En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

03.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

04.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

05.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

06.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

07.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 3 heures 58 min
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 5 heures 13 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

il y a 12 heures 44 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Covid-19 : la société française face au confinement

il y a 13 heures 48 min
décryptage > Culture
Il faut que tout change pour que tout change

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

il y a 14 heures 21 min
décryptage > International
Lion-dragon deal

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

il y a 15 heures 21 min
décryptage > Politique
Le bloc-pol de Laurence Sailliet

Ce devoir de pragmatisme qui s’impose au gouvernement Castex

il y a 16 heures 20 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

il y a 17 heures 25 min
décryptage > Société
Retrouver le sens du réel

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

il y a 18 heures 9 min
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 1 jour 7 heures
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 4 heures 26 min
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 5 heures 41 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : la démocratie à l’épreuve du coronavirus

il y a 13 heures 32 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Crise du coronavirus aux Etats-Unis : une mise à l’épreuve des valeurs fondamentales de la société américaine

il y a 14 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Bernard Plessy : "Travaux et jours dans la Grèce antique" (éditions Paradigme), grandeur du "petit peuple"

il y a 14 heures 52 min
décryptage > Economie
Effet boule de neige

Covid, moins d'habits, plus de chômage !

il y a 15 heures 46 min
décryptage > Culture
"Last night a DJ saved my life"

Humeur sombre mais folles envies de dance floor : la pop music n’a jamais été aussi rythmée depuis 10 ans

il y a 16 heures 41 min
décryptage > Société
1001 colères

A chacun ses coupables, à chacun ses victimes : mais qui écoute le plus les Français silencieux ?

il y a 17 heures 40 min
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 1 jour 6 heures
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 1 jour 7 heures
© Reuters
Photo d'illustration / Une femme portant son café de Starbucks.
© Reuters
Photo d'illustration / Une femme portant son café de Starbucks.
Consommation de masse

L'effet marketing : renoncer à des petits ruisseaux de dépenses peut-il nous mener à de grandes rivières d'économies ?

Publié le 27 mars 2014
Pourquoi préférer prendre un "latte" chez Starbucks plutôt qu'un simple café au comptoir ? Même dans un contexte économique défavorable, nous avons toujours tendance à dépenser "inutilement" de l'argent. C'est une question de bien-être matériel et psychologique.
Anthony Mahé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anthony Mahé est sociologue à l'ObSoCo (Observatoire Société et Consommation). Il est spécialisé dans les domaines de l'imaginaire de la consommation et de la sociologie du quotidien. Il a réalisé une thèse de doctorat sur le recours à l’endettement...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pourquoi préférer prendre un "latte" chez Starbucks plutôt qu'un simple café au comptoir ? Même dans un contexte économique défavorable, nous avons toujours tendance à dépenser "inutilement" de l'argent. C'est une question de bien-être matériel et psychologique.

Atlantico : Malgré la lente remise en cause de nos modes de consommation, de nombreux achats, de faibles sommes en général, ne génèrent en fait qu'une très faible satisfaction (grignotage, gadgets divers...). Qu'est-ce qui nous pousse encore à dépenser inutilement de la sorte ? 

Anthony Mahé : Le consommateur est tiraillé. D’un côté, il est porté par l’hédonisme, la recherche du plaisir, du confort matériel et psychologique et le rejet des contraintes. De l’autre côté il est aussi angoissé, il cherche de la rassurance, surtout dans un contexte économique morose. Ces deux aspirations sont en tension et cela se traduit par un hédonisme coupable. Cette culpabilité est en grande partie dictée par la Morale. Notre société, en particulier les élites, n’aime pas l’inutile, le superflu sauf lorsque c’est pour eux-mêmes. Les médias, les intellectuels, et même de nombreux consommateurs véhiculent un discours culpabilisateur sur les dépenses jugées inutiles. Chacun vient expliquer comment il faut gérer un budget, comment faire des économies et surtout rappeler qu’il faut faire des économies. Et pourtant on ne rate pas une occasion de célébrer le luxe et les paillettes à la moindre occasion (Festival de Cannes, Cérémonie des Césars, mariage de la princesse d’Angleterre, etc.). Nous sommes prisonniers de ces injonctions paradoxales : fascination et rejet.    

A-t-on une idée de la part approximative de notre revenu que nous consacrons à des dépenses très faiblement utiles ? Que gagnerions-nous en pouvoir d'achat – et en satisfaction – en dépensant moins souvent, mais que sur des achats très satisfaisants ?

Il est difficile de donner un chiffre compte tenu de la difficulté à définir ce qui est faiblement ou non utile. Nous savons en revanche que les dépenses dites de plaisirs, comprenant tout ce qui est communications (Internet, téléphone, etc.), hôtels, cafés, restaurants, loisirs et culture représentent un peu moins de 17% de la consommation totale des ménages. La réalité, c’est qu’on gagnerait en pouvoir d’achat si on arrivait à faire diminuer le poids des dépenses contraintes (pour le logement, les charges et la santé). C’est ce poste de dépense qui est aujourd’hui le plus contraignant et qui oblige à faire des arbitrages (plus de 32% de la consommation totale).

En termes de satisfaction, c’est loin d’être aussi simple. La notion d’utilité fait l’objet de nombreuses discussions chez les spécialistes. Il ne faudrait pas réduire cet aspect de la consommation à sa dimension purement économique. Certes, acheter un café au Starbucks à 4 euros n’est pas en soi « utile » et si à chaque fois qu’on avait envie d’un café au Starbucks on plaçait cet argent sur un livret d’épargne on finirait par amasser une somme intéressante. Mais on prend souvent ce café avec un ami ou un proche, une occasion de se retrouver dans un endroit convivial pour discuter, partager, faire du lien. Tout cela est codifié socialement. Ce sont des petits rituels du quotidien qui servent à générer des interactions. Il y a quelque chose d’éphémère mais de performatif dans ces attitudes et c’est cela qui nous pousse fondamentalement à les répéter. C’est structurant socialement.

Se retenir de dépenser pour de l'inutile ou de l'habituel, n'est-ce pas une vision rigoriste nous coupant des "petits plaisirs" ? Où s'arrête le petit plaisir – certes sans grand intérêt mais qui reste plaisant – et où commence la vraie inutilité ?

Cette question se pose depuis toujours en fait. Socrate expliquait déjà cette situation paradoxale qui consiste à admettre  que la sagesse, c’est finalement de posséder très peu, d’avoir le strict nécessaire et de faire en sorte que chacun autour de soi possède ce qui lui convient. Mais ce faisant, la vie devient ennuyeuse et misérable et par suite elle n’est plus celle d’un homme sage.

Cette réflexion philosophique résume assez bien cette ambivalence permanente qui tiraille notre rapport à la consommation.  A mon sens, il faut faire attention à cette tentative de rationalisation de l’existence qui ressemble plus à exercice de Morale qu’autre chose.  C’est un fantasme judéo-chrétien que de vouloir placer un curseur ce qui est utile et inutile. Tout comme celui de vouloir imposer le report de la jouissance. L’homme est pétri d’émotions et d’affects qui ont besoin de se diriger vers quelque chose, se s’exprimer au travers de quelque chose de matériel. On peut le nier mais la réalité est là : le désir de consommer est une constante.

Force de l'habitude, volonté de profiter de son argent... Comment ne plus sombrer dans ces dépenses multiples et sans grand intérêt ? Sur quoi faut-il baser le déclic pour optimiser sa consommation sans être dans la frustration permanente ?

On observe dans nos différentes études une certaine prise de conscience. Les gens ont envie de donner du sens à leur consommation. Il y a une véritable aspiration à consommer autrement. Consommer autant mais mieux.  Il ne s’agit pas du tout de décroissance, ni de rationalisation à outrance, ni de Morale de bon aloi. Nous sommes dans une société d’hyperconsommation, et tout tend à indiquer que nous allons y rester. En revanche, ce mouvement s’accompagne d’un élan qualitatif tout à fait intéressant. On voit émerger des pratiques comme la location d’objets de cuisine, de vêtements ou d’accessoires pour enfants comme la poussette (Pitchou’Net, Familib, etc.). Plutôt que d’acheter puis de stocker, de plus en plus de gens mettent à disposition du matériel dont ils n’ont pas toujours besoin tandis que d’autres personnes louent des objets dont ils n’auront besoin qu’occasionnellement. En ce sens, il y a également l’achat d’occasion et même le troc. Nous assistons à un mouvement de bascule de la possession à l’usage. Les plateformes Internet sont d’un grand soutien pour promouvoir ces formes de consommation collaboratives. Ainsi, c’est moins d’utilité dont il est question que d’ « effets utiles »[1]. Les parents n’ont pas forcément besoin de posséder une poussette, mais d’utiliser une poussette pendant une période donnée (idem pour les berceaux, etc.), c’est cela l’effet utile. Si ces pratiques ne sont qu’émergentes pour le moment, l’idée de privilégier l’usage sur la possession fait son chemin dans l’esprit des français.



[1] Moati Philippe, 2011, La nouvelle révolution commerciale, Paris, Odile Jacob.


 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Democrator
- 27/03/2014 - 17:31
Au demeurant et plus sérieusement...
Article intéressant, surtout sur la fin.
Et qui donc, ne nous laisse pas sur notre faim !
OK, j'arrête !
Democrator
- 27/03/2014 - 17:30
Satan est fonctionnaire et écolo ! Ou un patron du CAC
C'est un infiltré chez Atlantico : il faut s'en méfier comme de... Satan !
Donc, d'une part ce n'est pas son argent qu'il dépense mais celui des autres, et d'autre part il n'a aucun souci concernant le lendemain...
Quoique ! Peut-être qu'un jour prochain... "il faudra que des têtes tombent" Dixit un brillant socialiste...
ignace
- 27/03/2014 - 16:24
Satan, je remarque que vous consomez de la presse
de qualité et pas chère 1.2 euros par semaine pour le canard
c'est raisonnable !!!!