En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

05.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

06.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

07.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Société
Annonces
Emmanuel Macron présentera sa stratégie de lutte contre les "séparatismes" le 2 octobre prochain
il y a 15 min 3 sec
pépites > International
Argent sale
« FinCEN Files » : l'argent sale et les grandes banques mondiales
il y a 57 min 28 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Détour" de Luce D'Eramo : survivre et revenir de l’enfer, un témoignage poignant, un livre rare

il y a 1 heure 7 min
pépites > Social
Paradoxe
La Métropole du Grand Paris est marquée par de fortes inégalités sociales qui ont augmenté
il y a 1 heure 45 min
décryptage > Economie
Evolution de l'épidémie

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

il y a 3 heures 16 min
décryptage > Politique
Assemblée nationale

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

il y a 4 heures 1 min
décryptage > Santé
Le bouclier du sommeil profond

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

il y a 4 heures 56 min
décryptage > Europe
Camp de Moria

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

il y a 5 heures 31 min
décryptage > Religion
Quand faut y aller, il y va très fort

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

il y a 6 heures 6 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Le Sénat veut empêcher les sociétés d’autoroutes d’augmenter les tarifs pour compenser l’effondrement des recettes liées au Covid-19

il y a 6 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Bananas (&Kings)" de Julie Timmerman au Théâtre de la Reine blanche : une pièce courageuse et engagée, qui nous adresse un avertissement sans frais

il y a 48 min 20 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le métier de mourir" de Jean-René Van Der Plaetsen : spécial rentrée littéraire, un avant-poste confiné en territoire hostile. Le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 58 min 49 sec
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La Chine plus forte que le Covid. La France et les autres, au garde-à-vous

il y a 1 heure 25 min
pépites > Politique
Bérézina
Déroute de la République en Marche au premier tour des élections législatives partielles
il y a 2 heures 49 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment choisir l'iPad qu'il vous faut parmi tous les modèles qui existent désormais ?
il y a 3 heures 48 min
pépite vidéo > Politique
Campagne électorale
Marine Le Pen "réfléchit" à quitter la présidence du Rassemblement national avant la présidentielle
il y a 4 heures 26 min
light > Politique
Etourdi
Pressé, le député Jean Lassalle se gare sur un passage à niveau et bloque un train
il y a 5 heures 1 min
décryptage > Justice
Horizons et moyens limités

Insécurité : pourquoi les ministères régaliens sont condamnés à l’esbroufe

il y a 5 heures 37 min
décryptage > Santé
Avec parcimonie

Pourquoi reprendre le sport trop vite n’est pas une bonne idée quand on a eu la Covid-19

il y a 6 heures 10 min
pépites > Politique
Tension
Pierre Person délégué général adjoint de La République en marche démissionne et invite Guerini à l'imiter
il y a 6 heures 42 min
© Reuters
Arnaud Montebourg a déclaré qu'il était en faveur d'un rapprochement des opérateurs de téléphonie mobile.
© Reuters
Arnaud Montebourg a déclaré qu'il était en faveur d'un rapprochement des opérateurs de téléphonie mobile.
Rentrée des classes

Il veut jouer les arbitres du match de la téléphonie mobile… Petite leçon de concurrence à l’usage d’Arnaud Montebourg

Publié le 11 mars 2014
Pour respecter les règles de concurrence et parce qu'il n'a pas besoin de deux réseaux mobiles, l'opérateur de téléphonie Bouygues - candidat au rachat de son concurrent SFR - est entré en négociations exclusives avec Free. Arnaud Montebourg a déclaré qu'il était en faveur d'un rapprochement des opérateurs de téléphonie mobile à condition qu'il n'y ait aucun plan social.
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour respecter les règles de concurrence et parce qu'il n'a pas besoin de deux réseaux mobiles, l'opérateur de téléphonie Bouygues - candidat au rachat de son concurrent SFR - est entré en négociations exclusives avec Free. Arnaud Montebourg a déclaré qu'il était en faveur d'un rapprochement des opérateurs de téléphonie mobile à condition qu'il n'y ait aucun plan social.

