En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

03.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

04.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

07.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 15 heures 17 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 16 heures 29 sec
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 18 heures 28 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 19 heures 12 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 20 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 21 heures 19 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 21 heures 42 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 21 heures 55 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 22 heures 17 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 22 heures 35 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 15 heures 41 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 17 heures 11 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 18 heures 43 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 19 heures 40 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 20 heures 38 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 21 heures 35 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 21 heures 48 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 22 heures 9 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 22 heures 27 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 22 heures 39 min
© REUTERS/Alain Jocard/Pool
© REUTERS/Alain Jocard/Pool
Témoins

Savez-vous combien de Français et d’Allemands se souviennent de ce qu’ils ont vécu le 8 mai 1945 ?

Publié le 08 mai 2014
Avec
La France célèbre l'armistice de la Seconde Guerre mondiale. Un jour historique dont la mémoire est entretenue par les millions de personnes qui ont vécu l'événement.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Louis Crémieux-Brilhac est né le 22 janvier 1917. Résistant pendant la Seconde Guerre mondiale, il devient ensuite historien spécialiste de cette même période. Auteur de plusieurs ouvrages, il a notamment écrit Les Français de l’an 40, publié aux...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La France célèbre l'armistice de la Seconde Guerre mondiale. Un jour historique dont la mémoire est entretenue par les millions de personnes qui ont vécu l'événement.
Avec

En partant du postulat que la tranche de la population susceptible d'avoir vécu les événements de la Seconde Guerre mondiale et de s'en souvenir est aujourd'hui âgée d'au moins 75 ans, on compte environ 5,8 millions de personnes en France.  Pour l'Allemagne (chiffre des 80 ans et plus), cette population est approximativement de 4,4 millions.

Atlantico : Le poids démographique que représente la frange de la population susceptible de se souvenir des événements de la Seconde Guerre mondiale est-il suffisant pour changer des choses dans la construction de l'Europe et de la relation franco – allemande ?

Jérôme Sainte-Marie : L'argument historique a tendance à jouer, et ce depuis le traité de Maastricht, déjà, en faveur d'un oui à la construction européenne et à la relation franco – allemande. On constate que les plus vieilles générations sont le plus souvent favorables à un référendum. C'est, indéniablement, un impact de l'argument de la paix qui n'a rien d'un mythe, bien que cela tende à disparaître puisque de moins en moins de gens ont vécu la guerre. Il faut remonter assez loin dans les années, et cette population tend à disparaître. La jeunesse étant moins sensible à cet argument de la paix, cet élément joue nettement moins.

Il est, par ailleurs, possible que les événements d'Ukraine ravivent la flamme qu'on retrouvait lors du traité de Maastricht. L'argument de la paix dépend d'un contexte international – si cela avait si bien marché lors de Maastricht, c'est également en raison du conflit en ex-Yougoslavie. Les générations les plus anciennes pourraient potentiellement s'avérer sensibles au conflit ukrainien.

Comment peut s'effectuer le transfert de connaissance et de savoir ?

Jean-Louis Crémieux-Brilhac : Le transfert de connaissance et de savoir s’effectue essentiellement par l’école. L’enseignement a un rôle capital à jouer dans ce domaine. Qui n'est, à mon sens, pas suffisamment remplit car les programmes ne consacrent pas à ce qu’a été la France libre, ni à la résistance, une place suffisante. Je pense qu’il faudrait leur consacrer certainement une place plus importante dans les programmes. D’autre part les historiens français n’ont étudié de façon sérieuse que très tardivement la France libre, la deuxième guerre mondiale et la résistance française pour des raisons diverses dont l’une était que des archives n’étaient pas ouvertes. Il y a aussi une autre raison qui est que de nouveaux événements au courant des 70 dernières années se sont précipités et qui sont d’une importance extrême : la guerre d’Indochine, la guerre d’Algérie, la disparition de l’Empire, la décolonisation, la mondialisation… Et tout cela, ce sont autant d’événements dont il faut que les enfants prennent également une certaine conscience. C’est-à-dire que cette extension inévitable de l’histoire ne peut se faire qu’au détriment d’une partie du passé. À mon sens, la place faite à la Résistance française et à la France libre ne sont pas suffisantes.

Organiser des rencontres entre des anciens, des survivants de la résistance ou de la France libre et des élèves et regrouper des anciens et des jeunes pour des journées vécues comme des colloques est une chose très importante et qui a lieu, qui se fait de façon assez fréquente. Un des meilleurs témoignages de cette activité est le concours annuel de la résistance qui finit quand même par rassembler près de 40 000 élèves. D’autre part il ne faut pas oublier que la télévision tourne des documentaires ou des films de fiction sur la Deuxième Guerre mondiale mais l’importance des investissements faits par les américains et par les anglais pour faire des films phares a effacé dans une certaine mesure, au profit de l’action des anglais et des américains (Jour J, Le jour le plus long, …), l’action proprement française. Je pense que les Français ne se rendent pas suffisamment compte de ce qu’ils doivent au Général de Gaulle pour la période de guerre. Ils ne se rendent pas compte que l’action de la France libre a été une action politique et donc pas une action militaire d’une importance exceptionnelle.

Quel est le regard que peuvent porter les survivants sur cette période ? A-t-il évolué avec le temps ?

Jean-Louis Crémieux-Brilhac : Le regard a sûrement évolué avec le temps, sans aucun doute dans la mesure où la vision qu’on a de l’Allemagne aujourd’hui s’est très sensiblement tempérée. La proximité des relations franco-allemandes dans le cadre de l’Europe et le temps passé font que la vision que la majorité des Français avaient de l’Allemagne dans la période nazie ou sous l’occupation, immédiatement d’après la guerre donc les 30 années qui ont suivi la guerre, s’est essentiellement modifiée d’une part. D’autre part des aspects ont été mis en évidence qui pendant plusieurs dizaines d’années qui ont suivi la guerre n’avaient pas été à ce point sensibles à l’opinion. La douleur de la Shoah et le rôle et l’horreur de ce qu’a été l’extermination des juifs par les Allemands. Au final aujourd’hui c’est beaucoup plus clair sur la conscience au point de faire passer la Shoah, qui est évidemment un ensemble d’événements monstrueux et d’une importance européenne, quelques fois avant l’histoire proprement dite de l’action résistante française.

Le 8 Mai 1945, l'Allemagne nazie capitulait. Aujourd'hui, 69 ans plus tard, nous continuons de célébrer cette date hautement symbolique. Pour autant, est-ce que ce symbole ne s'efface pas un peu de la mémoire des gens ? Le souvenir de la seconde guerre mondiale est-il vivace et bien entretenu chez les Français ? Et chez les Allemands ?

Jean-Louis Crémieux-Brilhac : Le souvenir de la Deuxième Guerre mondiale, oui il reste vivace chez les Français mais il est souvent beaucoup plus précis en province qu’à Paris même et que dans certaines grandes villes parce que des épisodes locaux d’une violence exceptionnelle ou le rôle joué par des personnalités sortant du commun au service de la résistance sont localement implantés et n’ont pas une audience nationale.
Ce souvenir est aussi très vivace chez les Allemands, beaucoup plus vivace que celui de la Première Guerre mondiale qui est, de façon étonnante pour des Français, très largement gommée des mémoires. Le souvenir de la Deuxième Guerre mondiale, des destructions subies par les Allemands et de l’occupation soviétique en 1945 sont très présents dans les mémoires allemandes.

La transmission de mémoire se fait-elle différemment chez les Allemands ou les Français ?

Jean-Louis Crémieux-Brilhac : Oui, elle s’est fait d’une façon méthodique et systématique en Allemagne, beaucoup plus qu’en France. Il suffit d’aller à Berlin et de voir les monuments qui évoquent la deuxième guerre mondiale pour s’en rendre compte. Encore qu’en France le nombre de musées de la résistance ou de musées beaucoup consacrés à la résistance soit considérable, mais il est singulier par exemple qu’il n’y ait pas dans la région parisienne un musée national de la Résistance en dehors de celui de Champigny qui n’a pas l’extension qu’il pourrait avoir et qui a été longtemps politiquement orienté.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Leucate
- 10/05/2014 - 01:14
@td relations commerciales et guerre
Ce sont deux choses très différentes.
Vous avez tout à fait raison quand vous écrivez: ".. puisqu'il existe parfois une tendance chez les économistes plus ou moins incultes à instrumentaliser une prétendue menace de guerre pour faire avaler des constructions de plus en plus impopulaires."

Jacques Sapir a répondu à ces économistes ses confrères qu'en août 1914, deux pays en Europe avaient des liens commerciaux très forts, c'étaient la France et l'empire Allemand qui étaient réciproquement leurs meilleurs fournisseurs et leurs meilleurs clients.
Effectivement, ils n'avaient aucune raison objective (sauf la question d'Alsace-Lorraine) de se déclarer la guerre à ce moment là.
Cette guerre fut le résultat d'une mécanique infernale, celle des alliances conclues entre les grandes puissances européennes, la Triple Entente (France, Russie, GB) et la Triplice (Allemagne, Autriche, Italie) dont le déclencheur fut l'attentat dont furent victimes, à Sarajevo, l'archiduc héritier François Ferdinand et son épouse.
L'Autriche Hongrie menaça la Serbie, la Russie, protectrice des slaves, menaça l'Autriche, l'Allemagne alliée des autrichiens menaça la Russie et nous menaçâmes l'Allemagne
MEPHISTO
- 09/05/2014 - 22:50
Les générations se succèdent
Deux de mes aïeuls, aujourd'hui disparu ,m ' avaient parlé lorsque j'étais enfant, d'un personnage local atypique qu'ils avaient connu dans leur enfance et qui vivait dans le village qu 'eux-mêmes .et qui avait combattu pendant la guerre de 1870 contre la PRUSSE. l 'un(e) de mes ascendants , lors qu'il (elle ) était enfant , se souvient aussi que l 'un de ses grands-parents, lui avait évoqué dans s avoir connu, dans sa petite enfance, une personne très agée et qui ayant fait partie des " grognards" de la grande armée NAPOLEONIENNE. de plus , je me souviens encore , jusqu' à mon adolescence, de récits contés par mes proches ancêtres concernant des leurs comme "poilus" de la première guerre mondiale. mes parents évoquent des souvenirs de leur jeunesse vécue en pleine seconde guerre mondiale. il y a encore dans ma famille , et d'autres de ma génération , des individus pouvant transmettre la mémoire vive du passé aux deux générations qui nous succèdent aujourd'hui. et dans 50 ans , il ne restera que des archives audiovisuelles et imprimées conservées sur ces évènements relatés que l'on pourra aussi consulter sur la toile
aviseur
- 09/05/2014 - 10:40
Normal....
c'est une population qui se raréfie et qui surtout a vieilli. Quand à la transmission, une fois les anciens combattants partis, ne demandez pas au "Pupilles de la Nation non juifs" de transmettre. .Ils ne pourront que transmettre le mépris avec lequel on les traite depuis Juillet 2000.

http://aviseurinternational.wordpress.com/2014/05/09/la-une-de-keg-du-09052014/