En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

02.

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

03.

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

04.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

05.

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

06.

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

07.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

05.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

06.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

ça vient d'être publié
pépites > Economie
EMPLOI
Macron annonce une exonération de cotisations et 300.000 contrats d'insertion pour les jeunes
il y a 3 heures 3 min
pépites > Santé
SANTÉ
Macron souhaite le masque obligatoire dans tous les lieux publics clos
il y a 4 heures 21 min
light > France
FÊTE PERCHÉE
Un DJ va mixer en haut de la grande échelle des pompiers
il y a 4 heures 54 min
pépites > France
CORONAVIRUS
Le nombre de cas de Covid-19 double tous les deux jours à Marseille
il y a 5 heures 36 min
pépite vidéo > France
DÉFILÉ
14 juillet : Trois miraculés d’une intervention au Mali vont défiler
il y a 6 heures 24 min
décryptage > Société
Des mots pour mentir

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

il y a 7 heures 59 min
décryptage > France
BACCALAURÉAT 2020

Baccalauréat 2020 : la cuvée coronavirus a été livrée

il y a 8 heures 24 min
décryptage > Economie
WIKI AGRI

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

il y a 8 heures 51 min
décryptage > Europe
UNION EUROPÉENNE

Union européenne : la réglementation sur les travailleurs routiers déchirent les Européens

il y a 9 heures 37 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

il y a 10 heures 41 min
pépite vidéo > Santé
FÊTE NATIONALE
Emmanuel Macron souhaite rendre le masque obligatoire dans les lieux publics clos
il y a 3 heures 14 min
light > Insolite
BON APPÉTIT
Une cliente trouve une tête de lézard dans sa bolognaise, l'enseigne s'excuse
il y a 4 heures 29 min
pépites > France
COMMÉMORATION
Nice commémore les quatre ans de l'attentat de Nice
il y a 5 heures 7 min
pépites > France
FRANCE
"MACRON ASPHYXIE L'HÔPITAL" une banderole déployée durant la cérémonie
il y a 6 heures 6 min
décryptage > Media
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 14 juillet en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 7 heures 27 min
décryptage > Société
Inclusivement vôtre

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

il y a 8 heures 15 min
décryptage > International
INTERNATIONAL

Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

il y a 8 heures 34 min
décryptage > Politique
POLITIQUE

Le Ségur de la Santé, ou la victoire de la bureaucratie sur l'intérêt général

il y a 9 heures 13 min
décryptage > Science
SCIENCE

Coronavirus, 2eme vague et crise économique : 2020, l’été de la grande dissonance cognitive

il y a 10 heures 17 min
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 1 jour 53 min
© DR
Le cinquième rapport du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC) est plus qu'alarmant.
© DR
Le cinquième rapport du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC) est plus qu'alarmant.
Chaud devant !

Déréglement climatique : le point sur les hypothèses du dernier rapport du Giec

Publié le 15 avril 2014
Le cinquième rapport du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC) est plus qu'alarmant. Augmentation de 4°C de la température terrestre, hausse des événements climatiques extrêmes, insécurité alimentaire, extinction d'espèces... Après lecture de ce rapport, le pessimisme est au rendez-vous. Mais après tout, ces experts ont droit à l'erreur.
Frédéric Decker
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Météorologue - Climatologue à MeteoNews et Lameteo.org
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le cinquième rapport du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC) est plus qu'alarmant. Augmentation de 4°C de la température terrestre, hausse des événements climatiques extrêmes, insécurité alimentaire, extinction d'espèces... Après lecture de ce rapport, le pessimisme est au rendez-vous. Mais après tout, ces experts ont droit à l'erreur.

Atlantico : Le cinquième rapport du GIEC vient d’être publié. Qu’apporte-t-il de plus que le précédent sorti en 2007 ?

