En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© REUTERS/Heino Kalis
À chaque pays sa Toile

"Les Internets" : pourquoi l'avenir du Web s'écrira au pluriel

Publié le 04 mai 2014
Dans son dernier livre "Smart, enquête sur les Internets", Frédéric Martel raconte la bataille du Web et son futur. Ce faisant, il montre qu'Internet n'a jamais été véritablement global, qu'il existe autant d'usages du Net qu'il y a de territoires et que les frontières demeurent.
Chercheur et journaliste, Frédéric Martel anime l'émission Soft Power sur France Culture. Il est l'auteur des best-sellers Mainstream et Smart. Ces livres ont été traduits dans une vingtaine de pays et sont disponibles en poche (Champs-Flammarion).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Martel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chercheur et journaliste, Frédéric Martel anime l'émission Soft Power sur France Culture. Il est l'auteur des best-sellers Mainstream et Smart. Ces livres ont été traduits dans une vingtaine de pays et sont disponibles en poche (Champs-Flammarion).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son dernier livre "Smart, enquête sur les Internets", Frédéric Martel raconte la bataille du Web et son futur. Ce faisant, il montre qu'Internet n'a jamais été véritablement global, qu'il existe autant d'usages du Net qu'il y a de territoires et que les frontières demeurent.

Atlantico : Dans votre dernier ouvrage, "Smart, enquête sur les Internets", vous soutenez que plutôt que d'effacer les frontières, la Toile les consacre. L'ambition initiale du Web n'était-elle pas plutôt de les abolir, de parvenir à une certaine universalité ?

Frédéric Martel : L'universalité existe. Les outils et les réseaux sont globaux. Les frontières physiques ont bien disparu sur Internet. En revanche, je montre, à partir d'une enquête de terrain menée dans une cinquantaine de pays, que les conversations ne sont que rarement globales sur Internet. Elles dépendent des langues, des cultures ; elles sont très territorialisées. "Smart" montre que tous ceux qui, du Front national à l'extrême gauche, ou des écrivains comme Mario Vargas Llosa et Alain Finkielkraut, craignent que notre culture, notre langue, notre identité disparaissent - inquiétudes certes légitimes - à cause d'Internet, se trompent. La réalité de terrain ne correspond pas à ces peurs, largement infondées. L'Internet global n'existe pas et n'existera pas.

Sur le même sujet : les bonnes feuilles du livre "Smart, enquête sur les Internets" :
"Smart world" : pourquoi Internet consacre les frontières bien plus qu'il ne les efface 
"Smart cities" : comment fonctionnent les nouvelles capitales numériques 

L'Internet global n'existe pas, dites-vous, pourtant le monde entier est sensible aux mêmes contenus viraux. N'est-ce pas la traduction d'un effacement des frontières culturelles, d'une mondialisation par la Toile ?

Vous avez sans doute trop regardé Psy et son "Gangnam Style" ! Ou le fameux "Baby Bump" de Beyoncé lors des MTV Video Music Awards ! Je ne nie pas qu'il y a des contenus globaux, je les décris même minutieusement dans "Smart". On pourrait d'ailleurs y ajouter les jeux vidéo, une partie du cinéma, les révélations des lanceurs d'alertes etc. Tous ces contenus sont globalisés. Mais je persiste à affirmer qu'ils ne représentent qu'une très petite partie des contenus consommés sur Internet. Il existe bien ce "mainstream" qui dépasse les frontières ; mais Internet est, dans la plupart des pays, et pour la plupart des contenus, très fragmenté. Mon enquête contre-intuitive montre que c'est la fragmentation qui caractérise le Web, pas l'uniformisation.

Vous avez observé que d'un pays à un autre, l'utilisation qui est faite d'Internet peut varier considérablement. On a du mal à se représenter cette multiplicité des usages. Quelles sont les variations les plus marquantes que vous avez remarquées ?

D'abord toutes les conversations sont différentes. Même lorsqu'ils sont sur Facebook, les Egyptiens et les Japonais ont des conversations dans leur langue et avec leurs amis. Ensuite, on utilise Baidu en Chine, à la place de Google, et VKontakte en Russie, à la place de Facebook. Amazon s'appelle Flipkart en Inde et Taringa et Orkut ont d'importantes parts de marché au Brésil. Enfin, on observe partout des usages singuliers : au Mexique on utilise les réseaux sociaux différemment pour lutter contre les narco-trafiquants et au Kenya la bancarisation se fait à travers une application mobile. Partout Internet est aujourd'hui différent. Mais nous sommes encore que 2,7 milliards d'individus connectés ; à l'horizon 2020, dans cinq ans, on sera 5 milliards. La territorialisation, la langue, la culture seront de plus en plus importantes sur Internet. Les adresses Web seront généralisées en mandarin, en cyrillique ou en caractère arabe. L'avenir d'Internet s'écrira au pluriel : les Internets.

De quels facteurs ces différences participent-elles ? Le niveau de développement économique est-il le seul à entrer en ligne de compte ? 

Internet est déjà le reflet du monde. Il le sera encore davantage à l'avenir. L'expression clé est : "IRL" - In Real Life. En même temps, on observe que partout les technologies changent le monde : dans les favelas au Brésil, Internet participe du développement économique ; en Inde, la carte d'identité numérique universelle, bouleverse la démographie ; en Israël, la "start-up nation" montre qu'Internet permet au pays d'exporter ; dans les townships de Soweto, la "digital literacy" (apprendre à utiliser les technologies) est un moyen de s'en sortir. Je raconte ce que je vois mais mon approche n'est pas idéologique. Elle est le résultat d'une enquête de terrain.

En échos aux économies émergentes, vous parlez des "Internets émergents". De quoi s'agit-il ?

J'ai constaté partout sur le terrain qu'Internet était un bon critère pour observer la mondialisation grandeur nature. Des pays émergent avec Internet et cela va bien au-delà des fameux BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud). Il faudra compter avec l'internet mexicain et colombien ; avec l'Internet des pays arabes et de l'Iran ; avec le Kenya et le Nigéria ; avec l'Indonésie etc. Au total, j'ai observé qu'au moins une trentaine de pays sont en fort développement grâce, notamment, au Web.

Diriez-vous qu'Internet accompagne nos vies sans les changer fondamentalement, ou qu'au contraire, celles-ci en sont devenues totalement dépendantes ? Devant des phénomènes du type "second écran" ou "chat"/twitt permanent, y a-t-il matière à s'inquiéter ? On est parfois tenté d'y voir quelque chose de bien superflu… 

Internet change nos vies, c'est indéniable. Le téléphone devient smart ; la télévision devient sociale ; Internet devient mobile ; les critiques artistiques se dédoublent avec des algorithmes et par la "smart curation" ; les produits culturels disparaissent et sont remplacés par des services culturels et, bientôt, par des abonnements illimités dans le cloud. C'est une révolution majeure : celle du "smart", c'est-à-dire de l'Internet, non plus simplement de l'information ou de la communication, mais de la connaissance. En même temps, ces évolutions ne sont ni bonnes, ni mauvaises en soi : elles dépendront de ce que vous, moi, nous en ferons.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

02.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

03.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

06.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

07.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

06.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires