En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
Arnaud Montebourg a déclaré qu'il était en faveur d'un rapprochement des opérateurs de téléphonie mobile.
Rentrée des classes
Il veut jouer les arbitres du match de la téléphonie mobile… Petite leçon de concurrence à l’usage d’Arnaud Montebourg
Publié le 11 mars 2014
Pour respecter les règles de concurrence et parce qu'il n'a pas besoin de deux réseaux mobiles, l'opérateur de téléphonie Bouygues - candidat au rachat de son concurrent SFR - est entré en négociations exclusives avec Free. Arnaud Montebourg a déclaré qu'il était en faveur d'un rapprochement des opérateurs de téléphonie mobile à condition qu'il n'y ait aucun plan social.
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour respecter les règles de concurrence et parce qu'il n'a pas besoin de deux réseaux mobiles, l'opérateur de téléphonie Bouygues - candidat au rachat de son concurrent SFR - est entré en négociations exclusives avec Free. Arnaud Montebourg a déclaré qu'il était en faveur d'un rapprochement des opérateurs de téléphonie mobile à condition qu'il n'y ait aucun plan social.

Atlantico : Dans une interview donnée au "Parisien Dimanche" - "Aujourd'hui en France", Arnaud Montebourg déclare qu'il est en faveur d'un rapprochement des opérateurs de téléphonie mobile à condition qu'il n'y ait aucun plan social, zéro départ volontaire et pas de licenciement. Cette vision de l'économie est-elle solide ? Est-elle crédible ? Est-elle réaliste ?

Erwan Le Noan : Arnaud Montebourg a une vision très extensive de son travail de ministre qui, visiblement, l’amène à se considérer PDG de chacune des entreprises de France. En conséquence, il prend l’habitude de dire ce que devraient faire les entreprises, sous quelles conditions, quelles devraient être leurs stratégies et tout cela évidemment avec de l’argent qui ne lui appartient pas. Si des entreprises fusionnent, c’est qu’elles envisagent certainement des gains de productivité : il serait assez compréhensible qu’il existe des doublons, des redondances puisque leurs activités sont semblables. C’est aux entreprises de le décider et d’en tirer les conséquences. Que Monsieur Montebourg ait des préférences pour un secteur industriel est tout à fait légitime ; ce qui l’est beaucoup moins, ce sont ces injonctions comminatoires.  

"La concurrence par la destruction s’arrêtera si nous revenons à trois opérateurs mobile tout en maintenant des prix bas". Que signifie concrètement l'expression "concurrence par la destruction" ? Cette déclaration du ministre n'est-elle pas contradictoire ?

La "concurrence par la destruction", ça ne veut pas dire grand chose. On comprend que Monsieur Montebourg désigne par là ce qui serait selon lui une spirale du "moins disant", de la baisse obsédée des coûts et de la perturbation indigne des vieux modèles. C’est un tableau très noir et tout à fait caricatural. La concurrence conduit les opérateurs économiques à être toujours plus efficaces, ce qui a pour conséquence de les amener à proposer des produits toujours moins chers aux consommateurs. Ils peuvent aussi innover, pour renforcer la qualité de leurs offres et donc reconstituer des marges. La concurrence détruit, c’est vrai : les modèles anciens, dépassés, qui ne sont pas capables de répondre aux nouvelles demandes. Mais surtout, la concurrence crée : de nouveaux produits, de nouvelles offres, de nouvelles combinaisons économiques. La concurrence est le moteur de l’économie : sans elle, l’économie stagne et les gens s’appauvrissent. 

La concurrence n'est-elle pas également une source d'emplois ? A qui profite la concurrence ?

La concurrence a des effets ambivalents sur l’emploi selon où l’on se place et quand on se situe. A court terme, elle en détruit dans les secteurs qui n’ont pas su s’adapter : la concurrence de l’électricité a certainement fait du mal à ceux qui travaillaient dans les machines à vapeur. Mais à long terme, la concurrence crée des emplois en redéployant les gains dans l’ensemble de l’économie : des emplois sont créés dans les nouveaux secteurs, les consommateurs dépensent dans d’autres et entretiennent l’activité. Quoiqu’il en soit, le but de l’entreprise, contrairement à ce que Monsieur Montebourg semble prétendre, ce n’est pas de faire de l’emploi quoi qu’il arrive. Le but de l’entreprise est d’abord de faire du profit : c’est cela qui lui permet de se développer, puis d’embaucher ; mais il ne faut pas inverser les relations.  

Selon le ministre, moins d'opérateurs mettrait fin à la guerre des prix. Le problème réside-t-il réellement dans le nombre d'opérateurs de téléphonie mobile ?

Si le ministre veut dire que la concurrence disparaitrait, il n’y a pas de quoi se réjouir (surtout que l’expression de "guerre" n’est vraiment pas bonne). S’il veut dire que l’économie serait plus efficace, tout en restant concurrentielle, avec trois opérateurs, c’est très bien – mais cela reste à démontrer. Toute la question est de savoir si la concurrence est déterminée par le nombre d’opérateurs : c’est ce que pensent, généralement, les autorités de concurrence ; la théorie économique (l’école autrichienne par exemple) enseigne que ce n’est pas systématiquement le cas. 

Le ministre du Redressement productif demande, entre autres, aux opérateurs "la stabilisation du secteur". Est-ce la finalité d'un secteur que d'être stable ? A quel avenir peut prétendre un secteur qui se stabilise ?

Un secteur économique "stable", c’est a priori un secteur qui se meurt. S’il est stable, c’est que les opérateurs n’innovent plus, que les acteurs en place sont protégés des nouveaux entrants ; c’est un secteur de rentier. Un secteur comme celui-ci est promis au déclin. L’économie est un processus dynamique, en évolution constante. La déstabilisation des modèles d’hier est le lot commun, sain et bénéfique de l’économie.  

Au nom du gouvernement, Arnaud Montebourg souhaite "déjà que les candidats améliorent ces offres [de reprise] au regard de nos exigences". Quelle est la logique des contreparties exigées ? Est-ce à l'Etat de s'immiscer dans la gestion des entreprises ? Le peut-il dans ce cas précis ?

L’Etat n’a pas à se mettre à la place des dirigeants d’entreprise, surtout quand on sait comment il est lui-même un grand modèle de saine gestion. L’exception serait quand il est actionnaire d’une entreprise, ce qui est le cas d’Orange (mais pas des autres entreprises du secteur). La meilleure contrepartie que l’Etat puisse souhaiter, c’est une économie qui fonctionne bien, une concurrence saine et vive, qui garantisse des gains de pouvoir d’achat pour les consommateurs, des emplois et des rentrées fiscales.

Propos recueillis par Marianne Murat 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Semaine de canicule : ces erreurs qui vous feront encore plus ressentir la chaleur alors que vous cherchiez l’inverse
02.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
03.
Pourquoi l’influence de Melania Trump sur son mari dépasse de loin ce qu’on en voit
04.
Et la galaxie Benalla s'enrichit d'une nouvelle recrue : Mimi, la reine des paparazzis, qui "fabriqua" Macron...
05.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
06.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
07.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
02.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
05.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
06.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Imragen
- 11/03/2014 - 18:54
il y a plusieurs types de ministres
- les inconnus : c'est la grande majorité mais on ne peut pas les citer car on ne les connait pas
.
. les inefficaces : Sapin est bon premier dans ce domaine. Il est suivi par Mosco et Cazeune qui nous pompent toujours plus d'argent sans redresser les comptes
.
..- les dangereux : Taubira, Peillon spécialistes de la réforme bâclée qu'il faudra re-réformer dans les 2-3 ans
.
. les superficiels : Vallaud-Belkacem, Montebourg beaux parleurs qui préfèrent une belle formule à un contenu solide.
.
. les profiteurs : Duflot qui se fout totalement du secteur dont elle a la responsabilité. On peut ajouter Hamon. Ce qui compte, c'est le statut.
.
- et puis il y a ce pauvre Ayrault, besogneux et appliqué qui n'arrive pas à gérer l'ensemble de ce gouvernement pléthorique, malgré sa bonne volonté. Il faut dire que ce gouvernement a été composé non pas pour gérer la France, mais pour respecter l'équilibre fragile des courants et sous courants du PS en tenant compte des exigences des Gardes Verts
.
En fait on pourrait faire une seule catégorie :
.
LES INCOMPETENTS !!!!!
prochain
- 11/03/2014 - 17:55
Laurentso le goulag était dans le marxisme
Prolétaires unissez-vous chez La Pen, le front est devenu le 1e parti ouvrier, pourquoi donc kamarade Laurenso? et le parti saucialiste embourgeoisé sans ouvriers ce n'est pas normal, la gauche sans le peuple n'est pas la gauche..
Ory-Nick
- 11/03/2014 - 14:56
@Laurentso, ou l'art de dire n'importe quoi...
... Un libéral qui encourage la concurrence est aussi normal que de dire que le jour est jour.
Bref, toujours plus crédible que l'avis économique d'un marxiste.