En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Et si Trump avait raison sur la Chine

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

ça vient d'être publié
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 1 heure 34 min
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 3 heures 24 min
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 4 heures 35 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 5 heures 39 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 6 heures 16 min
décryptage > Economie
Crise de défiance

Casse-tête de la reprise : les entreprises face à la destruction de confiance massive générée par les pouvoirs publics

il y a 7 heures 42 min
décryptage > France
Chute libre

Apocalypse zéro, suite : les fausses prédictions sur le chaos dans les banlieues plus démenties que jamais

il y a 8 heures 7 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

il y a 8 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 19 heures 30 min
Nouvelle tragédie
Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé
il y a 20 heures 41 min
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 2 heures 30 min
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 3 heures 57 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 4 heures 57 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 5 heures 51 min
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 7 heures 11 min
décryptage > Europe
Avenir de l'Union européenne

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

il y a 8 heures 1 min
décryptage > International
Leçons de la crise sanitaire

Et si Trump avait raison sur la Chine

il y a 8 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unorthodox" de Maria Shraeder, une série originale Netflix : ode à la Liberté

il y a 19 heures 6 min
pépites > Santé
SNDV
Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus
il y a 19 heures 55 min
pépites > Religion
Ancien numéro 3 du Vatican
Pédophilie dans l'Eglise : le cardinal George Pell a été acquitté en Australie
il y a 21 heures 24 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Quand la géographie explique pourquoi la Russie a des vues sur l'Ukraine

Publié le 19 avril 2014
En novembre 2013, l'Ukraine renonce à signer un accord d'association avec l'Union européenne et "relance un dialogue actif avec Moscou". Depuis les événements ont laissé place à une véritable crise internationale avec notamment le rattachement de la Crimée à la Russie. Mais comme l'explique Robert Kaplan dans son livre "La revanche de la géographie" ces faits procèdent d'une logique géographique.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Robert David Kaplan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En novembre 2013, l'Ukraine renonce à signer un accord d'association avec l'Union européenne et "relance un dialogue actif avec Moscou". Depuis les événements ont laissé place à une véritable crise internationale avec notamment le rattachement de la Crimée à la Russie. Mais comme l'explique Robert Kaplan dans son livre "La revanche de la géographie" ces faits procèdent d'une logique géographique.

Vladimir Poutine n’a pas renoncé à la dimension européenne de la géographie russe, bien au contraire. Son ingérence en Ukraine participe d'un effort à plus grande échelle pour recréer une sphère occidentale qui permettrait à la Russie de compter en Europe, tout en faisant l'économie de réformes démocratiques. L'Ukraine est un État stratégique, dont le contrôle est fondamental pour les Russes d'un point de vue géographique. Bordée par la mer Noire au sud et par les ex-satellites à l'ouest, une Ukraine indépendante constitue un obstacle majeur aux avancées russes en Europe. L'Ukraine actuelle est le théâtre de tensions entre sa partie occidentale, où les catholiques et les orthodoxes grecs sont partisans d'un nationalisme, et sa partie orientale, où les orthodoxes russes sont favorables à un resserrement des liens avec Moscou.

Cette dichotomie illustre bien la position ambiguë de ce pays, zone frontière entre l'Europe centrale et l'Europe orientale. Pour Zbigniew Brzezinski, sans l’Ukraine, la Russie ne sera jamais autre chose qu'un « empire à prédominance asiatique », au sein duquel les conflits entre les États du Caucase et de l'Asie centrale iront croissant, tandis qu'en annexant (officiellement ou non) l'Ukraine, la Russie gagnerait 46 millions d'habitants dans sa partie occidentale, qui est déjà de loin la plus peuplée, ce qui lui permettrait de faire contrepoids à l'Europe, et peut-être, à terme, d'y être intégrée.