Atlantico : Dans une interview donnée au "Parisien Dimanche" - "Aujourd'hui en France", Arnaud Montebourg déclare qu'il est en faveur d'un rapprochement des opérateurs de téléphonie mobile à condition qu'il n'y ait aucun plan social, zéro départ volontaire et pas de licenciement. Cette vision de l'économie est-elle solide ? Est-elle crédible ? Est-elle réaliste ?

Erwan Le Noan : Arnaud Montebourg a une vision très extensive de son travail de ministre qui, visiblement, l’amène à se considérer PDG de chacune des entreprises de France. En conséquence, il prend l’habitude de dire ce que devraient faire les entreprises, sous quelles conditions, quelles devraient être leurs stratégies et tout cela évidemment avec de l’argent qui ne lui appartient pas. Si des entreprises fusionnent, c’est qu’elles envisagent certainement des gains de productivité : il serait assez compréhensible qu’il existe des doublons, des redondances puisque leurs activités sont semblables. C’est aux entreprises de le décider et d’en tirer les conséquences. Que Monsieur Montebourg ait des préférences pour un secteur industriel est tout à fait légitime ; ce qui l’est beaucoup moins, ce sont ces injonctions comminatoires.  

"La concurrence par la destruction s’arrêtera si nous revenons à trois opérateurs mobile tout en maintenant des prix bas". Que signifie concrètement l'expression "concurrence par la destruction" ? Cette déclaration du ministre n'est-elle pas contradictoire ?

La "concurrence par la destruction", ça ne veut pas dire grand chose. On comprend que Monsieur Montebourg désigne par là ce qui serait selon lui une spirale du "moins disant", de la baisse obsédée des coûts et de la perturbation indigne des vieux modèles. C’est un tableau très noir et tout à fait caricatural. La concurrence conduit les opérateurs économiques à être toujours plus efficaces, ce qui a pour conséquence de les amener à proposer des produits toujours moins chers aux consommateurs. Ils peuvent aussi innover, pour renforcer la qualité de leurs offres et donc reconstituer des marges. La concurrence détruit, c’est vrai : les modèles anciens, dépassés, qui ne sont pas capables de répondre aux nouvelles demandes. Mais surtout, la concurrence crée : de nouveaux produits, de nouvelles offres, de nouvelles combinaisons économiques. La concurrence est le moteur de l’économie : sans elle, l’économie stagne et les gens s’appauvrissent. 

La concurrence n'est-elle pas également une source d'emplois ? A qui profite la concurrence ?

La concurrence a des effets ambivalents sur l’emploi selon où l’on se place et quand on se situe. A court terme, elle en détruit dans les secteurs qui n’ont pas su s’adapter : la concurrence de l’électricité a certainement fait du mal à ceux qui travaillaient dans les machines à vapeur. Mais à long terme, la concurrence crée des emplois en redéployant les gains dans l’ensemble de l’économie : des emplois sont créés dans les nouveaux secteurs, les consommateurs dépensent dans d’autres et entretiennent l’activité. Quoiqu’il en soit, le but de l’entreprise, contrairement à ce que Monsieur Montebourg semble prétendre, ce n’est pas de faire de l’emploi quoi qu’il arrive. Le but de l’entreprise est d’abord de faire du profit : c’est cela qui lui permet de se développer, puis d’embaucher ; mais il ne faut pas inverser les relations.  

Selon le ministre, moins d'opérateurs mettrait fin à la guerre des prix. Le problème réside-t-il réellement dans le nombre d'opérateurs de téléphonie mobile ?

Si le ministre veut dire que la concurrence disparaitrait, il n’y a pas de quoi se réjouir (surtout que l’expression de "guerre" n’est vraiment pas bonne). S’il veut dire que l’économie serait plus efficace, tout en restant concurrentielle, avec trois opérateurs, c’est très bien – mais cela reste à démontrer. Toute la question est de savoir si la concurrence est déterminée par le nombre d’opérateurs : c’est ce que pensent, généralement, les autorités de concurrence ; la théorie économique (l’école autrichienne par exemple) enseigne que ce n’est pas systématiquement le cas. 

Le ministre du Redressement productif demande, entre autres, aux opérateurs "la stabilisation du secteur". Est-ce la finalité d'un secteur que d'être stable ? A quel avenir peut prétendre un secteur qui se stabilise ?

Un secteur économique "stable", c’est a priori un secteur qui se meurt. S’il est stable, c’est que les opérateurs n’innovent plus, que les acteurs en place sont protégés des nouveaux entrants ; c’est un secteur de rentier. Un secteur comme celui-ci est promis au déclin. L’économie est un processus dynamique, en évolution constante. La déstabilisation des modèles d’hier est le lot commun, sain et bénéfique de l’économie.  

Au nom du gouvernement, Arnaud Montebourg souhaite "déjà que les candidats améliorent ces offres [de reprise] au regard de nos exigences". Quelle est la logique des contreparties exigées ? Est-ce à l'Etat de s'immiscer dans la gestion des entreprises ? Le peut-il dans ce cas précis ?

L’Etat n’a pas à se mettre à la place des dirigeants d’entreprise, surtout quand on sait comment il est lui-même un grand modèle de saine gestion. L’exception serait quand il est actionnaire d’une entreprise, ce qui est le cas d’Orange (mais pas des autres entreprises du secteur). La meilleure contrepartie que l’Etat puisse souhaiter, c’est une économie qui fonctionne bien, une concurrence saine et vive, qui garantisse des gains de pouvoir d’achat pour les consommateurs, des emplois et des rentrées fiscales.

Propos recueillis par Marianne Murat 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Imragen
- 11/03/2014 - 18:54
il y a plusieurs types de ministres
- les inconnus : c'est la grande majorité mais on ne peut pas les citer car on ne les connait pas
.
. les inefficaces : Sapin est bon premier dans ce domaine. Il est suivi par Mosco et Cazeune qui nous pompent toujours plus d'argent sans redresser les comptes
.
..- les dangereux : Taubira, Peillon spécialistes de la réforme bâclée qu'il faudra re-réformer dans les 2-3 ans
.
. les superficiels : Vallaud-Belkacem, Montebourg beaux parleurs qui préfèrent une belle formule à un contenu solide.
.
. les profiteurs : Duflot qui se fout totalement du secteur dont elle a la responsabilité. On peut ajouter Hamon. Ce qui compte, c'est le statut.
.
- et puis il y a ce pauvre Ayrault, besogneux et appliqué qui n'arrive pas à gérer l'ensemble de ce gouvernement pléthorique, malgré sa bonne volonté. Il faut dire que ce gouvernement a été composé non pas pour gérer la France, mais pour respecter l'équilibre fragile des courants et sous courants du PS en tenant compte des exigences des Gardes Verts
.
En fait on pourrait faire une seule catégorie :
.
LES INCOMPETENTS !!!!!
prochain
- 11/03/2014 - 17:55
Laurentso le goulag était dans le marxisme
Prolétaires unissez-vous chez La Pen, le front est devenu le 1e parti ouvrier, pourquoi donc kamarade Laurenso? et le parti saucialiste embourgeoisé sans ouvriers ce n'est pas normal, la gauche sans le peuple n'est pas la gauche..
Ory-Nick
- 11/03/2014 - 14:56
@Laurentso, ou l'art de dire n'importe quoi...
... Un libéral qui encourage la concurrence est aussi normal que de dire que le jour est jour.
Bref, toujours plus crédible que l'avis économique d'un marxiste.