En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

02.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

03.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

04.

Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth

05.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

06.

Retour à la réalité : les résultats d’entreprises sont pires que mauvais, c’est du jamais vu

07.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

06.

Quelles mesures rapides pour stopper la multiplications des violences au quotidien ?

ça vient d'être publié
pépites > International
Solidarité avec le peuple libanais
Explosions à Beyrouth : Emmanuel Macron se rendra jeudi au Liban
il y a 10 min 2 sec
pépite vidéo > France
Images révoltantes
Un homme violemment agressé dans une laverie pour avoir demandé de porter un masque
il y a 2 heures 10 min
décryptage > France
Rébellion, sauvagerie ou les deux ?

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

il y a 4 heures 54 min
décryptage > Société
Antisémitisme

Adrénochrome : une vieille théorie complotiste de récolte forcée de sang sur des humains resurgit puissamment sur les réseaux sociaux

il y a 5 heures 59 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Retour à la réalité : les résultats d’entreprises sont pires que mauvais, c’est du jamais vu

il y a 7 heures 2 min
pépite vidéo > International
Scènes de chaos
Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth
il y a 18 heures 51 min
light > Media
Délai supplémentaire
France Télévisions : confirmation de l'arrêt de France Ô "à compter du 23 août", la fin de France 4 est reportée d'un an
il y a 22 heures 55 min
pépite vidéo > Europe
Deux ans après le drame
Italie : les images de l'inauguration du nouveau pont de Gênes
il y a 1 jour 11 min
pépites > Politique
Soutien du chef de l'Etat
Emmanuel Macron annonce le versement de la prime Covid pour les aides à domicile
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Politique
Antifascisme de pacotille

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

il y a 1 jour 2 heures
pépites > France
Polémique 2.0
L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive
il y a 43 min 53 sec
pépite vidéo > International
Dégâts considérables
Explosions au Liban : ces images des rues de Beyrouth qui témoignent de la violence de la catastrophe
il y a 3 heures 38 min
décryptage > Santé
Enseignements

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

il y a 5 heures 18 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : jetez vous à l’eau ! Fine Calvados, parjure pour certains, divin pour tous

il y a 6 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Eva" de Simon Liberati

il y a 18 heures 2 min
pépites > International
Catastrophe
Liban : des dégâts importants et de nombreux morts après deux fortes explosions au port de Beyrouth
il y a 19 heures 52 min
pépites > Politique
Travaux parlementaires
Benjamin Griveaux sera chargé d'une mission parlementaire sur l'alimentation des jeunes
il y a 23 heures 36 min
pépites > High-tech
Failles exploitées
Covid-19 : Interpol alerte sur une hausse des cyberattaques "exploitant la peur"
il y a 1 jour 30 min
décryptage > International
Tensions entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan

Haut-Karabagh : plaidoyer d’un député français pour la paix et l’avenir

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
À la recherche du tube de l'été

Foxylight, avec son dernier titre "Past Vision", ouvre la voie au rock néo-psychédélique français. Et c'est très réussi

il y a 1 jour 4 heures
© Reuters
© Reuters
L'Édito de Jean-Marc Sylvestre

François Hollande annonce que le retournement arrive, mais il se trompe…

Publié le 05 mai 2014
Le président de la République a profité du week-end pour annoncer que le retournement arrivait, ce qui veut dire que la France sort de la crise et que les Français retrouvent confiance. Et bien, il se trompe ! Sauf dans l’impact qui pourrait tout changer : "La France compte si elle a de bons comptes".
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président de la République a profité du week-end pour annoncer que le retournement arrivait, ce qui veut dire que la France sort de la crise et que les Français retrouvent confiance. Et bien, il se trompe ! Sauf dans l’impact qui pourrait tout changer : "La France compte si elle a de bons comptes".

La France compte si elle a de bons comptes, cela ressemble à un proverbe populaire et forcément cela peut faire mouche. Si l’on décode les paroles du Président entre deux buts de Guingamp au Stade de France, on en arrive à croire que "le retournement arrive, on sort de la crise, et que si on sort de la crise, on aura des bons comptes et par conséquent la France va compter."Pas mal ! Sauf qu’on peut aussi comprendre la formule dans l’autre sens. "Pour  que la France compte, il faut avoir des bons comptes, et donc pour avoir de bons comptes, il faut faire les efforts que je vous demande de faire".

Le problème c’est que sur le fond, François Hollande se trompe.

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]
Suivre @atlanticobiz
 

 


Un, le retournement n’arrive pas. Deux, on ne sort (toujours) pas de la crise. Trois, la confiance ne reviendra pas avec ce qu’on donne aux Français. Il ne suffit pas de dire que ça va marcher pour que ça marche, encore faut-il avoir mis du charbon dans la machine.

La situation politico-économique actuelle est très intéressante. François Hollande et Manuel Valls pourraient réussir leur pari mais il faut pour cela qu’ils aillent beaucoup plus loin dans la mise en place des facteurs de confiance.

Ce qui a été fait depuis le mois de janvier va dans le bon sens. François Hollande a changé son diagnostic. Il a compris que tout socialiste qu’il était, il ne changerait pas le monde tel qu’il est. Il a compris que si la France voulait continuer d’être un acteur majeur à l’international et qu'il fallait s’adapter au reste du monde. Prendre ce que l’on peut prendre chez les autres, mais aussi donner et payer ce que l’on doit. En fait, il a relu Marx, qui a magnifiquement  expliqué que ce qui prévalait sans les rapports de force était la situation économique. Il a donc annoncé un rétablissement de la situation économique à commencer par un processus de désendettement pour cesser de dépendre des marchés. Sur le terrain politique, il a tout changé, son gouvernement, son Premier ministre, son cabinet et la direction du Parti socialiste. Alors le changement n’est pas facile, mais reconnaissons que Manuel Valls se débrouille plutôt bien avec sa majorité fissurée. Le plan de compétitivité et de solidarité est plutôt bien accueilli par les chefs d’entreprise, les milieux internationaux soutiennent le changement français, les milieux européens aussi, les agences de notation qui devaient se fâcher au printemps se sont calmées. Et les Français, qu’ils soient de droite ou de gauche, apprécient assez ce Premier ministre qui pourrait enfin  changer la gauche. Par chance pour lui, la droite n’a pas de ligne idéologique cohérente et de propositions alternatives fortes.

Le problème, c’est que, une fois les effets d’annonce dissipés, il va falloir faire passer les mesures de compétitivité, les discuter, et les faire voter. A supposer que Manuel Valls y parvienne  avant l’été, ce qui est possible, tout le monde sait que ces mesures ne suffiront pas à restaurer cette sacro-sainte confiance. On ne parle pas là du rééquilibrage budgétaire (on ne peut guère serrer la ceinture plus qu’aujourd’hui au risque d’asphyxier le malade), on parle des réformes de structures qui seraient absolument nécessaires pour éclairer et sécuriser l’horizon des investisseurs et de tous les acteurs économiques. 

Marx, encore lui, a très bien expliqué que, pour qu'un système économique retrouve la croissance, il faut que tous les agents de l’économie y aient intérêt. A ce moment-là, vous créez un cercle vertueux  et le "retournement à la hausse arrive". Les investisseurs ont envie d’investir et les consommateurs ont envie de consommer. Ce n’est pas le cas actuellement. Les chefs d’entreprise pourraient investir parce qu’il y a de l’argent. Quant aux consommateurs, ils préfèrent épargner. Le taux d’épargne n’a jamais été aussi haut.

De l’avis des chefs d’entreprise, des banquiers et de beaucoup d’économistes, il suffirait, pour faire court, d’engager trois séries de réformes de structures qui pourraient améliorer la visibilité et les conditions de production.

La première série d’initiatives devrait porter sur l’Europe. La France a besoin d’un espace européen, cohérent et solidaire avec un budget et une fiscalité harmonisés. Ce qui permettrait au passage, d’avoir une monnaie plus souple. Les élections européennes devraient être l’occasion de renforcer la cohésion politique de la zone euro. Les gouvernements français  successifs se sont tellement bien entendus pour critiquer et même dénigrer le fonctionnement des institutions européennes, que cette campagne est l’occasion de détruire l’Europe de l’euro plutôt que de travailler à sa réforme.

