En direct
Best of
Best Of
En direct
© Reuters
Projections
Minorités ethniques et immigration : voilà à quoi devrait ressembler l’Europe en 2050
Publié le 06 juin 2014
Un rapport publié récemment par le think-tank "Policy Exchange" démontre que 80% de la croissance démographique est aujourd'hui le fait des minorités ethniques en Grande-Bretagne, une tendance qui les amènerait (d'après estimation) à représenter un tiers des Britanniques en 2050. Une évolution à la hausse qui est aussi envisageable pour d'autres pays d'Europe de l'Ouest.
Laurent Chalard est géographe-consultant. Membre du think tank European Centre for International Affairs.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant. Membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un rapport publié récemment par le think-tank "Policy Exchange" démontre que 80% de la croissance démographique est aujourd'hui le fait des minorités ethniques en Grande-Bretagne, une tendance qui les amènerait (d'après estimation) à représenter un tiers des Britanniques en 2050. Une évolution à la hausse qui est aussi envisageable pour d'autres pays d'Europe de l'Ouest.

Atlantico : A quel point les projections démographiques publiées récemment par Policy Exchange (en anglais ici) semblent raisonnables ?

Laurent Chalard : Les projections en démographie sont toujours un exercice hasardeux car elles reposent sur un certain nombre de présupposés concernant le solde migratoire et la fécondité, deux facteurs qui peuvent varier de manière importante sur le long terme sans qu’il soit possible de savoir dans quel sens. En conséquence, le chiffre avancé par le think-tank Policy Exchange repose sur une poursuite des tendances actuelles. Il relève donc du champ du possible, sans qu’il soit sûr que ce chiffre sera effectivement atteint. En effet, il repose sur l’hypothèse d’une poursuite de l’immigration en Grande-Bretagne à des niveaux élevés alors que le gouvernement Cameron semble vouloir limiter drastiquement les entrées, et le maintien d’un différentiel de fécondité entre les « anglais » et les minorités ethniques, qui pourrait cependant se résorber. Quoi qu’il en soit, le pourcentage des minorités va augmenter car le phénomène est déjà inscrit dans la structure par âge (un quart des enfants de moins de 10 ans sont issues des minorités ethniques) et il est renforcé par le fort déficit migratoire des « nationaux » (ou "natives" selon le terme britannique, NDLR), vers l’Australie en particulier, la seule interrogation concernant l’ampleur de cette hausse. Le travail du Policy Exchange apparaît donc un exercice intéressant pour faire prendre conscience aux dirigeants britanniques de l’inéluctabilité du renforcement du caractère multiculturel de l’île, que le taux de minorités réellement atteint en 2050 soit de 25 % ou de 33 %.

Avec l'Angleterre, l'Allemagne est un pays d'accueil que l'on pourrait qualifier de "traditionnel" en Europe. Peut-on estimer quelle serait leur situation d'ici 35 ans à partir des tendances actuelles ?

L’Allemagne est un pays qui connaît un fort accroissement migratoire depuis 2010, grâce à ses meilleures performances économiques au sein d’une Union Européenne peu dynamique, qui la rend attractive pour les jeunes actifs d’Europe du Sud et de l’Est, mais aussi pour des migrants qualifiés provenant de pays plus lointains que l’Etat allemand cherche à attirer. Etant donné sa faible fécondité (très largement inférieure au Royaume-Uni), l’immigration est appelée à se poursuivre si l’économie fonctionne de manière satisfaisante dans la simple optique de répondre aux besoins de main d’œuvre du secteur industriel. L’Allemagne étant déjà un état multiculturel avec 15,3 millions de personnes d’origine étrangère en 2005, soit 18,5 % de la population totale, ce chiffre va donc progresser de manière conséquente. Il ne serait pas surprenant qu’en 2050, le poids des minorités en Allemagne soit aussi important qu’au Royaume-Uni.  

La France compte aussi parmi les premières terres d'immigration du Vieux Continent. Est-elle amenée à le rester sur les prochaines années ? Dans quelles proportions ?

Selon l'Insee (Borrel, Lhommeau, 2010), il y a 11,8 millions personnes d'origine étrangère sur deux générations en France en 2008, soit 19 % de la population. Le principal flux entrant en France relevant du domaine du regroupement familial, sauf changement de politique, il est consécutivement voué à se poursuivre à un rythme identique, d’autant plus que la pression démographique dans ses anciennes colonies d’Afrique va s’accentuer dans les décennies à venir, ce qui sous-entend vraisemblablement une augmentation sensible de l’immigration clandestine. Comme le Royaume-Uni et l’Allemagne, la France est donc appelée à devenir un pays avec une part non négligeable de minorités ethniques en 2050, approchant aussi du tiers de la population totale. La principale différence par rapport à la plupart des autres pays européens est que les effectifs des « français » ne diminueront pas du fait d’une fécondité plus élevée. Seule leur part dans la population totale se réduira.

L'Espagne et l'Italie sont quant à eux des pays dont les flux ont nettement augmenté ces dernières années. Cela est-il amené à se poursuivre ?

