront sans doute les sociaux-démocrates (à peu près la moitié, selon les derniers sondages), alors que les partis de droite se partageront les autres sièges.

A quel niveau de mobilisation s'attend-on ? Qu'est-ce qui incite (ou au contraire décourage) les électeurs roumains à se mobiliser ?

En 2007, durant les premières élections européennes auxquelles les Roumains ont pu voter, le taux de participation fut légèrement inférieur à 30%, chiffre confirmé par le scrutin de 2009. Ce taux de présence aux urnes se maintiendra très probablement en 2014, même si à l’occasion des sondages les plus récents, autour de 40% des personnes interrogées ont affirmé avoir l’intention d’aller voter le 25 mai. Si les Roumains font partie des citoyens européens les plus confiants dans l’Union européenne (comme tendent à le montrer les données de l’eurobaromètre), il reste que leur vécu européen est plutôt limité. Ceci explique sans doute les résultats d’un récent sondage organisé il y a 4 mois, dont le résultat montrait que 90% des interviewés affirmaient ne pas savoir que les élections européennes se tenaient cette année. L’adhésion relativement récente de la Roumanie alimente également un sentiment de distance envers les institutions européennes, qui, tout en ayant une image positive auprès des Roumains, semblent être assez éloignées de leurs préoccupations quotidiennes.      

Qu'en est-il des partis dits eurosceptiques ? Pourraient-ils, comme cela devrait-être le cas en France, effectuer une percée ?

Etant donné l’image majoritairement positive dont bénéficie l’Union européenne auprès des citoyens roumains, l’euroscepticisme n’a pas trouvé un terrain fertile parmi les partis politiques. Même un parti nationaliste comme la Grande Roumanie déclarait au cours de la moitié des années 2000, que la seule option pour le futur de la Roumanie était son adhésion à l’Union européenne. Il est en outre très probable que les partis extrémistes ne dépasseront pas le seuil électoral des 5% aux élections du 25 mai.

Comment sont perçues en Roumanie les critiques des autres pays vis-à-vis de la liberté d'installation des travailleurs entrée en vigueur le 1er janvier dernier ?

Ces critiques alimentent le sentiment parmi les Roumains d’être des citoyens européens de second rang. Au niveau du débat politique, cela explique le slogan choisi par le Parti social-démocrate pour le scrutin du 25 mai : "Fier d’être Roumain !". Les candidats aux élections européennes, qu’ils soient libéraux, démocrate-libéraux ou socialistes, se proposent ainsi de rendre les Roumains égaux aux autres citoyens européens, de s’assurer que leurs droits soient respectés au sein de l’Union, mais aussi que la voix de la Roumanie soit plus entendue dans les débats européens.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires