En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Flick/Alex E. Proimos
Bonnes feuilles
Serment d’hypocrite : pourquoi le secret médical est menacé
Publié le 08 mai 2014
Depuis 2008, les hôpitaux publics sont soumis à une exigence de rentabilité. Payés par l’Assurance Maladie à chaque prestation réalisée, ils font appel à des sociétés privées qui vérifient dans les dossiers médicaux si aucun acte n’a été oublié. Pour ce faire, elles accèdent en toute impunité à l’ensemble de nos données confidentielles, mettant à mal le secret médical. Ce livre est le récit détaillé d’une incroyable tourmente professionnelle où s’opposent intérêts financiers et droits des malades. Extrait de "Le serment d’hypocrite", du Dr Jean-Jacques Tanquerel, aux éditions Max Milo (1/2).
Jean-Jacques Tanquerel est médecin en hôpital depuis une trentaine d’années et formateur dans le domaine de l’information médicale à l’École des hautes études de santé publique (EHESP) de Rennes.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Jacques Tanquerel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Jacques Tanquerel est médecin en hôpital depuis une trentaine d’années et formateur dans le domaine de l’information médicale à l’École des hautes études de santé publique (EHESP) de Rennes.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis 2008, les hôpitaux publics sont soumis à une exigence de rentabilité. Payés par l’Assurance Maladie à chaque prestation réalisée, ils font appel à des sociétés privées qui vérifient dans les dossiers médicaux si aucun acte n’a été oublié. Pour ce faire, elles accèdent en toute impunité à l’ensemble de nos données confidentielles, mettant à mal le secret médical. Ce livre est le récit détaillé d’une incroyable tourmente professionnelle où s’opposent intérêts financiers et droits des malades. Extrait de "Le serment d’hypocrite", du Dr Jean-Jacques Tanquerel, aux éditions Max Milo (1/2).

La distinction entre ces deux modes de remontée d’information est cruciale. Le fichier de RSS contient un certain nombre de ces données considérées comme indirectement nominatives : la date de naissance, les numéros d’unité médicale, le code postal de résidence, les dates d’entrée et de sortie de l’établissement de santé. Le médecin responsable de l’information médicale ne doit donc pas transmettre ce fichier en l’état à un tiers non autorisé. Il doit d’abord rendre l’information anonyme en appliquant au fichier de RSS un certain nombre de traitements. Ainsi, la date de naissance est remplacée par l’âge. Les numéros d’unités médicales fréquentées par le malade pendant son séjour sont supprimés. Le code postal est remplacé par un code géographique attribué selon une liste convenue au niveau national. Les dates d’entrée et de sortie sont remplacées par la durée de séjour, le mois et l’année de sortie, et une clé de chaînage du séjour. Le fichier de RSS devient alors un fichier de RSA (résumé de sortie anonyme). C’est seulement ce dernier fichier qui peut être transmis à la direction des établissements de santé, aux services de l’État ou aux organismes de l’Assurance Maladie.

En théorie donc, tout semble bien ficelé pour garantir aux malades la confidentialité des données médicales tout en transmettant à l’administration l’information utile à l’organisation et au paiement des soins. Qu’en est-il dans la réalité ?

La mise en place de la tarification à l’activité a changé les règles du jeu. Les DIM sont devenus les acteurs principaux du financement des établissements de santé. Si, comme le suggère le philosophe anglais Thomas Hobbes, "l’information, c’est le pouvoir ", alors le PMSI, sous responsabilité médicale, a créé les conditions d’une féroce concurrence entre pouvoir administratif et pouvoir médical. Dans un contexte budgétaire souvent de plus en plus tendu, les tentatives d’appropriation des données médicales par l’administration se multiplient et les médecins des DIM ne disposent pas toujours de l’indépendance et des moyens nécessaires pour assurer leurs missions dans le respect des règles de droit. Les pressions sont fortes. Ils sont souvent écartelés entre les obligations réglementaires, qui leur confient la responsabilité de la confidentialité des données de santé, et leur hiérarchie, qui leur demande de communiquer ces mêmes données à des prestataires externes. C’est exactement cette situation que l’hôpital de Saint-Malo connaît.

Failles dans le système

Un autre élément vient fragiliser l’édifice. On peut en effet s’interroger sur la capacité même du système à réellement garantir la confidentialité des données médicales. Ainsi, selon Gilles Trouessin, expert consultant en sécurité des systèmes d’information, et le Dr Dominique Blum, praticien hospitalier responsable d’un DIM, la méthode présenterait de sérieuses failles. En effet, l’efficacité du processus d’anonymisation a été altérée par l’introduction, il y a une dizaine d’années, d’un numéro anonyme unique pour un même patient. Grâce à ce dernier, il est possible de relier les différentes hospitalisations d’un patient, quel que soit le secteur d’hospitalisation public ou privé et ainsi de connaître les délais entre chaque hospitalisation. En appliquant divers filtres (tels que la durée d’hospitalisation, les délais entre hospitalisation, le code postal, l’âge, le sexe…) sur la base de données nationale anonymisée, il devient possible de retrouver l’identité des patients. Ainsi, sur la base de données nationale de 2008, il serait possible de retrouver 89 % des 10,5 millions de patients hospitalisés dans des services de court séjour, et même 100 % des patients ayant été hospitalisés au moins deux fois (2,7 millions de personnes) cette année.

Ce constat est d’autant plus inquiétant que, chaque année, des dizaines de copies de cette base de données nationale sont distribuées par l’Agence technique de l’information hospitalière, moyennant finances, à des organismes privés 29. Cependant, rassurez-vous, selon Pierre-Louis Bras 30, même si le risque existe, la peur de la sanction et la complexité technique rendraient très peu probable l’existence d’une entreprise de réidentification systématique des patients…

Extrait de "Le serment d’hypocrite", du Dr jean-Jacques Tanquerel, aux éditions Max Milo, 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
03.
Ces risques malheureusement ultra prévisibles liés au retour de l’encadrement des loyers à Paris
04.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
05.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
06.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
07.
Emmanuel et Brigitte Macron profitent d'un bain de foule au Touquet
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Max68
- 08/05/2014 - 20:12
Il y a bien pire...
Si seulement c'était la seule trahison au serment des médecins... Il y a bien pire encore lorsque ça touche à leur obligation de respecter les choix de leur patient, ce qui n'est quasiment jamais fait lorsque quelqu'un se tourne vers une médecine plus efficace que l'allopathie.
Ou lorsque ça touche à leur obligation de prendre soin de leurs patients et non pas de leur fourguer des traitements qu'eux-mêmes évitent s'ils sont malades !
Il faudrait revoir l'Ordre des Médecins, créé sous Vichy et qui n'est que l'Ordre de l'industrie pharmaceutique... les preuves sont multiples et flagrantes !
bagad
- 08/05/2014 - 19:25
et vlan !
encore une notion exemplaire qui fiche le camp.
décidément, il n'y a plus rien qui vaille la peine de construire.
allan2244
- 08/05/2014 - 18:59
inadmissible , grave violation du secret médical
Le secret médical est complétement bafoué.
les données médicales ne devraient jamais transiter par des organismes privés.
C'est bien trop facile de retrouver les noms avec le numéro unique.
Nous allons tous bientôt nous en mordre les doigts.