Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Crédits Photo: Capture Huffington Post / Youtube

Heurts en marge de l’acte VIII

Gilets jaunes : les images d’un policier roué de coups près de l'Assemblée nationale

Des affrontements ont éclaté entre des casseurs et les forces de l’ordre en marge des manifestations des Gilets jaunes dans le cadre de l’acte VIII de la mobilisation en ce samedi 5 janvier 2019. Les manifestations de Gilets jaunes ont rassemblé environ 25.000 personnes samedi à 15h00 dans toute la France, selon la police. 

L'acte VIII des Gilets jaunes a rassemblé 50.000 personnes samedi en France a annoncé sur LCI le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner. Il a minimisé la portée de ce chiffre  :

"50.000, ça fait un peu de plus de une personne par commune de France. C'est cela la réalité du mouvement des Gilets jaunes aujourd'hui. Donc on voit bien que ce mouvement n'est pas représentatif de la France". 

Le ministre de l’Intérieur a également condamné les heurts qui ont éclaté en marge des manifestations.

Des casseurs se sont opposés aux forces de l’ordre ce samedi dans de nombreuses villes de France. Des images impressionnantes ont été captées à Paris lors d’incidents survenus sur la passerelle Léopold-Sédar-Senghor, qui relie les Tuileries au Musée d'Orsay.

Sur les différentes vidéos qui circulent sur les réseaux sociaux, un policier est roué de coups par un groupe de Gilets jaunes. 

Une autre séquence montre un manifestant qui s’en prend délibérément à un CRS à l’aide de ses poings tel un boxeur. Le principal agresseur du CRS en question ne porte pas de Gilet jaune. Les images de cette violente agression et de cette seconde séquence surréaliste contre les forces de l’ordre ont été captées par Line Press. L’homme en question assène plusieurs coups au visage du CRS qui porte un casque. 

L’acte VIII de la mobilisation avait débuté dans le calme. Les Gilets jaunes s'étaient retrouvés en début de matinée sur les Champs-Élysées. Les premiers incidents à Paris sont survenus en début d'après-midi à proximité de l'Hôtel de Ville, là où un deuxième cortège s'est élancé vers l'Assemblée nationale. Vers 14h, sur les quais de Seine, entre la place du Châtelet et l'Hôtel de Ville, des manifestants ont jeté des bouteilles et des pierres sur les forces de l'ordre qui ont répliqué par des tirs de lacrymogènes.

Les accrochages se sont poursuivis, quelques dizaines de mètres plus loin, sur la passerelle Léopold-Sédar-Senghor. 

Selon la police, les Gilets jaunes étaient entre 3.500 et 4.000 à défiler à Paris. Lors de l'acte VII, seuls 800 manifestants avaient rejoint la capitale.

Face à la multiplication des incidents en fin d'après-midi, le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, a appelé sur Twitter "chacun à la responsabilité et au respect du droit".

Benjamin Griveaux a également été évacué de son ministère à Paris après une intrusion violente dans la cour, samedi 5 janvier. Le porte-parole du gouvernement était dans son bureau quand des casseurs ont enfoncé la porte de son secrétariat d'Etat avec un engin de chantier. 

Sur Twitter, le président de la République Emmanuel Macron a dénoncé cette "extrême violence venue attaquer la République (…) Justice sera faite".

#GiletsJaune très forte mobilisation à #Paris le peuple en colère force les barrages de police #Acte8 #ActeVIII #05janvier #05janvier2019 pic.twitter.com/BSnVj6glKL

— LINE PRESS (@LinePress) 5 janvier 2019
Huffington Post - Yahoo - Line Press

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !