Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
La fonte des glace au Groenland est très inquiétante
©Reuters

Climat

Groenland : La fonte des glaces est beaucoup plus rapide que prévue

Jason Box, un expert sur le Groenland, s'inquiète de la fonte des glaces du Groenland et alerte sur les conséquence de celle-ci.

Le Groenland est en danger. Au rythme actuel, la glace présente sur ce territoire devrait disparaître d'ici quelques années. C'est Jason Box, un expert de cette île qu'il a traversé 23 fois de part en part, qui tire la sonnette d'alarme. Il y a quelques années, il avait déjà annoncé la sortie d'un morceau de glace aussi grand que quatre fois Manhattan. Dans un article scientifique publié en février 2012, il a aussi prédit que "la couche de glace allait fondre entièrement" dans la décennie qui suit. En l'occurrence, la surface de la couche de glace a presque complètement fondu à peine un mois plus tard. Un événement qui, à terme, selon Jason Box indique "le début de la fin pour la couche de glace."

Box, qui prendra la parole lors du prochain sommet sur l'environnement qui aura lieu dans une semaine à Washington, ne mâche pas ses mots.En effet, il attribue tous les maux aux hommes et à leurs combustibles fossiles. "Ce sont les humains qui sont à l'origine de ces cycles et ceux-ci sont prévisibles dans l'avenir", dit-il. Et les conséquences de cette fonte des glaces vont se répercuter sur les côtes du Groenland. Il estime que le niveau de la mer va augmenter de près de sept mètres dans les prochains siècles. Dès lors "si vous êtes le maire de Hambourg, ou de Shanghai, ou de Philadelphie, sachez que vos villes seront complètement inondées d'ici l'an 2200" prédit-il de manière catastrophique.

Il existe cependant une leur d'espoir. Pour commencer le refroidissement du Groenland, il faudrait selon Jason Box "inverser le changement climatique mondial, dans un laps de temps toujours plus court pour le faire". Et ce n'est qu'une infime partie de ce qui est à venir. Une prédiction scientifique récente a suggéré qu'une augmentation de température de 1,6 degrés Celsius pourrait être suffisante pour bloquer la fusion complète du Groenland. Inquiétant car les températures du Groenland en été ont déjà augmenté d'un degré Celsius depuis l'année 2000. En d'autres termes, il y a urgence.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !