En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

03.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

04.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

05.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

06.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

07.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

01.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

02.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

05.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 27 min 6 sec
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 1 heure 13 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 1 heure 37 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 2 heures 28 sec
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 2 heures 21 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 3 heures 29 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 17 heures 47 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 19 heures 51 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 20 heures 48 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 22 heures 31 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 55 min 16 sec
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 1 heure 28 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 1 heure 48 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 2 heures 4 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 2 heures 42 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 3 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 18 heures 34 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 20 heures 23 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 22 heures 9 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 22 heures 45 min
© Reuters
Angela Merkel devant une carte de l'Europe
© Reuters
Angela Merkel devant une carte de l'Europe
Bonnes feuilles

Est-ce vraiment l'Allemagne qui paie ou sont-ce les Européens qui paient (parfois) pour l'Allemagne ?

Publié le 30 mars 2014
Épuisés par la rigueur économique, de plus en plus défiants vis-à-vis de la construction européenne, les États ne comptent plus sur leurs dirigeants pour tâcher d’en infléchir le cours. Dès lors, ils pourraient bien être tentés d’y mettre un terme brutal, en recourant à des partis politiques pour lesquels "la Paix" est très loin d’être inscrite au frontispice de leur édifice programmatique. Extrait de "Europe, les États désunis", de Coralie Delaume, aux éditions Michalon (2/2).
Coralie Delaume
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Coralie Delaume, 37 ans, est diplômée de l’Institut d’études politiques de Grenoble. En 2011, elle ouvre un blog, « L’arène nue », sur lequel elle s’attache à commenter régulièrement l’actualité politique.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Épuisés par la rigueur économique, de plus en plus défiants vis-à-vis de la construction européenne, les États ne comptent plus sur leurs dirigeants pour tâcher d’en infléchir le cours. Dès lors, ils pourraient bien être tentés d’y mettre un terme brutal, en recourant à des partis politiques pour lesquels "la Paix" est très loin d’être inscrite au frontispice de leur édifice programmatique. Extrait de "Europe, les États désunis", de Coralie Delaume, aux éditions Michalon (2/2).

Est-ce vraiment l’Allemagne qui paie ?…

Il est un préjugé fort répandu, qui consiste à croire que les exigences allemandes vis-à-vis de ses partenaires de la zone euro, son insistance à prôner rigueur et « réformes de structure » tiennent au fait que « c’est l’Allemagne qui paie ». Que paie-t-elle exactement ? On serait bien en peine de nous l’expliquer. Mais on nous l’assure : elle paie. Elle ne demanderait pas à ses voisins de se montrer plus économes si ces derniers ne lui coûtaient pas fort cher.

C’est raisonner à l’envers. Pour l’heure, l’Allemagne n’a pas payé grand-chose. Elle a accordé des prêts et en a garanti d’autres, ce qui pourrait finir, en cas de défaut de ses créanciers du Sud, par lui être coûteux. Mais dans l’immédiat, elle n’a mis que rarement la main au porte-monnaie. À l’inverse, elle a développé une faculté rare à déporter certains de ses coûts sur ses voisins. Jacques Attali – qu’on ne peut soupçonner d’être un dangereux nationaliste germanophobe – l’a parfois dit : « La réunification a été payée non par les Allemands mais par leurs partenaires. »

C’est évidemment exagéré et prouve s’il en était besoin que le jacquattalisme n’est pas un humanisme. Bien sûr, le processus d’intégration de l’ex-RDA a eu un coût pour l’Allemagne. Les Allemands tendent d’ailleurs à ne garder en mémoire que celui-ci, estimé à quelque 1500 milliards d’euros et financé par un impôt dédié, qui, d’ailleurs, existe toujours. Il a donc fallu, pour réunir les deux Allemagne, une solidarité sans faille de l’Ouest vis-à-vis de l’Est. Une solidarité dont le pays a su faire preuve pour son bien propre, mais dont on comprend qu’il soit peu désireux de faire bénéficier l’Europe entière. On peut d’ailleurs appréhender à cette aune ses réticences face à l’idée d’un fédéralisme budgétaire européen. Le gros effort allemand de transferts budgétaires a été réalisé une fois, au début des années 1990, dans le but d’unir un seul et même peuple. Même sous couvert de fédérer l’Europe et justement parce qu’il n’existe pas de peuple européen, les Allemands sont peu désireux de remettre le couvert.

… ou sont-ce les Européens qui paient (parfois) pour l’Allemagne ?

La réunification, toutefois, a eu quelques retombées économiques positives en Allemagne, cependant que les pays riverains n’héritaient quant à eux que des effets négatifs. La chute du mur a, par exemple, généré une hausse de la demande intérieure du pays. De celle, d’abord, des consommateurs est-allemands, favorisée par le taux de conversion de « un pour un » (un Ostmark pour un Deutschmark) choisi par le chancelier Kohl. De la demande, ensuite, liée aux investissements publics indispensables pour remettre à niveau l’ancienne RDA. Problème : ce processus de hausse de la consommation était porteur de germes inflationnistes, le comble de l’horreur pour la sévère Bundesbank. Celle-ci fit donc immédiatement grimper ses taux pour éviter la « surchauffe » de l’économie. Le reste de l’Europe, pour sa part, se trouvait dans une situation exactement inverse, confronté à un ralentissement de l’activité et à une inflation faible.Peu importe : la marche à l’euro avait déjà débuté. Elle nécessitait que les monnaies restent soudées les unes aux autres, ou, plutôt, que toutes restent arrimées au Deutschmark. Qu’à cela ne tienne : les Européens, France en tête, s’alignèrent sur l’Allemagne. Leurs taux d’intérêts atteignirent des sommets, provoquant un résultat sans appel. Le continent s’enfonça dans une récession qui fut la rançon, pour les partenaires de l’Allemagne, de l’unification de celle-ci.

Trente ans plus tard, il n’est toujours pas exact de dire que « c’est l’Allemagne qui paie ». Au contraire, elle est devenue le chef d’orchestre d’une zone monétaire qu’elle a organisée de manière à payer le moins possible. Les modalités de fonctionnement en vigueur dans la zone euro lui permettent en effet de se reposer sur le rôle répressif des marchés financiers, auxquels elle délègue le soin de convertir ses partenaires à la rigueur et à la parcimonie.

Pour satisfaire une Allemagne allergique à l’inflation, on a fait de l’eurozone un haut lieu de la stabilité des prix. Pour y parvenir, pour congédier tout ce que la création monétaire par les banques centrales et les prêts directs aux États sont supposés contenir de risques inflationnistes, on a érigé les marchés de capitaux au rang de seuls et uniques prêteurs de la zone, leur conférant par là même un rôle de gendarme. C’est à eux seuls qu’incombe, désormais, de décerner les bons ou les mauvais points. Ce sont eux qui fixent les taux d’intérêts, faibles ou élevés, auxquels les États se refinancent. Or en toute logique, pour les marchés de capitaux, un bon point n’est mérité que s’il profite… aux détenteurs de capitaux. Un pays fait-il preuve de trop « d’étatisme » ? Laisse-t-il filer ses dépenses au risque de créer du déficit public ? Un autre ose-t-il une politique jugée trop favorable au travail et omet-il de maîtriser le coût – toujours trop élevé – de celui-ci ? Aussitôt, c’est la sanction : les taux d’intérêts s’envolent et le récalcitrant peine à emprunter. Une logique disciplinaire d’une redoutable efficacité et qu’il suffit de laisser s’appliquer mécaniquement. Pendant ce temps, l’Allemagne, elle, s’occupe de récolter les fruits qu’a fait mûrir une monnaie unique conçue en fonction de ses propres besoins.

Ces fruits, les électeurs allemands les cueillent bien volontiers. Ils semblent reconnaissants à leurs gouvernants d’avoir régulièrement veillé à préserver leurs intérêts et en septembre 2013, ils ont ouvert à Angela Merkel les portes d’un troisième mandat à la chancellerie. Le pays s’offre ainsi une stabilité du pouvoir qui fait figure d’exception en Europe. Il faut dire que, durant sa campagne, la chancelière a pris soin d’éviter les sujets qui fâchent comme, par exemple, la perspective d’un troisième plan d’aide européen à la Grèce. Celui-ci est pourtant considéré comme probable voire inéluctable par de nombreux observateurs.

La candidate Merkel a préféré occulter cette évidence. Et pour cause : la crise des dettes souveraines et de l’euro a d’abord été l’occasion d’une formidable migration des risques et d’un transfert de ceux-ci des mains des acteurs privés – les banques et les fameux marchés – vers celles des acteurs publics – les États. Ainsi l’État allemand s’est-il engagé à hauteur de 190 milliards d’euros dans le Mécanisme européen de stabilité (MES). Sous forme de garanties essentiellement, mais qu’il pourrait avoir effectivement à débourser en cas de défaut de la Grèce, du Portugal ou de tout autre pays sous assistance. Et cette fois, pour de bon, l’Allemagne paierait. Mais la France aussi, qui garantit quant à elle 142 milliards d’euros. L’Italie de même, engagée pour 125 milliards, alors qu’on sait les difficultés de ce pays et le poids insupportable de sa propre dette…

Extrait de "Europe, les États désunis", de Coralie Delaume, aux éditions Michalon, 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
l'inconnu
- 03/04/2014 - 11:00
Xénophobie
Le FN s'est mal, s'en prendre aux étrangers c'est mal, dire que l'immigration pose des problèmes au pays c'est mal. Par contre dire que les problèmes de la France et l'Europe c'est à cause des Allemands, ça c'est bien : ils sont égoïstes, ne font les règles de l'Europe que pour eux, laissent les autres payer....
Soyons réalistes, les traités européens ont été signés par tous les pays, ce sont donc les signataires de ces traités qu'ils faut condamner. Et ce ne sont pas les Allemands, mais les dirigeants de chaque pays. Alors se plaindre maintenant, c'est mensonger.
l'inconnu
- 03/04/2014 - 10:55
confondre équilibre budgétaire et taux d'emprunt !
C'est facile de crier sans cesse que les marchés de capitaux tuent les états avec leurs taux. Auncun pays qui a des comptes équilibrés n'a de problème ou n'est soumis aux marchés de capitaux. Seuls les pays surendettés ont des problèmes. Mais ce ne sont pas les marchés qui surendettent les pays, ce sont les politiques que l'on mène. Tout gestionnaire avisé cesse d'emprunter si les taux sont trop élevés.
caribou
- 30/03/2014 - 13:16
Oups... J'allai oublier.
DEPUIS QUAND NE PAS DÉPENSER PLUS QUE SES REVENUS C'EST DE L'AUSTÉRITÉ (en parlant de la France). A quel moment KEYNES parle de dépense publique... Pour remplacer la dépense PRIVÉ... dans des moments de crise... JAMAIS POUR EN FAIRE UN MODE DE FONCTIONNEMENT SUR LE LONG TERME. Alors oui, nous vivons en crise depuis 2009 ... Mais Nous sommes déjà sur endetté en regard de notre création de richesse... Question: A QUOI A SERVI TOUTE CETTE DETTE? A VIVRE AU DESSUS DE NOS MOYENS, SANS SE PENSER AU LENDEMAIN.