En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© Reuters
Les enfants et adolescents montrent des signes de puberté de plus en plus jeunes.
Si jeunes
De plus en plus jeunes : l'inquiétante évolution de la puberté en France
Publié le 19 mars 2014
Avec
Si les petites filles atteignaient l'âge de la puberté vers 8 ans dans les années 1990, elles se transforment encore plus jeunes aujourd'hui. Suivies de près par les garçons d'ailleurs.
Dr Alain Scheimann est endocrinologue, diabétologue et nutritionniste.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dr Alain Scheimann est endocrinologue, diabétologue et nutritionniste.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si les petites filles atteignaient l'âge de la puberté vers 8 ans dans les années 1990, elles se transforment encore plus jeunes aujourd'hui. Suivies de près par les garçons d'ailleurs.
Avec

Atlantico : Les enfants et adolescents montrent des signes de puberté de plus en plus jeunes. Dans les années 1990, ces signes apparaissaient vers l'âge de 8 ans chez les jeunes filles, la puberté mettant deux ans à se mettre en place. Aujourd'hui, à quel âge apparaissent les premiers signes de puberté ?

Alain Scheimann : Il a été constaté en Europe et aux Etats-Unis que depuis les années 2000 la puberté survenait plus précocement qu’avant, notamment chez les filles. Aujourd’hui, il n’est plus exceptionnel qu’une fille ait ses premières règles vers l’âge de 8-9 ans alors qu’avant elles survenaient plutôt entre 10-12 ans.

Ces signes apparaissent-ils toujours d'abord chez les filles, et ensuite chez les garçons ?

C'est surtout chez les filles que l'on a constaté que l'âge de survenue de la puberté était aujourd'hui plus précoce. Rien n’a changé, comme dans le passé, les premiers signes de la puberté apparaissent d’abord chez les filles entre 8 et 14 ans alors qu’ils apparaissent entre 11-16 ans chez les garçons.

Quels sont justement  ces signes de puberté ? Évoluent-ils à mesure que l'âge de la puberté rajeunit ?

Pour les filles, le bourgeon mammaire puis la pilosité sont les premiers signes physiques annonçant la puberté. Chez les garçons, c’est une augmentation de taille des testicules et l’apparition d'une pilosité.

Ces modifications physiques marquant l'apparition de la puberté ne changent pas avec l'âge plus précoce de la puberté : ils apparaissent simplement à un âge plus jeune qu'autrefois.

Tous les signes apparaissent-ils en même temps ou la puberté précoce signifie-t-elle que la puberté dure plus longtemps ?

Puberté plus précoce signifie que les premiers signes physiques de la puberté surviennent aujourd'hui plus tôt qu'avant, principalement chez les filles. Ces signes apparaissent progressivement et la puberté ne dure pas plus longtemps : les différentes étapes pubertaires sont conservées et la durée totale de la puberté est toujours la même. Il n’y a pas d’accélération de la puberté ! Simplement, elle survient plus tôt chez les filles.

Comment expliquer la précocité de la puberté ?

Les raisons de l’avancement de l’âge de la puberté ne sont pas claires en Europe ou aux USA. On évoque une croissance plus harmonieuse en raison de moins de maladies dans la petite enfance, une alimentation plus diversifiée. Des relations entre parents-enfants modifiées (moins de traditions, d’interdits) et des changements environnementaux (érotisation de la société, habillage des enfants comme les adultes) seraient également des facteurs déclenchant une puberté à un âge plus jeune en Occident.  Enfin, l’environnement avec la pollution (microparticules aériennes), l’alimentation industrielle (pesticides, engrais,…) et l’emploi de nouveaux matériaux contenant de possibles perturbateurs endocriniens pourraient stimuler le système endocrinien qui déclencherait alors plus précocement la puberté.

La puberté précoce influe-t-elle sur la maternité précoce ? Quid de la ménopause ?

Il n’y a pas de lien établi entre une puberté survenant plus précocement qu'autrefois et une maternité précoce. D’ailleurs, en Occident alors que l’âge de la puberté est avancé on constate que l’âge du premier enfant est plus tardif qu’avant. Quant à l'âge de la ménopause, elle reste aujourd'hui identique à celle constatée dans les années 90 (entre 46 et 55 ans), sans rapport établi avec un âge plus précoce de survenue de la puberté chez les filles. Donc, aujourd’hui les filles sont pubères plus tôt qu’avant, ont des enfants plus tard qu’avant et sont ménopausées le plus souvent au même âge que leur mère.

Propos recueillis par Marianne Murat

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Gilets jaunes : les états-majors des grandes entreprises imaginent trois scénarios de sortie de crise possibles
03.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
04.
Alain Finkelkraut étrille Marlène Schiappa après ses propos sur la Manif pour tous
05.
Pour la mairie de Paris, la capitale serait salle à cause du réchauffement climatique
06.
L’affaire Benalla, ou la preuve qu’Emmanuel Macron est lui-même son pire ennemi politique
07.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
03.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
04.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
05.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
06.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
01.
Mais quelle est la part de responsabilité d'Alain Juppé dans l'état "délétère du pays qu'il dénonce ?
02.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
03.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
04.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
05.
Comment Alain Juppé s’est transformé en l’un des plus grands fossoyeurs de la droite
06.
Derrière les faits divers dans les Ehpad, la maltraitance que l’ensemble de la société française inflige à ses vieux
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
pierre325
- 20/03/2014 - 08:09
en fait les plastique sont impliqué dans cette affaire
D'ailleurs les médecins conseille d'éviter le plus possible les plastique pour tout ce qui est alimentaire. Il est probable que ça intervienne aussi dans l'hyperactivité d'ailleurs.
Léa
- 19/03/2014 - 23:40
Il n'y a pas que le veau aux hormones, il y a le soja.
Entre autres perturbateurs endocriniens, on peut citer le soja, très couramment consommé, qui contient des phyto-oestrogènes (des hormones féminines) en quantités considérables. Les hormones agissant même à très faibles doses, cessons d'en donner aux enfants filles comme garçons.
cocodu89
- 18/03/2014 - 10:19
des enfants plus tardivement ?
Les ouvrières du 19e et début du 20e avaient déjà des enfants tardivement puisqu'elles attendaient d'avoir constitué leurs trousseaux pour s'installer en ménage. Mais aujourd'hui tous les démographes vous diront qu'un des principaux régulateurs naturels de la fécondité chez les femmes est le niveau d'instruction et d'intelligence. Plus une femme est intelligente et instruite, moins elle a d'enfants, Fait malheureusement dommageable pour l'humanité, l'intelligence étant uniquement transmise par la femme, NB il est scientifiquement prouvé depuis les années 2000 que c'est par le chromosome X que les cellules du cerveau concernant la mémoire, la réflexion etc sont transmises (le Y ne transmettant que les cellules primitives sensibles aux hormones), -et merci messieurs de vous informer sur le web plutot que de hurler- Les scientifiques constatent d'ailleurs une croissance inquiétante du nombre de femmes intelligentes et cultivées qui refusent désormais de procréer. Donc puberté et procréation ne sont pas liés dans les sociétés développées cqfd