En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce que son opposition au projet ITER révèle de la véritable nature de Greenpeace

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

04.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "L’offrande grecque, une aventure de Bernie Gunther" de Philip Kerr, du rififi chez les Grecs !

il y a 2 heures 52 min
pépites > Europe
Revers de la médaille ?
Brexit : les départs des Britanniques vers l’Union européenne auraient augmenté de 30% depuis le référendum
il y a 3 heures 37 min
pépites > International
Port de Beyrouth
Le nitrate d’ammonium, à l’origine des explosions à Beyrouth, était également au cœur de la catastrophe d'AZF à Toulouse
il y a 5 heures 33 min
light > Science
Impact de l'homme sur les écosystèmes
La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment
il y a 7 heures 13 min
pépites > France
Polémique 2.0
L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive
il y a 9 heures 57 min
pépite vidéo > International
Dégâts considérables
Explosions au Liban : ces images des rues de Beyrouth qui témoignent de la violence de la catastrophe
il y a 12 heures 51 min
décryptage > Santé
Enseignements

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

il y a 14 heures 31 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : jetez vous à l’eau ! Fine Calvados, parjure pour certains, divin pour tous

il y a 15 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Eva" de Simon Liberati

il y a 1 jour 3 heures
pépites > International
Catastrophe
Liban : des dégâts importants et de nombreux morts après deux fortes explosions au port de Beyrouth
il y a 1 jour 5 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Le dernier des yakuzas" de Jake Adelstein, plongée dans le Japon des gangs, un héros inquiétant, un récit haletant !

il y a 3 heures 14 min
pépites > Justice
Calendrier judiciaire
Assassinat de Rafic Hariri : le verdict du procès finalement reporté suite aux explosions au port de Beyrouth
il y a 4 heures 54 min
pépites > Science
Ecosystème
Antarctique : de nouvelles colonies de manchots empereurs ont été découvertes grâce à des clichés pris depuis des satellites
il y a 6 heures 23 min
pépites > International
Solidarité avec le peuple libanais
Explosions à Beyrouth : Emmanuel Macron se rendra jeudi au Liban
il y a 9 heures 23 min
pépite vidéo > France
Images révoltantes
Un homme violemment agressé dans une laverie pour avoir demandé de porter un masque
il y a 11 heures 24 min
décryptage > France
Rébellion, sauvagerie ou les deux ?

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

il y a 14 heures 7 min
décryptage > Société
Antisémitisme

Adrénochrome : une vieille théorie complotiste de récolte forcée de sang sur des humains resurgit puissamment sur les réseaux sociaux

il y a 15 heures 12 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Retour à la réalité : les résultats d’entreprises sont pires que mauvais, c’est du jamais vu

il y a 16 heures 15 min
pépite vidéo > International
Scènes de chaos
Liban : les images de la catastrophe et des explosions au port de Beyrouth
il y a 1 jour 4 heures
light > Media
Délai supplémentaire
France Télévisions : confirmation de l'arrêt de France Ô "à compter du 23 août", la fin de France 4 est reportée d'un an
il y a 1 jour 8 heures
© Reuters
La déflation a été oubliée dans les stress tests des banques européennes.
© Reuters
La déflation a été oubliée dans les stress tests des banques européennes.
Sujet tabou

La déflation, ce scénario que la BCE avait oublié dans les stress tests des banques européennes

Publié le 02 mai 2014
Adopté au milieu du mois d'avril, le texte sur l'Union bancaire a été salué par de nombreux décideurs européens qui y ont vu une avancée majeure. Les test de fiabilité (stress tests) des banques européennes pourront ainsi commencer dans les prochaines semaines afin de "déminer" la plupart des créances toxiques du Vieux continent.
Jean-Michel Rocchi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Michel Rocchi est professeur affilié de Finance à l’université Paris-Dauphine.Il est auteur ou co-auteur de plus d’une dizaine d’ouvrages dédié à la finance. Il est notamment l'auteur de Les paradis fiscaux (Sefi, mai 2011) et de plsuieurs ouvrages...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Adopté au milieu du mois d'avril, le texte sur l'Union bancaire a été salué par de nombreux décideurs européens qui y ont vu une avancée majeure. Les test de fiabilité (stress tests) des banques européennes pourront ainsi commencer dans les prochaines semaines afin de "déminer" la plupart des créances toxiques du Vieux continent.

