En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Éditorial

Quand le recours à la transparence finit par masquer la dilution de la notion d'intérêt général

Publié le 04 mars 2014
Pour faire la transparence sur les comptes de l’UMP, Jean-François Copé s’est engagé à mettre à disposition "l’intégralité de toutes ses pièces comptables, des factures et autres justificatifs". Une belle résolution qui risque, comme pour l'affaire Cahuzac ou celle des profanateurs du cimetière juif de Carpentras, d'être jetée aux oubliettes une fois le coup de com' politique terminé.
Pierre Guyot est journaliste, producteur et réalisateur de documentaires. Il est l’un des fondateurs et actionnaires d’Atlantico.  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Guyot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Guyot est journaliste, producteur et réalisateur de documentaires. Il est l’un des fondateurs et actionnaires d’Atlantico.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour faire la transparence sur les comptes de l’UMP, Jean-François Copé s’est engagé à mettre à disposition "l’intégralité de toutes ses pièces comptables, des factures et autres justificatifs". Une belle résolution qui risque, comme pour l'affaire Cahuzac ou celle des profanateurs du cimetière juif de Carpentras, d'être jetée aux oubliettes une fois le coup de com' politique terminé.

L’air grave, le teint pâle et la voix nouée par l’émotion de Jean-François Copé ont participé hier à cette curieuse sensation de Grand-Guignol qui n’était pas sans rappeler les gesticulations de l’avocat Gilbert Collard sur un plateau de télé, agitant au début des années 90 une enveloppe censée contenir les noms des profanateurs du cimetière juif de Carpentras ou, plus récemment, le décalage entre les promesses de François Hollande de rendre public le patrimoine des ministres et des parlementaires au lendemain des aveux de Jérôme Cahuzac et la loi finalement votée par les parlementaires concernés.

L’enveloppe de Gilbert Collard n’a jamais été descellée. Les députés et sénateurs ont lutté et obtenu que leur patrimoine soit rendu bien moins accessible au public que ce que le président de la République laissait entendre au printemps dernier (Il faudra pour les consulter se rendre en préfecture et leur publication est passible d’une amende de 15.000 euros). Pour la transparence des comptes de l’UMP, Jean-François Copé s’engage cette fois à mettre à disposition « l’intégralité de toutes ses pièces comptables, des factures et autres justificatifs », mais commence par entasser tous ces documents dans une pièce fermée à double tour. Il préconise plus de clarté, mais refuse de répondre aux questions après la lecture de sa « déclaration solennelle ».

Une fois de plus, la sacro-sainte transparence est exhibée et exigée par des politiques qui sitôt leur coup de com’ terminé s’empressent de jeter sur elle un voile opaque. Hier, Jean-François Copé a enchaîné si rapidement les deux étapes que le résultat final est d’un rare ridicule. Surtout, il a montré que la vieille ficelle qui consiste à associer à la notion de transparence la légalité, la vérité et l’honneur - comme le concevaient les philosophes des Lumières face aux démocraties occidentales naissantes, lorsque la moralisation de la vie publique passait par la disparition des secrets royaux et l’exigence de l’exposition au grand jour des gouvernances - commence à sérieusement s’effilocher.

Tout simplement parce qu’à trop invoquer la transparence - de surcroît sans la pratiquer ! -, les responsables politiques rappellent aujourd’hui à la société qu’elle se focalise trop sur le remède et qu’elle en oublie le principal : la maladie. La transparence est devenue une qualité de substitution qui s’impose à nous parce qu’elle en remplace d’autres, devenues presque insolites. L’idée de l’intérêt général, la vérité, l’intégrité sont des vertus sinon en voie de disparition, au moins en voie de raréfaction. Le recours à la « transparence » ne peut suffire seul à combler le vide qu’elles sont en train de laisser.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

03.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

04.

4 millions de dollars : c'est ce que gagne chaque heure la famille la plus riche du monde

05.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

06.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

07.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

06.

Brexit / élections italiennes : l’automne à risque qui attend l’Europe

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Anguerrand
- 05/03/2014 - 07:50
D'accord vécu copé
Tous les partis, syndicats, acteurs,journalistes, association touchant des subventions devraient avoir les mêmes obligations que les entreprises privées.
On aurait beaucoup de surprises de TOUS ces organismes y compris à ceux qui pensent que rien n'est critiquable ( intervenants du FN par ex) qui serait étonnés de la provenance de l'immense richesse de la famille Le Pen, le château de Saint Cloud par exemple mais pas que...
Tane06
- 04/03/2014 - 23:19
Ah...la Sacro-Sainte dictature de la transparence...
Le début d'un monde totalitaire à la Orwell...Sous couverts de bons sentiments, i n'y a que dans les régimes totalitaires ou "l'on sait tout".;;A méditer...
jurgio
- 04/03/2014 - 23:06
C'est moins le désir de transparence
que la lame d'un couteau retournée vers l'agresseur. Astuce de tribun, sans plus.