En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

06.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

07.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 14 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 1 heure 44 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 4 heures 56 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 5 heures 31 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 5 heures 52 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 6 heures 46 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 7 heures 29 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 8 heures 17 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 8 heures 42 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 8 heures 48 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 48 min 46 sec
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 2 heures 29 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 5 heures 4 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 5 heures 48 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 6 heures 25 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 7 heures 1 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 7 heures 51 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 8 heures 35 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 8 heures 45 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 8 heures 53 min
© Reuters
La bipolarité est une maladie difficile à détecter.
© Reuters
La bipolarité est une maladie difficile à détecter.
Surenchère médicale

Pourquoi la bipolarité est tellement mal traitée

Publié le 11 avril 2014
Très présente sur la place médiatique, la bipolarité est une maladie pourtant complexe à détecter. Cette surenchère n'est pas sans conséquences : elle engendre un diagnostic trop rapide de certains médecins et une névrose de la part des patients. Les symptômes de la maladie restent encore mal cernés et son traitement pas optimal.
Jean-Paul Mialet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Mialet est psychiatre, ancien Chef de Clinique à l’Hôpital Sainte-Anne et Directeur d’enseignement à l’Université Paris V.Ses recherches portent essentiellement sur l'attention, la douleur, et dernièrement, la différence des sexes.Ses...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Très présente sur la place médiatique, la bipolarité est une maladie pourtant complexe à détecter. Cette surenchère n'est pas sans conséquences : elle engendre un diagnostic trop rapide de certains médecins et une névrose de la part des patients. Les symptômes de la maladie restent encore mal cernés et son traitement pas optimal.

Atlantico : La bipolarité est une maladie très médiatisée, quel est le réel bilan aujourd'hui ? Quelles sont les conséquences de cette médiatisation ?

Jean-Paul Mialet : Connus depuis l’Antiquité, les troubles bipolaires ont occupé une place majeure en psychiatrie avec l’apparition de traitements véritablement efficaces, à partir des années 60 : antidépresseurs et sels de lithium. La multiplication de nouveaux traitements ont conduit à en approfondir le diagnostic à tenter d’en dépister les formes camouflées. A mesure que grandissait l’intérêt des psychiatres pour cette maladie, elle tombait dans le domaine public. Certains cas de troubles bipolaires caricaturaux sont propices à alimenter la curiosité du grand public, et les médias sont friands de toutes les folies. Il est toutefois utile de rappeler que la maladie bipolaire est relativement rare : elle ne concernerait que 1 à 2% de la population si l’on s’en tient à une évaluation stricte, un peu plus si l’on inclut les formes atténuées.

Assistons-nous à une véritable névrose de la bipolarité ? Quels en sont les facteurs ?

L’exaltation euphorique qui caractérise la phase d’excitation et à l’inverse l’abattement et la tristesse qui caractérisent la phase dépressive sont des alternances qui parlent à l’imaginaire : c’est Jean qui rit et Jean qui pleure. Et Jean, cela peut être aussi bien mon voisin, ou moi-même. Voilà le danger de la médiatisation à outrance de cette maladie pas comme les autres, car elle concerne la sphère de nos humeurs intimes. Or celles-ci sont normalement sujettes à des variations : nous sommes en forme et souriants un jour, tristes et renfrognés un autre jour. De là à nous sentir tous bipolaires… Il faut bien comprendre que les périodes d’excès ou d’effondrement de l’énergie mentale que connaissent ces patients ne peuvent être comparées aux fluctuations de nos états d’âme et ne pas mettre du pathologique dans toutes nos émotions. Etre normal, c’est aussi être variable.

Les personnes atteintes de bipolarité sont-elles bien diagnostiquées par les médecins et les médecins spécialisés ?

Étrangement, la  bipolarité est diagnostiquée tardivement. On parlait il y a quelques années d’un délai de 8 ans entre la première crise et le diagnostic. Qu’en est-il aujourd’hui depuis que la maladie est devenue à la mode  et qu’elle est présente à l’esprit de tous ? Il est probable qu’il y a davantage de diagnostics précoces – c’est l’avantage de la médiatisation – mais il y a aussi sans doute beaucoup de diagnostics abusifs. En fait, le dépistage de ce mal n’est pas si facile : pendant l’accès d’excitation, le patient se sent si bien qu’il refuse tout soin et quand il est dépressif, il se sent volontiers incurable et inaccessible aux soins. Il cache d’ailleurs souvent son effondrement, dont il se sent honteux et garde pour lui ses idées sombres. Cela fait de cette maladie un trouble dont le diagnostic doit être établi par un spécialiste, accoutumé à repérer des symptômes souvent passés inaperçus aux yeux de l’entourage et même parfois du médecin.

 

Les traitement médicaux et les moyens mis en place sont-ils adaptés et suffisants ? Sont-ils bien pris en charge ?

Les traitements médicaux sont nombreux et très efficaces : c’est certainement l’une des pathologies dans lesquelles le psychiatre rencontre les succès les plus spectaculaires. La prise en charge exige un suivi qui ne peut s’établir dans de bonnes conditions que si le patient ne nie pas sa maladie et s’il a confiance en son psychiatre. On n’insistera jamais assez sur ce dernier point. Certains de mes patients, en pleine crise d’euphorie, n’ont accepté de prendre leur traitement que pour des raisons de confiance : eux-mêmes se sentaient très bien – en fait, ils ne s’étaient jamais sentis aussi bien de leur vie – mais puisque je le leur demandais et que mes recommandations, jusque là, leur avaient plutôt été bénéfiques…

Les structures d'accueil disposent-elles d'assez de places et de personnel formés à traiter la bipolarité ? Qu'est-ce qui pourrait être amélioré étant donné qu'il y a de la confusion dans les pathologies ? Les malades atteints de bipolarité risquent-ils un traitement mal adapté ?

L’hospitalisation en psychiatrie fait appel à un découpage administratif qui groupe tous les patients dans le même hôpital en fonction de leur situation géographique – à la façon un peu de la carte scolaire. Ceci amène, si l’on fait une crise maniaco-dépressive sévère, à être hospitalisé au milieu de patients variés, certains présentant par exemple des états délirants très lourds. Or la bipolarité, même lorsqu’elle se présente sous une forme bruyante, est en principe totalement résolutive : la crise passée, le patient retrouve son état normal. La maladie bipolaire est en fait une maladie intermittente. L’hospitalisation, quand elle s’est faite dans des conditions contraignantes, peut laisser de mauvais souvenirs et conduire certains patients à fuir les soins… Mais en principe, les médecins et le personnel connaissent bien aujourd’hui ce mal, savent le prendre en charge et le discerner d’autres pathologies. Depuis trente ans, bien des progrès ont été fait à ce propos. Et même si aujourd’hui, on commet des erreurs de diagnostic, mieux vaut voir de la bipolarité où il n’y en a pas que, comme je l’ai connu au début de ma pratique, faire des diagnostics abusifs de schizophrénie.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Mouv
- 12/04/2014 - 09:42
Que faire quand le patient ne veux pas se faire soigner
Diagnostiqué depuis 10 ans une connaissance reste dans l'évitement et le déni.

Si quelqu'un a la réponse je suis preneur.
cpamoi
- 12/04/2014 - 05:33
Des diagnostiques volontairement erronés ?
On nous explique donc tranquillement que l'énorme majorité des diagnostiques de bipolarité sont erronés. Quid des patients mis sous traitements - traitements dont les effets secondaires sont soigneusement évacués.

"Sommes-nous tous des Bipolaires ?
Il y a un truc qui m’ennuie depuis plusieurs années, en tant que Psychiatre.
C’est le diagnostic de Bipolarité de la part de mes confrères et la stratégie marketing agressive de certains labos pharmaceutiques pour faire prescrire deux médicaments qui, à mon avis, sont dangereux et prescrits le plus souvent sans réelle indication"

http://bipolaireinfo.sosblog.fr/
gliocyte
- 11/04/2014 - 18:55
@fsdiem
Bravo pour votre courage de chaque instant, votre capacité à devenir votre propre baromètre. Vous avez la chance, je pense, d'avoir un entourage aimant et attentif qui a pu vous épauler dans l'épreuve. Ce n'est pas, hélas, le lot de tout le monde.