Atlantico :  Que penser du potentiel de succès d'une telle opération, alors que la BCE continue de contester le risque de déflation dans la zone euro ?

Jean-Michel Rocchi : Dans votre question il y a deux questions (et même deux et demi) qui même si elles sont liées demeurent indépendantes : la questions des stress-test (elle-même liée à la question de l'évaluation des actifs ou AQR) et la question de l'Union bancaire.

Tout d'abord il y a deux types de stress-test qui couvrent deux zones distinctes :

- La European Banking Authority (EBA) dont le siège est à Londres et dont le président est Andrea Enria a été établie le 1er janvier 2011 (en fait elle remplace le régulateur précédent qui était le Committee of European Banking Supervisors - CEBS). On a fait en quelque sorte du neuf avec du vieux car l'autorité bancaire européenne est plus performante, ayant à sa disposition plus de moyens. Les stress-tests sont menés en liaison avec l'autorité bancaire compétente localement qui est, dans le cas de la zone euro, la BCE. La compétence de l'EBA porte encore pour l'instant sur l'ensemble de l'Union européenne.  

-  La Banque Centrale Européenne a la responsabilité pour la zone euro des stress-tests et notamment des scénarios macroéconomiques de choc. Elle a vocation à reprendre la supervision de la zone euro. On peut anticiper et dire, que nous sommes de facto dans un système à deux vitesses : zone euro et hors zone euro. C'est Mario Draghi qui est aux commandes en tant que président de la BCE mais aussi du European Systemic Risk Board - ESRB en charge de la prévention du risque systémique. C'est un hasard mais ce sont donc deux italiens qui ont la responsabilité ultime de la supervision bancaire en Europe.
Une fois n'est pas coutume il faut souligner la très grande transparence du processus.

J'ai parlé de deux questions et demi, car dans la zone euro il y a une revue de la qualité des actifs (procédure dite Asset Quality Review - AQR) qui porte sur 130 grandes banques européennes. Les bilans des banques sont étudiés par la BCE et soumis à des tests de résistance, la procédure est assez ouverte puisque la BCE s'est entourée de firmes de conseil privées comme Oliver Wyman pour réaliser ce travail. En fait l'AQR est une procédure à trois volets : l'évaluation prudentielle des risques, la qualité des actifs, les tests de résistance. On le perçoit, les trois volets ne sont pas indépendants mais interfèrent entre eux. L'AQR porte sur le bilan au 31 décembre 2013 des 130 banques et sera effectué par tests sur les partie à risque des bilans (30 à 50% pour faire simple) : système de sondage par grands types de crédit en portefeuille (crédit à la consommation, crédit immobilier aux particuliers, crédit immobilier corporate, prêts aux PME, prêts aux GE ...). Une des difficultés provient aussi du fait que nous sommes en réalité dans une phase de pré-Union bancaire car il n'y a pas encore de comptabilité bancaire homogène, dans le temps une convergence devra s'opérer pour renforcer l'efficacité du dispositif. Une autre difficulté pratique réside dans l'absence d'homogéneité des systèmes d'informations et donc des données qui pourront être extraites pour être transmises au régulateur. Si les données fournies sont insuffisantes l'exercice de modélisation des risques devient impossible ou très incertain. La BCE a aussi effectué un travail sur une définition unique des "crédits à risques" et des "crédits en retard de paiement" car selon les pays cela ne signifiait pas la même chose.

En même temps que s'effectuent les test on essaie donc de bâtir les fondations d'un référentiel commun. S'agissant du volet test de résistance ils seront toujours susceptibles de donner lieu à polémique, en effet si le scénario économique global s'impose (données macroéconomiques globales issues des travaux du FMI et de l'Union européenne), par contre les régulateurs locaux ont une flexibilité à travers certaines hypothèses comme le taux de chômage, le prix de l'immobilier... Ce n'est pas anodin, car de l'ensemble des hypothèses va découler le montant des pertes possibles et donc le besoin de recapitalisation requis. Est-ce que l'AQR va permettre d'exhumer tous les cadavres du placards ? c'est peu probable, car il y aura deux phénomènes qui vont converger : une relative complaisance à l'égard de l'Europe du Sud, et les difficultés intrinsèques réelles de l'exercice.

Mais revenons un instant sur les stress-tests, la question que l'on peut naturellement se poser est de savoir s'ils sont plus sévères que ceux réalisés en 2011. La réponse est clairement oui. A côté d'un scénario de base (baseline) il existe un scénario assez défavorable (adverse) de l'évolution d'indicateurs économiques et de la valeurs des actifs. ces stress-tests sévères s'expliquent par la volonté du régulateur de se construire une crédibilité auprès de la communauté des investisseurs.

Ces scénarios néanmoins ne sont pas exempts de certaines critiques et l'on pourra par exemple se référer à l'excellente étude de Natixis - Flash Report N°55 du 30 avril 2014 réalisée par Alan Lemangnen, Alex Koagne

Le Japon avait connu une crise bancaire de taille dans les années 1990 à la suite de fortes tendances déflationnistes. La situation actuelle est-elle comparable ?

La comparaison de la situation au Japon et en Europe est une fausse bonne comparaison. Certains avancent des arguments réels mais pas assez convaincants : les deux situations se ressemblent.

- la baisse des marchés boursiers (mais ils ont nettement repris depuis les plus bas atteints);
- la baisse du marché de l'immobilier (qui est très variable selon les pays ; forte en Espagne, pas encore survenue en France);
- la politique monétaire trop expansionniste;
- l'inévitable éclatement des bulles financières sur les actifs et les faillites bancaires consécutives.

On sous-estime totalement le phénomène démographique, qui est très différent :

- ce qui caractérise l'Europe en matière de taux de natalité, c'est une situation très contrastée avec des pays à forte natalité avec plus de 11 naissances pour 1000 (le record est l'Irlande avec 15.18 en 2014, après avoir atteint 16.1 en 2011 !) et les pays à moins de 9 pour mille.

- Le taux de natalité au Japon semble avoir joué un grand rôle dans la déflation, c'est au cours des années 90 que l'archipel nippon est passé durablement sous la barre de 10 pour mille, et la situation n'a fait que se dégrader pour être aujourd'hui autour de 8 pour mille, comme pour l'Allemagne.

C'est en 2003 que la population de l'Allemagne était la plus élevée (82,5 millions) avant de revenir, en données estimées, à 81,9 en 2014. De manière assez similaire pour le Japon nous avons une population qui stagne entre 2003 et 2014 (selon les années, entre 127,7 et 127,8). Il n'en est pas du tout de même pour d'autres pays européens. En France, sur la même période, la population est passée de 62,2 millions à 66,3 millions, en l'Irlande elle s'est accrue de 3,9 millions à 4,7 millions, enfin celle du Royaume-Uni a augmenté en passant de 59,5 millions à 64,1

La restructurations des "mauvaises dettes" provoquera logiquement des pertes de capitaux pour les banques européennes. Cela peut-il être problématique alors que le circuit monétaire européen est à sec ?

