En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

05.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

06.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

07.

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 34 min 42 sec
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 1 heure 19 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 2 heures 2 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 3 heures 32 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 6 heures 45 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 7 heures 20 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 7 heures 41 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 8 heures 35 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 9 heures 18 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 10 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 45 min 45 sec
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 1 heure 41 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 2 heures 37 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 4 heures 18 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 6 heures 53 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 7 heures 37 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 8 heures 14 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 8 heures 49 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 9 heures 40 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 10 heures 24 min
© Reuters
Une survivante du génocide.
© Reuters
Une survivante du génocide.
20 ans après

Responsabilités dans le génocide au Rwanda : ce que la France gagnerait à s'inspirer du travail d'enquête réalisé par la Belgique

Publié le 08 avril 2014
Les cérémonies de commémoration du génocide des Tutsis se déroulaient se lundi à Kigali sans aucune représentation française, l'ambassadeur de France s'étant vu refuser son accréditation. 20 ans après le massacre de 800 000 Tutsis, la lumière n'a pas encore été faite sur l'implication de la France, empêchant tout apaisement entre Kigali et Paris.
Alain Destexhe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Destexhe est député belge,  ex sénateur, initiateur de la commission d'enquête du Sénat belge sur le génocide du Rwanda. Il a également été secrétaire général de Médecins Sans Frontières et est l'auteur de Le mouvement flamand expliqué aux...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les cérémonies de commémoration du génocide des Tutsis se déroulaient se lundi à Kigali sans aucune représentation française, l'ambassadeur de France s'étant vu refuser son accréditation. 20 ans après le massacre de 800 000 Tutsis, la lumière n'a pas encore été faite sur l'implication de la France, empêchant tout apaisement entre Kigali et Paris.

Atlantico : Alors que le Rwanda s'apprêtait à commémorer les 20 ans du génocide des Tutsis, le président Kagame a accusé la France et la Belgique pour leur implication dans le massacre de 1994. La déclaration du président rwandais est-elle une "surprise" comme l'a déclaré Christiane Taubira ? Comment a-t-elle été accueillie en Belgique ?

Alain Destexhe : La France devrait d'abord faire en profondeur le travail d'investigation nécessaire sur la politique menée par le pays vis-à-vis du Rwanda avant pendant et après le génocide. En Belgique, en 1997, nous avons mis en place une commission d'enquête au Sénat. Pendant un an, nous avions les pouvoirs d'un juge d'instruction et nous avons eu accès à tous les documents de la défense nationale belge ainsi que les documents du ministère des Affaires étrangères concernant le Rwanda. Nous avons une vision assez complète de ce qui s'est passé. Le rapport final du sénat belge condamne d'ailleurs sans ambiguïté le gouvernement belge de l'époque regrettant le retrait des troupes. Et par la suite en l'an 2000, le Premier ministre belge a présenté ses excuses.

Le travail de la mission d'information de l'Assemblée nationale, dont Monsieur Cazeneuve était le rapporteur a été très incomplet. Il existe encore des zones d'ombre. Tant que la France n'accepte pas de lever ces inconnues, les relations entre Paris et Kigali ne pourront pas être normalisées.   

La mission d'information parlementaire française n'a selon vous pas été au fond des choses, contrairement à ce qui été fait en Belgique.

Honnêtement, non. J'ai assisté à quelques auditions, il y a de grosses différences. L'accès aux documents d'archive des ministères de la défense et des affaires étrangères n'a pas du tout été le même. Les auditions des ministres français comme Juppé, Védrine ou Léotard on été très courtoises alors qu'en Belgique, nous avons essayé de pousser les auditionnés dans leurs retranchements. Le rapport final laisse beaucoup de zones d'ombre. La France aurait intérêt à reprendre ce travail... Soit sous la forme d'une commission d'enquête parlementaire ou d'une commission d'historiens.

Pourquoi ce travail d'enquête n'a-t-il jamais été complété ?

La première mission d'information a été un véritable combat. La société civile française s'est emparée de ce qui avait été fait en Belgique, réclamant qu'un travail similaire soit réalisé en France. Sinon cette mission ne serait jamais arrivée. Et ensuite, on a voulu enterrer ce qui s'est passé.

Nous sommes face à un génocide, comme ce fût le cas avec la shoah, on n'échappe à la vérité et à la transparence dans ce domaine, nous ne sommes pas dans le cas d'une simple opération de la françafrique. Mieux vaut trancher le problème rapidement. Il faut compléter l'enquête.