La situation actuelle est un pur scandale : les hommes politiques n’en parlent pas. Ce qui est honteux, c’est que les médias eux-mêmes n’osent en dire mot. Plus grave encore, l’audiovisuel public ne va même pas organiser une seule émission, un seul débat pour expliquer les enjeux de ces élections. Pas une seule émission pour comparer les problèmes. Plus grave encore si c’est possible, aucune chaine de télévision française ne va relayer les débats entre les candidats à la présidence de la Commission européenne. Seuls les chaines d'informations devraient en parler. ITélé diffusera le 15 mai à 21 heures le grand débat entre les 5 candidats à la présidence de la Commission. On s’est plaint à juste titre de l’incompétence et de l’inutilité du président précèdent, ce "très cher" Monsieur Barroso qui a battu tous les records d’incapacité à régler quelques problèmes de base. Son absence pendant la crise des subprimes et son incapacité à gérer une position européenne a été invraisemblable. Mais on ne fait rien pour s’intéresser à ce que projette d’appliquer le prochain président. Le président de la Commission devrait être un personnage considérable.

L’histoire retiendra que l’Europe aura eu un président qui a fait le job, Jacques Delors. Depuis, plus rien. La Commission est tombée dans les griffes de la technostructure  et les pouvoirs politiques n’ont eu qu’à s’écraser. Mais ce n’est pas de la faute à la technostructure de Bruxelles. Le fautif, c’est le pouvoir politique. Ni les chaines publiques du groupe France Télévision, ni M6 ne va mettre ses antennes au service de cette pédagogie. Mais que fait le CSA ?

La deuxième série d’initiative structurelle devrait lever les incertitudes qui pèsent sur l’avenir de la politique énergétique française. Les entreprises françaises ne savent pas aujourd’hui quel est l’avenir du nucléaire. Elles ne savent pas pourquoi la France interdit l’expérimentation de la recherche de gaz de schistes. Elles ne savent pas quelle est la politique française en matière d’approvisionnement de gaz, à propos de l’Algérie, de la Russie, et à quels prix et conditions politiques. Cette politique énergétique commande les décisions d’investissement à long terme dans tous les secteurs, parce que cette politique énergétique impacte directement la compétitivité et la rentabilité des capitaux investis. Pour l’heure, le gouvernement est coincé par des susceptibilités idéologiques qui masquent des considérations de pouvoir.

La troisième série d’initiatives devrait porter sur le droit du travail, pour plus de simplification et de souplesse. Un vieux débat que le gouvernement n’ose pas engager.

Ces trois grandes orientations stratégiques n’exonèrent pas le gouvernement de décider du périmètre de l’Etat, mais avant toute chose, il faut offrir une visibilité de long terme aux investisseurs et aux consommateurs.  Le reste des réformes viendra après.

Puisqu’on aime les formules et les proverbes : "Un bon chat vaut mieux que de gros rats." Il est préférable d’engager quelques bonnes et massives réformes plutôt qu’une multitude de promesses de réformettes.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
dranem14
- 05/05/2014 - 16:09
la determination
la methode Coué a ses limites . Quand est ce que les c... se rendent compte de leur etat ? Jamais repond la sagesse . Eh bien on est mal barré, parce que par depit et betise on a mis à la tête de notre beau pays le winner de la categorie.
On pourrait l'appeler "L'INVERSEUR DE COURBES"
yavekapa
- 05/05/2014 - 11:04
mais qu'il est bête ce guignol
il nous refait le coup de l'inversion de la courbe du chomage
sbgf43
- 05/05/2014 - 08:25
Incorrigibles ces socialos
N'importe quoi pourvu que l'on parle d'eux....toujours mentir....& encore mentir....le retournement se fera bien mais en 2017 quand toute cette oligarchie sera sortie