On n'a pas assez souligné un changement fondamental en matière de responsabilisation des banques (en économie on appelle cela la lutte contre "l'aléa moral" ), ce sont elles qui devront à l'avenir recapitaliser un fonds de résolution, dans le cadre du mécanisme unique de résolution - MUR, qui devrait atteindre progressivement 55 milliards d'euros en 2025, dont 10 à 15 milliards provenant des seules banques françaises.

Un Conseil de Supervision (Supervisory Council) est en charge du mécanisme de supervision unique - MSU (single supervisory mechanism) dont la présidente est la française Danièle Nouy. La BCE héritera officiellement en novembre 2014 de la supervision bancaire en Europe, soit un an après la parution du règlement (UE) N° 1024/2013 du Conseil du 15 octobre 2013 ayant trait "aux politiques en matière de surveillance prudentielle des établissements de crédit".  Le conseil de résolution préparera les plans de démantèlement ou de sauvetage avant de les soumettre à la décision du Conseil des ministres et des Finances.  En vertu du principe de "bail in" (ou renflouement interne) ce sont d'abord les actionnaires et les créanciers (junior et senior) et les dépôts supérieurs à 100 000 euros qui doivent contribuer à apurer le passif dans la limite de 8%. Ensuite, doit intervenir le fonds de résolution, c'est-à-dire que l'on fera appel à l'argent privé (des grandes banques).

A la demande de l'Allemagne pour les gros renflouement l'intervention du fonds de résolution sera plafonnée. Si l'intervention du MUR est insuffisante alors les Etats vont intervenir en dernier ressort, selon le mécanisme dit du "backstop" qui est en quelque sorte un ultime filet de sécurité.  

On peut dire, et c'est une bonne chose, que le "moral hazard" qui pousse parfois les banques à prendre des risques devrait reculer car c'est d'abord au privé qu'il appartiendra de renflouer les sinistres privés. Cette idée n'est pas nouvelle, au XVIIIe siècle Adam Smith définissait l'aléa moral comme étant le cas de figure ou "la maximisation de l'intérêt individuel sans prise en compte des conséquences défavorables de la décision sur l'utilité collective".

Comment expliquer un tel aveuglement des décideurs de la zone euro alors que le FMI avertit sans détour sur le risque actuel au niveau des prix ?

Parler d'aveuglement est excessif car les choses sont complexes. Christine Lagarde a appelé la BCE a assouplir sa politique monétaire et a parlé (les mots sont importants) "d'inflation faible", et pas de "déflation", terme qui effraie et est tabou. Depuis le 16 décembre 2008 le taux de la Fed est de à 0,25% (25 bps), taux adopté à son tour par la BCE le 13 novembre 2013.  

Une nouvelle baisse n'est pas à exclure mais il était impensable que la BCE, qui est indépendante, donne l'impression d'adopter une politique plus accommodante sous la pression du FMI. Notons la remarque acerbe du président Draghi : "le FMI a été récemment extrêmement généreux dans ses suggestions sur ce que nous devrions faire ou ne pas faire" !

Est ce que faire passer le taux BCE de 25 bp à 0 suffirait à améliorer les choses? Le coût du crédit n'est pas la seule variable des investissements, loin s'en faut. Ce qui est vrai par contre, c'est qu'au lendemain de la crise financière de 2007-2008, la baisse des taux par la BCE a été beaucoup trop lente et graduelle par rapport à l'action énergique de la Fed (voir schéma ci-dessus), c'est une des raison pour lesquelles les Américains sont sortis plus vite de la crise. Les Européens sont attentistes, lents et ne pratiquent que les demi-mesures et les sorties de crise sont toujours langoureuses. Les Américains sont des adeptes des méthodes brutales mais sortent toujours plus vite que nous des récessions. Nous verrons bien ce que fera la BCE lors de la prochaine réunion. Une des difficultés, c'est que l'Europe est quant à elle une union douanière avec des pays à deux vitesses en termes de performances économiques, et qu'un remède unique n'est pas adapté à toutes les situations individuelles. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires