En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

03.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

04.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

05.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

04.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

05.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 1 heure 25 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 1 heure 40 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 1 heure 55 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 2 heures 9 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 2 heures 47 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 2 heures 51 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 2 heures 55 min
décryptage > Economie
Phénoménale dette

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

il y a 2 heures 56 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 16 heures 46 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 17 heures 42 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 1 heure 32 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 1 heure 43 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 2 heures 5 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 2 heures 43 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 2 heures 50 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 2 heures 54 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 2 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 15 heures 47 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 17 heures 21 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 19 heures 37 min
Infaillible ?

Inspecteur Twittget : comment les réseaux sociaux pourraient permettre de prédire les crimes

Publié le 21 mars 2014
Selon plusieurs chercheurs américains, les réseaux sociaux peuvent devenir de précieux auxiliaires dans la résolution des crimes et pour leur prévention.
Patrice Ribeiro
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrice Ribeiro est secrétaire général de Synergie-Officiers
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon plusieurs chercheurs américains, les réseaux sociaux peuvent devenir de précieux auxiliaires dans la résolution des crimes et pour leur prévention.

Atlantico : Matthew Gerber, ingénieur informaticien américain, a réussi a établir un programme capable, d'après lui, d'anticiper des crimes via la plateforme Twitter. Les réseaux sociaux pourront-ils bientôt nous aider à faire de la "police préventive" ? 

Patrice Ribeiro : Les réseaux sociaux peuvent servir à partir du moment ou ils permettent de faire de l'analyse comportementale, puisqu'un message, un post, traduisent toujours quelque chose. Cela pose néanmoins, au-delà de Twitter qui est entièrement public, des problèmes de confidentialité sur des sites comme Facebook ou Linkedin qui sont le plus souvent réservé à des cercles privés. L'indentification par géolocalisation pose aussi des problèmes juridiques puisque cela n'est théoriquement pas possible sans votre accord. 

En matière de prédiction numérique de la criminalité, l'exemple le plus connu est celui du logiciel "MaSC" utilisé par les services de police de Los Angeles, Memphis et New-York, ce dernier ayant plutôt rempli ses fonctions jusqu'ici. En se basant sur un nombre considérable de données, il permet de localiser les endroits les plus criminogènes d'un espace donné et d'y établir une "routine" pour les patrouilles afin d'intervenir le plus rapidement possible. En joignant les heures, les types de délinquance (aggression, cambriolages...) et les profils des déliquants, on arrive ainsi à obtenir une prédiction "relative"  maximisant la rapidité d'intervention des forces de police. La baisse de la délinquance constatée dans les zones où il a été utilisé a permis un certain succès au logiciel, qui vient d'ailleurs d'être acheté par les britanniques pour le tester sur le territoire. Si ces méthodes sont encore balbutiantes, elles ne sont pas totalement inutiles pour autant. 

Sur quelles infractions ce type de prédiction est le plus efficace ?

Les cambriolages et agressions sont les moins difficiles à analyser pour un système automatisé. Ce type de prédation est facilement cartographiable et identifiable : pour voler un véhicule, il est fort probable que vous vous rendiez dans des lieux peu éclairés, avec peu de passage, et à des heures creuses. Idem pour les cambriolages qui sont souvent concentrés sur des quartiers et des horaires spécifiques. Il s'agit là encore une fois d'une optimisation des probabilités et non pas d'un don de voyance toutefois. 

Un autre logiciel dénommé "FAST" (Future Attribute Screening Technology ) prétend aller plus loin en affirmant qu'il permettrait de prédire "l'intention de faire du mal". Un tel projet est-elle sérieusement réalisable aujourd'hui ?

Le fait de prédire l'intention "malicieuse" est déjà une possibilité pour l'intelligence humaine. Un bon policier se distingue notamment par son "flair", sa capacité à deviner le potentiel criminogène d'un individu qui passe sous yeux. Le comportement, la démarche, le regard (ou même son absence) sont autant d'indices pour un bon "nez" capable de sentir un fait anormal. C'est notamment grâce à ce genre de qualité que l'on réalise un certain nombre d'interpellations en flagrant délit. 

Le programme FAST prétend quant à lui qu'il peut deviner une mauvaise intention grâce à des stigmates physiologiques révélateurs (rythme cardiaque, mouvement des yeux...), le tout à distance. Le problème est que la capacité d'analyse d'un être humain reste bien plus souple pour repérer le comportement suspect de certains délits (comme les pickpockets), et il est clair qu'un système automatisé ne pourra pas être aussi performant, au moins avant un certain temps. L'avantage des algorithmes est de pouvoir classer rapidement un important nombre de données peut-être un outil auxiliaire, mais pas encore un outil déterminant. 

Le P. Jeffrey Brantingham, participant au projet MaSC, estime que "le crime est juste un processus physique» aisément décortiquable. Que penser d'une approche aussi "rationnelle" ? N'oublie t-elle pas l'importance de la part psychologique ?

Cette vision colle assez bien à des délits comme les vols avec violences ou des "schémas" se retrouvent assez vite. Sur les crimes, l'aspect impulsif est important, et cela complique la tâche. En France, la majorité sont à caractère conjugal ou familial, ce qui les rend indétectables à l'avance. Idem pour les règlements de comptes du crime organisé qui sont par définition impossible à anticiper sans travail de renseignement humain. Comment un ordinateur pourrait-il deviner à l'avance les raisons qui pousserait un individu à se débarrasser d'un autre parce qu'il estime qu'il a dépassé les bornes ? Une approche général des phénomènes criminels ne saurait donc se limiter à l'analyse d'un "processus physique", même si cela a son utilité. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Twitter, crime, prévention, délits
Thématiques :
En savoir plus
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ignace
- 21/03/2014 - 23:03
@ Ravidelacreche heureusement que vous êtes là
le monsieur prend le melon et regarde trop les séries américaines , la preuve le nom de son syndicat SYNERGIE OFFICIERS ..a en pleurer..de rire
Léa
- 21/03/2014 - 11:47
Impraticable
On aimerait bien que ça marche, mais entre les provocateurs qui ne passeraient jamais à l'acte et les vrais criminels qui font profil bas ou jouent les anges en public (une spécialité des pédophiles), c'est irréaliste. Tout système trop lourd est voué à l'échec. La seule solution, c'est la tolérance zéro.
Le reste, c'est du blabla.
Ravidelacreche
- 21/03/2014 - 10:22
prédire les crimes
On regarde un peu trop "person of interest" à la télé :o))