Dans ce dernier cas, selon Brzezinski, la Pologne, également convoitée par la Russie, deviendrait le « pivot géographique » déterminant pour l'avenir de l'Europe centrale et orientale, et par conséquent, de l'Union européenne. La lutte entre la Russie et l'Europe (en particulier avec l'Allemagne et la France) entamée avec les guerres napoléoniennes, se poursuit, mettant en suspens la destinée de pays comme la Pologne ou la Roumanie. Le communisme s'est effondré, mais les Européens ont toujours besoin du gaz naturel russe, dont 80 % transite par l'Ukraine. La fin de la guerre froide a changé beaucoup de choses, mais elle n'a pas modifié la géographie. Pour Paul Dibb, analyste dans les services secrets australiens, la Russie renaissante pourrait tout à fait « user de stratégies de déstabilisation pour se recréer un espace stratégique ». Comme l’a montré l’invasion de la Géorgie en 2008, la Russie de Poutine ne s'en tiendra pas au statu quo.

L’Ukraine, tenue sous forte pression russe, a donné son accord pour prolonger le bail de la flotte russe en mer Noire, en échange de prix réduits sur le gaz naturel, tandis que le Kremlin essaie de prendre le contrôle du réseau de gazoducs ukrainien, et qu'une grande partie du commerce extérieur de l'Ukraine a lieu avec la Russie. La Russie est cependant loin de posséder le monopole sur les réseaux d'approvisionnement énergétique en Eurasie. Certains pipelines transportent les hydrocarbures d'Asie centrale en Chine, d'autres acheminent le pétrole azéri depuis la mer Caspienne jusqu'à la mer Noire, en passant par la Géorgie, puis vers la Méditerranée en passant par la Turquie, ce qui leur permet de contourner la Russie. Il existe aussi un projet de gazoduc allant de la mer Caspienne à l'Europe centrale qui passerait par le Caucase du Sud, la Turquie et les Balkans, permettant de contourner la Russie.

Dans le même temps, la Russie prévoit un projet de gazoducs sous-marins en mer Noire, qui rejoindrait la Turquie au sud, et la Bulgarie à l'ouest. Quant au Turkmenistan, situé sur la rive orientale de la mer Caspienne, il exporte son gaz naturel en passant par la Russie. Ainsi, même en diversifiant ses fournisseurs, l'approvisionnement énergétique européen — notamment en Europe orientale et dans les Balkans — dépendra toujours de la Russie. L'avenir de l'Europe est donc toujours lié, comme par le passé, aux événements qui se déroulent à l'est.

 

Extraits de "La revanche de la géographie. Ce que les cartes nous disent des conflits à venir" de Robert D.Kaplan aux Editions du Toucan. Pour l'acheter, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Et si Trump avait raison sur la Chine

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
titine
- 20/04/2014 - 01:10
Sans blague !
Et à quel titre l'Oncle Sam y lorgne (on est pas en Amérique du Sud mais en Europe...) à tel point qu'il y fomente au travers l'Otan, un coup d'état pendant la période bien choisie des JO, ce qui en dit long sur sa lâcheté d'assumer ses "envies".
Quant à l'UE, vendue pieds et mains et d'esprit (si tant est qu'elle en ait), elle obéit comme le toutou à sa mémère. Ce qui en dit long sur sa capacité d'autonomie.
Parousnik
- 19/04/2014 - 14:33
Pourquoi les EU ont des vues sur l'Ukraine ?
Telle devrait être la question posée, puisque le coup d'état a été pensé, organisé, financé etc par Obama sa clique et ses sbires étrangers dont hélas le président français... Certe le plan des stratèges étasuniens était tellement lamentable que la Russie en a profité pour recupérer la Crimée... La Russie comme la Chine olnt elle le droit de se protéger de l'hégémonie criminelle US qui depuis trop longtemps met le monde à feu et à sang ?
Parousnik
- 19/04/2014 - 14:31
Pourquoi les EU ont des vues sur l'Ukraine
Telle devrait être la question posée, puisque le coup d'état a été pensé, organisé, financé etc par Obama sa clique et ses sbires étrangers dont hélas le président français... Certe le plan des stratèges étasuniens était tellement lamentable que la Russie en a profité pour recupérer la Crimée... La Russie comme la Chine olnt elle le droit de se protéger de l'hégémonie criminelle US qui depuis trop longtemps met le monde à feu et à sang ?