Après avoir connu dans les années 2000 la plus forte vague d’immigration du continent européen depuis la Seconde Guerre Mondiale, l’Espagne a vu les flux s’inverser, puisque désormais, il y a plus de personnes qui quittent le pays qui n’y entrent, soit un déficit migratoire de 162 000 personnes en 2012, du fait de la sévère crise économique. En effet, il se constate une forte émigration des espagnols qui cherchent un emploi dans d’autres pays et de nombreux départs d’immigrants récemment arrivés vers d’autres pays européens ou vers leur pays d’origine (surtout pour les originaires d’Amérique Latine). En conséquence, sauf redressement rapide de la situation économique peu probable, l’immigration devrait être limitée dans les prochaines décennies. Cependant, cela n’empêche pas que le caractère multiculturel du pays va se renforcer, étant donné la contribution importante de l’immigration à la natalité du pays (20,4 % de naissances étrangères en 2010).

En Italie, malgré la crise économique, l’immigration continue à un rythme soutenu avec un excédent migratoire de 370 000 personnes en 2012 et va très vraisemblablement se poursuivre du fait d’une très faible fécondité, conduisant à un besoin de main d’œuvre important dans le secteur industriel, qui demeure un point fort de l’économie italienne. Combiné à une contribution croissante à la natalité (13,9 % de naissances étrangères en 2010), le pourcentage des minorités va fortement progresser dans les prochaines décennies, mais essentiellement dans la moitié nord du pays, dont la composition de la population ressemblera beaucoup aux grandes métropoles d’Europe occidentale.

Plus largement, est-il possible de dessiner quelques grandes orientations de la place qu'auront les minorités ethniques pour l'ensemble du Vieux Continent sur les trois prochaines décennies.

Etant donné les tendances démographiques passées, l’Europe occidentale est appelée à voir son peuplement fortement se diversifier dans les prochaines décennies, les populations issues de l’immigration constituant, comme nous venons de le voir, déjà une part non négligeable des naissances, du fait de leur structure par âge beaucoup plus jeune que les populations « autochtones » et d’une fécondité, en règle générale, plus élevée. L’ouest du continent ressemblera de plus en plus aux Etats-Unis avec des grandes métropoles (Paris, Londres, Bruxelles, Amsterdam…) où les minorités pourraient devenir majoritaires à moyen-terme. Il s’en suivra mécaniquement des recompositions socio-politiques importantes, les Etats devant s’adapter à cette nouvelle donne. Le multiculturalisme constitue donc, avec la relance économique, un des enjeux majeurs pour le futur de l’Europe. C’est dès aujourd’hui qu’il faut s’y préparer pour que les choses se passent de la meilleure manière possible, une société multiculturelle n’étant pas forcément condamnée à l’échec si des politiques adéquates sont menées. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
La France va devenir la première puissance mondiale en moins de 5 ans
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
05.
Emmanuel Macron, pourquoi n’allez-vous pas en boîte comme Christophe Castaner plutôt que de faire du ski ?
06.
Acte XVIII des Gilets jaunes : retour prévu de la violence, réponse difficile à prévoir du gouvernement
07.
Recep Tayyip Erdogan critiqué pour avoir diffusé des images de l'attentat de Christchurch
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Le voile est-il vraiment un accoutrement souhaitable pour vendre des petites culottes ?
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
04.
Quand Nathalie Loiseau teste les nouveaux "éléments de langage" du progressisme face à Marine Le Pen sans grand succès
05.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
06.
Grand Débat : l’étrange victoire d’Emmanuel Macron
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
winnie
- 03/06/2014 - 08:04
la question est :
Les Francais veulent ils une societe multiethnlque avec des communautes qui de toutes evidence demanderont des droits specifiques et empechera le fonctionnement de la republique pour devenir des nouveaux Balkans?
C est cette question qu il faut se poser et poser aux Francais et y repondre.
Les Balkans ca a marcher avec une dictature a sa tete, l UE multiethnique avec une main de fer a Bruxelles, je reve! ! Est ce que les Gaulois vont vouloir laisser leur mode de vie ancestral pour adopter celui de l islam,car c est bien de cela dont il s agit!
vangog
- 02/06/2014 - 20:36
Cette invasion est le fruit d'une dictature...et provoquera une
dictature!
Les ultra-gauchistes, les écolos, la moitié des socialos et le quart des centristes, soit seulement 20 à 30% des habitants des pays Européens ont souhaité ouvrir les frontières au point de diluer la population Européenne dans la masse des étrangers.
Les raisons en sont mauvaises: angélisme post-catholique, génerosité à courte-vue, délire mondialiste, calcul électoraliste, mise en avant d'une fausse vertu par provocation au racisme...
Pour toutes ces mauvaises raisons, des moyens pervers et mauvais ont été alloués à la poursuite d'un activisme immigrationniste:
Subventionnement d'associations faussement caritatives, attractivité sociale supérieure aux Nationaux, lois contre-nature, laxisme encouragé des autorités...
Tout cela ne pouvait qu'aboutir à un désastre dont nous voyons le résultat dans une UE étranglée entre ses archaïques activistes gauchistes, artisans de la décroissance et de la dilution ethnique, et ses nouveaux Nationalistes Eurosceptiques, qui prendront rapidement le dessus, n'en doutez-pas!
Le danger sera alors de maitriser des ailes plus radicales qui écloront à leur tour, demandant que la dictature des minorités soit combattue par une autre dictature
mado83@free.fr
- 02/06/2014 - 19:38
couleur blanche
de toute façon, d'ici quelques années nous seront tous colorés!!plus besoin de se faire dorer au soleil.