Le 7 avril 2000, le Premier ministre belge Guy Verhofstadt a présenté les excuses de son pays au peuple rwandais. Des relations apaisées entre Kigali et Paris doivent-elles passer par des excuses de la France comme cela a été le cas de la Belgique ?

Ce n'est pas seulement une question d'excuses. Comme l'a dit le président Kagamé dans son discours ce lundi 7 avril : "les faits sont têtus".  La ministre des Affaires étrangères a quant à elle remercié les chercheurs français et les membres de la société civile. Ce n'est pas une hostilité du Rwanda vis-à-vis de la France.

De nombreux survivants du génocide accusent les troupes françaises d'être restées indifférentes à leur sort sur la colline de Bissessero. Les soldats sont accusés d'avoir tardé à intervenir, causant la mort de centaines de personnes supplémentaires. La France dit que cela est faux. Mais cette question pourrait être tranchée en rouvrant les archives et en demandant aux historiens d'enquêter. Je ne sais pas ce qui s'est passé, mais il faudrait le savoir pour apaiser la tension. Je ne dis pas que la France devrait s'excuser mais on parle d'un génocide, il est très important  de connaître la vérité.

Les accusations de Bissessero me semblent pourtant faciles à trancher. Car dans l'armée, tout est retranscrit. 

Le mois dernier, une juridiction française condamnait pour la première fois un génocidaire rwandais, alors que d'autres pays comme la Belgique avaient été plus prompts à juger les tueurs au nom de la compétence universelle. Peut-on considérer qu'il s'agit là d'un premier pas vers une réconciliation ?

Oui, c'est un premier pas. Pour rendre la justice au Rwanda, nous disposons de trois instruments. Le tribunal pénal international pour le Rwanda qui a jugé les gros poissons, la justice rwandaise, soit à travers la justice ordinaire, soit à travers le système des gacaca a jugé des centaines de milliers de personnes. La troisième voie est de juger tous les criminels qui se sont réfugiés partout dans le monde. C'est un point positif très important. 60 ans plus tard, nous traquons toujours les criminels nazis. Dans le cadre du génocide des Tutsis, cela ne s'arrêtera pas non plus.

François Hollande doit comprendre que cette histoire ne passera pas et mieux vaut jouer la carte de la transparence et de la vérité plutôt que la langue de bois consistant à dire que la France était la seule à intervenir dans le cadre de l'opération turquoise. Après, il est vrai que personne ne voulait intervenir à l'époque. Il faudrait faire un bilan objectif de l'opération turquoise. L'affaire du génocide continuera de poursuivre la France tant que la lumière ne sera pas faite. Il n'y a pas de secret d'Etat qui tienne lorsqu'on est face à génocide.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (22)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Le Lampiste
- 09/04/2014 - 01:23
Une véritable enquete, la seule, est faite par la France.
Alors, le belge, le bec dans les frites !

http://www.polemia.com/rwanda-un-genocide-en-questions/

Point final !
Le Lampiste
- 08/04/2014 - 18:47
@amike: Oui, la Belgique joeu les jésuites aux mains propres !
Non seulement la Belgique n'a pas rempli sa mission, mais elle est directement responsable par le biais de ses missionnaires qui ont voulu imposer leur vision européenne égalitariste aux élections "un homme = une voix", ce qui dans le système tribal africain ne pouvait aboutir qu'à faire basculer les équilibres traditionnels dans le chaos.
Il faut définitivement se faire à l'idée qu'un Africain n'est pas un européen plus ou moins pauvre et plus ou moins protégé des UV, et que la vision qui ramène la "Démocratie" à un système électoral est une imbécilité, si ce n'est une grosse tromperie.
Et ceci est également vrai pour nos prétendues démocraties, qui deviennent de plus en plus des dictatures de la majorité, sous couvert d'une pseudo-éthique votée en séance ou plutôt en loge et d'un lavage de cerveau médiatique du bon peuple crétinisé par la "Cul-ture" et gavé de repentances.
La prétendue vocation universelle de la démocratie apparait comme une utopie, et les utopies sociales finissent toujours mal. En réalité, il s'agit du dernier avatar de la colonisation, qui mène ces pays sous la férule de maitres bien plus exigeants que ceux du 19e siècle : les banksters et le FMI.
Unhappy taxpayer
- 08/04/2014 - 14:53
A tous les abrutis !
Renseignez vous sur ce qu'est un mandat de l'ONU avant de critiquer encore et toujours la France

En ex-yougoslavie, nous avons du faire face aux mêmes atrocités sans pouvoir intervenir grâce à l'incompétence et à la lâcheté (ou calculs) de ces trop chers politiciens Onusiens !