Frédéric Decker : Ce dernier rapport tente de donner une tendance climatique plus précise pour les décennies à venir, jusqu’en 2100, en particulier sur les températures moyennes globales. Le consensus indique un réchauffement probable de l’ordre de 1 à 4 degrés. Outre cette hausse des températures, le GIEC indique de nombreuses conséquences possibles, sur les phénomènes météo violents (plus nombreux et plus violents), mais aussi sur la population (notamment en raison des risques de submersion marine des terres basses) et sur l’économie (agriculture, alimentation, problèmes sanitaires etc…). Toutefois, en lisant ce rapport, on ne peut que constater que les incertitudes sont grandes : un réchauffement de 1 degré ou moins aurait en effet des conséquences bien moindres qu’un réchauffement de 4 degrés qui pourrait être catastrophique. La planète a déjà connu des périodes très chaudes, même beaucoup plus chaudes qu’actuellement (6 à 8 degrés de plus) du temps des dinosaures… En revanche, l’homme n’était pas encore là pour observer les conséquences qui, de toutes façons, seraient très différentes de nos jours en raison de notre mode de vie moderne.

Selon les scientifiques, la température va augmenter de 0,3 à 4,8°C d’ici à 2100. Que penser de tels écarts de prévisions ?

Il a du mal à l’admettre, mais le GIEC n’a pas été très bon sur les prévisions de réchauffement 2000-2010. En effet, selon leurs thèses antérieures à l’an 2000, le réchauffement devait se poursuivre en s’accélérant durant cette décennie. Cela n’a pas été le cas, au contraire : le réchauffement s’est quasiment stoppé depuis 1998, malgré des années encore très chaudes (notamment 2005 et 2010). En ne prenant en compte que le paramètre anthropique du réchauffement, le GIEC a omis la baisse de l’activité solaire, qui a probablement occasionné cet "effet plateau" du réchauffement des années 2000. Leurs tendances pour 2100 restent très vagues et tout aussi incertaines. 0,3 degré de hausse d’ici 2100, c’est moins qu’au cours des 40 dernières années… 4 degrés seraient probablement "du jamais vu" sur une période si courte… Selon l’hypothèse d’un réchauffement au même rythme que ces 30 à 40 dernières années, le climat pourrait se réchauffer de 1,9 degrés en 85 ans, ce qui est déjà énorme. Mais la machine climatique est si complexe que les modèles échouent régulièrement. Nous risquons d’avoir de nouvelles surprises…

Hausse des événements climatiques extrêmes, insécurité alimentaire, problèmes sanitaires, multiplication des conflits dans le monde… Les prévisions du GIEC s’étendent sur de nombreux domaines. Que penser d’une telle versatilité dans l’analyse ? Peut-on vraiment prédire des évolutions en la matière sur plusieurs décennies ?

Ce n’est pas nouveau. Dès 1988 et la première "crise climatique", le GIEC, alors à ses balbutiements, annonçaient des chiffres assez catastrophiques en terme de hausse des températures et des conséquences diverses et variées à l’horizon 2000, 2020 et 2050. On ne peut pas dire que les prévisions pour l’an 2000 aient été justes (trop chaudes et trop catastrophistes dans l’ensemble). On peut certes faire quelques projections, mais les incertitudes restent importantes.

Quels sont les risques les plus imminents actuellement ? Quels sont les moyens d’actions concrets à nos dispositions ?

Les risques les plus imminents sont ceux que l’on a connus récemment, ces derniers mois ou ces dernières années : canicules plus fréquentes et plus étendues (comme en 2010 en Russie, en 2003 en Europe de l’ouest) et érosion rapide des côtes comme l’hiver dernier en France et en Europe en général. En revanche, inondations ou sécheresses sont encore difficilement imputables au réchauffement. Nos moyens d’actions sont malheureusement bien dérisoires, car si certains pays tentent de moins pollués (France, Allemagne), d’autres, en pleine expansion, polluent au contraire beaucoup plus qu’autrefois (Chine, pays d’Asie). Les émissions de CO2 à l’échelon mondial ne sont malheureusement pas à la baisse, et la politique de développement des pays asiatiques semble peu se soucier des possibles retombées néfastes à venir…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (34)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
spiritus
- 17/04/2014 - 11:07
Le GIEC ne s'est pas réellement trompé
Tout le monde semble dire ici que le GIEC s'est trompé et le reconnaît. Oui. C'est vrai. Mais ce qu'il faut comprendre, et j'insiste là-dessus, c'est que leurs prévisions , il y a 20 ans, se fondaient sur les données et les modèles (et les outils informatiques) d'il y a 20 ans. Les données n'étaient pas aussi nombreuses (moins de scientifiques travaillaient sur le sujet, beaucoup de pays ne délivraient pas leurs statistiques et même les truquaient), et les prédictions (ou plutôt les statistiques) étaient moins puissantes puisque leurs ordinateurs étaient moins puissants que nos ordinateurs personnels d'aujourd'hui. Donc, on ne peut pas leur reprocher ça. Donc évidemment, les prédictions changent en fonction des progrès. Il faudrait donc tout revoir tous les ans, avec les nouvelles données. Des systèmes aussi complexes que le climat peuvent être modélisés, mais pour qu'ils "tournent", il faut connaître très précisément les conditions... et pour ça, il faut y mettre des données précises, qui évoluent tout le temps. La source des mauvaises prédictions vient de la lenteur de la collecte des données, pas de l'incompétence des gens qui tentent de faire les prédictions.
issartier
- 16/04/2014 - 19:23
Cet article est réconfortant
Cet article est réconfortant car la seule chose dont on est scientifiquement très certain c'est que le GIEC s'est totalement trompé dans ses prédictions du climat des trente dernières années passées, et qu'il le reconnait humblement. C’est une garantie sérieuse que ce qu'il annonce sur les mêmes bases pour l'avenir de ce siècle sera donc tout aussi magistralement faux. Probablement grâce au développement considérable de cette merveilleuse énergie inépuisable qui fait tourner l'Univers depuis le BigBang, le nucléaire, encore au stade balbutiant, mais que le développement scientifique est en train de débarrasser des ses nuisances radioactives. Rappelons pour les écolos ignares que le nucléaire est la seule énergie de base créatrice de vie sur notre planète. Et que cette énergie a déjà sauvé 100000 fois de plus vies qu'elle n'en a détruites, du fait de l’usage maitrisé des irradiations anticancéreuses. Le seul danger qui nous guette vraiment tout de suite ce sont les écotaxes. Si Walls l’a compris, il a quelques chances de réussir, sinon son départ est proche : les écolos auront sa peau !
issartier
- 16/04/2014 - 19:23
Cet article est réconfortant
Cet article est réconfortant car la seule chose dont on est scientifiquement très certain c'est que le GIEC s'est totalement trompé dans ses prédictions du climat des trente dernières années passées, et qu'il le reconnait humblement. C’est une garantie sérieuse que ce qu'il annonce sur les mêmes bases pour l'avenir de ce siècle sera donc tout aussi magistralement faux. Probablement grâce au développement considérable de cette merveilleuse énergie inépuisable qui fait tourner l'Univers depuis le BigBang, le nucléaire, encore au stade balbutiant, mais que le développement scientifique est en train de débarrasser des ses nuisances radioactives. Rappelons pour les écolos ignares que le nucléaire est la seule énergie de base créatrice de vie sur notre planète. Et que cette énergie a déjà sauvé 100000 fois de plus vies qu'elle n'en a détruites, du fait de l’usage maitrisé des irradiations anticancéreuses. Le seul danger qui nous guette vraiment tout de suite ce sont les écotaxes. Si Walls l’a compris, il a quelques chances de réussir, sinon son départ est proche : les écolos auront sa peau !