Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Crédits Photo: REUTERS/Adrees Latif
L'ONU a adopté une résolution sur la question du conflit syrien

Enfin un accord

Syrie : l'ONU adopte une résolution et adresse un ultimatum à Bachar el-Assad

Le Conseil de sécurité des Nations-Unies ordonne au dirigeant syrien de détruire l'intégralité de son arsenal d'armes chimiques en moins d'un an.

Après des semaines de tractations, après d'âpres négociations (notamment entre la Russie et les Etats-Unis), les grandes puissances de ce monde ont enfin accordé leurs violons. Ce vendredi, pour la première fois depuis le début du conflit en Syrie, le Conseil de sécurité de l'ONU a réussi à adopter une résolution. Une satisfaction pour la communauté internationale d'autant plus que le texte a été voté à l'unanimité. La résolution se veut contraignante pour le régime de Bachar el-Assad. En clair, le dirigent syrien a moins d'un an pour détruire la totalité de son stock d'armes chimiques. Passé ce délai, de nouvelles sanctions pourront être prises. Cette résolution fait suite à l'accord conclu à Genève mi-septembre afin d'éviter une intervention militaire en Syrie, une menace brandie par Washington et Paris en réponse à une attaque à l'arme chimique le 21 août. Elle a entraîné de nombreuses réactions à travers la communauté internationale.

"Ce soir, la communauté internationale a rempli sa mission", a notamment assuré le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon. "C'est le premier signe d'espoir en Syrie depuis longtemps", a-t-il ajouté, annonçant par ailleurs la tenue mi-novembre à Genève d'une conférence de paix sur la Syrie. "Le Conseil de sécurité mérite enfin son nom", a de son côté affirmé le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius. "La coopération de la Syrie devra être inconditionnelle, la transparence totale" a-t-il poursuivi, se montrant particulièrement ferme sur ce point. Barack Obama se réjouissait aussi de la signature de ce texte. Le président américain a même qualifié cet accord "d'énorme victoire pour la communauté internationale".

Enfin, le secrétaire d'Etat américain John Kerry estime que cette résolution va permettre d'"éliminer un des plus grands arsenaux chimiques du monde, dans une des régions les plus instables du monde". Mais il y aura des "conséquences" pour le pouvoir syrien s'il ne respecte ses engagements, a-t-il prévenu. En effet, l'accord prévoit, en cas de non respect de la part de Bachar el-Assad, la possibilité pour le Conseil de prononcer des sanctions. Toutefois, elles ne seront pas automatiques : il faudra auparavant une deuxième résolution. Et donc s'attendre une nouvelle fois à des semaines de négociations...

Lu sur le Nouvel Observateur

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !